AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -52%
-52% sur l’outil de toilettage pour chiens ...
Voir le deal
23.89 €
Le Deal du moment : -48%
PHILIPS SHB3175BK/00 Casque Bluetooth technologie ...
Voir le deal
35.69 €

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Roses are Red, Violets are Blue ft. Violet
Tyrgan Campbell
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Rose Campbell
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FACE IDENTITY : Rose Leslie
IDENTITE : Rose Campbell
GROUPE : London People
AGE : 32 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Infirmière
ETAT DE SANTE : En bonne santé


Elle n’avait pas vu Violet depuis 16 ans. 16 ans! Autant dire une éternité. Elle avait sauté de joie quand Tyrgan lui avait finalement donné des nouvelles de «princesse Violet», et sauté encore plus haut quand il lui avait donné son numéro. Mine de rien, ça lui avait fait chaud au coeur de savoir que son amie ne l’avait pas oublié, et qu’elle voulait la voir. Tellement de gens avait coupé les ponts avec elle depuis sa fugue, ou son déshéritement plutôt. Ce genre de choses avait le don de faire peur à la noblesse. Être associé à une noble déchue, quelle horreur! Pour avoir connu les parents de Violet, Rose ne doutait pas qu’ils avaient probablement eut ce genre de discours à son égard, et avaient découragé Violet de la revoir, certainement. Ça ne serait pas étonnant de leur part…

Violet était libre de ses décisions maintenant, Dieu merci. Si Rose se rappelait avec horreur la pression que ses propres parents avaient mise sur elle pour être parfaite, elle ne pouvait imaginer le genre de pression que Violet avait dû subir. Elle était princesse après tout! En un sens, Violet était sans doute beaucoup plus forte qu’elle. Jamais elle n’aurait pu être aussi talentueuse qu’elle, et les cours de bonnes manières, de diction, de langues, de l’art de la conversation et tout le reste l’auraient rendus folle. Chez Violet pourtant, cela avait toujours semblé inné. Il n’y avait que les cours de danse qui avait toujours plu à Rose.

Ce fut lors d’une journée ensoleillée que leur rendez-vous avait lieu, dans un café de Kingston, tranquille, au milieu de l’après-midi. C’était un endroit discret, et surtout, pas cher. Le thé était correct, et le café… plutôt médiocre, mais excellent pour le portefeuille. Assise à l’intérieur du café, près de la fenêtre, Rose attendait Violet avec impatience. En la voyant finalement entrer, l’ex-héritière Campbell bondit hors de sa chaise.

Violet! S’exclama Rose, les yeux pleins d’étoiles.

Elle serra la princesse dans ses bras, folle de joie de la revoir après si longtemps. Le sourire aux lèvres et les larmes aux yeux, Rose s’écarta finalement pour la laisser s’asseoir.

Désolée… c’est juste… ça fait si longtemps! Ça m’avait manqué de te voir
, dit-elle, essuyant le coin de ses yeux d’un revers de la main. Tu n’as pas changé dis donc!

Violet, évidemment, toujours bien mise. Sans doute devait-elle faire tache à côté d’elle, mais qu’importe. Rose était seulement heureuse de la revoir. Durant tout ce temps, son cercle d’amis avait été, eh bien, inexistant. Il y avait eut Angus, puis quelques personnes ici et là, des voisines, des collègues, mais ce n’était jamais la même chose qu’avec quelqu’un qu’on connait depuis son enfance, cette partie d’elle dont elle ne pouvait parler avec personne.

Merci d’être venue Violet, vraiment. Je suis désolée d’être partie aussi brutalement. Je ne regrette pas de l’avoir fait, mais je regrette que ça ait coupé les ponts entre nous. Quand mon frère m’a dit que tu voulais qu’on se revoit, tu ne peux pas savoir combien ça m’a fait plaisir! Mais comment vas-tu Violet?



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Tyrgan Campbell
Tyrgan Campbell
LONDON PEOPLE
Messages : 161
Date d'inscription : 05/05/2020
Localisation : Probablement à Londres ou dans son château en Écosse
Profession : Duc d'Argyll, membre de la Chambre des Lords, chef du clan Campbell, avec un petit business de whisky à côté
Etat Civil : Célibataire
26th Août 2020, 18:30
Revenir en haut Aller en bas
Violet Crawley


Roses are Red, Violets are Blue

Ft Rose


Les retrouvailles d’avec Tyrgan m’avait laissée dans une tendre nostalgie de l’enfance, qui m’avait poursuivie, quelques jours durant. Ce n’était pas désagréable. En plus cela m’a permis de voir notre évolution sur la décennie écoulée. C’est là que je t’ai demandé de m’envoyer les photographies de notre dernier été passé ensemble. J’avais eu envie de me replonger dans ces souvenirs et de prolonger cet effet un peu magique. Cet heureux hasard m’a permis de comprendre qu’ils me manquaient, les Campbell, Evans, toute cette bande ! Je me suis donc promis de remédier à ce manque.

J’ai demandé le numéro de Rose quasiment au lendemain de la soirée à Buckingham. Mais, il m’a fallu une bonne semaine ensuite, avant de me décider à la contacter. Même si Tyrgan s’était montré optimiste… Il était aussi un homme bienveillant envers une vieille amie. Je ne pouvais pas savoir dans quelle proportion il était proche de la vérité. S’il n’avait pas embelli la réalité pour me faire plaisir. J’ai eu tellement de rupture amicale ces derniers mois que je suis un peu échaudée, je crois. Je ne veux pas terminée isolée et seule comme l’a été grand maman. C’est ce qui m’a permis de franchir le cap.

Rose avait tout de suite répondu positivement à ma demande. Ce qui m’avait fait beaucoup de bien. Ce n’est pas à toi que je vais apprendre que la sincérité se faire désirer ici. Je me suis dit que la revoir était d’autant plus une idée bienvenue. Le petit coup de fouet au moral, celui dont j’avais besoin, pour retrouver mon optimiste en désuétude. Je l’ai laissée décider du jour et du lieu de notre rencontre pour qu’elle se sente à son aise. Je ne connais de Londres que les lieux qu’elle doit éviter. C’était donc plus simple.

Ceci dit, je n’avais pas envie de la revoir avec les mains vides. Cela me tenait à coeur d’avoir quelque-chose à lui offrir. Trouver une bonne idée s’avérait plus complex, que ce que je m’étais imaginé. Je ne voulais pas aller dans l'artificiel. Ce n'était pas par éducation que je voulais faire ça. L’argent donnait peut-être accès à tout, cependant, ça ne suffisait pas pour donner de la valeur à un véritable présent. Je finissais pas trouver et c’est un peu grâce à toi! Il y avait dans un ancien album une photographie de nos 15 ans. Nous dansions, dans le salon, sans robe de soirée, sans froufrous. Rose rayonnait. Je demandais au photographe de la famille de s’occuper de l’image pour la mettre en noir et blanc et en portrait. J’avais fait quelques boutiques pour trouver un joli cadre. Il n’y avait plus qu’à espérer que cela lui plairait…

Tommy me déposait à quelques rues du café pour que je puisse arriver à pied. Je ne voulais pas apparaître devant Rose en Princesse décadente et encore moins en tant que Baronne Crawley. Je ne voulais pas que nous soyons mal à l’aise. Je ne boudais pas non plus une petite promenade dans les rues de Londres. C’était devenu encore plus rare maintenant que je limitais mes venues sur la capitale. Mais dans le fond pourquoi me priver de cette ville que j’aimais!

Il faisait beau! Les gens étaient tranquilles. J’étais gagnée par cette ambiance. Je me sentais moins nerveuse alors que j’entrevoyais l’enseigne du petit établissement. J’y entrais en toute modestie. Avant même de la voir je l’entendais ! Je me retrouvais heureuse prisonnière d’une étreinte dont la franchise me réchauffa le coeur. Rose ! A voir son regard ému, je me sentais attendrie et lui souriais.

-“ Oh mais non ! Tu m’as manqué aussi Rose !! ” Je déposais soigneusement la pochette contre le mur fenestré pour le mettre en bon équilibre. Ensuite, seulement, je tirais la chaise libre pour m’y poser. J’avais opté pour une tenue de ville qui n’était ni trop chic, ni trop classique. Je profitais que Rose soit justement libérée des codes pour porter une tenue qui me faisait plaisir. J’avais pris encore plus de plaisir à m’apprêter pour notre rendez-vous. Le compliment de Rose me faisait doucement sourire. Elle était bien aimable. Nous avions le double de notre âge. Le temps avait fait le travail. En l’observant, je retrouvais ses expressions, son sourire, sa joie. “ C’est gentil de me le dire. Même si je ne suis pas tout à fait d’accord ! Haha! Mais toi, tu es rayonnante ! ” Ce qui était vrai!

Je regardais notre environnement en retirant les épingles du chapeau. Ce café était tout ce qu’il y avait de simple. Je ne venais jamais dans ces commerces. C’était pittoresque et cela me plaisait énormément de sortir du cadre. Je regardais Rose, gardant mon sourire, savourant toute son énergie. Elle n’avait pas changé. Cela était plaisant de la retrouver ainsi.

-“ Je suis très contente que tu ais dit oui.” J’inclinais lentement du chef dans un signe de reconnaissance. “ J’ai toujours pensé à toi. J’ai souvent voulu te recontacter sans osé le faire. ” A présent que nous étions face à face, comme si nous nous étions quitté la veille… je trouvais mes hésitations bien stupides. Enfin ! “ Ton frère a bien fait de nous lancer ! Je suis vraiment contente de te revoir!

Je m’étais un peu préparée à la question qu’elle me posa de but en blanc. Je conservais mon sourire. Je la caressais d’un regard doux. N’ayant aucune idée de son niveau de connaissance sur les dernières années, j’allais partir du principe qu’elle ne savait rien. C'était plus commode. “Je vais bien! ” Oui cette fois, j’embélissais moi-même le réel. J’avais connu de meilleures périodes. Mais, je voulais surtout profiter de ce moment, sans le poids de mes soucis. Devant elle je pouvais être qui je voulais. “Je ne sais pas si la nouvelle t’est parvenue. Je me suis mariée. Avec Edward bien sûre, sans surprise. Cela va faire deux ans bientôt. J’ai ma propre maison, enfin! ” Je ne lui avait jamais caché mon grand désir de quitter la demeure familiale, qui entre toutes, me donnait l’impression d’être une prisonnière. Aujourd’hui je la regrettais presque. Quelle belle ironie du sort. “ Je me constitue une belle écurie. C’est passionnant. ” Si le Baron ne freinait point mes ardeurs j’y dilapiderais toute sa maudite fortune… “ Je pourrais t’en faire une visite si cela te dit !? ” Mon enthousiasme me rendait imprudente. Tant pis, j’aurais bien assez de temps pour me faire un sang d’encre plus tard. Je méritais bien un moment de légèreté après tout. Je ne l’avais pas volé!

-“ Qu’en est-il pour toi ? Tu as l’air en forme aussi ! Tyrgan s’est gardé de me raconter ton épopée. Raconte-moi tout ce que j’ai manqué. Je suis si curieuse !! ” Sa vie avait autrement plus d’intérêt et de panache que celle du Baronne en mal d’amour. J’avais hâte d’entendre son histoire. Je savais que cela allait me faire rêver.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Violet Crawley
Violet Crawley
LONDON PEOPLE
Messages : 79
Date d'inscription : 21/07/2020
Localisation : Londres
Profession : Aristocrate
Etat Civil : Mariée sans enfant
27th Août 2020, 18:24
Revenir en haut Aller en bas
Tyrgan Campbell
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Rose Campbell
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FACE IDENTITY : Rose Leslie
IDENTITE : Rose Campbell
GROUPE : London People
AGE : 32 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Infirmière
ETAT DE SANTE : En bonne santé


Sois pas modeste Violet, tu mérites parfaitement mon compliment! Dit-elle, souriante.

Oui, bon, elles avaient sans doute pris un petit coup de vieux toutes les deux, mais même après seize ans sans s’être vu, Rose l’avait parfaitement reconnue. Sa chère amie Violet… si elle n’avait pas été là, Rose était persuadée qu’elle se serait enfuit beaucoup plus tôt. Avec une paire de parents de plus en plus exigeant, et deux frères imbéciles et ignorants, elle avait eu au moins Violet pour l’écouter. L’écouter se plaindre surtout, mais la Princesse avait toujours trouvé les bons mots pour la faire tenir, et lui remonter le moral. Du moins, jusqu’à ce qu’elle ne rencontre Angus. À partir de là, même la personne la plus sage au monde n’aurait eut le pouvoir de la raisonner.

Il faudra que je remercie Tyrgan, oui.

Rose baissa les yeux sur ses mains. Il est vrai que son grand frère s’était beaucoup amélioré, mais il n’avait pas toujours été là pour elle. Bien qu’il avait sans doute subit une pression encore plus grande pour satisfaire les attentes de leurs parents, elle ne pouvait s’empêcher de lui en vouloir. Il avait certainement manqué à son devoir de grand frère. Pour le moment, ce n’était pas Tyrgan qui était important, mais Violet, qui lui affirma qu’elle allait bien. Ce que Rose ne doutait pas d’ailleurs, elle était resplendissante! Et mariée en plus!

Ah oui, je me souviens d’Edward. Félicitations! Pour un gosse de riche, il était pas mal du tout! dit-elle, sourire en coin, avant de pouffer de rire. J’adorerais vous rendre visite un jour.

Si seulement elle pouvait trouver le temps de le faire… C’était un peu le problème d’avoir une vie normale. On ne la voit pas passer parfois, et quand Violet lui demanda ce qu’elle avait bien pu faire durant ces années sans se voir, Rose se demanda par où commencer!

Je crois que je dois au moins commencer par t’expliquer pourquoi je me suis enfuit. Pour ma défense… ce que j’ai fait était idiot, mais je ne le regrette pas. Durant mon séjour, j’ai rencontré un gars. Le gars sur un million quoi… Ça a été le coup de foudre, et j’ai tout balancé pour être avec lui. Après ce que j’avais vécu avec lui, me voir mariée de force à quelqu’un d’autre était une torture.

Sans parler que ses parents ne l’aurait jamais accepté dans la famille. Elle avait préféré Angus à tout le reste. Même sans être tombée enceinte de lui peu de temps après, Rose savait que cela n’aurait rien changé, mais Violet n’en saurait rien. Mentionner Eva était au delà de ses forces. Elle avait assez pleuré aujourd’hui. Les retrouvailles avec Violet ne devaient pas être gâchées. À nouveau, Rose baissa les yeux.

Après un an… ça ne marchait plus entre nous, dit-elle en haussant les épaules, forçant un petit sourire. J’ai fais des petits boulots un peu partout pour mettre un toit au-dessus de ma tête et de la bouffe sur la table. C’était pas la joie, je te ne le cache pas, mais j’ai pu sauver assez d’argent pour faire des études, et j’ai mon diplôme d’infirmière maintenant. Je suis surtout aux soins intensifs, mais je fais un peu de tout. En sans doute le meilleur pour la fin, j’ai un fils de huit ans, Archie.

Rose sortit son téléphone de sa poche pour montrer à Violet une photo de son fils, une garçon aux yeux et aux cheveux verts, comme ceux de sa mère. Rose expliqua que le père n’était plus avec eux malheureusement. Il faut s’attendre à se genre de chose quand on est avec un soldat. Il avait été déployé au Moyen-Orient, et n’en était jamais revenu.

Disons que je n’ai pas exactement eu la même chance que toi, côté amour, mais qui sait, je me trouverais peut-être un Edward aussi un jour! Lança-t-elle, souriante. Pour le moment je suis plus préoccupée d’élever Archie correctement que trouver le prince charmant. D’ailleurs, tu crois qu’il pourrait venir visiter tes écuries avec moi? Enfin, quand tu nous inviteras bien sûr, je ne vais pas m’imposer.

Rose ne regrettait pas le chemin qu’elle avait prit. Tout de même, elle enviait un peu Violet, pour le couple qu’elle formait avec Edward. Tout devait être plus facile à deux. Mine de rien, ça lui manquait parfois, de ne pas avoir quelqu’un à ses côtés.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Tyrgan Campbell
Tyrgan Campbell
LONDON PEOPLE
Messages : 161
Date d'inscription : 05/05/2020
Localisation : Probablement à Londres ou dans son château en Écosse
Profession : Duc d'Argyll, membre de la Chambre des Lords, chef du clan Campbell, avec un petit business de whisky à côté
Etat Civil : Célibataire
27th Août 2020, 23:46
Revenir en haut Aller en bas
Violet Crawley


Roses are Red, Violets are Blue

Ft Rose


Je n’allais pas batailler, avec ma resplendissante Rose, pour savoir laquelle de nous deux avaient conservé les grâces d'Aphrodite. Je ne doutais pas de la sincérité de son jugement. J’observais cependant -avec angoisse- les premiers signes de vieillesse se manifester. Ce n'était presque rien. Mais ils étaient là, pour me rappeler que j’allais aussi perdre cet atout. Je ne me projetais pas dans ce que cela impliquerait. Ceci dit, je savais, de façon plus ou moins confuse, que mon influence et mes droits en seraient meurtries, tout autant que ma chair.

Je souriais modestement à Rose, sans pour autant m’étendre sur le sujet de Tyrgan. La relation entre eux ne me regardais pas, ou plutôt ne me regardait plus autant qu’avant. Même si j’étais certaine que Rose ne prendrait pas partie pour Ken, je ne voulais pas me trahir, et trahir la confiance de Tyrgan. Je n’avais qu’à attendre des nouvelles de lui en essayant de ne pas me faire trop de bile.

Voir mon interlocutrice rire comme une enfant avait un effet immédiat sur tout ceci. Cela m’aida même à conserver le masque de l’épouse épanouie devant elle. J’étais rassurée de voir que Tyrgan avait tenu parole. Une simple rumeur sur nos discordes et la carrière du Baron serait en difficulté. Je n’avais aucun intérêt pour lui. Mais j’en avais pour ma propre tranquillité et celles-ci étaient concomitante. En me faisant la réflexion, je me demandais si je faisais encore assez d’efforts avec Edward ?

-“Oui viens ! ” Je me focalisais sur cette possibilité. Mon enthousiasme était sincère. Peut-être un peu plus qu’il ne l’aurait fallu dans la bonne société. “ Tommy peut venir te chercher à la sortie de ton travail et te redéposer le lendemain. On pourrait passer la soirée ensemble. ” Je recevais peu de monde au château. Moi qui aimait cela. Edward ne voulait pas aller dans des dépenses “superflues”. Un vrai régisseur d’entreprise, si près de ses sous que j’en piquais régulièrement des colères. A quoi bon être riche. Enfin, je n’avais pas à m'appesantir sur tout cela. J’écoutais plutôt l’histoire de mon amie la Rebelle.

Ah. Le “coup de foudre”. Je l'avais attendu! Longtemps!

-“ Oh… ” J’étais si surprise que ma réaction m’avait échappée. Je me sentie même triste, autant pour Rose que pour mon amour des romans d’amour. Un an donc. L’Amour, le Grand, le Bel Amour ne tenait donc pas plus qu’à une révolution terrestre ? Comme c’était désolant! Même si effleurer ce genre de sentiment devait au moins donner quelque-chose ? Je n’espérais plus avoir de réponse. J’essayais plutôt d’imaginer comment une femme comme nous pouvait, du jour au lendemain, se fondre dans la masse. Apprendre, travailler, toutes ces choses que je ne connaissais que de façon théorique. Conceptuelle.

-“ OH! Tu es maman ! C’est toi qu’il faut féliciter Rose. Quelle… aventure ce doit-être ?! ” J’en souriais. “Je n’en reviens pas. Cela fait drôle. ” J’émétais une point d’hésitation. “ Nous avons pour projet de faire un enfant dans l’année. Un garçon, comme toi, ce serait une aubaine! ” Ce qui était à des lieux d’une démarche amoureuse. Mais je me faisais une raison sur ce point. Après tout, qui chez nous, faisait des enfants par amour ? Nos parents ne s’aimaient pas vraiment avant le mariage. Bien que je ne doutais pas de leur affection, j’étais aussi sûre qu’ils se seraient parfaitement passés de nous dans leur vie. Enfin, je n’allais pas faire la cynique, en présence d’une jeune mère heureuse. Rose me donnerait une autre vision de la maternité. C’était une bonne chose. “ Je viendrais quérir tes conseils !

J’admirais le visage de son enfant, en apprenant par le même coup qu’il était orphelin de père. Cette fois, j’en étais muette d’horreur. Je détestais la guerre. Je détestais savoir que tant de pauvre gens mourraient chaque jour pour un jeu de pouvoir stupide. Mais j’étais impressionnée par les coups du sort qui parsemaient la vie de cette amie de coeur. Quelle vie !

Je reculais doucement vers le dossier de la chaise. Je faisais de mon mieux pour ne pas lui faire sentir mon emphatie. Lorsqu’elle qualifia -naturellement- Edward comme un “prince charmant” je dû me contenir pour ne pas me mordre la lèvre inférieure. C’était la contrepartie quand on faisait semblant de vivre dans un conte de fée moderne. Je ne pouvais m’en prendre qu’à moi même.

-“ Oh mais bien sûre ! Archie est le bienvenue. Cela me fera plaisir de le rencontrer et de vous acceullir tous les deux. Qu’Edward soit là ou non. ” Sur ce point je ne laissais pas de place aux oppositions du Baron Noir. Il était hors de question de priver cet enfant du contact des chevaux. Je savais très bien à quel point cela pouvait être une source de réconfort et de bonheur. Ce serait donc comme cela. “Venez. Un mercredi ? Je ferais préparer un goûter ! S’il les aime, je pourrais volontiers lui donner quelques leçons d’équitation ? ” Pour cela aussi Edward s'adapterait. Le domaine des chevaux était le seul et l’unique ou personne ne pouvait me dicter ma conduite. J’avais et je conserverais les pleins pouvoirs dans ce domaine… avant d’en conquérir d’autres. Je ne me permettais pas de dire que cela serait gratuit, avant d’envisager que la question financière soit un frein immédiat. “ Gratuitement! Cela permettra aux chevaux d’avoir un peu plus d’activité. Ce serait fantastique! ” Je me voulais encourageante, pour qu’elle ne soit surtout pas intimidée par un projet de ce genre.

Prise dans ce soudain élan, joyeux -voire jouissif- je récupérais le paquet à mes pieds pour le lui tendre par dessus la table. Je lui fis signe de le prendre. Je la regardais faire, alors que je me sentais sourire tout autant qu’elle. J’avais toujours eu un vrai bonheur à faire des cadeaux. Quand j’avais du temps, je pouvais réfléchir des mois à l’avance, pour trouver l’idée originale.

-“ Ce n’est pas grand-chose! ” Je me justifiais avant qu’elle ait pu l’ouvrir. Je ne voulais pas, qu’elle s’imagine que j’avais peu de considération pour elle, ou pour notre relation passée. Je lui adressais un sourire plus tendre sur le moment. Revoir toutes ces images du passé m’avait rendu un peu mélancolique ces jours derniers. J’avais un peu de regrets pour cette époque. “ Je voulais t’amener quelque-chose.” J’avais fait demander un second exemplaire de cette photographie, que je comptais mettre dans ma propre chambre à coucher. “ Est-ce que tu te souviens ? ” L’automne 2005 nous avions fait un Casse-Noisettes. Le premier ballet qui se passait sur d’autres planches que celles de l'École de danse. Nous n’étions pas beaucoup plus âgées que son fils aujourd’hui. “ Le sol était tellement glissant que j’avais une peur bleue. ” Rose, elle n'avait jamais eu peur de rien. Je l’avais toujours admirée, et jalousée pour cette force.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Violet Crawley
Violet Crawley
LONDON PEOPLE
Messages : 79
Date d'inscription : 21/07/2020
Localisation : Londres
Profession : Aristocrate
Etat Civil : Mariée sans enfant
3rd Septembre 2020, 21:00
Revenir en haut Aller en bas
Tyrgan Campbell
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Rose Campbell
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FACE IDENTITY : Rose Leslie
IDENTITE : Rose Campbell
GROUPE : London People
AGE : 32 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Infirmière
ETAT DE SANTE : En bonne santé


Avec raison, Violet semblait soufflée par la quantité de choses qui lui était arrivé depuis sa fugue. C’est certain qu’en 16 ans, on a le temps de changer complètement de vie. Enfin, peut-être que ça faisait beaucoup de choses pour une seule personne, Rose ne saurait trop dire. Elle avait sans doute fait des choix plus ou moins raisonnables, peut-être aurait-elle du être plus prudente, plus patiente, mais quand quelque chose lui tenait à coeur, elle s’y jetait éperduement. Elle aurait pu se retrouver dans pire situation après tout. Elle avait eu de la chance, mine de rien, qu’Angus ait été l’un des hommes les plus gentils qu’elle ait jamais rencontré, et pas un de ces hommes qui embobinent les femmes pour coucher avec elles. Jusqu’à présent, elle avait eu de l’instinct, et elle continuait de s’y fier.

D’ailleurs, Rose n’avait aucun doute que Violet serait une excellente mère pour ses enfants. Elle se rappelait comment son amie avait toujours protégé farouchement sa jeune soeur, Iris. Puis étant mariée à Edward, Violet n’aurait sans doute pas le choix d’avoir des enfants. Heureusement, elle et Edward semblaient prêts à en avoir.

Ne vous mettez pas trop de pression surtout, ça arrivera quand ça arrivera, dit-elle, tentant de se faire rassurante.

Même si Edward et Violet étaient fous amoureux l’un de l’autre, Rose ne pouvait s’imaginer le calvaire que ça devait être pour un couple souhaitant avoir un enfant plus que tout sans y parvenir. Bien sûr, il y a les traitements de fertilité et tout ça, mais c’était coûteux. Enfin, peut-être que dans leur cas, l’argent n’était pas un problème… Quant au sexe de l’enfant, personne ne pouvait y faire grand chose, bien que pour des raisons qui lui étaient parfaitement familières, un garçon était sans doute préférable à une fille, malheureusement. Quoi qu’il en soit, l’enfant qu’aurait Violet sera entre bonnes mains. Quand elle accepta qu’Archie suive sa mère pour visiter sa propriété, elle proposa même de lui offrir des cours d’équitation. Gênée, Rose allait refuser; son budget lui ne permettait pas ce genre de dépense régulière. Violet sembla alors lire dans ses pensées : elle le ferait gratuitement. Rose regarda son amie, les yeux ronds.

Sérieux?! Ce serait génial! Je suis sûre qu’il adorera. C’est un garçon bien élevé, juste un peu timide. Puis ça te fera un peu la main pour quand tu auras les tiens, dit-elle en riant. J’essaierai de me libérer un mercredi dans ce cas!

Et elle avait déjà hâte d’y être! Comme Tyrgan, elle n’avait pas l’essence d’une grande cavalière. Violet, en revanche, était excellente avec les chevaux. Puis, Archie avait besoin d’un hobbie. Il n’aimait pas le foot, ni la danse, et il était hors de question qu’il se mette au rugby. L’équitation serait peut-être ce qui l’intéresserait, en fin de compte.

Violet récupéra alors un paquet à ses pieds, avant de le tendre à Rose. Bouche bée, la jeune femme le prit entre ses mains aussi délicatement que s’il s’agissait d’une oeuvre d’art inestimable.

Vio… tu n’aurais pas dû. Je ne t’ai rien apporté!

Elle aurait dû se douter que Violet arriverait avec un cadeau pour elle, mais qu’aurait-elle pu lui offrir en retour?... Rose déballa le paquet pour révéler la photo a l’intérieur du cadre. En posant les yeux sur l’image, elle fut momentanément transportée dans le passé. Elle se souvenait de ce ballet, et du plancher glissant. Casse-noisette… une pièce dont elle connaissait tous les mouvements par coeur, à une époque. elle se vit, souriante, pas plus âgée que son fils, et pas un soucis au monde. Émue, Rose fit tout en son pouvoir pour ne pas se remettre à pleurer comme une gamine.

Merci Violet, c’est vraiment gentil de ta part. Comme on était mignonne! Putain… tu ne sais pas à quel point ça me manque de danser comme ça. Si seulement on pouvait revivre le passé, pas vrai?

Tch. Elle devait avoir l’air d’une vieille fille aigrie à dires des choses pareilles. Pourquoi Violet aurait-elle envie de revivre le passé après tout? Rose redéposa soigneusement le cadre dans son paquet, et se redressa, sourire aux lèvres.

Assez parlé de moi maintenant! Je veux bien que tu me rappelles ce qu’est une vie normale, dit-elle, sourire en coin. Enfin, normale pour une noble. J’avoue que ça m’étonne que tu sois mariée à Edward. Enfin, oui et non, il est plutôt beau gosse donc, ça peut se comprendre! Je m’attendais plus à un truc royal j’avoue, mais bon, Edward est sans doute beaucoup moins snob qu’eux. Je ses que mes parents ont cherché de ce côté là pour moi, mais il faut croire que même une famille ducale était au dessus d’eux! Comment Edward à réussi à te convaincre du coup?

Ouais, un baron avec une princesse, c’était assez peu commun. Rose pensait que les parents de Violet n’avaient pu tout à fait approuver leur union, et que le choix d’Edward comme mari revenait donc à Violet. Il devait certainement avoir quelques… bons arguments cachés sous son air sérieux.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Tyrgan Campbell
Tyrgan Campbell
LONDON PEOPLE
Messages : 161
Date d'inscription : 05/05/2020
Localisation : Probablement à Londres ou dans son château en Écosse
Profession : Duc d'Argyll, membre de la Chambre des Lords, chef du clan Campbell, avec un petit business de whisky à côté
Etat Civil : Célibataire
6th Septembre 2020, 17:52
Revenir en haut Aller en bas
Violet Crawley


Roses are Red, Violets are Blue

Ft Rose


Je fis courir un petit sourire sur mes lèvres pour toute réponse à ses encouragements. Je n’avais pas le courage d’aborder la problématique de front pour le moment. Je devais encore intégrer ce qui était ressorti de mon rendez-vous médical clandestin. J’avais également lu un spécialiste sur ces questions. Il disait que des “barrages psychologiques” pouvaient se manifester quand l’un des futurs parents ne se sentait pas assez en sécurité. C’était un aspect que je ne pouvais pas totalement éludé étant donné la vie avec Edward depuis cet automne. Enfin, peut-être qu’en suivant les conseils avisés de Aidan et Swan je réussirais à faire évoluer cette situation dans le bon sens.

-“ Je le ferais avec joie! Je n’ai pas de doute sur le fait que ton fils sera parfait. Ne t’en fais pas pour cela. ” Je riais un peu pour la forme, à la mention de ma future descendance. “J’ai proposé ce jour parce qu’il me semble qu’il n’y a pas école ? Mais ça peut être à peu près n’importe quand. Préviens-moi trois quatre jours avant seulement. ” Lui demandais-je. Ce serait assez pour éloigner le Baron.

-“JTa présence ici aujourd'hui est un cadeau Rose. Je t’assure. ” Je le lui disais avec une douce fermeté, qu’elle ne parte pas dans un élan de culpabilité. Vraiment j’étais sincère. Je n’avais absolument pas de besoin matériel. Mais j’avais absolument besoin de personnes attentionnées dans ma vie. Elle était le cadeau.
Je la regardais en train de regarder le cadre. Je discerne des émotions passer sur son visage. J’étais heureuse de ne pas avoir fait de mauvais pas. J’avais si peu d’ami.es maintenant, que je ne savais plus trop comment faire.

-“ Je t’ai dit que ce n’est pas grand chose. ” Je ne pouvais pas ne pas pouffer à entendre un joyeux “putain” sortir de sa bouche. C’était à des milliers de kilomètres de ce que l’on nous avait enseigné. Elle parlait comme une femme du peuple. Enfin, une femme ordinaire voulais-je dire. C’était une autre preuve du fossé qui était entre nous. “Nous pouvons aller à un Ballet toutes les deux, si tu en as envie ? Je t'y accompagne volontiers. ” Ce n'était pas les occasions qui manquaient à Londres. Cela rendrait mes obligations mondaines bien plus intéressantes !

-“Oui. C’est vrai. Il y a des jours où je rêve de redevenir une enfant.” J’essayais de ne pas montrer trop de mélancolie. J’avais déjà fait cela devant toi l’autre fois. Je m’en voulais encore pour se laisser aller. Je savais qu’il n’y avait rien de bon à vivre dans la nostalgie d’une époque révolue. De plus, je ne voulais pas que Rose me voit comme une noble gâtée et ingrate. J’avais plus que la plupart des Anglaises.“Ils inventeront peut-être une machine à remonter dans le temps un jour!” C'était un fantasme que l'on retrouve beaucoup au cinéma, enfin du peu que j'en avais vu. Je n'y allais quasiment jamais.

Je fus déstabilisée par l’analyse de ma vieille amie. Bien que son raisonnement était le plus logique, le plus évident, il était si éloigné de la réalité que ça en était gênant. Je me muerait dans un silence gêné sans m’en rendre compte d’abord. J’avais envie de détourner les yeux part honte. Mais c’était un réflexe qui n’avait pas de sens face à une femme qui avait brisé ses liens avec la noblesse. Je n’avais pas pu en parler avec toi, ou avec Swan. Je pouvais en parler, sans trop de risque, avec ta soeur.

-“Il n’a pas eu à le faire. C’est un mariage arrangé entre nos deux familles.” Oui, elle était partie avant que je l’apprenne-moi même. Ils avaient fomentés cela avant mes dix-huit ans. Ils avaient soigneusement préparé le terrain pour que je ne me révolte pas. Et je ne m’étais pas révoltée. Edward était charismatique, calme, ambitieux. Il avait tout pour me plaire en apparences. “Le Brexit nous a mis en difficulté Rose... ” Quelle façon délicate de parler bankrupt. C’était la fortune de Mère qui nous avait évité une faillite complète. Malgré moi je devenais mal à l’aise devant notre échec familial. Même si je n’avais rien fait pour, que je n’étais responsable en rien, j’en portais le poid depuis dix ans. “Les Crawley ont beaucoup d’argent. ” Je m’obligeais à exposer la stratégie dans son entier même si elle l’avait certainement saisie. C’était une façon -un peu masochiste- de le garder en tête. “ Ma famille peut garder son mode de vie. La sienne peut y accéder. C’est un bon calcul. Tout le monde y gagne. ” Sauf moi. Mais ce point n’avait pas pesé dans la balance. Une Princesse ne se plaint pas n’est-ce pas. “ C’est moins romantique que prévu… Navrée! ” Je lui offrais un sourire de consolation. C’était vrai, j’étais désolée, que notre monde ne corresponde pas à son fantasme. J’aurais aimé, moi aussi, qu’il y ait une histoire d’amour cachée. Mais il n’y en avait pas. Il n’y en avait pour ainsi dire aucune.

-“La vie est plutôt calme. Edward est souvent pris par ses activités commerciales. Il tente aussi d’entrer en politique. ” Ce que j’allais m'abstenir de commenter. Il était plus royaliste que le roi. Xénophobe. Certaines de ses idées me font sortir de mes gonds. Pourtant je ne suis pas une franche socialite ! “La plupart du temps je suis seule. Je suis assez libre. Je commence à monter ma propre écurie. … Ça me passionne ! ” Mais je n’étais pas dupe. Ma vie était vide. Vide de sens aussi. Je n’avais pas grand chose auquel m’accrocher pour le moment. Mon sourire s’effaçait lentement, je le sentais. Je ne voulais pas pourtant. “J’essaye de bien faire.” Je ne pouvais pas lui dire de but en blanc que je suis malheureuse. Pourtant, je partais doucement à volo. “ Même s’il y a des jours où je me demande si ce n’est pas toi qui a eu raison. ” Je n’allais pas poursuivre sur cette pente périlleuse. Cela ne servait pas à grand chose. J'évacuais donc d'un geste nonchalant de main.

-“Bien! Dis-moi ? Qu’allons-nous boire ? Conseille-moi!” J’avais fait de bien meilleure diversion. Mais je comptais sur sa bienveillance. Je prenais l'une des cartes mises à disposition sur la table pour baisser les yeux dessus.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Violet Crawley
Violet Crawley
LONDON PEOPLE
Messages : 79
Date d'inscription : 21/07/2020
Localisation : Londres
Profession : Aristocrate
Etat Civil : Mariée sans enfant
9th Septembre 2020, 20:04
Revenir en haut Aller en bas
Tyrgan Campbell
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Rose Campbell
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FACE IDENTITY : Rose Leslie
IDENTITE : Rose Campbell
GROUPE : London People
AGE : 32 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Infirmière
ETAT DE SANTE : En bonne santé

Un mariage arrangé? Vraiment? Rose s’était imaginé que les parents de Violet auraient “visés” plus haut, qu’ils auraient voulu quelqu’un de “plus digne” pour leur princesse qu’un baron. Puis, Violet lui expliqua la raison de leur choix : le Brexit les avait mis en difficulté, comme beaucoup d’autres gens. Enfin… en difficulté… Rose dû se mordre les lèvres pour éviter de faire le moindre commentaire. Ils ne pouvaient plus se payer autant de domestiques qu’ils le voudraient? Il ne pouvaient plus acheter la dernière bagnole de l’année? Ils ne pouvaient plus entretenir leurs écuries?...

Edward avait donc été choisi pour sa fortune, plus que pour le prestige, ou encore, parce que Violet l’avait voulu. Dire que, pendant un instant, Rose avait réellement cru que son amie, pour une fois, en avait fait à sa tête, qu’Edward devait l’avoir tellement charmé que Violet avait pu convaincre ses parents de la laisser l’épouser. Décidément, la noblesse ne cesserait jamais de la décevoir.

En même temps Violet ne semblait pas vraiment se plaindre de sa condition. Rose ne se souvenait pas l’avoir déjà entendu se plaindre d’ailleurs, de quoi que ce soit. C’était une force de la nature cette Violet, se dit-elle alors, songeant qu’elle n’aurait jamais pu accepté la même chose.

T’excuse pas, dit-elle en haussant les épaules, un sourire contrit sur les lèvres. J’espère seulement qu’Edward sait la chance qu’il a!

Ce baron au joli minois avait touché le jackpot et il devait forcément l’apprécier. Il ne pouvait certainement pas demander mieux, en tout cas. S’il avait été prêt à partager sa fortune avec celle de Violet, c’est qu’il devait y voir un bénéfice. Dans tous les cas, c’était un beau geste de sa part. Surtout que ce n’était pas vraiment la coutume; il s’agit plutôt des parents de la mariée qui offrent quelque chose, même si c’est un peu passé de mode, même chez les nobles. Visiblement, Violet n’avait pas marié quelqu’un qui était près de ses sous. Surtout si elle avait toute une écurie sur son domaine!

Tu fais toujours tout parfaitement bien Violet, dit-elle, moqueuse. Mais si jamais tu veux t’enfuir, préviens-moi, on ira à la plage reluquer les lifeguards pour te changer les idées!

Seigneur… cette image mentale ne deviendrait sans doute jamais réalité. Violet ne s'enfuira pas. Évidemment, tout noble devait avoir un jour envie de s’enfuir et de vivre normalement, d’être libre de ses décisions. Si Rose pouvait offrir ça à Violet, rien que pour une journée, une demi-journée, une soirée, ça lui ferait plaisir de le faire. Quand elle lui demanda ce qu’il y avait de bon ici, Rose lui suggéra un thé, celui au jasmin. Les scones n’étaient pas trop mal non plus.

Mais je te préviens, c’est pas vraiment le Ritz ici, murmura-t-elle après s’être penchée vers son amie. Ne prend surtout pas le café, il est horrible. Désolée… Je ne manque pas d’argent, ne t’en fais pas, mais les trucs bien coutent hyper cher en ville.

Elle aurait vraiment voulu trouver quelque chose de mieux qu’ici, mais son budget ne lui offrait pas un grand éventail de choix. Ce genre de sortie n’était pas un luxe, pour le moment en tout cas. Plus Archie grandissait, plus il lui coûtait cher, forcément. Elle craignait déjà de se que serait la facture d’épicerie quand, une fois fois ado, il se mettra à engloutir des quantités monstrueuses de bouffe. Le serveur arriva finalement, et Rose choisi le thé vert et les scones aux myrtilles.

Tu disais qu’Edward veut se lancer en politique? Si c’est pour la Chambre des Lords, je peux en glisser un mot à mon frère, si vous voulez. Ne lui dit pas que je t’ai dis ça, mais Tyrgan s’ennuie à mourir là-bas, il y est malheureux. D’après lui, les Lords sont fermés d’esprit sur pratiquement tout. À les entendre, certains auraient envie de retourner à la bonne époque où la noblesse dirigeait le monde. Déjà qu’ils voyaient tout ce qui n’était pas blanc comme une menace ou un danger, il y en à qui commencent à s’en prendre aux écossais. Si Edward veut changer les choses, il vaudrait mieux qu’il tente le coup aux Communes.

Quant à Rose, elle ne s’intéressait pas trop de près à la politique. Elle en avait déjà plein les bras, avec son fils et son boulot. Évidemment, le Brexit était loin de lui plaire, la prohibition encore moins, mais concrètement, elle ne voyait pas ce qu’elle pouvait y faire.

Par contre, s’il veut s’éviter un mal de tête, vaut peut-être mieux qu’Edward reste dans ses activités commerciales. Qu’est-ce qu’il fait au juste?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Tyrgan Campbell
Tyrgan Campbell
LONDON PEOPLE
Messages : 161
Date d'inscription : 05/05/2020
Localisation : Probablement à Londres ou dans son château en Écosse
Profession : Duc d'Argyll, membre de la Chambre des Lords, chef du clan Campbell, avec un petit business de whisky à côté
Etat Civil : Célibataire
15th Septembre 2020, 21:45
Revenir en haut Aller en bas
Violet Crawley


Roses are Red, Violets are Blue

Ft Rose


Malheureusement pour Ed comme pour moi, je ne pouvais abonder dans le sens de Rose. Nous étions, à ce stade, tous les deux au fait que la chance ne faisait pas partie de l’équation. Pour ma part, je tentais de rester un minimum positive. Notre situation finirait par évoluer. Il le fallait bien.

-“Haha. Les lifeguards. J’adorerais ça. ” Lui-dis-je alors que je savais pertinement que cette folle idée avait tout de même peu de chances (elle aussi) de se concrétiser un jour. Je n’allais plus sur les plages. “ Et écouter la mer, mettre les pieds dans l’eau.

Je ne faisais d’ailleurs plus d’activité publique. Si ce n’étaient celles dont les Baronnes avaient l’obligation. Edward est à cheval sur la tradition. Il l’est même souvent plus que Père. J’ai crus que le mariage me permettrait de sortir du corset. Parce qu’Edward et moi étions de la même génération, je m’étais attendu à pouvoir assouplir les règles. Une belle erreur de débutante, puisque rien n’avait changé, ou en tous les cas pas en mieux. Je m’en serais mieux sortie avec un Tyrgan ou même un Edward Leicester. Au moins, je savais qu’Iris aurait elle plus de chance.

Je me penchais vers elle à mon tour pour une messe-basse. J’aimais ces chuchotis complices. Je n’en avais pas fait depuis le départ d’Iris pour son stage. Les petites Duchesses et les comtesses, me faisaient une belle comédie en publique. C’était tout autre chose une fois le rideau tombé. Elles n’étaient pas dupes. Personne n’était dupe. Ma déchéance était éclatante. Je ne pouvais leur réfuter cela. Si je leur tenais tête ce n’était que par orgueil familial.

-“ Non c’est parfait. ” Je m’en voulais de l’avoir mise dans la position de m’exposer sa situation financière. Ca n’avait pas été le but. Je lui souriais avec amitié pour la rassurer. Pour être sûre qu’elle ne doute pas de ma joie d’être dans CE café j’ajoutais une petite confidence. “ Je préfère mille fois ce petit café au Ritz. C’est beaucoup plus vivant. Authentique!” Cela me donnait l’impression de sortir de l’ordinaire pour une fois. Toute nouvelle distraction me faisait du bien. “Merci de me l’avoir proposé Rose.

J’allais donc prendre un thé. Mais ma réflexion se concentrait davantage sur ce que Rose venait de m’apprendre. Bien entendu, je savais qu’elle n’avait pas un niveau de vie très avantagé. Ceci dit, je pensais que son métier était convenablement rémunéré. Je savais que le Roi était attentif aux professionnels de la santé. Sans doute ne l’était-il pas assez. Je disposais d’un compte personnel. Un compte sur lequel Edward avait bien entendu un droit de regard. Etant donné mes “frasques” de “Princesse gâtée” je pouvais aisément trouvé un conte à lui raconter. J’avais proposé mon soutien à Pear… Aidan.

-“Pour tes soucis d’argent. … Je peux te dépanner. ” Je savais que ce genre de proposition peut être très mal prise. Je comprenais pourquoi. Ceci dit, je ne pouvais pas me taire non plus. La chose devait être dite. Car contrairement à ce que pensait mon cher mari, je ne dépensait pas à outrance. “ Ce n’est pas de la charité. Rose je sais que tu es quelqu’un d’autonome. J’admire énormément cela chez toi. ” Autant poser tout de suite les mots qui fâchent. “ C’est un geste d’amitié. Si je peux te soutenir dans tes choix de vie je trouve que c’est une belle façon de dépenser de l’argent. ” Je la regardais dans les yeux. Je ne pouvais pas lui dire le poids. Mon impression d’être la Sacrifiée. Je trouvais cela indécent au regard de sa propre vie de labeur. Je restais donc dans le vague pour ne pas nous mettre dans l'embarras. “ Ca donnerait un peu de sens à tout ça. ” J'espérais qu’elle allait accepter. Mais je n’insisterais pas. “Garde-le en tête ?

Les choix de Rose me paraissaient bon. Je demandais donc la même chose qu’elle. Ce fût elle qui reprenait le fil de notre discussion. Mon sourire s’effaçait doucement à la mention de la politique. Je ne pensais pas qu’elle allait avoir envie de parler de cela. C’était un autre des sujets épineux entre le Baron Noir et moi. Il y en avait décidément beaucoup. J’étais touchée qu’elle ait envie de l’aider sans même le connaître. C’était généreux. Mais, elle se faisait une fausse idée. Edward n’avait pas l’intention de rénover la scène politique. Il voulait la conquérir. Il voulait la dominer… en tant que Lord et rien d’autre. Il avait une posture très claire. Il était affilié aux groupes de l'extrême droite. Le peu de fois où nous avions discuté de cela le ton était monté. J’étais donc dans une situation ambiguë. Je n’avais pas envie que ces affreuses idées soient soutenues. Mais je ne pouvais vertement le discréditer et le condamner. Je trouvais une parade pour ne pas froisser Rose et ne pas non plus à exposer la vérité.

-“Ce serait gentil. Il ne me parle pas vraiment de ces affaires-là. ” Ce qui n’était pas tout à fait faux. C’est moi qui cherchait les informations dans son dos.“ Cela leur permettra de se rencontrer... ” J’allais juste te prévenir en amont. Je sais qu’il pourrait se montrer inamical par simple esprit territorial. J’aurais pu en être flatté si cela était motivé par de l’amour pour moi. Je sais que ce n’est pas le cas. “Je vais en parler à Edward. Je te dirais. ” Voilà, ainsi je n’avais pas à parler des idées politiques de mon époux. Bien…

Rose passait d’elle-même à un autre sujet. C’était un soulagement. Je n’avais pas à faire de pirouette. Je n’aimais pas user de ces stratagèmes avec elle. Elle qui était sincère et ouverte. … Peut-être au fond avais-je bien tort de ne pas m’ouvrir à elle sur la réel. Je l’avais fait avec toi. Pourquoi ne pouvais-je le faire avec ta soeur ? Je tenais à maintenir les apparences. Parce qu’elle me voyait comme “Princesse Violet”. Elle était l’une des rares femmes à me voir encore avec ces yeux. Je n’avais pas envie de voir de la pitié. Je ne voulais pas de ça.

-“ Il est dans l’industrie militaire. ” Je disais cela aussi platement que possible. Mais cela me posait de réelle questions éthiques. Chaque fois que j’entendais les informations sur nos armées déployées je ne pouvais m’empêcher de penser que c’était le matériel vendu par sa compagnie qui entretenait les conflits armés. On disait beaucoup sur les mafias incrustées dans le Royaume. Mais il m’apparaissait qu’Edward n’était pas si différents de ces gens là. “Je n’aime pas beaucoup qu’il participe à cela. ” Autant que je n'approfondit pas plus. Avant de dire quelque-chose qui pourrait se retourner contre moi à la maison.

-“J’ai commencé à m’impliquer dans des actions caritatives pour les blessés de guerre. Je me dis que cela peut peut-être équilibrer la balance entre les effets de son travail et mon statut. ” Je ne l’avais encore jamais dit à personne de cette façon. A part à Iris bien entendu. Elle n’avait rien dit. Elle s’était contentée de sourire. Je l’avais trouvé douce quoi qu’un rien moqueuse. Ou bien était-ce moi qui au fond sentais la vacuité de mon action ? Je ne sais pas. Je souriais … un peu confuse. J’étais prête à assumer ma petitesse devant une amie d’enfance. Rose me connaissait de loin, avec et sans titre. Je ne pouvais pas lui parler de tout. Mais je pouvais au moins parler de cela. “Ca doit te paraître surfait ? Toi qui dédie ta vie aux autres chaque jour. Je dois te paraître surfaite ? ” Je la contemplais avec un mélange d’admiration et d’envie. “ Est-ce qu’il y aurait un moyen d’aider ton travail ? Dis-moi ? J’aimerais contribuer à quelque-chose qui compte… réellement.” Elle était la mieux placer pour me dire où devait aller les moyens que j’avais payé de mon âme. Au moins cela me donnerait un peu plus de raison de tenir dans ma propre Mascarade. Je pouvais me dédier à des Causes, des vrais combats pour améliorer le Monde.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Violet Crawley
Violet Crawley
LONDON PEOPLE
Messages : 79
Date d'inscription : 21/07/2020
Localisation : Londres
Profession : Aristocrate
Etat Civil : Mariée sans enfant
17th Septembre 2020, 12:48
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: