AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -30%
Remise de 30% sur les chaussures Nike Air VaporMax 2019
Voir le deal
133 €

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noa de Santis - Gant de velour pour main de fer
Noa De Santis
Noa De Santis
ft. Gillian Anderson
Prénom(s): Noa Nom: De Santis surnom: La Médicis âge: 45 ans Naissance (date&lieu): 1979, Messine, Sicile Nationalité: Italienne Profession: Dona / Femme d'affaire Groupe: Fuck the Law
Avec un prénom comme Noa, difficile tout de suite de se dire que c'est une femme, elle prend toujours un malin plaisir à voir ses interlocuteurs blêmir en se rendant compte qu'au lieu de l'homme qu'ils attendaient pour une affaire, c'est à elle qu'ils ont à faire. Son marché s'étend sur tout le continent américain, ainsi que quelques pays étrangers, dont l’Angleterre et la Sicile, bien entendu. Elle se déplace souvent en personne pour faire ses affaires, ce n'est pas qu'elle manque de confiance en son personnel, mais elle aime avoir la mainmise sur ce qu'elle fait. Un gant de velours recouvrant une main de fer, correspond parfaitement à l'image que donne cette femme. Maniant habillement les langues, elle peut s'adresser à ses interlocuteurs dans leur lange, sachant à quel point cela leur donne plus de confiance pour la suite des échanges. Ce n'est pas la culpabilité qui la ronge, quand on lui demande si cela la dérange de voir les vies détruites à cause de ses produits, après tout... les gens choisissent de les consommer en âme et conscience. Elle ne consomme rien de ses produits, comme d'autres pourraient se le permettre.
Mon caractère
Femme de poigne, de caractère, Noa n'est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds. Par personne, encore moins par des hommes. Oui vous pouvez le comprendre ainsi, elle n'a pas une sainte horreur de la gente masculine, mais disons-le franchement, elle ne les porte pas dans son cœur. Sans doute à cause du milieu d'où elle vient. On lui a appris à mordre, à se défendre, à ne rien laisser passer. Encore plus parce qu'elle était une femme, qu'il fallait qu'elle montre qu'elle valait tous les mecs qui l'entouraient. Autant dire que ça a fait naître une certaine envie d'envoyer valser ce patriarcat nauséabond, une bonne fois pour toute.

Pourtant, elle sait y faire, mettre les formes, pour ne pas braquer tout ce petit monde. Usant des armes qui sont à sa portée, elle n'a pas peur de charmer ses interlocuteurs, tout comme ses interlocutrices, d'ailleurs. Elle préfère se faire discrète quand il le faut, ne cherchant pas à attirer l'attention sur elle, dans son métier, mieux vaut très clairement passer sous les radars. Ce n'est pas pour autant que la Sicilienne ne sait pas s'imposer, bien au contraire, cette âme de leader, de fédératrice, elle l'a depuis bien longtemps et en use dans son travail, comme dans le privé. Rien n'arrive vraiment à l'empêcher d'obtenir ce qu'elle souhaite, une vraie tête de mule, déterminée comme rarement.

Secrète et plutôt méfiante, elle s'ouvre rarement aux autres, mis à part à ses plus proches, c'est une bourreau de travail, qui s'oublie bien souvent, ce qui peut parfois mettre sur les nerfs, ceux qui s'occupent de sa sécurité ou qui s'inquiètent simplement de sa santé. Bien que Noa ne le montre pas, elle sait pourtant où sont ses limites et essaie de ne pas en abusé non plus. Tout en sachant que ce n'est pas en se reposant que l'on tient un empire comme le sien. Elle ne regrette pas ses choix de vie et n'a guère de remord non plus, d'ailleurs.

Autant dire que quand vous la rencontrer, malgré ses sourires, sa voix douce et tranquille, elle n'hésitera jamais, un seul instant, à vous mettre au tapis. Comme la panthère qu'elle est. Autant dire qu'il est fortement déconseillé de la sous-estimer.
Pseudo: El Tigre Âge: 33 ans Ton arrivée ici: Une envie subite ton avis: huehue DC: JB tire déjà la gueule inventé/scénario/PV: PV crédit: Tumblr&Me
par Moses. sur Bazzart




We've chosen to work in a masculine, paramilitary, patriarchal culture.
Let's not let it beat us.
Noa De Santis
Noa De Santis
FUCK THE LAW
Messages : 194
Date d'inscription : 21/04/2019
Localisation : London
Profession : Dona / Femme d'affaire
Etat Civil : Célibataire
21st Avril 2019, 23:55
Revenir en haut Aller en bas
Noa De Santis
Mon histoire
Non, l'histoire ne commence pas dans les champs d'oranges Sicilien, il n'y a pas de paysage bucolique, de bruits de cigale, on n'a pas l'impression de sentir l'odeur de l'huile ou du café. Non, ici, ce sont les voitures, l'odeur de la mer, le bruit, la pollution qui mènent la danse. Messine n'est pas une ville glamour, elle en est à des lieux. Mais elle est le Paradis quand on cherche à se faire de l'argent dans le trafic. Point central de passage pour aller sur le continent, la famille de Santis a vite compris où était leur avantage. Bien entendu, les montagnes du pays sont toujours des endroits de planques idéales, mais seulement quand la police colle trop aux basques. Et c'est dans cette ambiance que Noa a vu le jour.

Au grand damne de son père, son aînée était donc une fille. Lui qui aurait voulu donner son héritage à un mâle, raté. Ses pensées ont bien rapidement changées, une fois que le bébé avait atterri entre ses bras. Il aurait fait brûler le monde entier pour sa fille. Noa fût choyée comme tout enfant dont la famille pouvait se le permettre. Elle évoluait dans le monde de son père, un monde d'homme, de violence et de sang. Le nom des De Santis était crainte dans la région, elle voyait toujours les capo venir saluer avec le plus grand des respects ce patriarche, qui s'occupait aussi bien des siens, que de ceux qui travaillaient pour lui, mais gare à ceux qui décidaient de lui tourner le dos. Il ne pardonnait jamais.

Très jeune, Noa savait qu'elle s'assiérait un jour à cette place tant convoitée. Son père le lui avait dit, c'était à elle que reviendrait le contrôle des affaires et on l'éduquait à cela. Son esprit fût rapidement aussi affûté que la lame d'un couteau. A l'adolescence, elle quittait la Sicile, pour les Etats-Unis, les siens voulant la voir découvrir le monde, s'instruire ailleurs, dans les meilleures universités possibles. Le Droit. Un bon moyen de comprendre comment la loi marchait, comment l'on pouvait la contourner ou l'utiliser à son avantage, avant qu'elle ne change de voie, trop ennuyeux. Elle avait besoin d'un peu d'exaltation, de frisson. Elle estimait sans doute qu'elle perdait son temps sur les bancs d'école. Mieux valait vivre sa vie, comme elle l'entendait, tant qu'elle le pouvait. Partant sur des études plus simples, enfin aussi simple que cela paraissait, Noa profitait des à-côtés de la vie estudiantine.

L'alcool, la drogue et le sexe étaient souvent les leitmotivs de cette jeunesse que l'on pouvait qualifier de dorée. Ne touchant pas à ce qui pouvait détruire une vie, son père avait été très clair là-dessus très tôt, elle comprit pourtant bien rapidement à quel point cette poudre blanche, valait autant voir même plus que l'or brut. Si l'on savait manier les réseaux, si l'on trouvait les clients, il y avait des fortunes à se faire. Alors petit à petit, sans réellement le montrer, elle se mettait à vendre personnellement de l'herbe, de la coke, tout ce qui pouvait être trouvable sur le marché, quelques grammes, puis des kilos, par-ci, par-là. Se faisant gentiment, mais sûrement, un réseau dans le milieu.

Finalement, à voir toujours plus grand, elle avait fini par attirer l'attention de quelques gros bonnets, qui découvrait derrière ses airs de ne pas en avoir l'air, un requin prêt à beaucoup pour ses affaires. Alors qu'elle quittait finalement l'université, elle se retrouvait déjà à avoir amassé une petite fortune. Qu'elle avait bien en tête de continuer à faire fructifier. Une affaire montée par elle et pour elle, sans l'aide des siens. Son père pouvait être fier.

Et quels étaient donc les avantages à s'attirer cette attention, à rencontrer finalement ceux qui tenaient les ficelles. Ceux à qui elle achetait en gros, pour revendre directement dans la rue. Mais ce n'était pas ce que de Santis cherchait. Elle voulait aller à la source, voir la source. N'ayant guère peur de montrer les crocs, elle avait fini par se moquer de toute cette chaîne alimentaire et s'était envolée pour la Colombie. Les Cartels pouvaient être plus dangereux que la Mafia qu'elle connaissait peut-être, mais les règles, finalement, ne changeaient pas tant que cela. Tant que l'on se montrait digne de "confiance", il n'y avait rien à craindre. Et vu ce caractère fort, cette femme parmi tous ces hommes, marquait des points. S'ils avaient été amusés au début, les choses avaient rapidement changées, quand elle avait démontré qu'elle était tout aussi capable d'eux. Le respect mutuel s'était finalement fait.

Noa s'installait pour de bon aux États-Unis, profitant des trafics, allant souvent chercher elle-même les avions remplis de l'or blanc. Prenant les risques comme tous les autres. Faisant grandir son nom à travers le milieu. La Famille se voyait agrandie de plusieurs centaines de kilomètre. Ce qui n'était pas un mal. Elle profitait de la base principale de Messine pour écouler plus de produit encore, en Europe et en Europe de l'Est, de quoi étendre toujours un peu plus le réseau, sans jamais s'arrêter d'amasser une certaine quantité d'argent. Toujours réinjecté dans ce qui pouvait être utile. Blanchir, toujours blanchir.

Bien entendu, toutes ces petites affaires ont été cachées par certaines plus légales. Noa a acheté des enseignes dans plusieurs villes, afin de passer pour une femme d'affaire qui gère un parc immobilier assez imposant. Ce qui n'est, il faut le dire, pas une mince affaire. Mais elle mène sa barque d'une main de maître. Posant ainsi sa base à New York City.

Malheureusement, quelques drames familiaux, dont le fait que son oncle se fit assassiné par son bras droit, la fit revenir au plus près des siens. Retour à Messine, la ville mère, pour y reprendre les rênes plus sérieusement encore. On ne tuait pas un membre de la Famille avec autant d'impunité. Et puis, avec le Brexit, Noa compris qu'il y avait quelque chose d'intéressant à exploiter de ce côté-là aussi. Alors, au lieu de retourner aux États-Unis, elle prit le parti d'aller poser ses valises dans la capitale anglaise. Autant profiter des failles d'un système qui se refermait sur lui-même. La demande allait exploser, elle le savait.

Personne dans les affaires n'en prit ombrage, tout le monde voyait très clairement où se trouvait son intérêt. Ce n'était pas non plus comme si la Médicis n'avait pas déjà une branche qui travaillait dans la région, elle venait juste prendre la tête des affaires, comme elle savait si bien le faire.

Les affaires marchent, le commerce prospère, autant dire que personne n'a à se plaindre... ou presque.
copyright Moses. sur Bazzart




We've chosen to work in a masculine, paramilitary, patriarchal culture.
Let's not let it beat us.
Noa De Santis
Noa De Santis
FUCK THE LAW
Messages : 194
Date d'inscription : 21/04/2019
Localisation : London
Profession : Dona / Femme d'affaire
Etat Civil : Célibataire
21st Avril 2019, 23:55
Revenir en haut Aller en bas
Oksana Romanova
Re-bienvenue !
Ma chère cousine ! Hâte de te croiser ♥️
Bon courage pour ta fiche ^^
Oksana Romanova
Oksana Romanova
LONDON PEOPLE
Messages : 174
Date d'inscription : 31/03/2019
Localisation : South District
Profession : Inspectrice - S07
Etat Civil : Célibataire
21st Avril 2019, 23:59
Revenir en haut Aller en bas
Jessica Keenan
Bien le bonsoir Dona ! Les affaires vous attendent... et pas que !

Ca fait plaisir de retrouver ce perso sur BL !!

Bonne rédaction et au plaisir de complotismes and co. Mouhaha!




Noa de Santis - Gant de velour pour main de fer Blmars14

" Justice ? Yes. But for you ? "
Jessica Keenan
Jessica Keenan
OBJECTION!
Messages : 1083
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : London
Profession : Avocate
Etat Civil : Célibataire
22nd Avril 2019, 00:06
Revenir en haut Aller en bas
Eileen Andarsan
En prison! grrr






I'm definitely on the spectrum of

socially awkward.
Eileen Andarsan
Eileen Andarsan
PROTECT&SERVE
Messages : 485
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Londres
Profession : Inspecteur de Police (S07)
Etat Civil : Célibataire
22nd Avril 2019, 10:20
Revenir en haut Aller en bas
Noa De Santis
Merci à toutes.

Eileen, même pas en rêve.




We've chosen to work in a masculine, paramilitary, patriarchal culture.
Let's not let it beat us.
Noa De Santis
Noa De Santis
FUCK THE LAW
Messages : 194
Date d'inscription : 21/04/2019
Localisation : London
Profession : Dona / Femme d'affaire
Etat Civil : Célibataire
22nd Avril 2019, 21:42
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Mes hommages, Ma Dame. sunglasses
Invité
avatar
Invité
22nd Avril 2019, 21:47
Revenir en haut Aller en bas
Eileen Andarsan
En prison, I said russe
Mais en attendant, bon jeu M'lady 8D


Tu es validé !

Amuse-toi bien sur le forum !

Bravo! Le plus dur étant passé, tu vas enfin pouvoir jouer.

Mais... pour une expérience optimale voici quelques petites choses à faire:

Il est important de remplir son profil.
N'oublie pas d'aller remplir les différents bottins.
Une fiche de lien est toujours la bienvenue pour bien commencer, sans craindre d'aller chercher des liens chez les autres joueurs.
Si tu recherches un rp, n'hésite pas à passer le coin..
N'oublie pas de lister les tiens ici
Tenir à jour l'évolution de son personnage, permet à n'importe quel autre joueur de tout savoir sur ton personnage en quelques mots.
Si une envie de PV te prend, c'est par et le système de PNJs c'est par ici.
Pour finir, la zone flood, ainsi que la ChatBox sont toujours de bons endroits pour une intégration tout en douceur.

Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter l'équipe du staff : Jean-Baptiste Lemoine, Jessica Keenan ou Eileen Waterford.

Bon jeu!







I'm definitely on the spectrum of

socially awkward.
Eileen Andarsan
Eileen Andarsan
PROTECT&SERVE
Messages : 485
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Londres
Profession : Inspecteur de Police (S07)
Etat Civil : Célibataire
22nd Avril 2019, 21:59
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: