AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -29%
– 200€ sur le Robot multifonction Moulinex ...
Voir le deal
499.99 €

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[CLOS] Save Her ( Strike Team )
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Zac Sanders

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Save Her
Strike Team & Izaline Sanders


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Izaline Sanders
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FACE IDENTITY : Ruth Wilson
IDENTITE : Izaline Sanders
GROUPE : L P
RANG : /
AGE :38 ans
ETAT CIVIL : Célibataire sans enfant
PROFESSION : Journaliste indépendante
ETAT DE SANTE : Plaies, contusions, trauma, désydratation, épuisement ect.
LIENS : Jumelle de Zac, Amie de Megara, tante de Matt, Intime de Rylee, complice de JB, pote de Marlon, collégue de Paul Woods.



Allez Iza concentre-toi. On est le combien ? Le 17. Le dix-sept mars 2019. Les rayons sont tombés. Donc il est après 20h. Dans trois jours Matthew a sept ans. Ça fait 6 pour aller à 28. égal 22. 22 plus 17. 39. 39 jours. 38 nuits. 39 fois 24. 900... 948. Non. 938 heures. 938 heures. Ça fait... Allez. Ça fait ? … Ca fait ? Putain, j'ai soif. Ce connard m'a laissé qu'un demi verre. Sadique de merde.

Non. Pas de colère. Je dois garder mon énergie. Rester calme. Ouais calme... Aie. Va falloir que je trouve une autre position de repos. Va surtout falloir que j'arrive à fermer l'oeil plus de cinq minutes. Maintenant je comprends. Quand ils me disaient que le manque de sommeil était la première cause de craquage. J'ai l'impression que ma tête va exploser. Maman avait raison. « La torture, c'est un marathon sans être préparé. On doit compter chaque effort. »

Même si Zac n'a pas tout de suite remarqué mon absence... Même si Rylee a été sur une opé hardos. Même si JB a eu de la paperasse par dessus la tête. Il y en a bien un qui a du se demander où je suis. Meg a bien dû capter que mon numéro ne répond plus.

Non, je ne commences pas à paniquer. Il a encore 27 pas à faire avant d'arriver à la porte. Inspire. Expire. Lentement. Ils vont sûrement m'emmener dans la petite salle. Cette fois il faut que j'arrive à choper une des vis qui traîne. Si la fenêtre voir si...

« Lèves-toi. » Allez je tiens tête. Je tiens tête. Il ne faut pas qu'ils croient qu'ils ont gagné. Sinon ils ont gagné. Putain, ce regard. Surtout, sur-tout- vite, ne pas rester seule dans la pièce avec ce sale porc. « J'ai dit LÈVES-TOI ! »



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Zac ouvre le coffre de la voiture pour balancer le sac d'armes. Il a l'air de peser son poid. Un âne mort. Avec ce que leur a fourni Bobby ils pourraient faire sauter la moitié du quartier. D'habitude c'est le genre d'OP qui lui fait redresser les poils à Junior. Le risque, l'action, la baston... ce sont devenus des moteurs primaires à force. Personne ne se leurre.
Mais pas pour cette fois. Cette fois leurs tenues de combats noirs et leurs mines d'enterrement ça donne un air de tragédie Grecque. Jaguars dans la nuit. Racés. Lents. Terribles. -les élans de lyrisme c'est comme le chocolat j'aime ça- Ca rend tout cela moins... grave. Toute l'équipe est tendue. Silencieuse. Ils ont peur je crois bien. Ça tombe bien... MOI AUSSI.

La réaction du vieux barbu quand il a appris ma disparition m'a touchée. Je ne pensais pas que j'étais de ceux qu'il aime bien. Comme quoi on est toujours surpris par l'être humain. Dans le bon comme dans le reste.
Pour ça Zac je ne t'apprend rien. Tu as toujours été le plus prudent, de nous deux, avec les autres. C'est même souvent à la limite de la méfiance. C'est peut-être pour ça que depuis que Paul est reparti y a un truc qui te chiffonne. Qu'est-ce que tu crois. Ma personne n'est qu'un petit élément dans un grand schéma. Tu es quand même au courant des choses. Les rivalités commerciales entre les Italiens et les Chinois. Les tensions entre les Anglais et les Irlandais.

C'est Paul Woods qui a fait le lien entre Luton et moi. Lui aussi est un journaliste. Tu l'as déjà croisé avant. Mais tu ne t'en souviens pas. Je lui avais dit que je bossais en Freelance sur le trafic de prostituées Russes. Il y a peut-être Meg aussi à qui j'en ai parlé à mis mot. Je ne sais plus trop.
Ça faisait un moment que je voulais faire un article sur le commerce de chair. Depuis la fermeture des frontières c'est de pir en pir. Avec la surveillance, les restrictions, ils les amènent dans des conditions... ça m'avait pris trois mois pour avoir un premier contact. (Merci Ruby!)
C'est là où ils dispatchent les filles avant de les envoyer vers le sud de l'île. Et c'est là où ils m'ont emmenés moi aussi.

« Marlon bouge. » Balance alors Sanders à Lynch. 43 jours. Lui aussi il a fait le compte. Il sait ce que ça représente. Comme chacun d'eux. Les portières arrières du mini-van claquent. Ils sont en périphérie de Londres. Il n'y a rien aux alentours à part de la campagne et des champs. Il n'y a personne. Ils sont sous les radars pour ce coup.
Clayton est au courant de l'OP. Mais c'est le seul pour le moment. La Strike agit en sous-marin. Ils espèrent faire une pierre deux coups. Me libérer et coincer le bras droit de Markov.

« Allez ! démarre. On a assez perdu de temps comme ça. » Ca c'est pour JB. Inspecteur en chef ou pas. Son subalterne ne s'en préoccupe plus. Il est focalisé sur l'objectif de la mission. Il active le GPS du tel et le fou sur le tableau de bord. 1H16 de trajet selon le logiciel. 76 minutes.

Zac ne l'ouvre pas. Il est plongé dans une méditation sombre. Il revoit le déroulé de l'enquête. Un mois à piétiner de fausses pistes en fausses pistes. Pourquoi ça avait pris autant de temps ? Il sait pourquoi. Il n'avait pas voulu voir la réalité en face. Résultat ?
Résultat vous allez bientôt le voir de vos yeux. Je vous préviens. C'est moche.

Lynch est le premier à mettre pied à terre. Il s'arme. Sanders le suit de près. Les étuis sont pleins.
Le local est à une centaine de mètres. C’est un ancien abattoir. On y a tué des milliers de bovins. Parfait pour récupérer les pauvres filles sans papiers. Parfait pour tendre une embuscade aussi.





" My Family is first."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Zac Sanders
Zac Sanders
PROTECT&SERVE
Messages : 649
Date d'inscription : 22/12/2011
Localisation : En ville
Profession : Policier - Strike Team
Etat Civil : Marié - 1 fils
Mar 19 Mar - 16:26
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste Lemoine
Save Her <<<

Ce n'était pas la première opération que faisait JB, il en avait perdu le compte depuis un moment déjà. Mais elle avait quelque chose de différent. Parce que ça les touchait tous les quatre de plein fouet. Ce n'était pas n'importe qui, qu'ils allaient cherchés, la sœur de Sanders, c'était un peu un membre de la famille. Bien entendu, elle n'était pas dans le cœur de la Strike Team, pourtant, en ayant un lien de sang avec Zac, elle en faisait partie intégrante. Parce que la famille, elle pouvait s'agrandir en plus de l'équipe de base. Tous ceux qui comptaient, qui avaient un lien, entraient - aux yeux du français en tous les cas - dans le cercle. Ce qui faisait qu'il était tout autant prêt à en faire beaucoup pour ces "pièces rapportées". Surtout qu'il l'appréciait Iza, elle n'avait jamais peur de rentrer dans le cadre de son frangin et ce n'était clairement pas un mal.

Il avait rapidement craint le pire en apprenant sa disparition. Parce qu'il connaissait son tempérament de fouineuse. Elle avait cette fâcheuse tendance à aller mettre son nez là où il ne fallait pas. Alors qu'il lui avait dit plusieurs fois, trop déjà, de faire attention. Au moins un minimum et surtout... surtout prévenir, tenir quelqu'un au courant. Pour éviter ce qu'il s'était passé. Elle n'en avait fait qu'à sa tête, comme souvent, sans doute en se pensant au-dessus du danger ou pensant pouvoir le gérer... et paf... disparition. Dans d'autres circonstances, peut-être uqe le vieux loup en aurait soupiré. Mais là... là il était inquiet. Inquiet pour elle, comme pour Zac, qui se laissait sombrer dans quelque chose de bien trop noir... il espérait pouvoir réussir à le tirer hors du cycle dans lequel il était entré. Ce serait dur, notre homme ne se faisait aucune illusion là-dessus.

Alors le fait d'avoir enfin trouvé une piste, que le bout du tunnel s'éclaire, c'était une étincelle d'espoir qu'il avait pris au vol. Il n'avait pas attendu le feu vert du chef, l'opération avait été montée dans leur coin, comme ils le faisaient parfois. Bobby était un vieil ami, qui côtoyait la Strike depuis quelques années déjà. Un mec qui tenait une casse, qui passait sous les radars de tout le monde. Leur fournisseur en armes et en voiture, quand il ne fallait surtout pas passer par le circuit basique. Il gardait leurs affaires persos et savait quoi en faire si par hasard l'un d'eux ne revenait pas en vie. C'était à nouveau les ordres pour cette fois. Il leur avait fourni un van, pour le déplacement rapide de toute l'équipe et surtout, pour qu'ils se déploient à la vitesse grand V sur le terrain, pour tenter aussi de ramener et Iza et un mec à mettre sous les verrous.

Gilet pare-balles passé sous la combinaison noire, gants passés, cagoule dans la poche au cas où, il se mettait donc derrière le volant. A peine avait-il insérer la clé dans le contact, que le plus jeune l'agresser.

- Oh tu te calmes direct, c'est pas le moment de me prendre la tête.... grogna le chef d'équipe qui n'était pas en état de se faire bousculer ou de subir l'humeur et le stress de son subordonné.

Ils étaient tous à cran

Le van démarrait en silence, tout le monde profitait du temps imparti pour se concentrer, ou simplement profiter du silence. Dans ces moments, il n'y avait pas grand-chose à dire. Le déploiement se faisait rapidement, lui aussi. JB contrôlait son fusil à pompe, ne faisant jamais dans la dentelle, surtout que ce genre d'arme permettait une intimidation directe. Marlon prenait un fusil d'assaut de son côté, chacun avait son arme de prédilection pour ce genre d'opération.

Lemoine observa alors un instant la bâtisse plus loin, en allant se planquer derrière un arbre, tournant la tête vers son équipe, s'assurant que tout le monde suivait, il passa sa cagoule, mieux valait, pour le départ, ne pas qu'on les reconnaisse. Il était temps de s'approcher, en silence, comme des loups. Plus ils pourraient approcher près sans se faire repérer plus l'effet de surprise serait puissant. Parce qu'ils n'avaient clairement aucune idée de ce qui les attendait à l'intérieur.

*En français dans le texte
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On est notre seul famille,
si on se lâche,
on n’est plus rien.
Jean-Baptiste Lemoine
Jean-Baptiste Lemoine
PROTECT&SERVE
Messages : 1502
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : Londres
Profession : Inspecteur Chef / Leader de la Strike Team
Etat Civil : Célibataire endurci
Dim 24 Mar - 21:38
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd

Save her
jb, zac, marlon, iza & rylee
T’en as toujours fait qu’à ta tête je ne le sais que trop bien mais cette fois ci tu t’es vraiment mise dans une merde noire comme une grande. Je sais que Zac est capable de bien bien faire de la merde quand il a trop bu ou a pris trop de substances de merde mais alors là franchement tu as sorti le grand jeu et j’ai rien vu venir. Faut dire qu’il fallait comprendre que le bijou que tu avais laissé chez moi voulait dire quelque chose avant que Zac me tombe dessus car il avait capté que j’étais bien trop présente dans ton agenda voir dans tes carnets de croquis. J’avais peut être eu l’intuition que tu t’étais mise dans les ennuies mais je ne pensais pas que c’était à ce point là et ce n’était pas la première fois que t’oubliais des choses chez moi. C’était même plutôt souvent ces derniers temps, comme si tu essayais d’empiéter doucement sur mon territoire comme pour me montrer que tu finissais par prendre de la place mais c’est compliqué de prendre de la place dans ma vie, j’ai plutôt tendance à pas mal la partager avec d’autres histoire d’être tranquille.

On a donc mis du temps à se rendre compte que tu avais disparu puis mis du temps à trouver des pistes parce que c’est pas facile de travailler avec ton frangin quand il a décidé de jouer au mec buté qui préfère rester bloquer sur le fait qu’on couche ensemble plutôt que de passer au dessus et de voir la merde noire dans laquelle tu t’es fourrée. En plus t’as trouvé le moyen de ne surtout pas écouter les conseils de la team histoire d’être bien bien sûre qu’on mette du temps à comprendre dans quoi tu t’es mis. Heureusement qu’on a des contacts partout, qu’on a l’habitude de ce genre de mission même si aujourd’hui ça inclus une personne de notre famille car oui tu en fais partie, les personnes proches de la team sont de la famille, c’est comme ça. Si la femme de Marlon se mettait dans les ennuies on serait là au plus vite. C’est normal.

J’ai mis ma moto chez Bobby, je préfère qu’elle soit à l’abri là bas s’il y a le moindre soucis, lui saura prendre soin de ma belle et je monte dans le van avec les mecs, silencieuse, concentrée sur l’objectif et putain Zac t’as de la chance que JB soit plus réactif que moi car sinon j’aurais été moins douce à te faire fermer ta grande gueule parce qu’on n’a franchement pas besoin de ça à ce moment là. Mon regard croise d’ailleurs celui de Marlon quelques instants, il sait bien ce que je pense que cette mission, je me méfie de toi comme de la peste car je sais que t’es pas capable cinq secondes d’avoir l’esprit clair quand tu es dans cet état et quand ça concerne Iza. Je m’attends à ce que tu nous mettes dans la merde quand on sera au cœur de l’action. Mon regard croise celui de JB qui sait aussi ce que j’en pense et qui sait que s’il le faut je te mettrais hors d’état de nuire assez rapidement si c’est pour le bien de cette mission et d’Iza. Ca me dérange pas un brin, de toute façon ça risque pas de pourrir plus nos relations qu’elles ne le sont déjà vu comment tu me les brises menus depuis la disparition de ta frangine.

Le trajet est long et silencieux et je saute du van en dernière, passant ma cagoule comme les autres, gardant une arme de poing. Je vous laisse le lourd, moi ce n’est pas mon truc, je suis létal au corps à corps et je suis celle qui se glisse dans les recoins et dans le dos des gens. Chacun sa place, on en a l’habitude. Je fais signe à JB que nous sommes tous là avant de m’avancer rapidement vers la bâtisse. Putain d’abattoir, c’est vaste, ça pue la mort et ça leur laisse le temps de nous voir venir de loin. Je me déplace rapidement vers l’endroit, relayant JB avant de laisser Marlon passer devant moi, chacun aux aguets du moindre mouvement qui pourrait se faire dans nos angles morts et je finis par faire signe aux autres de ne plus bouger quand je vois un mec sortir pour fumer sa clope. Au moins ils n’ont pas eu vent de notre possible venue c’est toujours ça. Non loin de lui je me décale pour passer dans son dos et plaque ma main sur sa bouche avant de l’étouffer, faisant signe aux autres de passer vite et t’entrer dans le bâtiment. Putain qu’est ce qui nous attend… J’espère que t’es en vie beauté sinon ça va pas être beau à voir.
code by exordium.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 971
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
Dim 28 Avr - 23:13
Revenir en haut Aller en bas
Zac Sanders

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Save Her
Strike Team & Izaline Sanders


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Quatre cavaliers noirs pour un tableau Biblique.  Ils prennent le masque de leur ennemi. Ils sont là pour accomplir une mission dont lls savent déjà qu’il y aura du sang et des larmes. Cela les rend t-il plus sûre d’eux ou au contraire plus craintifs ?
Leurs silhouettes défilent silencieusement entre les ombres pour entrer sur le territoire des ravisseurs. Sanders accepte que son supérieur soit le premier en mouvement. Il suit derrière lui et c'est que Lynch vient après et Byrd qui ferme leur course funèbre. Ils sont rôdés.

Leur communication se fait signes. Ils ont été à la même enseigne. Le langage militaire ancré dans les muscles. Ils arrivent à progresser rapidement jusqu’aux abords direct de l’abatoire.
Une fois le premier élément à terre, Zac chaussé de ses lunettes thermiques, lève la main droite et forme le chiffre six. Il y a donc six silhouettes qui sont en mouvement dans les murs. Impossible de savoir si Izaline est dans le groupe.

Il voit une porte s’ouvrir sur la gauche. A moitié accroupi, armé posé sur son épaule, l’agent avance à pas rapide. Un coup de silencieux fuse avant que le malfrat comprenne ce qui se passe. Il tombe au sol, raide mort. La main ganté de Sanders retient la porte métallique avant qu’elle se referme sur ses gonds. Main ouverte, pouce rétracté, il fait signe à la Strike d’approcher. Voilà leur ticket d’entrée.
Sans sourciller, il repousse le corps sur le côté, dans l’ombre, le dépouille de ses effets et surtout de son moyen de communication.

Junior demeure en position. Il guette les mouvements prêt à descendre le moindre homme qui passe dans sa ligne de mire. Il patiente jusqu’à ce que Lemoine et Lynch soit là. Par quelques signes, il explique dans quelle direction se déplace le plus gros groupe.

« Romanova ? » Du Russe. Ils parlent en Russe. Sanders a des bases très moyenne. Il est question d’un interrogatoire et d’une fille.

« C’est elle. » Chuchote Zac tant l’information est primordiale à ses yeux. Il se redresse tel un seul homme pour entrer à l’intérieur, bien qu’il n’en ait pas reçu l’ordre direct. Il arrive directement dans un couloir extérieur. Il vérifie droite, rien, puis sur la gauche, rien non plus. Les hommes ne sont pas là.
Alors, en catimini, il avance.

L’humidité, la saleté, le sang… l’odeur est désagréable. Il y a aussi le froid, avec un courant d’air qui circule au coeur de tous les espaces vides.  
Ils ont étudiés les plans du lieu avant de venir. Ils ont eu deux idées sur l’endroit où la jeune femme peut être retenue prisonnière. Junior connaît l’itinéraire par coeur. Il fixe la montre à son poignet droit. Il s’assure ainsi que l’ouest est bien là où il le croit. Il s’élance, vif comme un espadon dans le long couloir de la mort.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Izaline Sanders
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FACE IDENTITY : Ruth Wilson
IDENTITE : Izaline Sanders
GROUPE : L P
RANG : /
AGE :38 ans
ETAT CIVIL : Célibataire sans enfant
PROFESSION : Journaliste indépendante
ETAT DE SANTE : Plaies, contusions, trauma, désydratation, épuisement ect.
LIENS : Jumelle de Zac, Amie de Megara, tante de Matt, Intime de Rylee, complice de JB, pote de Marlon, collégue de Paul Woods.



Je me lève enfin de compte. Ca ou la rouste du grand gaillard. Je suis trop fatiguée. Je n’arrive plus à esquiver quand ils donnent des coups. J’ai remarqué que depuis ce que je compte comme “2 jours” ils sont plus virulents. On dirait qu’ils sont pressés. Mais pressés de quoi ? Ca je ne sais pas. Dans mes grands moments d’espoirs (qui durent approximativement dix secondes) je me dis que c’est parce qu’ils ont peur de vous…

J’inspire à chaque pas, le plus profondément possible, j’inspire. Il faut que j’arrive à détendre mes omoplates. Ou la douche sera pire encore. Ils ont pour habitude d’utiliser les jets karchers. Ceux dont on se servait pour laver les vaches et leur sang. Les premières fois, j’ai bien crus que j’allais perdre mon dos avec le reste. Maintenant je ne sens presque plus rien. Mais, à vrai dire, je ne sais pas si c’est une bonne nouvelle.

L’homme de devant parle dans sa radio. Je connais un peu le matos grâce à la compagnie Strike. Je sais que ces mecs ont les moyens. La Bravat s’est refait une santé depuis la mort du vieux Markov. Pas étonnant, ça faisait des années qu’il attendait son tour celui-là. On entre dans une grande salle. Le courant d’air me glace les os. Je sens ma gorge qui s’irrite. Une quinte de toux me tord en deux. Je n’en peux plus de ce froid.

« Plus vite ! Avance ! » Prêt à me pousser de plus belle je le vois qui se fige. « C'était quoi ça ? »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]





" My Family is first."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Zac Sanders
Zac Sanders
PROTECT&SERVE
Messages : 649
Date d'inscription : 22/12/2011
Localisation : En ville
Profession : Policier - Strike Team
Etat Civil : Marié - 1 fils
Ven 10 Mai - 18:02
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste Lemoine
Save Her
Évidemment, ils ne sont pas là pour faire dans la dentelle. Rylee et Zac mettent hors de nuire des mecs, chacun à leur façon. Le français sait qu'il doit tenir à l'œil le frangin, celui qui vient sauver sa sœur, parce qu'il est comme une bombe à retardement. Il pourrait faire tout foirer, par un simple coup de sang. Ce qui serait vraiment trop con. Parce que la sécurité de son équipe était sa priorité, ensuite celle d'Iza. Si elle était encore en vie. Alors il restait près de son équipier, tout en sachant aussi, que s'il le fallait, Rylee ou Marlon étaient prêts, eux aussi, à dealer avec Zac, sans doute pas de la façon la plus douce, mais s'il fallait mettre K.O ce chien fou, il ne fallait pas se priver. C'était ça ou prendre le risque que tout foire. Et personne ne le souhaitait.

Se déplaçant aussi silencieusement que des loups, la petite équipe était fin prête à attaquer. Bien entendu, Sanders n'attendait rien, il fonçait tête baissée, ce qui ne manquait pas de faire froncer les sourcils au chef d'équipe, qui lui emboîtait le pas à grande vitesse. Il l'attrapait alors par le col, dès qu'ils arrivèrent dans le premier couloir de la bâtisse, le tirant doucement en arrière, derrière lui, devant Rylee. Ce qui faisait qu'il se retrouvait en tenaille entre deux membres de la Strike. Ce n'était pas à lui de passer devant. Pas dans cet état.

JB faisait signe à Marlon de garder la fin de la marche. Il s'occupait de protéger leurs arrières, lui s'occuper de gérer les déplacements. Il ouvrait la marche. Lentement, avec précision, ne prenant aucun risque pour le moment, se déplaçant avec vivacité, comme tout le reste de l'équipe sur ses talons. Tout semblait assez vide, très grand. Allez savoir s'ils trouveraient rapidement, sans se faire repérer avant. Parce qu'ils ne pouvaient pas voir d'où venaient toutes les menaces. C'était ultra dangereux ce qu'ils se permettaient.

Des voix, sur leur droite. Jean-Baptiste s'accroupissait sans attendre, faisant signe à toute l'équipe de faire pareil. Planqué dans les ombres. Leur plus grande alliée. La voix masculine se rapprochait. Comme s'il les avait vu, ou les avait entendus, ils s'arrêtaient. Le français s'arrêtait, lui, presque de respirer. Il fallait qu'ils marchent encore un peu. Etait-ce la silhouette d'une femme qu'il décelait juste derrière l'armoire à glace? D'un mouvement sec, il tendait le bras pour empêcher Sanders de faire tout mouvement qui les vendrait. Il fallait qu'ils arrivent à leur hauteur, pour les prendre en tenailles et les désarmer rapidement. Parce qu'ils ne pouvaient pas voir encore, jusqu'à combien était la garde rapprochée de la jeune femme... mais qu'est-ce qu'elle avait foutu bon sang?

*En français dans le texte
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On est notre seul famille,
si on se lâche,
on n’est plus rien.
Jean-Baptiste Lemoine
Jean-Baptiste Lemoine
PROTECT&SERVE
Messages : 1502
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : Londres
Profession : Inspecteur Chef / Leader de la Strike Team
Etat Civil : Célibataire endurci
Jeu 16 Mai - 22:51
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd

Save her
jb, zac, marlon, iza & rylee
Je jure entre mes dents quand je te vois, Junior, entrer comme un seul homme dans le bâtiment après t’être débarrassé du second homme. Nous avons chacun notre méthode ça me gène pas mais putain c’est pas toi le chef et ça me saoule quand tu fais ça. Je te regarde JB en soupirant avant de me reconcentrer, on le savait de toute façon, on va pas jouer les surpris maintenant. Ce n’est déjà pas une mission facile car nous sommes tous touchés par le fait qu’Iza soit peut être morte ou dans un sale état -à voir ce qui est le mieux vu ce qu’elle aura vécu- mais si en plus on doit gérer le bleu en mode warrior c’est juste chiant. Comme s’il n’y avait que toi pour être touché par tout ça, vraiment j’ai du mal mais bon. Je rentre après toi boss et fais signe à Marlon de me suivre pour pouvoir rattraper celui qui n’écoute rien. Et on ne se demande même plus qui cela peut être a force des années. Je te jette un regard noir quand JB te met entre lui et moi et te fais signe de fermer ta gueule et de suivre les ordres.

Du bruit, je fais signe à Marlon de ne plus bouger et je regarde le groupe s’avancer. Allez y les gars, avancez encore un peu histoire qu’on puisse savoir exactement combien vous êtes… Mais quelque chose les arrête et je grimace. Nous ont-ils entendu ? Ils semblent demander des informations qui ne viennent pas dans leur talkie, certainement les deux mecs de l’entrée et ils ont l’air perplexe sur ce qui est en train de se passer. Comme souvent ils décident de faire ce qui est le plus logique et qui nous arrange méchamment : envoyer des gars pour aller voir ce qui se passe, leur faisant signe d’en prendre d’autre. Donc ça veut dire qu’on n’a pas que ce groupe là à gérer. Superbe… Manquait plus que ça. Je n’y connais rien en russe mais deux ça va c’est dans mes cordes donc on a 5 silhouettes vers nous et certainement trois ou quatre qui vont rapidement être dans notre dos. Faut qu’on nettoie rapidement sinon c’est nous qui allons nous faire prendre en tenaille et je suis moins fan.

Les hommes avancent dans la grande salle, une silhouette féminine se détache entre eux et a une méchante quinte de toux, se pliant en deux. Me faut pas beaucoup plus que savoir que c’est toi Iza. Dès que j’ai vu ta silhouette de toute façon, je la connais assez intimement pour la reconnaître entre mille et je pose ma main sur ton épaule Zac. C’est pas le moment, faut qu’ils avancent entre un peu… Encore encore un peu les gars… On sait au moins qu’elle est en vie c’est le plus important et faut que l’attaque se passe bien pour qu’elle le reste. Ils avancent encore un peu mais clairement sur leur garde, regardant autour d’eux. Je te fais signe JB qu’on est prêt avec Marlon pour les prendre dans le dos quand tu attaqueras de face avec Zac. On s’est décalé légèrement pour être mieux placés. J’attends que tu me fasses signe, on a intérêt à être rapide et efficace si on veut pouvoir gérer le reste. En espérant qu’en plus des mecs dans notre dos qui vont rappliquer rapidement quand on aura commencé à tirer, on n’en ait pas d’autre. Enfin… Une mission comme une autre quoi…
code by exordium.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 971
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
Mar 4 Juin - 10:39
Revenir en haut Aller en bas
Zac Sanders

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Save Her
Strike Team & Izaline Sanders


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Izaline Sanders
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FACE IDENTITY : Ruth Wilson
IDENTITE : Izaline Sanders
GROUPE : L P
RANG : /
AGE :38 ans
ETAT CIVIL : Célibataire sans enfant
PROFESSION : Journaliste indépendante
ETAT DE SANTE : Plaies, contusions, trauma, désydratation, épuisement ect.
LIENS : Jumelle de Zac, Amie de Megara, tante de Matt, Intime de Rylee, complice de JB, pote de Marlon, collégue de Paul Woods.



Je sens le feu dans mes poumons qui se calme un minimum. La quinte m’a fait transpirer. Le froid vient glacer l’humidité. Je me redresse avec un frisson entre les omoplates. La douche froid me fera peut-être tomber dans les pommes. Ce ne sera pas plus mal. Je repars, mais le garde m’empêche de faire deux pas. Les quatre autres arment leur revolvers … Celui de devant recommence à parler au talki. La voix est plus tendue.

… Un espoir ? Les cliquetis métalliques accompagnent les pas des Russes. Mais j’entends surtout mon coeur qui commence à accélérer. Je regarde, je scrute la pénombre à ta recherche. Si je tente notre signe de reconnaissance peut-être ? Peut-être. J’entend le chef donner l’ordre aux effectifs de venir ici. Je ne sais pas combien ils sont en tous. Mais je sais que c’est trop. Je pince les lèvres. Avant que j’ai fini d’inspirer pour siffler je t’entends.

« Triiit, Triiiiiiiiii. Triit. Triiiiiit. » Celui qui veut dire caches-toi. Je me baisse de toutes mes forces. Je m’arrache de justesse à la prise du gars. Pas le temps de réfléchir. Je fais trois pas sur la gauche, pour glisser vers la gauche et me cacher derrière une des machine. Une pluie de coups de feu débute. Le ricochet de balles sur les parois métalliques fait un bruit d’enfer.

« MARLON DERRIÈRE TOI ! » Ma voix est tellement éraillée que j’espère que le Tank va comprendre. Je vois que mon cri a attiré l’attention. Je me met à marcher en crabe vers la gauche là où l’espace est plus étroit. Je préfère encore crever que de retourner là-bas. Je roule pour passer sous une machine à l’abri.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Junior vrille son regard noir sur le chef d’équipe alors que les Russes s’arment. Il pince les lèvres et envoie un signal sonor. Trois notes de musiques distinctes. L’entrée de l’hiver de Vivaldi. L’un des morceau préféré de leur mère. Code familial. Inscrit dans les premières fibres mémorisées. Un autre sifflement répond.

Cinq secondes plus tard l’homme accroupi bondit. Il sort de la cachette vif. Le bras armé de la mort tendu pour abattre. Une balle arrive dans le poumon du mafieu placé à trente degrés sur la droite. L’homme tombe. Zac a déjà tourné son arme sur son voisin et tente un tir. Il se penche alors qu’une salve commence du côté adverse. Les ordres russes fusent dans le sifflement des projectils.

Il s'accroupit et tire dans le mollet du plus près. La balle passe dans la chair. Un hurlement de surprise et le mec tombe à moitié. Junior vise le crâne. Deux hommes à terre en quelques fractions. Il a vu la silhouette de la jeune femme fuir de l’autre côté du hangar. Les yeux rivés sur l’ennemi le frère écoute le pas des renforts qui approchent. La chance va tourner.
Il reste en mouvement. Il est une cible vivante et mobile. La dopamine lui permet d’aller un peu plus vite.

« ELLE EST LA-BAS! » Il regarde par dessus son épaule pour faire le point. Il voit JB.

Quatre hommes apparaissent à l’entrée la plus proche. Ils sont armés et cherchent le gibier. La gueule déformée par la colère. Ceux sont des tueurs nés. Ils ne feront pas de quartier.
Quelques secondes plus tard quatre autres hommes arrivent de l’entrée ouest. Ils ont l’air aussi enragés que les autres. Les renforts sont là et bien là. Il se peut qu’il y en ait d’autres. Sanders, avise les deux mecs qui se détachent du lot, pour aller vers la planque de la journaliste. Ne voyant aucun Strike vers la zone, Il sort à couvert. Il est silencieux. Les deux bras tendus tirs dans les dos ennemis. Les balles se fichent dans les muscles. Le sang est versé. Les hommes tombent. Le sang est sur les semelles et sur le visage.

Junior fait trente degrés sur la gauche pour voir un mafieux venir vers lui. Le chargeur du révolver gauche est vide. Le morceau de métal devient un projectif. Le boomerang arrive dans la tête du gars dont la tête fait un petite rotation. Pendant ces quelques secondes le magasin de l’arme deux est rechargé.
Les cadavres gisent sur le béton. Les tâches de sang rendent le sol glissants.
Zac cherche ses coéquipiers des yeux. Il repères un à un ces loups sauvages. Pour l’instant ils ont l’air de tenir bon. Il faut bien dire que c’est ce qu’ils savent faire de mieux: éliminer la raclure londonienne. Lui a surtout une idée fixe. Il veut finir de traverser pour aller retrouver sa jumelle. Il ne voit pas que deux hommes arrivent encore de l’entrée qui est dans son dos.

« ZAC ! » Izaline est penchée au-dessus de l’un des cadavres pour lui prendre l’arme encore chaude. Elle actionne le mécanisme et tir sur le plus menaçant des deux. L’impact fait reculer et déséquilibre. L’autre prend le relais mais Sanders l'abat avant. Ce n’est pas passé loin. Pas loin du tout même. Ils doivent faire plus attention. Les jumeaux se rapprochent l’un de l’autre. « JB... ? Ry... ! » Souffle la jeune femme dont le flux d’adrénaline est en train de redescendre.
Elle vacille. On dirait un fantôme tant son teint est pâle. Une poupée de chiffon aux cheveux sales et aux yeux rouges sang. Iza attrape ce qui lui tombe sous la main pour s'y retenir. La manivelle d'une machine. Un grincement sinistre retenti dans l'entrepôt.






" My Family is first."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Zac Sanders
Zac Sanders
PROTECT&SERVE
Messages : 649
Date d'inscription : 22/12/2011
Localisation : En ville
Profession : Policier - Strike Team
Etat Civil : Marié - 1 fils
Dim 16 Juin - 19:22
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste Lemoine
Save Her
Jean-Baptiste se concentrait sur sa respiration, la faisant la plus lente possible, pour ne pas attirer l'attention, pour ne pas être entendu. Il fallait que le groupe avance à leur hauteur, qu'il les dépasse même, pour qu'ils puissent attaquer par derrière, les surprendre de la meilleure des façons. Il sentait pourtant le Junior être prêt à tout pour sa frangine et il se demandait si ça avait été la meilleure des idées d'accepter de le prendre avec eux. La suite lui montrerait rapidement qu'il aurait mieux fait d'écouter la team et de laisser le plus jeune dans la voiture, le temps de l'attaque. Mais ils avaient besoin d'être les quatre, parce que c'était ainsi qu'ils arrivaient le mieux à gérer ce genre de situation. Etre un nombre impair pouvait aussi avoir des conséquences graves.

Le chef d'équipe n'eut guère le temps de faire quoi que ce soit, à peine reconnaissaient-ils tous la silhouette de celle qu'ils étaient venus chercher, que Sanders s'activait, sans attendre le feu vert. Ils n'étaient pourtant pas en état de ferrailler ainsi à tout va, sans un minimum de plan d'attaque. Le coup de feu se faisait entendre, le type tombait raide mort. Pas que cela, en soit, dérangeait réellement le français, mais parfois, il espérait pouvoir faire couler le moins de sang possible. Parce que c'était aussi quelque chose qu'il faudrait pouvoir expliquer, si des signes les trahissant étaient retrouvés. Heureusement, ce n'était pas leurs armes personnelles qu'ils utilisaient. Il serait difficile de remonter la trace jusqu'à eux...

- ZAC bordel de! Il se redressait à son tour pour tirer dans le tas, dans ces conditions, mieux valait ne pas attendre, surtout que le plus jeune de l'équipe fonçait tête baissée dans le danger, sans se préoccuper de ce qui l'entourait, puisqu'il n'avait qu'un but, retrouver sa sœur.

Si Lemoine pouvait parfaitement comprendre ce besoin primaire de sauver les siens - il était pareil avec sa fratrie - il estimait que ça n'excusait pas le fait de mettre en danger le reste de l'équipe, sans réfléchir plus loin que le bout de son nez.

- Rylee, Marlon, couvrez les entrées!

Parce qu'ils allaient être pris en tenaille, c'était un fait, les renforts avaient sans aucun doute été appelé ou en tous les cas, les coups de feu ne passaient pas inaperçus. Sans attendre, JB abattait un homme trop proche de sa personne, avant de se planquer derrière une plaque de métal, tandis qu'une rafale lui arrivait dessus. Soufflant pour reprendre un rythme cardiaque un peu plus normal, l'adrénaline était venue en un bloc compact, il préférait la faire redescendre une seconde, pour retourner dans l'arène. La crosse de son pompe se retrouvait dans les dents de l'un des renforts, qui se retrouvait alors au sol, assommer, mais pas mort. Avant que tout ne semble se calmer un instant.

Sans attendre, il avait rejoint les jumeaux, attrapait alors Iza par le bras, le passait par-dessus sa nuque, pour l'aider à marcher. Ce n'était pas le moment de s'attarder, qu'importe qu'elle ait lancé un quelconque mécanisme.

- Allez on s'arrache avant que d'autres ne débarquent!

L'ordre était lancé à toute l'équipe, Marlon ouvrait le chemin et s'assurait que la voie était belle et bien libre, jusqu'au van, ils n'étaient plus très loin. Ils s'expliqueraient une fois à l’abri, pour le moment, Lemoine voulait surtout mettre Iza dans un lieu sécurisé, loin de cet endroit de mort.

*En français dans le texte
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On est notre seul famille,
si on se lâche,
on n’est plus rien.
Jean-Baptiste Lemoine
Jean-Baptiste Lemoine
PROTECT&SERVE
Messages : 1502
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : Londres
Profession : Inspecteur Chef / Leader de la Strike Team
Etat Civil : Célibataire endurci
Sam 22 Juin - 22:50
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd

Save her
jb, zac, marlon, iza & rylee
Putain de Junior de mes couilles ! Encore heureux que je ne puisse pas gueuler fort parce que j’aurais certainement trouvé encore plus de matières à être grossière. Je me retrouve à devoir tirer dans le tas aussi parce que maintenant on ne risque pas de s’approcher plus et surtout on n’a plus vraiment besoin d’être discret vu le massacre qu’est en train de faire le junior. Non pas que le sang me dérange mais franchement on aurait pu faire ça autrement. Je ne suis pas la plus douce et pacifique de l’équipe mais si on s’en tire sans égratignures ce sera juste ouf quoi. Je me redresse pour défourailler aussi avant de me remettre correctement comme des mecs arrivent d’un peu tous les côtés et je fais signe à Marlon au moment où la voix d’Iza gueule. Je descends le mec qui était en train de le viser de justesse et lui fait signe que c’est ok avant de me remettre bien parce qu’on ne peut trop se permettre de se concentrer sur la zone de Jb, Zac et Iza comme on a l’entrée dans notre dos et que je suis persuadée qu’on va en prendre plein dans la gueule dans pas longtemps.

Je fais signe aux trois de nous suivre alors que Marlon ouvre la marche avec moi. « Junior tu fermes ». Tu restes derrière, tu fais gaffe que personne nous canarde et t’es mignon tu fais ton taf au moins une fois dans la journée ce sera bien. Mon regard passe rapidement sur toi, Iza, parce que là j’ai mieux à faire comme faire que personne ne crève dans notre équipe et on essaie avec Marlon d’ouvrir au mieux le passage. Forcément on ne met pas longtemps à entendre des bruits à l’extérieur et on fait signe aux autres de se mettre à l’abri avant de passer très rapidement le nez par la porte et de reculer en prenant une salve de balles. Marlon et moi allons nous regarder un court moment avant de jouer à pierre/feuille/ciseaux. « Tin mais le cul que tu as quoi ! » vais-je faire avant de lui faire un doigt d’honneur quand il va se frapper les fesses. Je secoue la tête avant de soupirer et de sortir d’un seul coup, me doutant bien que je me ferais canarder mais faut que je puisse atteindre l’arbre plus loin si je veux pouvoir faire sortir les autres et Marlon est censé me protéger. Enfin comme il le pourra…

Je sors rapidement, un feu bien nourri m'accueille et je me protège comme je peux derrière l'arbre. L'écorce vole sous les balles mais Marlon va rapidement avoir ceux qui se sont mis à découvert pour me canarder. Ça fera toujours ça de moins. Marlon se cache de nouveau alors que ça canarde de son côté et j'en profite pour tirer, n'évitant pas une balle qui va me frapper dans la clavicule droite « 'Chié ! » Je me remets derrière l'arbre en frappant ma tête contre l'écorce en jurant et change mon arme de main. Je suis moins douée mais on va faire avec. Il ne reste plus grand monde, un petit coup de main des gars et ça le fera. Tout droit vers le vanne après. Marlon va faire signe à Jb de venir lui filer un coup de main, ayant bien remarqué que j'ai un soucis, sans trop voir quoi.
code by exordium.




résultats possibles:
 




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 971
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
Lun 8 Juil - 15:15
Revenir en haut Aller en bas
Dice Master
Le membre 'Rylee Byrd' a effectué l'action suivante : Lance ton dé bordel!


'D10' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Résultat : 7




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Know the rules:
 
Dice Master
Dice Master
MJ
Messages : 544
Date d'inscription : 20/11/2011
Profession : Lanceur de dés
Lun 8 Juil - 15:15
Revenir en haut Aller en bas
Zac Sanders


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Save Her
Strike Team & Izaline Sanders


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Izaline Sanders
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FACE IDENTITY : Ruth Wilson
IDENTITE : Izaline Sanders
GROUPE : L P
RANG : /
AGE :38 ans
ETAT CIVIL : Célibataire sans enfant
PROFESSION : Journaliste indépendante
ETAT DE SANTE : Plaies, contusions, trauma, désydratation, épuisement ect.
LIENS : Jumelle de Zac, Amie de Megara, tante de Matt, Intime de Rylee, complice de JB, pote de Marlon, collégue de Paul Woods.



Je sursaute en voyant un corps tomber à deux centimètres de ma chaussure droite. Je relève tout de suite les yeux effrayée par le visage du mort. Je vois Jean-Baptiste et il est... comme flou. Je crois que je ne vais pas tarder à perdre connaissance. Mais, je sais que je ne peux pas. Je ne peux pas lâcher maintenant. Je lutte de toutes mes forces pour bouger. Je sens la sature solide de JB. Je me tiens à lui autant que je peux. J'avance de façon totalement automatique.

Je ne vois plus Zac, ni aucun des autres. Mais je sens sa présence pas loin. Je ne sais pas l'expliquer. C'est l'histoire de ce fil qui nous relit tous les deux. Ces trucs de jumaux que les psys adorent étudier. C'est réel. C'est bien bien réel. Le grincement d'une porte me brise les tympans. Tous les sons, tous les bruits, sont agressifs. Je sais ce que ça veut dire.

« Jean ... » Du vent... je sens le vent. On approche du dehors. Il faut que je me concentre sur ça. J'ai envie de ralentir. Mais je sais qu'on ne peut pas. Il y en a qui sont dans notre dos. Ca peut se jouer à dix secondes prés. Je vois le Tank qui passe sur la droite. Voir ce grand colosse chauve ça me fait du bien. Ils sont venus, tous les quatre, ils sont venus me libérer. Comme je l'espérais si fort. Pour eux, Iza, faut que tu tiennes pour eux. Pour Zac et puis pour Matt, pour Meg, pour les parents.

« LA ! »

Deux brutes épaissent remontent dans notre direction. Mon coeur s'emballe en même temps que leurs pas accélèrent eux aussi. J'imagine que vue leur taille mes pauvres cours de karaté ne vont pas faire grand chose. Bon sang si seulement j'avais écouté papa quand il me disait de m'entraîner. Une force m'attire vers l'avant. Je croise le regard de JB. Plus loin la silhouette de Rylee. Rylee ce n'est sûrement pas le bon moment pour trouver que la tenue de camouflage lui donne un truc carrément sexy. Bon au moins mon cerveau fonctionne encore.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La progression est lente, diablement, lente. Les renforts qui sont arrivées ont rengorgé les forces ennemies. A vue de nez ils sont maintenant à 4 contre 1. Ils se sont sorties de situations plus délicates. Mais, ils étaient seuls alors. Pas de civil à protéger avec eux.
Sanders presse la détente encore et encore. Il vise et touche une fois sur deux la cible. Il fait dos à Izaline et Jean-Baptiste. Il couvre les arrières comme le lui a si aimablement demandé sa veille partenaire.

« Iza T'ARRETE PAS ! »

Il regarde rapidement par dessus son épaule pour évaluer la distance qu'il leur reste à parcourir. C'est là qu'il voit le Tank quitter sa position pour aller retrouver Rylee.

« Continue Iza. Continue ! T'y es presque. » Marmonne alors Junior dans un obscure dialecte d'une région pauvre des Indes. La jeune femme épuisée fait de son mieux.
La langue de l'enfance semble provoquer comme un détonateur chez feu la captive. Elle a un regain d'énergie et pousse la cadence, et allonge le pas. Elle se couvre les oreilles pour atténuer le bruit des détonations qui se suivent à la vitesse d'un méchant feu d'artifice.

Une balle vole à trois centimètres de la joue droite de Zac. Une sueur acre lui coule entre les omoplates, à grande eau. La Mort est passée tout prés. La vision d'un gamin perché sur son vélo clinquant est passé sur la rétine du policier. Une fraction de seconde pour que son fils lui fournisse l'ultime inspiration.
Il grogne comme un loup furieux et enchaîne quatre coups rapprochés. Les tirs sont d'une précision étonnante. Il n'y a que dans ces moments étonnants que, de temps en temps, le cosmos s'aligne. Juste trois inspirations puis tout repart.

« Shit. Shit. Shit !! »

Les boosts s'enfoncent dans ce qui est probablement de la boue. Sanders se place de nouveau à bouclier. L'équipe est au complet et à couvert. Il y a quelque-chose de l'ordre du miracle.

« Iza, suis JB! Grouille. » Beugle Junior dans son dos.

En périphérie il remarque la posture étrange de l'agent Byrd. La femme est blessée. Cette donnée transite dans le cerveau en feu de l'Anglais. Les liens qui l'unisse à la Strike ne sont pas fait de globule rouge ou de code génétique, mais ils sont tout aussi solides. Personne ne touche à un memble de la meute sans en subir les conséquences directes. Mais pour l'instant
Zac sait qu'il doit garder la tête froide. Ils doivent extraire sa jumelle d'ici. Tout de suite. Ils arrivent à l'entrée du parking. C'est proche, la liberté est proche.

« Je vous couvre ! »

La marche à reculons alors qu'il surveille les derniers survivants du bataillon Russe. Un doux bruit de moteur arrive à leurs oreilles. Lynch vient d'allumer le contact. Il a le pied prêt à appuyer sur le plancher. Avec un rien de chance, oui, ils peuvent s'en sortir vivants.
Un à un, ils montent dans le van. Junior entre en dernier. Il fait glisser la portière sur ses gongs alors que le moteur hurle.

« Rylee ?! God ! ! » Izaline rampe pour aller au chevet de Rylee. Elle regarde la blessure sanglante et son teint devient plus que blême. Soudain toute sa fatigue s'est envolée. Elle ne sent plus les douleurs physiques. La peur de perdre un être cher commande sur tout le reste. Au fond de ses pupilles se lit un sentiment sincère qui vaut tout discours. A quoi bon parler. Ils pensent en symbiose. « Faut l’emmener à l’hôpital ! JB ! ! »

« L’hôpital c'est trop risqué là. » Rappelle sommairement Sanders. Lui qui ne peut pas se réjouir d'avoir retrouver sa soeur tant que la deuxième est dans cet état. Les cris de joie devront attendre encore un peu. « Allez Rylee reste avec nous. »






" My Family is first."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Zac Sanders
Zac Sanders
PROTECT&SERVE
Messages : 649
Date d'inscription : 22/12/2011
Localisation : En ville
Profession : Policier - Strike Team
Etat Civil : Marié - 1 fils
Jeu 11 Juil - 0:20
Revenir en haut Aller en bas
Marlon Lynch
Le trajet jusqu'à l'abattoir avait pris un certain temps et en silence, c'était un bien pour Marlon. C'est tout ce qu'il lui fallait pour enclencher de mode "Machine de guerre". Oh, il était plus que concentré, et sans un mot il avait calculé tout le monde à bord. Un signe de tête à Rylee pour lui signifier qu'il avait compris le message, qu'il savait ce qu'elle ressentait, et que presque avant le but de sa mission, c'est Zac qu'il surveillerait comme le lait sur le feu.
JB, c'était JB, nul besoin d'aucune mise au point entre les deux, ça coulait de source.
En revanche, il avait croisé deux ou trois fois le regard de Zac pendant le trajet, et s'il avait essayé de lui insuffler son calme apparent légendaire, il espérait bien que Junior avait tout aussi saisi la mise en garde implicite. C'était vraiment pas le moment de flancher.

Se connaître par coeur en tant qu'équipe avait de multiples avantages. Ils faisaient tout comme un seul homme. Chacun son rôle, chacun à sa place et avec une confiance sans borne les uns envers les autres. Ouais, ok, avec peut-être un petit bémol pour Zac, surtout en ce moment.

Froid comme l'acier, c'est Marlon qui avait lancé le bal à leur arrivée, équipé et armé jusqu'aux dents, son HK416 déjà opérationnel. Sans un mot, il avait un peu avancé, puis s'était accroupi, près à faire feu, laissant passer ses camarades pour la suite de l'assaut. Il fermerait la marche sans rechigner, couvrant leurs arrières en vrai pro qu'il était, car visiblement Zac était plus remonté qu'un coucou suisse et passait en premier.

Rapidement, l'équipe avait investi les lieux. Ils étaient entrés dans l'action tout naturellement. Sans une once d'état d'âme, le Tank avait dézingué tout ce qui avait eu le malheur d'entrer dans sa ligne de mire. Il n'avait surement pas tiré un nombre incalculable de fois, mais avait fait mouche à chaque fois ou presque.
Pour plus d'efficacité, le mode émotionnel étant sur Off, il assimila que leur colis - il préférait avoir totalement dépersonnalisé Izaline jusque là- avait été trouvé saine et sauve. Le plus dur était à faire maintenant, l'exfiltration.
Sans s'en rendre compte, il avait quand même été déconcentré une demi-seconde et c'est justement la jeune femme qui fut son salut. Il saisit à peine ce qu'elle avait dit, mais eut le réflexe de se retourner avec une vélocité qu'on n'imaginait pas vue sa corpulence et ne laissa aucun chance au Ruscov qui le menaçait.

Demi-tour toute, c'est maintenant lui qui ouvrait la marche, flanqué de Rylee, toujours aussi efficaces. Arrivés à la sortie, ça se compliquait un peu. Le van était tout proche, mais il y avait un sacré péage à franchir. Qui s'y colle? Sans un mot, une partie de shifumi commença entre lui et la jeune femme. Il la gagna du premier coup. Le Tank inclina la tête, avec un sourire en coin faussement désolé, l'invitant vers la sortie, tandis que dans le même temps, même sans regarder, rien que à l'ouïe et malgré le raffut, il savait que les autres étaient là derrière.

Ni une, ni deux, Rylee s'élança alors qu'il la couvrait d'une très généreuse salve, son fusil d'assaut basculé en mode rafale. Comme depuis le début de la mission l'opposition en face diminua un peu plus. Chance et pur professionnalisme faisaient des merveilles avec la Strike.

Oui, enfin à un ou deux détails près. Rylee se prit une balle quand même. Marlon grogna littéralement sans rien perdre de sa concentration, et fit tout pour venger son amie. A une vitesse incroyable, il rechargea totalement son arme, en prenant garde de ne pas se délester des chargeurs quasi-vides, inutile de laisser de potentielles preuves, tandis qu'en même temps il mesura chaque détails de la situation au dehors.

Une grande inspiration, il sortit son fusil, déversant un feu nourri vers l'assaillant tandis qu'il courait vers Rylee. Son arme d'une main, il attrapa la jeune femme de l'autre sans lui demander son avis et l’emmena vers le van en se débarrassant des dernières forces encore vives entre lui et le véhicule. A destination, sans grand ménagement, il se délesta de son précieux fardeau, et se mit derrière le volant en mettant déjà l'engin en route, près à filer.

Forcément le reste de l'équipe était sur ses talons, non?!

Ouf, la porte latérale se referma donnant le signal du départ. Sans même un regard vers l'arrière, le Tank enfonça le champignon comme rarement, faisant crisser les pneus juste ce qu'il faut pour rester efficace. Il prit derechef la direction de Londres, attendant une idée de génie de son supérieur.
- JB? Fut le premier son qui sortit de sa bouche depuis le tout début de l'opération laissant en suspend son interrogation muette sur leur destination à présent.

Pas besoin d'un long discours entre eux.

Et puis, de toutes façons, il se concentrait sur sa conduite à 100%. Son rôle était là à présent, conduire tout le monde en sureté le plus rapidement possible. Ils étaient bien assez derrière pour s'occuper d'Iza.
Marlon Lynch
Marlon Lynch
PROTECT&SERVE
Messages : 604
Date d'inscription : 14/07/2019
Localisation : Entre Watford et le Yard en général
Profession : Poulet crâmé
Etat Civil : Marié, sans enfant.
Lun 15 Juil - 0:08
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste Lemoine
Save Her
Ces missions, c'est toujours le bordel. Surtout que la Strike n'était pas mandatée, qu'ils faisaient cela dans leur coin... Et JB qui avait espéré pouvoir entrer et sortir avec le moins de casse possible. Voilà que tout tournait court, parce que Zac n’avait pas réussi à se tenir. Pour le moment, le français serrait les dents, mais pas de doute que le jeunot de l'équipe risquait un remontage de bretelle dans les grandes lignes, comme il en avait parfois, quand le boss pétait une durite parce que son équipe avait réellement était mise en danger. Ce qui était le cas à l'instant même. Mais juste là, il était concentré sur celle qu'ils étaient venus sauver. Iza le reconnaissait, c'était déjà une bonne chose.

- Ça va aller Iza. Lâcha-t-il avec un ton un peu plus calme et paternel, alors que ça canardait dans tous les sens et qu'il avait ordonné le repli. Mais il fallait bien mettre en confiance la jeune femme et lui donner la motivation pour faire marcher encore ses jambes quelques secondes, le temps d'atteindre le van, pour être totalement en sécurité.

De toutes les façons, il ne la lâchait pas, il l'aidait, il jouait la béquille, qui l'amenait vers cette liberté. Alors que les autres membres de l'équipe faisaient parler la poudre. C'était presque assourdissant. D'une main, il avait pris son flingue et tirait si c'était vraiment nécessaire. Lemoine remarqua du coin de l'oeil que Byrd avait eu quelque chose, de quoi le faire grogner dans sa barbe, mais il fallait rester concentrer, jusqu'au véhicule, dont il fermait la porte latérale, une fois qu'ils étaient tous à l'intérieur. Heureusement que Marlon n'attendait pas le feu vert pour mettre les voiles, quelques balles se collèrent dans la carlingue, mais ils s'éloignaient pour de bon du danger.

Pourtant, ce n'était pas encore l'heure de fêter quoi que ce soit. Puisqu'il entendait alors Iza lui parler d'hôpital et pas pour elle, repoussant doucement les jumeaux, il se mettait à niveau de sa collègue, pour regarder ce qu'elle avait eu. Une balle dans l'épaule, rien de mortel certes, mais ultra douloureux pour autant. Jetant un regard à Marlon.

- Ramène-nous à la planque, je vais appeler Hawkins. Ce médecin qu'il connaissait depuis quelques temps déjà et qui ne posait guère de question.

Retrouver la casse de Bobby était le moyen d'être dans l'endroit le plus sûr qu'il connaissait. Ainsi, ils pourraient s'occuper des deux femmes blessées. Il virait sa cagoule, pour ensuite s'occuper d'ouvrir le blouson de Rylee, qu'elle l'engueule ou pas, il s'en moquait.

- Fais pas ta dure toi, lâcha-t-il avant même qu'elle ne l'ouvre, pour ensuite plaquer sa fameuse cagoule sur la blessure, pour arrêter un peu le sang. Appuie, on a de la route... jetant un regard alors à Iza. Ça va aller... assieds-toi, repose-toi un peu. Se redressant alors pour aller chercher des bouteilles d'eau qui se trouvaient planquées dans le fond du van, pour en distribuer à tout le monde. Comment tu te sens? Non, ce n'était pas à la nana de l'équipe qu'il parlait, sachant pertinemment qu'elle l'enverrait se faire voir, mais plutôt à celle dont il venait de sortir du merdier. Il était important de savoir si elle aussi, n'était pas blessée.

De toutes les façons, le doc ferait un contrôle pour les deux. D'ailleurs, il sortait son portable pour le contacter.

*En français dans le texte
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On est notre seul famille,
si on se lâche,
on n’est plus rien.
Jean-Baptiste Lemoine
Jean-Baptiste Lemoine
PROTECT&SERVE
Messages : 1502
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : Londres
Profession : Inspecteur Chef / Leader de la Strike Team
Etat Civil : Célibataire endurci
Sam 20 Juil - 22:45
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd

Save her
jb, zac, marlon, iza & rylee
Les forces diminuent clairement et je fais signe à toi, Marlon, de sortir pendant que je le couvre et je tire sur les rares mecs qui sont encore debout, j’en profite pour passer mon bras autour de ton cou quand tu se précipites vers moi sachant bien que tu vas profiter de ce passage pour me prendre et m’aider à aller vers la camionnette. C’est une mécanique bien huilée entre nous normalement, quand Zac ne fait pas son chien fou et ça fait bien longtemps que je ne l’avais pas vu aussi con d’ailleurs. Ca me rappelle les tous débuts, quand JB le recadrait tout le temps avant qu’il comprendre qu’on était une famille, un clan à nous quatre et qu’on avait besoin que les choses soient toujours claires entre nous pour pouvoir agir au mieux et se protéger. Là ça merdait clairement mais c’était comme ça, soit on avait vraiment du cul soit fallait bien un quota de blessures et il semblerait que ce soit pour moi cette fois ci.

Je m’arrange pour être le moins possible un poids pour toi, Marlon, même si tu es massif et me laisse me jeter sans soucis dans le van, je sais bien qu’on n’a pas le temps de faire dans le détail et ça me convient très bien. Je me cale contre une paroi le plus vite possible histoire de vous laisser rentrer et grimace de douleur en posant mon flingue entre mes jambes. Je suis en train d’essayer de défaire ma veste quand tu me tombes dessus JB et je vais pour dire quelque chose quand tu me fais fermer ma gueule aussi je me contente juste de grogner quand tu ouvres ma veste et que tu colles ta cagoule sur ma blessure en appuyant dessus. « Ouais ouais je sais » C’est pas la première blessure que j’ai et ce ne sera pas la dernière. Et je sais aussi qu’on a de la route. J’ai l’esprit un peu embué par la perte de sang et la douleur mais je suis pas encore totalement à la ramasse. Mon regard croise le tien Iza et je te fais un clin d’œil « T’inquiètes, reposes toi, jsuis solide tsais bien » Pas besoin de s’inquiéter pour moi, autant que tu prennes un peu de temps pour toi après tout ce que tu as vécu.

Jte laisse une place à côté de moi si tu veux venir pour discuter mais je me dis que tu veux certainement plutôt discuter avec ton frère que je viens d’envoyer chier car franchement j’ai PAS envie de lui parler pour le moment et j’en ai bien le droit. J’essaie de garder mes esprits le temps du voyage, comptant un peu sur vous aussi si jamais je commence à flancher. On arrive finalement à la planque je sais pas trop si je trouve ça trop court ou trop long et je m’appuie sur l’un d’entre vous pour aller me poser dans un des vieux canapés défoncés de la casse. Le Doc’ est déjà là il va saluer l’équipe, ayant l’habitude de nous soigner, et venir s’occuper de moi en premier pour voir si la balle est toujours là ou si elle est passée de part en part, ce qui semble être le cas avant de désinfecter, recoudre, me filer un truc pour tuer la douleur. On n’est pas à l’hôpital ici ou chez un médecin de base il file pas du doliprane et putain ça fait du bien. Il sait qu’on a besoin d’être efficace rapidement. Il passe ensuite à Iza à qui il va poser des questions calmement pour savoir comment elle se sent, où elle a mal, essayer de détecter aussi les blessures mentales en plus de physiques.
code by exordium.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 971
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
Jeu 25 Juil - 13:16
Revenir en haut Aller en bas
Zac Sanders

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Save Her
Strike Team & Izaline Sanders


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Izaline Sanders
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FACE IDENTITY : Ruth Wilson
IDENTITE : Izaline Sanders
GROUPE : L P
RANG : /
AGE :38 ans
ETAT CIVIL : Célibataire sans enfant
PROFESSION : Journaliste indépendante
ETAT DE SANTE : Plaies, contusions, trauma, désydratation, épuisement ect.
LIENS : Jumelle de Zac, Amie de Megara, tante de Matt, Intime de Rylee, complice de JB, pote de Marlon, collégue de Paul Woods.



Je ne sais pas qui est le gars dont ils parlent. J’aimerais autant qu’on soit dans un vrai hôpital toutes les deux. Mais, je vois bien que JB ne veut pas prendre de risque non plus. Je le regarde s’occuper de Rylee. La vue de son sang me fait me sentir mal. Je sens ma tête qui tourne alors que les pneux crissent.

« Izaline. » C’est la voix de Zac. Il est devant moi. Je n’ai aucune idée de comment il a bougé. « ... t’aurais du me dire ce que tu préparais… » Il aura mis deux minutes pour amener le sujet sur la table. Je le regarde. Je remarque maintenant à quel point il a mauvaise mine. Il a ce regard dur aussi. Non mais non, là je ne suis pas apte à suporter ta rage là. T’ain...

« Tes yeux Zac…. tu reprends…. » Un mouvement du van nous secoue. Je souffle en sentant mon dos craque. Je vois au visage blème que j’ai raison. Putain il retouche à ces merdes. Je sens la présence des autres et j’inspire. « Préviens papa. » La diversion ça c’est la meilleure tactique dans ces cas là. On gardera sa dispute pour quand j’aurais la force de lui en balancer deux trois dans la gueule aussi. La colère qu’il a, il me la communique. C’est comme ça que ça marche depuis que l’on est gamin. On est deux éponges.

Il s’en va du périmètre. Je me redresse comme je peux. Mon regard croise alors celui de Marlon dans le rétro. J’essaye de lui sourire sans faire une grimace. Je vois bien qu’ils sont tous hyper tendus. Mais je m’en fou. Je suis trop contente de les voir. La chaleur affectueuse de Jean-Baptiste m’entoure quand il approche. Je prend sur moi pour contrôler les muscles qui veulent me faire reculer. « Je... » Je ne sais pas quoi lui répondre. Je ne vais pas bien. Je pue, j’ai froid, j’ai mal. J’ai faim aussi. Mais surtout j’ai tellement peur. Je sais que devant JB je peux craquer en deux secondes. Il est mon paternel ici. D’ailleurs je sens la boule qui se forme dans ma gorge. « J’ai cru que j’allais mourir… » Je ne peux pas lui dire encore tout ce qui s’est passé. Les coups, les viols, ils n’ont pas besoin d’entendre ça maintenant et je le sais. « Merci d’être venu. Merci de m’avoir sauvé JB. »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le coup de téléphone au père des jumeaux est très court. Il s’agit avant tout d’un échange d’informations factuelles. Ils prennent le premier vol possible pour Londres. Ils seront à l'hôpital le lendemain dès que possible.
La dernière remarque du Comte alarme son fils. Il n’a fallu qu’une dizaine de phrase pour que le noble mesure la dévastation qui règne dans ce van. Il a compris que ce n’est pas une, mais deux âmes, qui doivent être sauvées.

Zac s’apprête à revenir vers sa soeur. Mais il se fige en la voyant lentement se transférer entre Rylee et JB. Il la suit des yeux, la façon dont elle pose une main sur le bras de Byrd le fait gronder tout bas. Il a une remarque qui lui vient. Heureusement un semblant d’humanisme lui est revenu et il se tait. Il ferme sa bouche pour le moment.
Une fois dans la décharge Sanders sort du van et il aide sa jumelle à sortir à son tour. Il comprend tout de suite qu’elle manque de force pour faire les quelques mètres jusqu’à la “maison” de Bobby. Alors, sans un mot, il la porte. Il sent tout de suite sa réaction de rejet, la tension dans ses muscles. Lorsque leurs regards se croisent ce qu’il lit dans les yeux d’Izaline manque de le faire partir en range. Il sent… au fond, il sait…

Une fois qu’Iza et Rylee sont en sécurité, entre les mains du toubib, Zac fait les quatre cent pas dans la cabane.

« C’était les Kassianov ... » La détermination avec laquelle Junior prononça ce nom fit relever le nez de l’ancien flic.
Bobby bougonna alors quelque-chose d’inaudible dans sa barbe. Il fit un signe du menton aux deux autres hommes de la Strike. Là ce n’était pas qu’un jeune homme en colère qui venait de parler. Non c’est une personne beaucoup plus dangereuse. Quelqu’un qui a l’intention de faire ses comptes avec ses ennemis.

« Je sais comment les coincer. JB contacte Markov. On va leur faire la peau. Qu’il n’en reste pas un seul capable de se reproduire. » Le plan du chevalier noir est dit.
Un jeune loup est bien capable de mettre ce style de folie à exécution. Il s’agite de plus en plus. Il lance de plus en plus fréquemment des regards en direction des blessées. Liam n’est sans doute pas assez rapide à son goût. Oui, Zac veut déjà passer à la suite. Mettre la Bratav à feux et à sang.








" My Family is first."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Zac Sanders
Zac Sanders
PROTECT&SERVE
Messages : 649
Date d'inscription : 22/12/2011
Localisation : En ville
Profession : Policier - Strike Team
Etat Civil : Marié - 1 fils
Lun 5 Aoû - 22:04
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: