AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
-30%
Le deal à ne pas rater :
HAUCK Lit parapluie Dream N Play
29.39 € 41.99 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[CLOS - Flashback]À visage découvert [Pv : Rylee Byrd]
Invité
>
Gros souci !
feat. Rylee Byrd
Une décision plutôt difficile et dont elle n’avait pas pris à la légère. Léliana connaissait les risques et les conséquences, surtout si on venait à découvrir ce qu’elle faisait lorsque le soleil tombait et laissait place à la lune. Être une vigilante, une justicière, ce n’était pas demandé à n’importe qui que de mettre un masque. Lutter contre le crime organisé tel que la pègre Sicilienne, Russe ou Chinoise, de gros poissons et un risque de ne jamais revenir en vie de missions. Or, la brune ne s’arrête pas qu’à eux, elle a besoin de changer de cible afin qu’on croit qu’elle n’a pas qu’eux comme cible. Les délinquants jusqu’au dealer de drogue, même des petits voleurs, Nightingale ne devait faire de cadeau à personne. Dans le passé, elle a tout perdu à cause des activités illégales de ses parents, de la confiance envers des proches. Elle sait à quel point, c’est blessant, déchirant ou difficile de perdre des êtres chers. En portant le masque de Nightingale, elle fera tout pour qu’un enfant n’a jamais à connaître sa souffrance. Bien sûr, ça ne sera pas facile surtout à ses débuts, mais si elle fait attention et se rappelle des conseils de son oncle, elle s’en sortira en gagnant en expérience. Elle a beaucoup appris entre-temps et ça faisait juste un mois qu’elle a quitté Faith, même si cela lui a brisé le cœur et encore à ce jour, la brune en ressent encore de la peine d’avoir fait cela. Or, Faith est une femme droite et loyale, Léliana ne veut que rien ne lui soit fait et qu’on ne la prenne pas pour cible à cause de sa double vie de vigilante. La dure réalité, mais elle avait fait un choix et il va falloir qu’elle l’assume.

En cette soirée, elle recherche un gang fabricant une drogue à injecter avec une seringue, selon les informations qu’elle a pu obtenir. Cette drogue fait des ravages et à cause d’elle, quelques adolescentes et jeunes adultes ont trouvé la mort. Hallucinogène, dépendance, sueur froide, délire ou overdose enfin rien de bien gentil. Léliana devait vite retrouver ce gang et les arrête, peu importe les moyens utilisés contre eux. Quand on prend une vie, il faut s’attendre à y perdre aussi la sienne. La jeune femme avait pu faire fonctionner son réseau, elle avait pu sauver quelques vies dans les rues et certains lui devait bien cela. Aujourd’hui, ils ne seraient plus de ce monde si la justicière ne serait pas venu leur porter un coup de main. East London, dans le quartier de Havering dont la brune connaissait bien pour y aller assez souvent pour faire des rencontres d’un soir depuis sa séparation. Il est vrai que depuis quelque temps, il y avait pas mal de grabuge. Il était inutile de se demander où pouvait bien aller la drogue ici, il y avait des bars, des boîtes de nuit, des lieux où des jeunes s’y rendent pour faire la fête et bien d’autres raisons. Ils étaient des cibles idéales pour ces dealers afin de se remplir les poches d’argent salement gagné. Cependant, elle aurait beau les tenir, il faudrait détruire leur laboratoire afin de mettre fin à la production de cette drogue. Cette drogue se faisait appeler Black Crown. Dans le quartier, il avait un petit endroit où il entreposait la drogue afin de la stocker pour la revendre plus efficacement. Malheureusement pour eux, Léliana l’avait trouvé et un affrontement avait lieu. Rapide et violente, elle n’avait aucune pitié pour eux. Son arbalète frappait ses cibles grâce à ses puissants carreaux. Ceci dit, ils se défendaient bien avec leur batte de baseball et leur arme à feu. Léli n’allait pas s’en sortir indemne de ce combat. La brune fait exploser l’appartement, mais ils avaient réussi pour certains à fuir avec quelques seringues.

Dans une ruelle, un peu plus loin dans Havering, la brune chope deux dealers avec en possession, quelques seringues. Nightingale lutte contre eux, au corps-à-corps, ses idiots n’étaient pas armés, mais l’un d’eux réussi à planter deux seringues à la nuque de la justicière. La voilà drogué, mais elle résiste pour fuir sur les toits. La brune est mal en point, titubant, déséquilibrer et fiévreuse, elle a eu double dose et honnêtement, ce n’était pas bon signe. Elle transpire et utilise son grappin pour aller en haut d’un vieux hangar, elle tombe aux terres avant de se relever difficilement en ne se sentant pas bien. D’un coup, Léliana voit Faith en face d’elle et lui tend la main. Prenant un air surpris, Lélia prend la parole. « Faith ? Mais…que fais-tu…là ? ». Du sang apparaît sur la poitrine de Faith ainsi que sur ses lèvres comme si elle avait reçu un coup de feu. La brune se relève maladroitement, versant des larmes ne pouvant pas supporter l’idée de voir la policière mourir, en étant impuissante et incapable de la sauver. « FAITH ! ». Elle marche sur une tôle fragilisée et passe à travers, ainsi tombant sur des palettes en bois. Restant allongé, elle ne bouge plus et ne sent pas la douleur à cause de la drogue. Elle peut y voir certains moments de sa vie comme la mort de ses parents, Noa, ses durs entraînements et aussi, les bons moments avec Faith avant d’être plongé dans une hallucination chaotique où elle voit tout le monde mourir sous ses yeux. « Non…»

☾ anesidora

Invité
avatar
Invité
29th Avril 2019, 17:15
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
A visage découvert
Leliana & Rylee
Longue soirée au taf, y’avait pas mal de dossiers à finir et ‘tin qu’est ce que je déteste ça mais bon, faut bien. Ce sont les mains de Marlon sur mes épaules qui me font comprendre qu’il est temps de faire une pause. Clairement je « fume ». Ah ouais c’est possible, ça me fait chier de faire les rapports mais bon c’est chacun son tour alors je fais… Heureusement le frangin a pitié de moi aussi il me fait signe de me casser. Franchement reste juste deux, trois paraphes à faire mais j’en ai tellement marre et je suis tellement raide de fatigue que je commence à m’embrouiller dans ce que je suis en train de faire donc on arrête là pour ce soir. « Tu veux que je te ramène ? » « Non ça va aller » Je suis encore assez en forme pour rentrer en moto et je récupère mon casque et fume une bonne clope dehors avant de revenir vers mon hangar. J’ai l’idée quand même de passer me prendre de la nourriture à emporter, des nouilles c’est pas chiant et ça calle histoire de ne pas me réveiller a deux heures du matin comme une conne parce que j’ai la dalle.

Vingt minutes plus tard je suis chez moi, ma moto est a sa place -et prend largement autant de place que moi dans mon hangar d’ailleurs- et je me peux me glisser sous une douche chaude en attendant que les nouilles refroidissent. A force de manger sur la pouce tout le temps j’ai pris l’habitude de manger froid c’est con mais ça reste. Je suis en tailleur sur mon lit dans un grand tee shirt que j’ai récupéré de la salle de boxe -avec une marque de matos pour boxeur écrit en gros dessus- en train de manger mon assiette de nouille quand ta chute se fait entendre dans le hangar et résonne contre toutes les tôles. Un grand silence suit, comme toujours après un bruit aussi important, et j’arrête le mouvement de ma main vers ma bouche en écoutant… Qu’est ce que c’est que ce bordel ? Je pose doucement la petite boite carré blanche dans laquelle se trouvent mes nouilles sur ce qui me sert de table de nuit -soit une magnifique caisse à vin- et récupère mon arme personnel histoire d’aller jeter un œil. Pour avoir traverser comme ça les tôles du plafond faut que ce soit lourd quand même, autant se méfier.

Boxer, tee shirt, rango, flingue. La dégaine du héro clairement pour aller combattre le méchant et ça m’arrache un sourire alors que je sors de mon « appartement » pour aller faire le tour du hangar. Je fais signe à plusieurs sans abris de rester dans leur coin et m’approche de la zone de bordel. Facile à remarquer vu le rayon de lune qui pénètre soudainement dans la vieille bâtisse. Tu trônes au milieu des palettes de bois dans ton costume mauve et je soupire. « Manquait plus que ça… La justicière en collant mauve… » Ah la la… T’as l’air dans un bel état tiens… Je m’approche en me méfiant quand même parce que je finis par connaitre tes exploits et franchement j’ai pas du tout envie de me battre avec toi, c’est repos ce soir. Et puis si ça t’amuse d’aller courir sur les toits en costume moulant mauve avec un nom de code, grand bien t’en fasse et viens pas me faire chier chez moi. Un court instant je crois que tu me parles mais je réalise que tu délires totalement et te colle une claque histoire de te faire revenir. Au moins histoire de chopper un contact visuel avec toi. « Allez émerges ! Woh, réagis ! T’as pris quoi ? » Parce que si c’est une nouvelle technique de combat elle est franchement mauvaise. Bon… J’vais pas te laisser là de toute façon tu vas te faire pourrir si quelqu’un tombe sur toi aussi je te relève sans vraiment de douceur. « Restes calmes, jte veux pas d’mal mais tu vas te faire flinguer à rester ici » Et je préfère que les emmerdes restent loin de mes quartiers en plus.
code by exordium.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 1116
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
2nd Mai 2019, 17:26
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Gros souci
Rylee Byrd

On lui avait injecté de la drogue contre son gré, une drogue qui touche les jeunes à l’heure actuelle et qu’il était difficile à obtenir en dehors des boîtes de nuit. Léliana avait pu trouver leur planque et la détruire en neutraliser les fabricants. Cependant, le chef semblait avoir pris la fuite et la vigilante avait pris la peine de le poursuivre pour mettre un terme à ce commerce illégal. Manque de bol, il lui avait injecté cette fameuse substance illicite et cela l’avait affecté à un point qu’elle s’était perdue entre la réalité et l’illusion. Nightingale avait pris la fuite par les toits et s’étant perdu dans les entrepôts abandonnés par la ville. La brune marche sur une tôle fragilisée et tombe sur des palettes. Son dernier souvenir était d’avoir vu Faith sur ce toit et s’être fait tirer dessus, évidemment, c’était qu’une illusion et son état ne faisaient qu’empirer. Incapable de bouger, elle ne sentait pas la douleur à cause de la drogue, mais elle se sentait bien dans l’impossibilité de bouger toute seule. Fiévreuse, sans doute à la limite de l’overdose, la jeune brune avait son regard troubler et son ouïe était faible, elle avait du mal à entendre qu’on s’approchait de sa position. Lélia est plongée dans d’innombrables souvenirs horribles entre réels et irréels, il était difficile pour elle de se reprendre. Soudain, elle sent une légère douleur à la joue, ce qui l’aide à immerger légèrement afin de constater une silhouette au-dessus d’elle. Or, elle lui est impossible de bien l’entendre ou de bouger correctement pour se protéger. Ses sens reviennent petit à petit, mais elle fixe la personne qui est à ses côtés. Bizarrement, elle a un air familier et surtout sa façon de parler, comme si elle la connaissait. Est-ce vraiment Faith ? Ou une autre illusion due à la drogue ? Difficile de savoir avant que sa vue lui permet de reconnaître Rylee. Une flic, manque de bol.

Rylee lui demande ce qu’elle avait pris, en tant que flic, elle a dû facilement voir que la Vigilante était droguée. « Ailes…du paradis…une drogue…» dit-elle faiblement. D’un coup, sans ménagement comme dans ses habitudes, Rylee la soulève pour l’emmener dans quelque part. Surprenant, au lieu de l’emmener à la police ou plutôt chez ses collègues, la belle Byrd l’emmène dans son appartement en lui demandant de ne pas faire de gestes brusques. Il fallait que la justicière reste calme et c’est tout. Restez ici, ça pourrait lui être fatale donc dans un sens, elle avait de la chance que son amie vive dans le coin. Léliana n’aurait jamais cru tomber sur Ryry, elle en avait de la chance enfin à moitié. Il ne fallait pas oublier que la femme est une collègue de Faith donc une policière. Et les flics de Londres sont loin d’être blanc comme neige. La jeune Bertinelli aime bien Byrd, mais elle ne sait pas si elle est clean ou pas dans sa vie. Du coup, elle allait rester tranquille et attendre ce qui allait advenir par la suite. De toute façon, Ana ne pouvait rien faire dans son état, un peu trop faible pour se débattre ou fuir surtout contre la policière. Les femmes entrent dans "l’appartement" de Rylee et la femme flic dépose la justicière sur son canapé avant de s’éloigner. L’enseignante ne savait pas ce que prévoyait de faire la membre du Strike, mais elle espérait ne pas voir arriver du renfort policier en ce lieu. Ce serait bien ennuyant que tout le monde sache qui se cache derrière Nightingale surtout Noa et Faith. Sa cousine serait peut-être capable de la tuer, enfin pour le moment, elle n’a rien fait de trop dangereux face à sa mafia Sicilienne. Connaissant Byrd, elle allait jouer la curieuse ou retirer la capuche et le masque de la Vigilante par simple envie. Dans son état, l’Italienne ne pouvait rien faire et elle était trop faible, la drogue l’affaiblissait trop. Elle fixe Rylee. « Que… Que comptes-tu faire…Rylee ? »

C’était une bonne question, Rylee avait tellement de possibilités et de cartes en main. En plus, c’est une femme imprévisible et il est souvent difficile de savoir ce qu’elle compte faire précisément. Là-dessus, Léliana avait un peu de mal à la cerner. La suite risque d’être soit intéressant soit déplaisant, tout dépend du comportement de la Byrd. Elle est du genre m’enfoutisme, mais bon, ça n’a rien de rassurant par moments. La belle Bertinelli ne la quitte pas du regard et attend patiemment avant de prendre la parole. « Cette drogue…on m’en a…administré de...trop…je frôle l’overdose…» elle se sent faible et fatiguer, ses yeux se ferment lentement, mais elle lutte pour rester éveiller. « Rylee…j’ai besoin…de soin…»…Elle transpire, elle a chaud et la policière devait connaître un moyen de diminuer les effets d’une drogue, enfin peut-être.


© HELLOPAINFUL


Invité
avatar
Invité
2nd Juillet 2019, 15:46
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
A visage découvert
Leliana & Rylee
La gueule que tu as avec ton costume… J’ai décidément du mal à comprendre les justiciers en lycra qui courent sur les toits de Londres mais soit, on fait avec les hurluberlus qu’on a quoi. Le soucis c’est que souvent vous vous mêlez de trucs qui vous concernent pas et je ne compte pas les fois où vous nous avez fait chier sur une mission voir carrément foutu la merde. Enfin… De toute façon je ne vais pas te laisser crever là, sur ton tas de palette, et autant qu’on ait une conversation en tête à tête histoire de savoir un peu à quoi s’en tenir. Je te choppe donc dans mes bras, n’ayant pas vraiment d’autre moyen de te faire te déplacer. T’es tellement faible que je finis même par te soulever entièrement histoire de t’entrainer dans ce qui me sert de piaule. Ce n’est pas que j’ai envie que tu connaisses tout de moi mais pour le moment je n’ai pas d’autres solutions. Je verrais en fonction de ce que tu me dis ce que je fais de toi : trottoir, hôpital ou flic. Je te pose sans douceur dans mon canapé avant de chopper mon téléphone. « Ailes du paradis t’as dit ? Bah tu t’es mis dans une belle merde. » Parce que c’est vraiment une saloperie.

Je commence à chercher dans mon téléphone le numéro du doc que je connais qui soigne tout et je bloque quand tu m’appelles par mon prénom. « On se connait ? » Parce qu’il n’y a pas grand monde qui peut m’appeler par mon prénom soyons clair et tu l’as dit d’une façon qui fait clairement penser qu’on se connait toutes les deux aussi je m’approche pour te regarder dans les yeux. Ouais je suis un peu du genre imprévisible comme meuf je l’ai toujours été mais je n’aime pas trop qu’on se foute de ma gueule non plus aussi je te laisse une chance. « Enlèves ton masque. » Si tu le fais pas c’est moi qui le ferait et je t’assure que franchement ça va pas être cool si tu te permets de jouer à la conne avec moi. « Te laisser crever là m’a clairement traversé l’esprit mais t’as du bol je suis dans un jour de bonté. » Et je me relève pour pouvoir appeler une connaissance. « Doc ? C’est Rylee. Tu peux débarquer j’ai une overdose sur mon canapé et je ne peux pas l’emmener à l’hôpital. T’es cool » Je raccroche et je vais chercher de quoi te foutre des linges frais sur ta peau si tu as décidé de jouer carte sur table avec moi et donc de virer ton masque. Sinon bah tu vas crever de chaud comme une conne dans son truc en lycra... « Allez restes avec moi, le doc arrive. Vas falloir se mettre à poils la justicière… » Quel dommage…

Le doc arrive peut être un bon quart d’heure plus tard, il a fait au plus vite et il va te prendre en charge histoire que tu ne tombes pas dans le coma. Il a l’habitude des junkies, il soigne ça tous les jours et c’est pas pour rien que j’ai son numéro vu les phénomènes que je récupère parfois à la salle de boxe avec Andrew. Ce mec est bien, il est neutre, il soigne tout le monde sans rien demander à part qu’on lui foute la paix. C’est dans mes cases. Il va prendre soin de toi alors que je nous fais un bon café histoire de sortir tout le monde des vapes parce que franchement moi j’ai la tête dans le cul et vu ta tronche ça te fera pas de mal après. Et puis le doc il a toujours besoin de son café. Avec un petit remontant en plus dedans parfois si la journée a été longue mais au moins un café.
code by exordium.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 1116
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
11th Juillet 2019, 16:55
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Je n’ai pas le choix.
Rylee Byrd

Les ailes du paradis, une drogue particulièrement fort et dangereuse, elle a déjà fait des victimes dans son sillage depuis sa création. Elle voyage et circule dans tout Londres, on peut la trouver, en général, dans les boîtes de nuit et les soirées un peu, trop, animée. Léliana avait suggéré que les patrons de boîtes de nuit sont au courant de sa circulation dans leur bâtiment ou sinon, ils doivent être idiot pour ne pas remarquer des dealers à l’intérieur. Pour les fêtes arrosées, il suffit qu’il y en ait un qui en achète et en fait circuler pendant que tout le monde est ivre ou euphorique. Dans tous les cas, il ne fallait pas la laisser se propager trop longtemps ni même la laisser sortir de Londres. La police est aussi à la recherche des têtes pensantes afin de couper la tête de l’Hydre. Or, il est connu que l’Hydre, quand on lui coupe la tête, elle repousse alors la meilleure façon de la vaincre, c’est de la tuer avec son propre poison comme Héraclès pendant ses douze travaux. Rylee ne semble pas surprise d’en entendre parler, elle est flic et ça a dû bien circuler dans les bureaux. Et la belle policière n’a pas tort, la justicière s’est mise dans une belle merde en se faisant avoir comme une bleue. Cesare serait là, Léliana aurait pris une sacrée engueulade. Là, elle est un peu trop mal pour y penser. Sur son canapé, la brune n'avait aucune idée de ce que faisait Ryry et cela l’inquiétait un peu. Va-t-elle profiter de ce moment de faiblesse pour lui retirer son masque ? Peut-être.

Léliana fait l’erreur de l’appeler par son prénom, mais dans son état, elle n’est pas capable d’être lucide dans sa façon d’agir ni de parler. Son visage près du sien, elle la dévisage, cherchant sans doute à savoir pourquoi la justicière connaissait son identité. Ana connaît bien son amie, elle est du genre imprévisible et elle avait un peu du mal à la cerner, c’est ce qui faisait son charme pour l’Italienne. Ses mots, sa demande a été des plus surprenantes et Léli ne s’attendait pas à ce qu’elle lui demande une telle chose. En effet, Rylee lui avait demandé de retirer son masque alors que pour être honnête, l’enseignante s’attendait à ce qu’elle le lui enlève de force par curiosité de savoir qui est derrière ce masque qui connaissait son identité. Un jour de bonté, Nightingale avait beaucoup de chance d’être tombée sur elle, sur son bon jour. La brune sourit. « Adorable… J’en ai de la chance.» Dit-elle de manière sarcastique. Elle semble être au téléphone, elle appelle quelqu’un, ça semble mauvais signe pour la vigilante. Cependant, elle ne pouvait rien faire et son état n’était pas près de s’arranger en deux secondes. La justicière sent ses yeux se fermaient, mais Byrd lui adresse la parole, ce qui la réveille un peu sur le moment. Elle a chaud, sans doute la fièvre. Un docteur va venir la soigner, inhabituelle pour une flic d’agir ainsi et ce fameux doc doit être spécial. Ryry lui a laissé une ouverture, une chance d’être honnête et il ne fallait pas que ce docteur la voit dans ce costume. Elle va avoir une longue discussion avec Rylee après cela. « À poil…hein ? j’aurais préféré dans d'autres circonstances, mais soit…»

Léliana retire son masque et se met à nu, sans hésitation, après tout, sa tenue lui donnait vraiment chaud. La femme utilise le linge frais sur sa peau et soupire. « Ne dis rien… J’aurais préféré éviter que tu ne saches rien. » Dit-elle faiblement. Un quart d’heure plus tard, le doc arrive et il ne perd pas le nord en allant vérifier l’état de Léliana. La Sicilienne parle rapidement avec le médecin à propos de la drogue et des circonstances d’en avoir injecté. Bien sûr, elle ment sur la dernière partie pour ne pas dire qu’elle est la justicière. Sans son costume et le masque sur elle, ça pouvait passer, un peu prêt. L’homme fait de son mieux et parvient à calmer les effets de la substance illicite, demandant à la brune de se reposer à présent. Cela avait duré une heure. Le doc part s’entretenir avec la policière, elle n'avait aucune idée de quoi ils allaient parler. S’enroulant dans un drap, elle se relève difficilement et marche doucement vers la cuisine afin de s’adresser à son amie. Le docteur la voit et soupire. « Mademoiselle, je vous ai demandé de vous reposer, né faites pas d’effort inutile, s’il vous plaît. » Demande-t-il avant que Léliana prenne la parole. « Bien sûr… Rylee… On va devoir discuter quand on sera…seule. » Dit-elle avant de retourner vers le canapé de la flic et de s’y allonger un peu. Maintenant, il va falloir trouver un moyen de coopérer avec Rylee ou autre chose pour qu’elle ne dise rien à qui ce soit. Note pour elle, être plus prudente et ne plus foncer bêtement vers un piège donc être plus rusé et maline que ses proies. Ceci dit, il semblerait qu’elle n’ait pas appelé ses collègues, ce qui est étrange. Regardant le plafond, Léliana soupire. « Que me prépares-tu, Ryry ? » Se demande-t-elle en attendant son retour.


© HELLOPAINFUL


Invité
avatar
Invité
15th Juillet 2019, 16:31
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
A visage découvert
Leliana & Rylee
« Profites-en » D’avoir de la chance car c’est clairement pas tous les jours que je fais ça mais contrairement à ce que tu penses je laisse toujours une chance aux gens d’être honnête avec moi. Quand je ne le fais pas c’est que je connais déjà la personne et que je sais qu’elle va se foutre de ma gueule de toute façon. Là tu sembles me connaitre mais je ne sais pas qui tu es car je connais pas mal de femmes et tu as justement la chance d’en être une car je suis bien plus patiente avec la gente féminine que masculine généralement. Une seule et unique chance. Une que tu prends ou pas mais saches que le fait que j’appelle les collègues ou pas dépend aussi de ça. Mais pour le moment j’appelle le Doc pendant que tu réfléchis, il est le seul à pouvoir venir faire quelque chose sans faire chier et tu lui en devrais une c’est tout. Il a tellement l’habitude de rafistoler la Strike qu’il n’est pas vraiment surpris que je lui demande de venir et il connait bien mon adresse. Je ne suis pas du genre particulièrement douce au boulot ou dans mes passions.

Tu transpires tellement dans ton costume et tu as de la fièvre aussi je te dis de le virer. Tu veux faire quoi de toute façon ? Fondre dedans ? Faut pas être con et franchement si tu me connais on s’en branle non ? Je te regarde quand tu enlèves ton masque et passe la main sur mon visage. « Leli… » Non mais franchement… Je lève les yeux au ciel en t’observant ôter ton costume totalement et je tends la main pour que tu me le files, on va éviter que le Doc voit ça. Déjà il vient te soigner on va éviter de le mettre encore plus dans la merde en lui avouant l’identité de l’illuminé en lycra violet qui court sur les toits de la ville. Je vais le ranger dans une malle, je te cache pas ce que je fais car je ne suis pas là pour jouer à la maman, j’ai pas dans l’attention de te dire d’arrêter de jouer les justicières même si clairement je suis un peu blasée que tu puisses être Nightingale quoi… Mais j’ai pas trop le temps de poser des questions que Liam arrive aussi je le laisse aller te voir et faire ce qu’il faut pour que tu reprennes tes esprits et te filer de quoi redescendre.

Je lui file un billet quand il revient me parler, m’expliquant ce que tu dois faire pour aller mieux et je le remercie. « T’inquiètes pas Doc, je vais veiller à ce qu’elle se repose » Et dans mon regard passe le fait que t’as pas vraiment le choix… Justicière violette… Je te fais signe que ça peut attendre et je raccompagne le Doc a la porte de chez moi avant de me poser sur la table basse qui à côté du canapé en virant enfin mes grosses rangos pour rester juste en boxer, tee shirt. « Nightingale, sérieux ? ‘Tin tu t’ennuies à ce point Leli pour jouer à la justicière sur les toits de Londres ? » Franchement j’ai du mal à comprendre les justiciers. Surtout que tu interviens dans des histoires où on n’a pas besoin de toi ou alors comme on ne travaille pas ensemble ça fout plus la merde qu’autre chose quoi. « Si tu veux jouer à ça deviens flic, ça sert à quoi ce costume ? » Ca se voit dans mon regard que je comprends pas et que ça me blase d’être au courant en plus parce que ça veut dire qu’il faut que je choisisse si j’en parle au reste de la team ou pas. Pfffff
code by exordium.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 1116
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
25th Juillet 2019, 11:54
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Explication
Rylee Byrd

Et dire qu’elle ne voulait que personne ne soit au courant de sa double vie ni même ses proches. Maintenant, c’est raté vu que Rylee est au courant de son secret et il allait falloir parler seule à seule. En tout cas, cela avait vraiment surpris Ryry d’avoir appris qui se trouvait derrière Nightingale. Par chance, son amie n’avait pas appelé des renforts pour embarquer Léliana afin de l’arrêter et de l’interroger. Elle avait eu beaucoup de chance sur le coup, en plus, le médecin semblait ne pas être trop intéressé par les circonstances qui ont conduit l’enseignante dans cet état-là. Il avait juste fait son boulot de médecin comme il le fallait. Ce n’est pas un homme trop curieux et c’était mieux ainsi. Ceci dit, elle avait dû lui mentir sur la façon dont elle a été drogué. Une soirée en boîte de nuit qui avait mal tourné et hop, il y croyait. À vrai dire, il était difficile de savoir s'il y avait cru ou s'il avait fait attention à ce qu’elle disait. Léli devait se reposer un peu, afin de reprendre des forces et de se vêtir un peu plus. La policière lui avait donné du linge frais, mais rien d’extraordinaire entre un t-shirt et une culotte. Il y avait un drap, mais Ana l’avait juste mis pour aller jusqu’à la cuisine pour adresser un message à son amie avant de retourner sur le canapé pour se reposer. En l’attendant, la jeune Bertinelli se sentait vraiment idiote d’avoir été piégé facilement et comment tout ceci s’est finalement enchaîné jusqu’à se retrouver dans ce canapé. Une chose est sûre, Byrd allait lui poser des questions même si ce n’était pas trop son genre habituellement. Or, elles se connaissent bien et Léliana espérait que leur relation ne changera pas pour autant.

Léliana patiente pendant que Rylee s’occupe du Doc, allongé sur le canapé, le drap au fond en restant en simple tenue avec son t-shirt et une culotte, rien de bien complique pour éviter d’avoir trop chaud. La justicière réfléchissait à comment se préparer face à son amie, qui connaissait à présent la vérité à son sujet. La voilà qu’elle revient, retirant ses gros rangers et se posant sur la table basse, se trouvant à côté du canapé. Maintenant, elles allaient passer aux choses sérieuses, au sujet principal. Rylee ne perd pas de temps, elle cache rapidement le silence qui n’avait pas eu le temps de s’installer trop longtemps entre elles. L’écoutant, elle croyait que Léliana jouait les justicières, car elle s’ennuyait. Or, ce n’était pas un jeu ou remplir quelque chose dans sa vie enfin presque, mais en rien ce qui concernait l’ennui. La regardant, Léliana lui répond aussitôt. « Nightingale, c’est sympa. J’aurais bien aimé Huntress ou Batwoman, mais c’est déjà pris dans les comics. Et crois-moi, ce n’est pas que je m’ennuie dans ma vie de tous les jours…et ni même que je prends ça pour un jeu. » Dit-elle calmement. Comment lui expliquer les raisons pour lesquelles elle était devenue une justicière ? Pourrait-elle comprendre ? Prendrait-elle cela comme un caprice ? Ou le fait d’avoir été influencé par son oncle ? Difficile à savoir. Rylee a une façon de penser qui est difficile à cerner pour la brune. En tout cas, la question de devenir flic si c’est pour attraper les méchants, Léliana l’avait anticipé. Une question prévisible et logique de la part d’une policière. La brune se met à sourire. « La police, c’est bien, mais vos protocoles mettent trop longtemps pour sauver une vie. Mon costume me sert à ne pas être reconnu justement. Vous êtes courageux et j’ai du respect pour vous, c’est pour cela que je m’en prends jamais à la police, même si je soupçonne qu’il y a des ripoux. Vous êtes restreint à des protocoles et des lois, ça vous empêche souvent d’intervenir au bon moment, car il faut un mandat ou une connerie de ce genre. Pour ma part, je n’ai pas de chef ni tout ce genre de paperasse pour sauver une vie. La justice a bon de ne pas aimer les justiciers, mais les civils pensent différemment quand on les sauve ou sauve leur proche. » Finit-elle en prenant un air sérieux.

Cependant, Léliana ne pouvait pas terminer là-dessus et sans nul doute que Rylee demanderait la véritable raison de tout ça. On ne devient pas un justicier par simple envie enfin ça dépend qui, mais lorsqu’on se montre brutal et violent avec ses victimes, il y a quelque chose. En réalité, la Bertinelli pense cela, mais elle ne savait pas si ça intéresserait son amie. S’asseyant sur le canapé et soupirant, elle regarde Byrd avant de reprendre la parole. « Je suis étonnée que tu ne m’as plutôt demandé, pourquoi je fais tout ça que de me demander de rejoindre la police. Peut-être que ça ne t’intéresse pas. Ceci dit, tu es mon amie et j’aime bien, tu dois connaître la vérité sur mes agissements même si tu pourrais prendre cela comme un caprice ou une vengeance, tu n’auras pas tort pour le côté vengeance. » Dit-elle avant de mettre ses mains dans ses cheveux. Il fallait aborder ce sujet délicatement et même si elle apprécie Rylee, elle ne sait pas dans quoi elle va s’embarquer. La belle Byrd est policière avant tout, mais elle ne sait pas quel genre de flic elle était. De toute façon, elle sait qu’elle est Nightingale donc c’était fichu.

« Je suis devenue Nightingale pour me venger de la mafia Sicilienne. Enfant, ils ont assassiné mes parents et mon petit frère. Mon oncle, le frère de mon père, a fait passer ça par un groupe voulant prendre le pouvoir. Mais lorsque j’ai été rapatrié en Sicile, chez mon oncle, le frère de ma mère, ce dernier m’a tout appris de l’art de la guerre et du combat, il m’a formé, car pour lui, je devais apprendre à me défendre. Il m’a raconté que mon père était un membre de la mafia sicilienne à Londres et que tout ceci était un coup monté contre mes parents. Du coup, j’ai tout fait pour devenir assez forte et me venger. Mais voilà, tu dois savoir que celle à la tête de la Mafia est Noa De Santis, c’est ma cousine et elle a veillé sur moi depuis que je suis petite. » Elle reprendre son souffle avant de continuer. « Or, je ne veux pas la tuer ni la blesser, mais pour détruire la mafia dans ce pays, il faut couper la tête pensante donc le chef et j’ai envie de défaire toutes les mafias de Londres afin qu’aucun innocent meurt à cause de leur petite querelle. Mais ce n’est pas une mince affaire. » Elle se met au fond du canapé, pliant ses jambes vers elle. « Une vendetta, tout simplement. Peut-être qu’au final, je stopperai cela ou je prendrai conscience de quelque chose m’enfin… Être ce que je suis, ce n’est pas toujours facile, mais c’est un choix. » Elle soupire avant de poser ses yeux vers Rylee. « Tu dois me trouver ridicule avec cette histoire de vengeance, non ? Peu importe…»


© HELLOPAINFUL


Invité
avatar
Invité
8th Août 2019, 17:24
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
A visage découvert
Leliana & Rylee
J’ai pas de raison de te filer aux flics ou à ma team. Déjà les miens s’en branlent pas mal de ton costume en lycra violet -même si JB te mettrait bien sous les verrous pour nous avoir fait chier plus d’une fois en mission- mais en plus on est pote donc j’ai envie de savoir un peu qu’est ce qui te pousse à faire ça. Ouais mes questions sont étranges, passives agressives mais j’ai toujours été comme ça et je sais bien que tu vas finir par tout me raconter. Enfin vaut mieux pour toi car si tu cherches à m’enfumer ça va se passer beaucoup bien moins entre nous. Je m’installe donc sur la table basse et j’attends que tu m’expliques un peu pourquoi tu joues à ça. Je suis peut être conne mais je trouve que tu fais largement mieux pour l’avenir de Londres en prenant soin des enfants en tant qu’enseignant qu’en jouant les justicières sur les toits de Londres. Je te regarde en haussant un sourcil quand tu commences à me parler de ton nom de justicière. Clairement j’attends que tu t’expliques et je m’en branle pourquoi tu as choisi ce nom. Dans tous les cas je trouve ça ridicule de toute façon.

« C’pas pour rien qu’on a tout ce protocole Leli. Et putain c’est important d’avoir un chef ! Même moi j’le sais » Je ne suis pas un leader ni une tacticienne, j’agis pour sauver des gens mais jamais je bougerais sans JB parce que lui voit la situation dans son ensemble contrairement à moi et je ne pense clairement pas que tu as la carrure de ce que JB est capable de faire. « Bien sur que si tu t’en prends à nous ! Ouvres les yeux voyons ! Tu crois peut être que c’est pratique pour nous d’agir quand tu interviens dans nos missions ? Le nombre de fois qu’on a du revoir tous nos plans car tu avais foutu ton putain de nez dedans ! Tu t’rends même pas compte que tu as failli faire buter des gars de chez moi avec tes actions en solitaire. Tu crois ptete que t’as toutes les infos ? Certainement pas ! Si tu veux jouer la justicière fais le dans ton coin jm’en fous de ça mais arrêtes de jouer avec ce que les flics font ! Tu t’rends pas compte des enjeux, t’es un ptin de danger ambulant ! On met peut être du temps à bouger mais souvent c’est parce que les enjeux sont énormes et qu’il faut tout calculer pour perdre aucun innocent. » Je lève les bras en soupirant. « Si tu veux vraiment aider tu ferais bien d’nous filer un coup de main au lieu de la jouer solo. » Ca ne fait que de la merde et je suis hallucinée que tu le réalises pas un instant.

« Leli jsuis pas ta mère. Tes raisons tu m’les dis ou tu m’les dis pas jsuis pas là pour ça. Jveux juste que tu comprennes que c’que tu fais est débile et dangereux pour toi comme pour les civiles comme pour nous. » Il serait temps qu’elle le réalise un peu. « Parce que tu crois qu’on passe pas nos journées à sauver des gens ? C’est not’ boulot c’tout ! Quand tu aurais tué une personne en voulant la sauver tu verras que t’es comme tout le monde. » Parce que les gens aiment les justiciers c’est bien mais quand les choses iront mal et qu’elle ne sauvera pas quelqu’un les choses seront bien moins roses et elle se rendra vite compte que les gens qui comptent sur elle aujourd’hui auront vite fait de s’en détourner pour lui créer des soucis. Et pour ça encore elle n’est pas formée comme les flics le sont. J’ouvre de grands yeux quand elle m’explique son grand plan. « Mais c’est totalement débile. Rassures moi tu t’en rends compte n’est ce pas ? Noa est au courant que t’es Nightingale ? » Si elle me dit oui je reste un peu sur l’cul j’dois bien l’avouer. « Tu réalises pas ce qu’est Londres aujourd’hui. Les mafias sont comme des hydres tu ne pourras jamais t’en débarrasser Leli. A part trouver un équilibre entre tout le monde tu ne pourras jamais les faire tomber. Aussi bien les irlandais que les russes que les chinois, ils sont bien trop implantés pour que tu puisses y faire quelque chose toute seule. Et même si tu y arrivais tu te rends compte que ta cousine prendra juste le pouvoir non ? Et tu feras quoi ? Tu la buteras ? Tu seras heureuse que ta famille règne enfin ? Parce que tu vaux pas mieux que tous les autres du coup… »
code by exordium.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 1116
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
9th Novembre 2019, 22:06
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Différent


Le moment de parler de choses fâcheuses allait se rallonger, il n’était pas facile de discuter avec Rylee. Elle a un tempérament de feu et c’est-à-dire qu’elle a tendance à répondre de manière passive-agressive. Du coup, Léliana s’attendait surtout à ce que son amie trouve parfois ses réponses énervantes, ridicules et bien d’autres choses négatives. Cependant, il fallait bien se montrer direct et honnête avec elle. De toute façon, Ryry sait qui est à présent Nightingale et si elle le voulait, elle aurait pu la refiler à la police ou à son équipe pour la mettre derrière les barreaux. Or, il semblerait que la solitaire n’a appelé ni l’un ni l’autre, cherchant sans doute la conversation avant tout. Lui laisser une seconde chance ? En tout cas, la justicière n’allait rien lui cacher pour montrer sa bonne foi. Les sujets de conversation liés aux raisons de Léliana et de ses actes allaient faire grincer des dents la policière et ça n’avait pas manqué d’avoir une réaction vis-à-vis des protocoles et compagnie. Léliana l’écoute attentivement, sans la couper et trouvant sa réponse comme prévu, agressive et pointant des doigts les défauts de ses agissements. Il fallait s’y attendre à une telle réponse et cela ne surprenait pas la brune. Il est évident que Nightingale n’a pas toujours toutes les informations en poche, soit elle arrive trop tôt ou trop tard, mais parfois, elle parvient à sauver des vies. Ceci dit, Rylee ne prend pas en compte du côté positif des actions de son amie, mais que du négatif. « Tu ne vises que le négatif, mais tu sembles oublier que j’ai tout de même sauvé des vies et permit à certains de tes collègues à revoir leur famille après certaines opérations. Certes, vos protocoles et vos attentes vous permettiez de prendre en compte les enjeux. Tu crois que je fonce tête baissée vers le danger ? Non, je guette, j’observe et je tente de prendre le maximum d’informations avant d’agir. Je n’ai pas toutes les informations, je mets peut-être ma vie en danger et celles de tes collègues ou de civils. Mais, ce sont aussi les risques. Vous aussi, vous n’avez pas toutes les informations, vous mettez aussi des vies en danger. On est humains avant tout, rien n’est parfait dans nos actions. Tu peux me voir comme un danger ambulant comme tu dis, mais je fais de mon mieux pour protéger des innocents. » Dit-elle avant de reprendre la parole. « Et faire équipe avec vous ? Laisse-moi rire, vous me prenez pour une ennemie, je suis loin d’être stupide, Rylee. Je ne compte pas finir en prison pour vous faire aveuglément confiance. »

La discussion continue, mais Rylee ne semblait pas trop emballé de connaître les raisons de Léliana sur ses motivations à être Nightingale. Cela était un peu désolant de voir comment elle trouvait tout ça. Dans un sens, elle était inquiète pour l’enseignante comme le fait que cela pourrait créer des soucis à des civils et à des agents de police. Elle appuie sur le fait qu’ils sauvent des vies aussi, chose que la brune ne peut contredire. Mais là, elle essayait de lui faire comprendre qu’elle tuera quelqu’un un jour en agissant de la sorte et ça la remettre sur place. « Je sais que c’est dangereux, tu crois que j’agis inconsciemment ? Tu as tout faux. Et je n’ai pas dit que vous ne faites rien, vos faites votre boulot, mais avouez tout de même que par moments, vous arrivez trop tard à cause de vos procédures et compagnies. Je suis là pour ralentir certains criminels ou les stopper. Et si quelqu’un devra mourir par ma faute ne l’ayant pas réussi à le sauver…je ne sais pas comment je réagirai, entre colère et tristesse, sans doute. Difficile à dire. » Pourquoi cherche-t-elle à mettre cette évidence sur la table ? Léliana est consciente qu’elle ne pourra pas sauver tout le monde, tout comme les policiers de cette ville. Ensuite, la Bertinelli lui parle de ses raisons d'être devenues celle qu’elle est et son lien avec Noa de Santi. Ceci dit, Rylee ne semble pas trop avoir compris ces propos et la prendre parfois pour une idiote, ce qui avait tendance à énerver un peu la brune.

La brune soupire. « Tu me prends vraiment pour une idiote ou quoi ? Ça en devient vexant à la longue, je peux me montrer patiente, mais il y a des limites. Noa ne sait rien à propos de moi et de ma vie nocturne en Nightingale. Tu crois que je vais venir la voir et lui dire, coucou, je suis la justicière qui veut foutre le bordel dans tes affaires. Non, du tout. » Elle souffle un peu et reprendre la parole. « Il n’y a rien de débile, mais bon, tu ne sembles même pas chercher à comprendre, tu ne vois que le négatif. » Réponds Léli. « Je ne suis pas une imbécile, je sais très bien que les mafias sont bien implantées dans Londres et qu’il sera difficile de les déloger à moi toute seule, même en tranchant la tête de l’hydre de chaque mafia. Tu es vraiment sourde ou tu m’écoutes qu’à moitié…tu crois que je veux que ma famille domine Londres ? Je t’ai dit que j’attaquerai toutes les mafias, que Noa en soit la chef ou pas, ça ne changera rien. La tuer, je ne sais pas, ça sera plus compliqué que les autres, c’est sûr, de par notre lien de sang et notre passé. Mais je ne veux qu’aucune mafia régner même les Siciliens donc ne crois pas que mes actions servent à mettre la Sicile au pouvoir, ok ! » Dit-elle en commençant à s’énerver. « Et ne m’associe plus à eux. » Elle soupire et se lève. « Tu dis que les mafias sont bien implantées dans Londres, ils le sont vraiment, ils ont la main sur certains membres du gouvernement. Et aussi, tu crois que la police est blanche comme neige ? Tout propre ? Non, il y a des ripoux, prêt à gagner un peu d’argent pour les aider. Il faut être ignorant pour croire que les mafias puissent continuer leur trafique tranquillement et que certaines de leurs marchandises passent la frontière sans problème. » Elle part marcher un peu pour souffler. « Étant donné que tu n’es pas enclin à m’écouter totalement et à me traiter comme une idiote, je pense que je vais entrer chez moi. Il est difficile de discuter avec quelqu’un qui fait que pointer que le négatif et qui m’écoute à moitié. »

(c) AMIANTE

Invité
avatar
Invité
21st Décembre 2019, 17:26
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
A visage découvert
Leliana & Rylee
« Sauf que nous on est formé pour ça ! » T’es mignonne avec tes idées de justicière en lycra violet à vouloir sauver la veuve et l’orphelin. T’as peut être sauvé des gens en effet. Allez on va dire que tes supers compétences ont permis de sauver quelques personnes. Magnifique ! Mais heureusement que tous les gens ne décident pas de faire la même chose que toi sinon ce serait juste un bordel sans nom. « ‘Tin J’suis la première à râler sur toutes les formations qu’on suit mais c’est important ! Quand j’vois tout ce qu’on vit, heureusement qu’elles existent et, aux dernières nouvelles, tu les as pas eu. » Vas y, donnes moi un peu ton curriculum vitae qu’on rigole parce que je ne suis certainement pas la plus blanche de toute mais j’ai suivi toutes les formations qu’on m’a demandé de faire. Et surtout, SURTOUT, je sais travailler en équipe, ce qui est LA base quand on est flic. Savoir monter en quelques instants des interventions à plusieurs pour pouvoir aider et protéger au maximum toutes les personnes qui nous entourent. « Bien sur qu’on te prend pour une ennemie ! Tu viens, tu interviens dans une de nos affaires et tu l’fais à ta sauce. T’attends qu’on te file une médaille ? » T’es débile ou quoi ? « Peut être que t’as sauvé un ou deux mecs à nous, la belle affaire, mais on est formé pour travailler ensemble et toi tu arrives et tu la joues en solo. Commences par venir nous aider vraiment sur une ou deux affaires et déjà tu seras moins un boulet pour nous tous » Je soupire longuement. « Non mais tu imagines si tout le monde faisait comme toi… Le bordel que ce serait. »

Je me masse les tempes. Je ne suis pas la plus douce et me doute que cette conversation risque de nous fâcher définitivement toutes les deux mais je suis honnête et certainement pas du genre à cacher ce que je pense. Si on doit ne plus se parler, on ne se parlera plus mais au moins on se sera dit ce qu’on pense l’une de l’autre. « Bah penses y. C’est quelque chose de terrible, on ne se rend pas compte de ce que ça peut faire. Et là encore, nous, on est entouré et putain on prend cher alors tu vas faire comment toi toute seule ? » Tu me dis que tu es consciente de ce que tu fais mais pour moi non et ce n’est pas cette conversation qui me fait changer d’avis clairement. « Tu es professeur putain Leli… Tu as l’avenir de l’Angleterre entre tes mains, c’est là que tu dois agir et faire des trucs de ouf que pour les mômes réfléchissent à ce qui est en train de se passer. Pas à courir sur les toits. On est assez de flics, vous êtes tellement peu de profs. Tu ne trouves pas qu’il y a des priorités franchement ? » Je passe mes journées à remettre les mômes dans le droit chemin a la salle de boxe, a faire qu’ils retournent à l’école, ouvrent un peu les yeux, etc. C’est ça l’avenir de l’Angleterre. Franchement c’est comme ça que tu es une héroïne pour moi, pas autrement.

« Bah casses toi ! » Si t’en as marre de me parler je te retiens pas hein. Au bout d’un moment on ne va pas non plus s’aboyer à la gueule pendant des heures. On se comprend pas, on se comprend pas après tout. « Elle va te buter si elle l’apprend. » Et c’est clairement la seule chose qu’elle pensera à faire car tu auras gêné ses affaires. Je la connais Noa, elle ne va tellement pas te faire de cadeaux et tu auras tout gagné. La famille hein… « Mais tu ES toute seule ! » Tu les trouves où tes alliés là ? Hein ? Dis-moi ! « On en revient toujours au même, tu travailles en solitaire donc tu ne peux pas agir avec quelqu’un ou avec un groupe sans que le groupe soit au courant et sur la même onde que toi. Sinon on se tire juste dans les pattes » Réfléchis un peu. « Bah ouais je vois que ça. Désolée ce n’est pas parce que t’as sauvé quelques personnes que je vais te décerner une médaille hein, je vois juste les lacunes dans ton plan. » Je te laisse te lever et souffler. De toute façon il est clair qu’on ne sera pas d’accord. « Penses y à ça : ce que tu ferais le jour où tu devras choisir pour Noa. » Parce que déjà quand on le prévoit ce n’est jamais facile alors quand on ne le prévoit pas… Et je suis bien placée pour le savoir. Un petit sourire nait sur mes lèvres à ta réflexion sur les polices. « Il n’y a personne de tout blanc ou tout noir dans Londres. C’est comme ça la vie aujourd’hui. Tu peux essayer de te vouloir blanche, tu ne l’es pas. La police ne l’est pas. On a tous du sang sur nos mains et on a tous pris au moins une fois une décision contraire à ce qu’on voulait. Londres est comme ça. Ta vision est utopique. » Point. « Tu peux te casser, je te retiens pas. J’dirais rien à mon équipe, y’a pas d’raison. Par contre arranges toi pour ne pas me croiser en mission. » J’aurais autre chose à penser qu’à te faire des passe droits. « Par contre si tu veux travailler a plusieurs, tu sais où me trouver. »

HRP : Je te laisse clôturer du coup Wink
code by exordium.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 1116
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
29th Décembre 2019, 22:28
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Départ


Il est difficile de tenir une conversation avec quelqu’un qui pense l’opposé de soi-même et Léliana avait ce genre de conversation avec Rylee. Cette dernière est policière et il n’était pas surprenant de savoir qu’elle ne voit pas d’un bon œil, les justiciers. Elle a tendance à pointer les défauts de Léli et ne pas voir ses qualités, pas qu’elle sauve des vies, mais au moins, qu’elle a des compétences comme certains policiers ou détectives ou militaires. Or, c’est comme parler dans le vent avec cette femme, c’est plutôt malheureux, car Léliana la considère comme une amie proche et cette dernière la prend pour un danger ou une idiote à agir de cette manière la nuit. Cependant, l’enseignante tente à maintes reprises à lui expliquer les raisons de ses agissements et répond avec arguments à ses propos pour essayer de lui ouvrir, un peu les yeux. Voir quelques points positifs à ses actions, mais ça ne semble pas trop fonctionner. Elle parle dû fait qu’elle et ses collègues ont été formé, que tout policier a suivi pas mal de formations pour s’améliorer et comprendre pas mal de choses. La brune sait de quelle formation, son amie est en train de parler et croire qu’elle a juste à porter un costume et savoir se battre est tout ce qu’elle a appris. La jeune Bertinelli soupire en l’entendre parler, à croire qu’elle n’a pas suivi d’entraînement ni de formations adéquats. Léliana a passé plusieurs années à en baver au côté de son oncle, à l’entraînement comme un membre des forces spéciales, à apprendre à analyser, à voir certains indices et bien d’autres choses. Cela la faisait rire à l’intérieur, mais à l’extérieur, la justicière garde son sérieux. « Je n’ai peut-être pas suivi la même formation que vous, mais j’ai apprise auprès d’un membre des forces spéciales à me battre, à analyser et bien d’autres choses. Tu crois quoi ? Que j’ai vécu comme une privilégiée en Sicile ? C’est mal me connaître. Ce n’est peut-être pas officiel, mais j’ai eu aussi ma dose de formation pour savoir ce que je fais. Mais comme tout le monde, je me sais imparfaite et que j’ai encore des choses à apprendre. Ne me fais pas passer pour une débutante qui met juste un costume et qui saute de toit en toit pour jouer, je prends ce boulot de nuit très au sérieux. » Dit-elle.

À croire que sauver des vies, ce n’est rien, Rylee semble se moquer que Léliana puisse avoir sauvé des vies. Cela ne semblait pas important, tout ce qu’elle retient, c’est que le fait qu’eux travaillent en groupe et que Léliana les gêne en se la jouant en solo. La justicière n’est qu’un boulet pour eux et pourtant, si elle n’était pas là, certains policiers ne seraient plus de ce monde. Elle semble avoir oublié ce détail, franchement, c’était assez désespérant de ne pas être pris au sérieux. Le fait qu’elle est prise pour une ennemie, c’était à cause du fait qu’elle débarque en solitaire et qu’elle « ruine » en quelque sorte leur opération. Ce qui est drôle, c’est que la plupart du temps, les criminels semblent au courant de leur manège et sans sa présence, ça serait un vrai carnage. « C’est pour ça que personne ne fait comme moi, car ils ont peur du danger. Tu crois que je suis un boulet pour ton équipe et que vous me prenez pour une ennemie à cause du fait que j’agis seule. Mais…tu ne sembles même pas avoir remarqué que par moments, les criminels savent que vous arrivez avant même que vous arrivez à leur porte. Si j’agis rapidement, c’est pour éviter un bain de sang. Mais soit, ça ne signifie rien pour toi. Le fait d’agir seul, ça te permet d’être un fantôme pour eux et de prendre du recul sur la situation. » Dit-elle avec un ton sérieux. Léliana prend tout de même le temps de l’écouter et là voilà encore en train de dire que même eux en groupe, ils prennent chères alors elle qui est seule, ça doit être encore plus compliqué. Rylee est une personne d’honnête et même si Léli a conscience que dans un sens, Ryry s’inquiète pour elle. La brune ne peut pas la laisser parler sans savoir trop de choses, même si elle dit des choses vraies.

Professeur, il y en a peu et elle a l’avenir de ce pays entre les mains selon Rylee, car elle enrichit la future génération en leur transmettant ses connaissances. Les faire réfléchir sur le monde qui l’entoure en utilisant l’histoire, parlant du passé, des erreurs humaines et la façon dont ça peut être évité de nouveau. Il y avait d’autres priorités que de jouer les justiciers et juste laisser les policiers faire, car il n’y a pas assez d’enseignants. La brune soupire. « Leur apprendre à réfléchir comme tu dis, c’est bien beau, mais tes paroles sont remplies de naïveté. C’est plus compliqué qu’il y en a l’air. Certains criminels sont intelligents et réfléchissent bien, il y a des chances que les nouvelles générations puissent cacher de nouveaux parrains ou sérial killer. Je ne te cacherai pas que je joue mon rôle d’enseignante très au sérieux et que cette pensée ne me freine pas, mais en tant que justicière, je me permets de mieux comprendre le système criminel et d’utiliser cela pour approfondir mes cours même si ce n’est pas le but principal. Ne me dis pas quoi faire, je suis consciente de mon rôle d’enseignante. » Finit-elle, mais ça en devenait ennuyant de lui parler, car elle ne pense qu’à elle. Léliana en avait un peu marre de discuter avec Ryry et ça se voyait. Rylee lui disait de partir après que Léliana voulait rentrer chez elle. Elles ne se comprenaient pas ou plutôt, Rylee ne cherchait pas à la comprendre tandis que Léli essayait de le comprendre, au moins, un au minimum. Noa tuer Léliana si elle l’apprend ? la Bertinelli n’est point stupide pour ne pas le savoir, c’est pour ça qu’elle porte un costume et un pseudonyme. La question sur l’équipe, Rylee n’hésitait pas à pointer du doigt, le fait que la Vigilante travaille seule et qu’elle gêne ceux travaillant en équipe. Peu importe ses actions, elle est seule face à l’ennemi et elle risque de gêner les actions en équipe de la police, car elle ne sait pas travailler en équipe. Il y avait des lacunes dans le plan de la brune. Léliana soupire et lève pour souffler un peu. Que faire le jour où elle devra choisir pour Noa ? Bonne question.

« Travailler seul…ça te permet de ne perdre personne ou de voir un proche mourir sous tes yeux, car il voulait t’aider dans ta lutte. Mais tu as raison, le travail d’équipe est important pour une meilleure réussite d’une mission et ça pourrait me permettre d’éviter certaines surprises comme ce soir. Or, les partenaires peuvent être imprévisibles et commettre des erreurs irréversibles. Et pour ce qui est de Noa, ne t’en occupe pas et ne lui dis rien, je risque de ne pas apprécier la trahison d’une amie. » Dit-elle avant de se rhabiller chaudement afin de sortir dehors pour rentrer chez elle. Rylee lui disait que personne n’est tout blanc, ainsi était Londres à présent. On ne peut pas essayer d’être correct, car tôt ou tard, on prend des décisions contraires à nos plans. La brune sourit à cela. « Quand ai-je dis que j’étais toute blanche ou que j’essayais de l’être ? Tu as du mal à me comprendre, j’en suis désolée. Mais j’ai déjà les mains tachées de sang. » Dit-elle, par contre, la belle Byrd n’allait rien dire à quoi ce soit, mais en mission, elle ne lui fera pas de cadeau. Et bien sûr avant de partir, elle lui disait que si elle voulait travailler à plusieurs, elle savait où la trouver. Léliana se retourne et la regarde dans les yeux. « Je vais y réfléchir, mais si on devait bosser ensemble, il est hors de question que je sois en civile ou que tu m’appelles par mon prénom. J’ai un pseudonyme et un masque, ça me permet de ne pas mettre en danger mes proches, car il y a toujours des gens à qui on tient, mais ce n’est que quand on ne les a plus qu’on s’en rend compte. Et tu comptes parmi ceux que j’aime, Rylee même si on ne se comprend pas, tu restes importante à mes yeux. » Elle prend un sac où il y a son costume de ranger et se dirige vers la sortie. Elle ouvre la porte et baisse les yeux avant de lui dire une dernière chose. « Garde un œil sur ton téléphone, je ferai appel à toi si j’ai besoin d’aide. Mais si tu as besoin de Nightingale, il suffira de m’envoyer un message sur mon autre téléphone, le 07 555-758-018. Au revoir, Ryry. » Dit-elle avec un léger sourire avant de partir en direction de sa maison, mais avant cela, elle part récupérer sa moto qui semble être en bon état. En espérant qu’elle ne regrettera pas cette soirée avec la policière.

(c) AMIANTE

Invité
avatar
Invité
27th Janvier 2020, 16:58
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: