AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
-22%
Le deal à ne pas rater :
-110€ sur Roborock S5 Max Aspirateur Robot
389.99 € 499.99 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[CLOS] Black out. [Featuring qui veut!]
Aller à la page : Précédent  1, 2
Helen Richards
[HRP : Mille excuses, un milliard de confondements pour ce retard inadmissible! Life is cruel some time... And it was!!!]

Dans la vie, il y a toujours un décalage entre ce qu'on aimerait et la réalité (sic!). Et bien menteur qui prétendrait le contraire. Pour l'heure, Helen était parfaitement consciente de ça en tout cas.

Si Lemoine n'avait pas insisté dans un premier temps, et avait même répondu à sa question par un scénario certes crédible, mais surement un rien irréaliste quand même. En tout cas, l'étonnement n'était surement pas au rendez-vous, mais elle se garda de lui avouer sa pseudo déception.

Pourtant, rien à redire, la procureure était déterminée à sortir de ces murs et au plus vite. Elle acquiesça donc d'un signe de tête.
Le ton de sa question suivante, pour savoir si elle voulait rentrer chez elle, laissa Helen plus que surprise, encore plus que son interrogation elle-même. La jeune femme hésita un instant à répondre, mais elle dut avoir une tête de circonstance car le flic lui demanda à nouveau si ça allait.

Heureusement qu'il eut la géniale idée de se détourner pour aller jeter un oeil au comité d'accueil en bas, car cela permit à Helen de se reprendre, et de se botter le cul mentalement. Le soupir qu'elle poussa couvrit largement celui de l'homme, tout en se disant que de toute façon, il ne lâcherait pas l'affaire.
- Compte tenu des circonstances, je vais plutôt bien. Mais ne vous inquiétez pas, je ne craquerai pas en public. Et le ton de sa voix ne laissait pas grand doute à vrai dire, quand au regard de défi qui allait avec, il parlait pour elle.

Et ça sonnait surement suffisamment sincère et lucide pour que cette réponse suffise pour un temps. De fait, pour l'instant, du moins, elle était remonté comme un coucou suisse. [Wink]

Le déroulé du plan que Lemoine lui proposa lui convenait, après une seconde d'hésitation, elle prit et chaussa les lunettes noires qu'il lui tendait. Pourquoi pas. La veste, elle avait comme un doute, mais après tout... Du coup, elle défie sa coiffure et s’ébouriffa les cheveux franchement après avoir enfilé l'habit d'un geste fluide comme s'il était le sien, bien que trop grand.

Hors de question qu'elle regarde le résultat! Et d'ailleurs, elle ne fut pas dupe au sourire en coin de l'armoire à glace qui servait de collègue au chef de la Strike.
- Le moindre commentaire, et vous allez le regretter!

Le gars en face ne se départit pourtant pas de son sourire amusé qu'il accentua même, non sans lever les mains en signe de capitulation. Ok, il ne dirait rien, mais n'en pensait pas moins. Elle pouvait dealer avec ça, d'autant qu'elle n'avait pas le choix, il serait son chaperon jusqu'à la sortie.

Le trait d'humour que fit Lemoine avant de s'éclipser lui valut une réponse du tac au tac.
- Oh, Lemoine, épargnez-moi votre humour franchouillard, voulez-vous?!*

Lynch envoya un regard à son collègue qui signifiait clairement "Pas commode celle-là." alors même qu'il n'avait pas compris un traitre mot de sa dernière phrase. Mais là encore il fit bien de ne pas commenter à voix haute. Ceci étant, il n'était guère intimidé, ce n'était pas son genre non plus.
Tout professionnel qu'il était, il reprit pourtant vite son sérieux. Il laissa vingt bonnes secondes d'avance à JB, et entrebâilla la porte avant de se retourner vers la proc'.
- Prête? La femme fit oui de la tête. C'est parti!

Le flic ouvrit franchement la porte et laissa passer sa protégée en lui indiquant le chemin des escaliers d'un geste de la main qui se voulait prévenant et poli. Le plus discrètement possible, il scruta le couloir. Mais l'agitation présente semblait normale à un hôpital, sans plus.
Arrivés devant la porte qui les mènerait en bas, il l'ouvrit, se mit en travers et regarda en écoutant vers la cage d'escalier. Rien. Il s'avança et invita Helen à le suivre. Ils descendirent tranquillement deux étages sans problème, puis commencèrent à entendre des bruits. Des gens montaient et peu discrètement.
- On reste calme quoiqu'il arrive. Je gère, ok? Chuchota le flic. Helen hocha la tête positivement.

L'homme la précéda un peu, de façon à voir arriver ce qui montait et cacher un minimum la procureure. Les paroles se précisaient. Ils étaient au moins deux, voir trois, clairement c'était des journaleux. Et ils n'étaient plus très loin.
Helen s'arrêta sur le demi-palier entre deux étages, même derrière lui, Marlon le sentit. Il regarda vers le bas et aperçu l'opposition. Il remonta prestement, hésita un instant, ils pouvaient encore remonter et ressortir dans le service à cet étage. Il attrapa la main d'Helen pour lui faire faire demi-tour, mais elle ne réagit pas. Et pour cause, les gars étaient juste là, encore une ou deux secondes et les évadés seraient dans leur ligne de mire. Le flic se retourna et constata la chose avant de faire la seule chose qui lui parut faisable à cet instant pour ne pas se faire découvrir...

Il attrapât Helen par la taille, lui mit une main sur la joue, et la plaqua dans le coin de mur en l'embrassant à pleine bouche!

Les journalistes arrivèrent à leur niveau. L'un siffla.
- Et ben y'en a qui s’embêtent pas ici! Fit un autre.

Le groupe les passa étouffant quelques rires et continuèrent leur chemin vers le haut.
- Désolé! Murmura le colosse qui s'était reculé légèrement dans une expression confuse qui aurait fait rire Helen en d'autres circonstances.
Comme il ne bougeait pas plus, il se prit un coup sur la poitrine. Coup qui ne lui fit guère mal, mais qui eut le mérite de le faire lâcher prise et se reculer pour laisser le passage vers la sortie à une procureur en furie.
- Pardon! Essaya-t-il encore sur un ton trainant qui là encore aurait pu faire rire Helen.

Ils arrivèrent vite en bas. Ayant repris contenance, l'homme ouvrit la porte pour se retrouver à quelques mètres de la sortie convoitée. Marlon regarda brièvement si la voie était libre. Elle l'était même si il aperçut d'autres journalistes du côté de l'entrée principale.
Il jugea plus prudent de poser sa main dans le dos d'Helen pour l'inviter à avancer dans un geste pouvant passer pour intime pour un éventuel spectateur. Geste qui lui valut un regard noir de la part de la proc' bien entendu. Il n'en fit aucun cas, et Marlon prit la sortie. La voiture était là. Il ouvrit la portière arrière à leur passagère, la fit monter, et monta prestement à l'avant.

Avant même que la voiture n'ait le temps de partir, les deux hommes purent entendre un tonitruant.
- Lynch, un seul mot à quiconque de ce qui vient de se passer, et je vous jure que même au fin fond des Highlands, plus personne ne voudra de vous pour faire la circulation!


* en français dans le texte et avec à peine un léger accent
Helen Richards
Helen Richards
OBJECTION!
Messages : 575
Date d'inscription : 19/03/2019
Localisation : London
Profession : Proc'
Etat Civil : Mariée, sans enfant.
http://www.seashepherd.fr/index.php/Soutenez-Nous/dons-ponctuels
Jeu 27 Juin - 20:51
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste Lemoine
Black out
Oui, Jean-Baptiste se demandait vraiment si ramener la procureure à son bureau comme si de rien n'était arrivé était la meilleure des idées. Elle n'avait pas dû se regarder dans la glace depuis quelques heures, parce qu'elle pouvait presque faire peur à voir. Alors quand elle finit par lui répondre enfin sur son état de santé, le rassura. Au moins un peu. Elle avait du cran la dame, ce n'était pas la première fois qu'il se le disait. Mais cette situation était une preuve en plus, une explication aussi du pourquoi on avait voulu, sans aucun doute, la faire taire, d'une façon ou d'une autre. Après tout, avoir ce genre de personnage sur le dos, quand on était un criminel, n'avait rien d'agréable. Puisqu'elle ne lâchait jamais l'affaire et devait sans doute se moquer des différentes menaces qu'on pouvait lui faire. Bon... peut-être qu'après cette expérience, elle les prendrait toutes beaucoup plus au sérieux. C'est que ça pouvait rendre paranoïaque ce genre de truc quand même.

- Ok.

Le costume pour passer inaperçu était passé. Il laissait le soin à Marlon et Helen de faire connaissance. Tout en comprenant parfaitement son partenaire. Il y avait quelque chose de drôle à la voir ainsi habillée. Tout en sachant qu'elle avait raison sur le fait que ce n'était clairement pas le moment de le relever. La petite remarque dans sa langue natale ne manqua pas de le faire sourire en coin à son tour. Presque le même sourire que Marlon d'ailleurs. Ce n'était pas pour rien que les deux s'entendaient si bien.

La voiture avait donc été mise en place, un bras posé sur la fenêtre ouverte, Lemoine observait la porte avec une certaine impatience, il n'aimait pas attendre comme ça, c'était suffisamment étrange pour attirer l'attention, alors que ce n'était clairement pas ce qu'ils souhaitaient. Mais enfin, le couple qu'il attendait faisait son apparition pour se déplacer rapidement jusqu'à lui. Les deux entraient dans le véhicule sans se faire prier et le conducteur faisait déjà partir la voiture du parking.

Il aurait bien voulu faire une remarque sur le temps qu'ils avaient mis à le rejoindre, mais voilà que madame le coupait dans son élan, pour s'adresser à son collègue, sans que JB ne comprenne le pourquoi du comment. Il haussa un sourcil tout en observant un instant la procureure dans son rétroviseur, afin de tourner la tête vers Lynch, pour en savoir un peu plus. Entre eux, ils pouvaient le dire non?

- J'peux savoir de quoi on parle?

Au pire, les deux hommes échangeraient une fois le colis déposé. Des journalistes avaient semble-t-il finit par se rendre compte que ce véhicule qui attendait, moteur tournant, à l'arrière de l'hôpital était louche, mais ils n'avaient pas été assez rapide pour rejoindre leurs propres véhicules. Le français les avait bien vus tenter de leur courir après, sans succès. Pour une fois, la circulation de Londres serait une aide.

- Hum... arrêté à un feu pas loin du point de dépôt de leur... colis. Vous tenez vraiment encore à retrouver votre bureau. J'ai l'impression que certains se sont dit que c'est exactement ce que vous feriez... pointant du doigt un petit groupe de journalistes, parfaitement reconnaissable à leurs appareils photos, caméras et autres joyeusetés. On passe aussi par l'arrière? Ou je vous ramène pour de bon chez vous... un peu de repos vous ferai pas de mal. Il savait que vivre un enlèvement, n'avait rien d'agréable. Vous serez pas seule de toute façon, vous allez avoir une garde rapprochée quelques temps.

Qu'elle le veuille ou non, les ordres viendraient d'assez haut. Ce n'était pas rien, ce qu'il venait de se passer. Et on ne déconnait jamais avec la sécurité des représentants de la Justice.

*En français dans le texte
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On est notre seul famille,
si on se lâche,
on n’est plus rien.
Jean-Baptiste Lemoine
Jean-Baptiste Lemoine
PROTECT&SERVE
Messages : 1592
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : Londres
Profession : Inspecteur Chef / Leader de la Strike Team
Etat Civil : Célibataire endurci
Sam 20 Juil - 23:16
Revenir en haut Aller en bas
Helen Richards
C'est un peu ce qui était pénible avec ces flics. Curieux comme de vieux poux! Car à peine Helen avait-elle demandé au Tank de rester muet sur leur petit rapprochement physique providentiel, aussitôt son collège demandait de quoi il en retournait.

La procureure vit le flic remuer sur son siège, signe qu'il allait prendre la parole. Elle envoya un coup dans le dossier du siège de Marlon, et s'il avait hésité un instant, il se garda de répondre, du moins pour le moment.
- Bah, non! ... T'as pas entendu la petite dame? Il se tassa dans son siège, craignant une nouvelle attaque par derrière, mais non sans avoir envoyé un regard amusé à son collègue. En plus, je suis pas très fan de l'Ecosse. Trop humide, c'est pas bon pour les rhumatismes.

Dire qu'il était impressionné était largement exagéré, pour autant il n'avait aucune envie de se mettre la procureure à dos.

Helen, elle, soupira de lassitude avant de s'adosser pleinement à la banquette. Mine de rien, elle accusait le coup de cette satanée journée. Quelques minutes passèrent où la procureure tenta de faire un peu le vide dans sa tête. C'est Lemoine qui la ramena à la réalité, ils approchaient de leur destination. Et évidemment le flic essaya à nouveau de la dissuader de retourner à son bureau, d'autant que là encore un comité d'accueil les attendait.

Elle avait bien noté qu'elle aurait une protection pendant un petit moment, mais elle préféra ne pas commenter. De toutes façons, elle savait qu'elle n'y couperait pas.
- Ils n'ont aucun moyen d’accéder à la partie Bureaux du bâtiment, c'est bien trop sécurisé, je serais tranquille au contraire. Surement plus que chez moi d'ailleurs.

Elle songea alors qu'elle aurait plutôt intérêt à rentrer à Stonor Park, car elle n'avait aucune envie de dormir avec une meute de journalistes sous ses fenêtres, ce qui serait forcément le cas à Londres.
- Prenez la prochaine à droite pour passer par derrière. Le parking souterrain les isolerait à coup sûr des journalistes. La sécurité ne laisserait entrer personne.

Arrivés dans la rue, Helen actionna son Plip de Parking et un rideau de fer remonta dans la façade sur leur gauche un peu plus loin. En lieu et place d'une rampe d'accès au sous-sol, il y avait un ascenseur pour voiture.
- Rhaaa, je déteste ces trucs! Râla Marlon.

Vrai qu'il ne fallait être ni claustrophobe, ni paranoïaque pour utiliser ce genre de dispositif.

Une fois la voiture entrée, les portes se refermèrent, emprisonnant le véhicule. Un écran s'alluma devant eux. Un type de la sécurité apparut dessus.
- Bonjour, votre véhicule n'est pas enregistré, veuillez vous identifier s'il vous plait.

Helen se décala sur la banquette pour se mettre derrière Lemoine et baissa sa vitre.
- Bonjour Steve, c'est moi.
- Oh, excusez-moi Madame la Procureure, je ne vous avais pas reconnue.
- Normal. J'ai rarement les cheveux si courts et une barbe de trois jours!

Si le gars de la sécurité resta un instant sans voix, plutôt stupéfait de ce trait d'humour, Marlon ne s'y attendant absolument pas partit franchement à rire.

Mais déjà la voiture descendait vers le niveau en dessous, coupant net le Tank dans son amusement.



Helen Richards
Helen Richards
OBJECTION!
Messages : 575
Date d'inscription : 19/03/2019
Localisation : London
Profession : Proc'
Etat Civil : Mariée, sans enfant.
http://www.seashepherd.fr/index.php/Soutenez-Nous/dons-ponctuels
Lun 29 Juil - 23:45
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste Lemoine
Black out
Fallait pas que Marlon craigne comme ça cette procureure. Enfin, il ne voulait pas ne parler, JB n'insisterait pas. Tant que cela ne posait pas de problème entre les deux. Non parce que s'il ne pouvait plus envoyer le Tank causer au département de la justice, à cause d'un truc qui s'était passé dans cet hôpital, ça allait pas vraiment être la joie.

Bon, Richards avait raison. Personne ne viendrait l'emmerder dans ses bureaux, il était plutôt difficile pour un membre de la presse de pouvoir se rendre jusque-là, sans passer par une série de contrôle, qui en dégoutait plus d'un. De plus, ils pouvaient rester dans le hall, sans espoir d'avancer plus. Le français n'allait plus contre les ordres de la dame, si elle préférait bosser, finalement, c'était son problème. Il avait fait son possible.

- Ok.

Alors qu'il suivait les indications de la dame, pour se rendre du côté d'un parking souterrain. La remarque de Marlon le fit sourire un instant. Ce type pouvait être une armoire à glace, cela ne l'empêchait pourtant pas d'avoir des trucs qui pouvaient... le faire un peu flipper. Un vrai nounours. Bon, Lemoine n'allait pas lui faire la remarque devant leur protégée, mais... il relevait quand même, en silence.

La voiture entrait dans l'ascenseur et ils entamaient la descente, JB se frottait légèrement la barbe, tandis qu'il laissait la procureure saluer le mec de la sécurité, qui avait l'air d'être pris de court. Lui, lui faisait un petit sourire, l'humour de la dame l'amusait, réellement. Finalement, ils se parquaient dans ce fameux parking, l'homme sortait pour ouvrir la porte arrière, finalement, la galanterie française était encore au moins un peu présente, non?

- On va rester ici, le temps que la relève arrive.

La sécurité de cette femme était la priorité. Tant que les mecs qui seraient attachés à sa personne pour le reste de l'année ne montraient pas leur nez, les deux flics de la Strike continueraient de faire la garde rapprochée. JB jetait un regard à son portable, pour envoyer un message.

- Ils ne devraient pas tarder.

Pas pour autant désolé de s'imposer encore un peu. Il faudra qu'elle s'y habitue.

- Vous nous faites visiter?

Comme si Lynch ou lui ne connaissaient pas par coeur les couloirs de ce bâtiment. Ils s'y retrouvaient suffisamment souvent pour pouvoir s'y repérer sans trop de problème. Bien qu'ils ne soient jamais entrés par ce côté. Il y avait un début à tout.

*En français dans le texte
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On est notre seul famille,
si on se lâche,
on n’est plus rien.
Jean-Baptiste Lemoine
Jean-Baptiste Lemoine
PROTECT&SERVE
Messages : 1592
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : Londres
Profession : Inspecteur Chef / Leader de la Strike Team
Etat Civil : Célibataire endurci
Ven 9 Aoû - 13:44
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: