AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[CLOS] Event #1 : This is a Hold Up Lady Threadneedle Street !
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Dice Master

Hands up!

This is a Hold Up Lady Threadneedle Street !

Les braqueurs

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Introduction

Un mardi matin comme tous les autres. Lizbeth Featherworth, parée de l'uniforme bleu nuit, revient de la salle au coffre-fort avec un café en main. Elle s'installe derrière le guichet n°3 et active le poste informatique. Il est exactement 07h57 à la pendule halogène. La banque dispose d'un certains nombre de livres en fonds propre. Aucun transport de fond n'est planifié avant mercredi. Elle salue d'un sourire Arthur qui est deux isoloirs plus loin. Judith est rentrée de son congé maternité avec un gâteau à la meringue pour l'équipe. Une journée calme se profile à l'horizon.

Les portes en verre coulissent. Une première cliente entre. Liz ouvre rapidement la base fichier clientèle. Elle croise ses chevilles qu'elle repousse en arrière. Un sourire commercial égaye son visage au demeurant plutôt sympathique.

- « Bonjour Madame (Megara). Que puis-je faire pour vous ? » Elle parie sur une ouverture de compte bancaire et tape directement le raccourci clavier pour entrer dans le logiciel. Du coin de l'oeil elle voit deux autres personnes passer le seuil. Le vigile les suit d'un œil sans trop d'inquiétude. Il est trop tôt pour les anarchistes ou les SDF.

Alors qu'elle relit le formulaire remplie par sa cliente, Lizbeth entend la porte du local ouest, se refermer. Le troisième vigile est encore en retard. Il faudrait le signaler. Mais personne ne le fait.

- « … Très bien avez-vous votre... »

- « Mains en l'air ! » Une baraque de deux-mètres-dix vient de crier à la cantonade. Un coup de feu tonne à moins de six mètres sur la gauche. Liz voit l'agent Brown tomber pas très loin d’un client (Lester). Une auréole rouge se dessine sur sa poitrine.

Des cris, des hurlements, l'affolement généralisé, c'est le premier braquage de l'équipe. Un homme cagoulé se dirige vers la porte du régulateur d’électricité. Il prend le contrôle du réseau électronique. Le volet métallique se déroule devant la vitrine. Les caméras de surveillance sont coupées. La salle des commandes est ouverte de l'extérieur.

Un deuxième coup de feu retentit cette fois sur la droite. Liz reconnaît la voix de Colm. Son arme de service cogne le marbre. Il tombe lentement en se tenant le ventre. L'agresseur écarte d'un coup du pied l'arme à feu, qui ricoche contre un mur. Un de ses compères pointe le troisième agent de sécurité de son révolver.

- « Jette la au sol. Bien. » Des plaintes de douleurs viennent de l'homme à terre. Il est pâle comme la mort déjà. Les clients se sont instinctivement écartés. L'homme va prendre un bac sur le promontoire et approche de l'otage le plus proche, pour le lui mettre dans les mains (Nova). « Tous les appareils électroniques là-dedans. Téléphones, Ipads, montres. Allez. Dépêche. »

Le client, juste à côté de la demoiselle, défait sa montre sous les yeux du braqueur. Il sort ensuite son Androïde de la poche interne de sa veste. Il dépose ses effets dans la boîte en plastique, puis le criminel entame un tour de ronde en silence.

- « Messieurs Dames ceci est un holdup. Restez calmes. Tout se passera bien. Nous n'en avons pas pour longtemps. » Deux des hommes commencent à rabattre les civils vers le centre de la pièce. L’un d'eux se place dans le dos de l’une des femmes (Hope) et l’incite à bouger. « Toi là. » Appelle-t-il le seul employé masculin dans la salle.

Les yeux écarquillés Lizbeth voit un des voleurs se diriger vers le bureau n°5. Arthur lève les mains en évidence. Il échange un bref regard avec elle. La peur et la détermination s'y reflètent. Elle comprend et panique. Il a suivi la procédure. Le bouton d'alerte pour appeler Scotland Yard est actionné.

- « Ce connard a activé l'appel d'urgence. » Fulmine le quatrième homme armés. Il tient dans sa main un talkiewalkie qui crache des infos en gaélique. Quelques brefs mots sont échangés.

- « Prévient Michael. Occupe-toi de lui. » Ordonne-t-il avant de focaliser son attention sur une des clientes (Léliana). Il semble momentanément interloqué. Le trouble se dissipe pourtant et il s’avance avec l'assurance du leader.. L'homme se place au centre du hall.

Le bruit d'un coup crispe l'assistance. L'employé zélé retombe inerte dans son fauteuil. Judith étouffe un cri en se cramponnant à sa croix en argent. Le braqueur se tourne vers elle. Liz sent qu'il est amusé de voir sa collègue paniquer.

- « Va rejoindre les autres. » Lui ordonne-t-il sèchement. Il agite l’arme en direction du groupe en train de se former. Là il croise le regard d’un des clients (Andrew) « Toi. T’es en charge du groupe. Fais en sorte qu’on entende plus ces pleureuses. » Il vise du canon un groupe de quatre femmes qui geint.

Le chef lance un chronomètre sur sa montre. Il fixe la clientèle. Il scrute les visages. Les deux rabatteurs sorte des filins en plastiques de leur sac noir pour ligoter chaque personnes les mains dans le dos. « Bowie. Embarque celle-ci. » » Dit-il pointant Lizbeth du doigt. « Et elle. » » Il lui montre la jeune femme (Léliana) et lui fait signe d’obtempérer.

Le Geek arrive visiblement pour les accompagner. Les jambes tremblantes Liz fait le tour de sa chaise. Elle s'avance docile vers la porte arrière qui est déjà entrouverte. Elle sent sur sa gauche un mouvement et remarque un cinquième homme qui arrive de la zone « employés ».

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Infos du MJ
- REFEREZ VOUS AUX NOMS MIS ENTRE ( ) POUR SAVOIR CE QUI VOUS ARRIVE.
- Les personnages qui ne sont pas cités ne sont pas encore dans la scène. A vous de réagir.
- Lancé de D10 dès que vous tentez une action contre l'un des braqueurs.
- Temps de réponse jusqu'au 12 mai inclus.

Rappel des règles
- Jet de dé pour savoir la réussite d'une action individuelle (fonction incorporée sur le forum), si le MJ le demande dans son post. (A lancer dans [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].)
- Min 250 MAX 500 par réponse.
- Mettre en gras les noms des personnages joueurs et non joueurs cités dans votre post.
- Résumé des actions à la fin de chaque post.
- 1 tour relancé chaque dimanche soir, par le MJ, pour un échange dynamique
- Un sujet en flood est ouvert pour que vous puissiez tous vous y concerter. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Know the rules:
 
Dice Master
Dice Master
MJ
Messages : 677
Date d'inscription : 20/11/2011
Profession : Lanceur de dés
2nd Mai 2019, 15:10
Revenir en haut Aller en bas
Invité
>
Un Hold Up
Event 1
Une matinée comme les autres, Léliana n’avait pas de cours à donner pour ce mardi matin. Elle en avait juste deux dans l’après-midi, du coup, ça lui permettait de s’occuper de quelques affaires. La brune avait repéré un vieux hangar désinfecter dans les bas-fonds de Londres, lorsqu’elle patrouillait en tant que Nightingale. Un bon endroit pour entreposer son équipement et en faire sa base secrète pendant un temps. Sa demeure était risquée, en cas de fouille par la police si un jour, on devait la suspecter. Or, il y avait pas mal de démarcher pour acheter cet entrepôt avec un nom d’emprunt. L’enseignante arrive à la banque, il n’y avait pas grand monde pour le moment. L’attente n’allait pas être longue ni ennuyante. Elle reconnaît l’un des parents de ses élèves et la salue poliment avant de se concentrer devant une petite file d’attente. La patience est une vertu, mais bon, la Bertinelli aurait vraiment préféré sortir rapidement de la banque afin de vaquer à d’autres occupations. En effet, une matinée de libre, c’est bien, mais le temps passe tellement vite qu’on ne se rend pas compte que lorsqu’il est midi. Or, quelque chose brise se calme et cette tranquillité matinale dans cette banque. Un grand type crie avec une arme à la main avant que tout bascule rapidement dans la crainte et la peur. Un agent au sol, suivit d’un autre quelques instants plus tard. Les vigiles ne sont plus de la partie, ils les ont neutralisé pour éviter que l’un d’eux se fasse neutraliser et mette en péril leur plan. Là-dessus, Léli ne peut rien faire, hormis coopérer avec les ravisseurs.

Léliana s’est mis à l’écart avec les autres, elle reste calme et observatrice, la brune ne peut pas agir avec tous ses types armes et sans parler, des otages. Elle met ses effets personnels dans le sac en plastique comme tout le monde. Il était inutile de jouer les héroïnes dans une telle situation, c’était trop risqué. Beaucoup paniques, tandis que d’autres restent calmes malgré la situation. De toute façon, paniquer ne servirait à rien, ça ne ferait qu’empirer la chose. Étant donné que l’un des banquiers a activé l’alarme, la police ne tardera pas à se ramener devant la banque pour sécuriser le périmètre et négocier avec les braqueurs. Or, l’un d’eux semble fixer Léliana et cela ne lui plaît pas d’être fixé de la sorte, c’est mauvais signe. Quelques instants plus tard, l’un d’eux pointe du doigt l’une des employées et vise ensuite, l’enseignante pour les emmener ailleurs. Léli se laisse attacher les mains dans le dos avant de suivre docilement l’un des braqueurs vers un endroit où il est censé l’emmener avec l’employée. La pauvre femme (Lizbeth) est toute tremblante, sur son badge, elle y voit son nom ; Lizbeth Featherworth. Franchement, cette matinée allait être finalement longue et stressante.
☾ anesidora


Résumé:
 
Invité
avatar
Invité
2nd Mai 2019, 18:26
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Repérage <<<

8h00 pétante, Hope se tient sur les marches du parvis de la Banque. Elle porte un manteau beige écru type imperméable, à poches, dont la ceinture n'est pas mise. Son foulard couvre sa nuque albâtre. Ses yeux sont protégés par une paire de lunettes de soleil aux verres ronds de couleur marron clair. On peut discerner ses yeux à travers. La tueuse a choisit un style chic et mondain pour se mêler à la foule londonienne. Rien pour se faire remarquer. (si ce n'était un beretta avec silencieux rangé dans son sac à main et un couteau papillon planqué dans le bandeau de son porte-jarretelle) Le rideau de fer se lève. L'ouverture est effective. L'Américaine entre avec deux autres personnes dans les lieux. Ses talons résonnent légèrement sur le carrelage. Déjà une cliente (Megara) se rend au guichet et entame la discussion avec la chargée de clientèle. Hope, elle, flâne. De son oeil expert, elle prend connaissance des lieux, mettant des images réelles sur les plans que le personnel de l'Hotel lui avait gentiment montré la veille. Les accès clients, les guichets, les accès "non-autorisés", le mobilier, la place des agents de sécurité. Tiens, il en manque. Tout le monde est détendu, il n'y a pas de raison pour que...

Des cris. Surprise, Hope a un sursaut et sa main plonge dans son sac. Mais elle la retire aussitôt et la pose sur la lanière. Des tirs suivent, des corps tombent au sol. Mais Hope ne feint pas le choc ni la peur. Elle est sur ses gardes évidemment, mais elle observe surtout le déroulement de ce braquage. Quelle poisse ! Ils ont vraiment choisi leur jour pour emmerder le monde... peste l'américaine en son fort intérieur. Hope compte le nombre d'assaillants. Quatre en vue. Un autre gardien est abattu, le troisième se rend. Les rideaux de fer sont à nouveau abaissés. Ils sont enfermés. Tout se passe vite, les autres clients et clientes paniquent et pleurent déjà. Un des forcenés fait un tour et réclame les téléphones aux otages. Hope maintient son masque inexpressif et parvient à jeter son portable prépayé dans le tas, sous d'autres smartphones bien plus "ordinaires", sans éveiller de soupçons.

Enfin le chef s'exprime et on commence à rassembler la foule au centre de la pièce. L'un des hommes la pousse dans le dos. Elle pourrait intervenir. Quatre hommes, ce n'était rien. Mais il y a trop de civils, trop de public. Et puis, est-ce que les malfaiteurs étaient-ils au complet, ou ? Trop d'inconnues encore. Hope obéit alors silencieusement et s'avance avec les autres.
Heureusement pour elle, elle n'est pas la seule à savoir garder son "flegme anglais" dans une telle situation. Mais soudain un des gars râle. Un employé a évidemment appuyé sur le bouton. Il croit au père noël ce p'tit con s'il pense que personne ne le ferait. Hope essaye de ne pas les regarder trop longtemps. L'employé est "géré". On commence à lier les mains des otages. Cela, par contre, l'agace. Ca faisait mal et ça laissait des traces de se libérer de ce genre d'entraves. Pourtant, Hope reste docile et présente ses mains dans son dos. Le lien en plastique lui sert les poignets mais ne lui entaille pas la chair. Pas encore.

Les pleurs des femmes présentes se font entendre de plus en plus. Hope n'aime pas les pleurs. Les braqueurs non plus. Un type costaud est chargé de les calmer. Good luck, mec. Un braqueur désigne l'employée et une des otages pour qu'elles l'accompagnent. Au hasard ? Peut-être pas. Hope se méfie. Elle les suit du regard derrière ses lunettes et voit apparaître un cinquième homme.

Résumé:
 

:copyright:️️️ 2981 12289 0
Invité
avatar
Invité
9th Mai 2019, 11:05
Revenir en haut Aller en bas
Megara M. Sanders
Pour un chèque de trop.Megara & Co

Le mot que je cherche en ce moment même devant ma glace ne veut pas sortir… Ma seule matinée de repos de la semaine et je dois renoncer à ma grasse matinée parce que Monsieur… Monsieur n'a pas su me tirer du liquide pour la pension de Matthews… Un chèque… Ca veut dire du temps pour aller à la banque mais aussi du temps pour que le chèque soit effectif sur le compte… Tandis qu'avec du liquide, hop c'est immédiat… Bon aller aller… On va sortir la jolie tenue de secrétaire, de femme d'affaires sérieuse. Une jolie robe noire, des talons, un petit collier. Et hop on part. Entre temps j'envoie un SMS à Zac pour lui dire à quel point ça me saoule de devoir passer à la banque et que du coup là prochaine fois j'apprécierai du liquide.

Je suis la première à arriver devant la banque. Je suis arrivée un poil tôt. J'hésite à revenir sur mes pas pour aller me chercher un café au coffee shop du coin… Bon ça va me coûter une fortune mais… Ah bah non. Des personnes arrivent alors non je ne vais plus bouger. Moins de 5 minutes plus tard, les portes en verre coulissent. J'entre et me dirige vers la première employée que je vois derrière le comptoir. Elle s'appelle Liz et ouvre rapidement la base fichier clientèle. Un sourire commercial égaye son visage au demeurant plutôt sympathique, il est vrai. Je lui explique rapidement que je souhaite déposer un chèque sur le compte et commence à remplir les papiers qu'elle me tend.

J'ai à peine le temps de terminer d'écrire les informations et tendre les papiers à la dame, qu'une bande d'hurluberlus est arrivée. Arme au poing. En moins de temps qu'il n'en faut pour dire "avada kedavra" y 'avait déjà deux morts. Et merdeeee … Zac je te retiens… La prochaine fois c'est du liquide que tu me donnes… Fais chier... On doit donner nos outils connectés. Je dois me débarrasser de mon téléphone. Du coup aucun moyen de joindre les collègues. Ils ont l'air de s'intéresser au coffre plutôt qu'au reste… Un, deux, trois, quatre braqueurs… Deux victimes… Ah… Trois victimes… Fait chier. Ils sont en train de nous descendre comme des canards en fête foraine… Point positif, l'alarme a été déclenchée… Zac t'as intérêt à ramener tes fesses…

La plupart des clients paniquent… Mais je remarque aussi deux autres femmes imperturbables… C'est pas banal. Je suis certaine qu'elles ne sont pas de la maison… On finit regroupé… J'en profite pour regarder autour de moi… Plus de caméra. 4 hommes armés au minimum… Enfin je n'en ai vu que 4 rien ne dit qu'il n'y en a pas d'autre… Le "chef" semble avoir enclenché un chrono… Pas de doute… C'est des profs… Et moi, il me reste que ma pauvre bombe au poivre au fond du sac...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


résumé:
 
Megara M. Sanders
Megara M. Sanders
PROTECT&SERVE
Messages : 344
Date d'inscription : 17/03/2019
Localisation : Commissariat
Profession : Secrétaire du Grand Patron-(Ex) Sco19
Etat Civil : Mariée mais Séparée
9th Mai 2019, 23:45
Revenir en haut Aller en bas
Eileen Andarsan

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
This is a hold upft. Scénario
Troisième Chocky à la main, Eileen prit une nouvelle gorgée. Le temps se faisait toujours long quand il s’agissait de surveillance. Il fallait rester concentrer, malgré les longues attentes. Et si la patience faisait partie des vertus de la demoiselle quand il s’agissait du travail, iel aurait préféré pouvoir bouger un peu plutôt que de rester calée sur son siège passager. Iel n’allait apparemment pas être déçue.

Callan, assis tout aussi inconfortablement qu’iel derrière le volant, lea regarda un instant avec le sourire. Au moins n’était-il pas le seul à faire souffrir son arrière-train durant cette mission. Il se frotta doucement le visage pour se réveiller un peu lorsqu’il remarqua un mouvement de foule suspect dans le bâtiment en face de celui qu’iels surveillaient. Se retournant rapidement pour voir si Eileen avait le même pressentiment que lui, iels s’entrèrent rapidement du véhicule alors que leur radio demandait à toutes les unités disponibles dans leur périmètre géographique de se rendre immédiatement autour de la banque vers laquelle ils se dirigeaient maintenant à grands pas.

Sortant son badge, Eileen s’approcha d’une des personnes qui s’était réfugiée à derrière une voiture. Iel l’interrogea rapidement afin de savoir quelle était la situation à l’intérieur. La réponse ne tarda pas à venir. Plusieurs hommes étaient entrés dans la banque armés. C’était un hold up.

L’inspecteure échangea un autre regard avec son partenaire, ne sachant pas précisément quelle était la procédure dans ce genre de situation. La seule chose qu’iel savait pour sûr, c’était qu’il fallait sécuriser la zone. Iels se postèrent donc, avec Callan, de façon à faire reculer tout individu qui aurait voulu s’approcher de la banque.

Bientôt, les sirènes et les équipes de police ne tardèrent pas à arriver. Iels sauraient bientôt comment iels pourraient se rendre utiles. Il fallait espérer qu’à l’intérieur, les preneurs d’otages seraient patients.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



Résumé:
 




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I'm definitely on the spectrum of

socially awkward.
Eileen Andarsan
Eileen Andarsan
PROTECT&SERVE
Messages : 520
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Londres
Profession : Inspecteur de Police (S07)
Etat Civil : Célibataire
12th Mai 2019, 19:08
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Ah les envies de voyage. Andrew s’était levé avec la volonté d’aller verser quelques billets direction son compte vacances. Rien de très extravagant, mais le Nouvel An à Edimbourg de 2019 avait laissé un sacré souvenir au psychologue. Même si ce jour-là, il pensait vacances, arrivé au quartier de sa banque, il eut un pressentiment désagréable. Ce fameux picotement qui dit « reste au lit ! ». Mais ce n’était que le principe d’aller à la banque. Il se voyait déjà attendre des plombes pour pouvoir faire le versement, les machines prises et ce dès le matin.
Une fois dans la banque cependant, peu de monde. Les joies d’aller à l’ouverture. Il n’eut pas à attendre longtemps pour atteindre un ATM capable d’ingérer les billets, et il en profita pour contrôler l’état des comptes. La minute de trop. Alors que sa carte bancaire repartait dans sa poche, un coup de feu retenti, précédé d’une menace ô combien connue. Comme premier réflexe, Andrew se tendit. La mémoire musculaire prit le pas sur a raison, jusqu’à ce que celle-ci ne lui tire l’oreille. Il n’était plus dans le service, encore moins en ce mardi. Alors un second réflexe tapa dans les membres du docteur : affaiblir sa silhouette. Une fois un genou au sol, il écouta. Aux sommations, Andrew retira sa veste d’où il pris ses deux téléphones, avant de les tendre, montre en bonus.

« Toi. T’es en charge du groupe. Fais en sorte qu’on entende plus ces pleureuses »

Relevant les yeux face au canon menaçant qui le guida vers quatre femmes, Andrew gardait les mains en évidence, veste dans la main. Des gestes rapides, mais pas brusques. Inconsciemment, il entra dans un jeu d’esprit avec sa survie. Être un otage gris, ne pas attirer l’attention, donc apparaître apeuré. Il était sous stress, et en aucune position de force, un atout pour le jeu qu’il lançait. Sans répondre, il se dirigea vers les quatre femmes.

Baisser sa silhouette. Se faire oublier. Noter tous les détails.

Résumé :
Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
12th Mai 2019, 23:03
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste Lemoine
Event #1
This is a Hold Up Lady Threadneedle Street !
<<<

La Strike était en mode administratif. Ils ne pouvaient pas qu'aller courir après les vilains à travers les rues de Londres, parfois, il y avait aussi pas mal de paperasse à faire et pour le coup, toute l'équipe était sur le coup. Mais ça, c'était avant qu'un mec ne passe la tête à travers le cadre de la porte de leur espace de travail, pour prévenir qu'un braquage était en train de se dérouler à la banque d'Angleterre. Rien que ça, avait pensé notre français, alors qu'il était déjà debout sur ses pieds, que son flingue était embarqué sans attendre et ranger dans son holster. Marlon était déjà devant l'armoire qui contenait leur matos. Armes, gilets, tout pour un peu d'action sur le terrain.

Le chef d'équipe passait son cuir sur le gilet qu'il avait mis avec la force de l'habitude. Son badge pendait à un collier autour de son cou, que l'on sache qu'il faisait partie de la maison et la fine équipe se retrouvait rapidement devant leur véhicule, dans lequel ils montaient sans attendre, après tout, c'était une routine qu'ils connaissaient bien. Pourtant, le français sentait cette inquiétude presque habituelle, quand il s'agissait de devoir aller taper des gars qui braquaient une banque... il y avait des civils dont les vies pourraient être en jeu. Très certainement même et ça... ça puait et pas qu'un peu.

Feu bleu, pied au plancher, connaissant presque par cœur toutes les rues de la capitale, le van arrivait en moins de temps qu'il ne fallait pour l'écrire, devant la banque. Les cordons de sécurités étaient déjà en train de se mettre en place, Jean-Baptiste sortait rapidement du véhicule, pour constater les dégâts. Rien encore. Mais toute cette flicaille autour du bâtiment, risquait de rendre nerveux les mecs qui étaient dedans, c'était une certitude. Il remarqua alors rapidement le détachement de la SO19 déjà présent. Autant dire qu'avec tous ces groupes d'interventions sur place, les braqueurs risquaient de passer un sale quart d'heure.

Son regard croisa alors celui d'Eileen et son équipier, qui étonnamment, étaient eux aussi sur les lieux, il eut un petit mouvement de la tête pour la saluer, avant de continuer son chemin.

Lunettes noires sur le nez, il se dirigeait donc vers le chef des opérations, pour savoir ce qu'ils allaient devoir faire. Peut-être que prendre contact avec les mecs à l'intérieur, serait la première chose intelligente à faire...

*En français dans le texte
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Résumé a écrit:
> JB était tranquillement en train de faire ses rapports, avant qu'on vienne annoncer à la ST qu'un braquage est en cours.
> Il se rend donc sur place avec Rylee, Marlon et Zac.
> Il salut Eileen, avant d'aller parler au chef des opérations pour savoir quoi faire.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On est notre seul famille,
si on se lâche,
on n’est plus rien.
Jean-Baptiste Lemoine
Jean-Baptiste Lemoine
PROTECT&SERVE
Messages : 1592
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : Londres
Profession : Inspecteur Chef / Leader de la Strike Team
Etat Civil : Célibataire endurci
12th Mai 2019, 23:28
Revenir en haut Aller en bas
Zac Sanders

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
This is a Hold Up Lady Threadneedle Street !.
Scénario

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dossier posé sur les genoux, Junior joue le beat du morceau musique  qui hurle dans le casque audio. Il fixe la même ligne depuis cinq bonnes minutes, sans réellement en déchiffrer le sens. Lui plus que les trois autres a accumulé un retard monstrueux. L'obsession de retrouver sa jumelle l'a coupé de tout le reste. Lemoine a dû venir le chercher pour qu'il pose ses fesses au QG ce matin.

Le claquement sec de la port du casier de Lynch le réveille. Il s'ébroue. Il regarde ce qui se se passe en baissant le casque. Les pieds rencontrent le sol. Il balance la liasse de papier, trop heureux d'avoir un alibi pour arrêter. Il capte les infos au vol. Le gilet est passé en vitesse accéléré. Enfin le doux frisson de l'adré. Au moins ça le tient alerte.

« Je conduit. » Dit-il à Byrd, en chopant le trousseau de la seconde voiture de service. Ils échangent un regard. Pas le moment pour tergiverser de toute façon. En rangeant son arme dans l'étui l'agent voit qu'un SMS est en attente. C'est Megara qui gueule, again. « Tu me fais chier. » Grogne Zac agacé. Le blouson glisse sur ses épaules maigrichonnes. La santé ce n'est pas encore ça.

La circulation est mauvaise à l'heure de l'ouverture des bureaux. Mais les gars de la ville libèrent la voie. Et puis avec le gyro ça va plus vite. Sanders roule vite. Les mains bien cramponnées au volant. Le SMS de Meg l'a mis en rogne. Le monde le met en rogne. Il freine un peu sèchement. La gomme des pneus marque la rue. La portière vibre sous sa force. Il avance vers le gros des forces.

En voyant le nom de la banque sur la devanture il a un éclair.

« Putain...   » Il prend le téléphone pour relire le message de Meg. Une ride de concentration marque son front. Elle est à cette banque ou non ? Il ouvre la communication avec la ligne directe de sa femme. Une crainte naît lentement au fond de ses tripes. « Pas ça. Putain ! Décroche.... Allez, décroche !   » Un smartphone au fond de la boîte en plastique se met à sonner. L'un des braqueurs rit. Megara ne peut répondre à cet appel. Elle est... occuper. « FAIS CHIER ! » Gueule le jeune loup en retenant avec peine son mouvement d'humeur.

Il passe devant Eleein et Callan sans les voir. La peur rend son regard encore plus sauvage. Il repère le chef de l'OP. Il essaye de retrouver son nom. La mémoire n'est pas au rendez-vous. Il attrape alors le bras de l'Inspecteur Français pour le tirer vers l'arrière. Il l'amène en retrait du poste de commandement.

« Je suis à 90% sûre que Meg est dans la banque. » Maintenant qu'il a formaliser sa crainte c'est pire. Zac pose ses mains noueuses à l'arrière de son crâne. Il fixe le sol pour maîtriser la houle d'énergie. « S'teuplait JB place moi dans le coup. Steplait. »  S'il n'y avait pas autant de monde sur le terrain, c'est sûre Sanders y serait aller sans demander.



Résumé action a écrit:
Sanders quitte le QG avec Byrd.
Il a comprit que Megara est une des otages du Hold UP
Il va donc trouver son chef d'équipe pour "demander" à faire partie de l'escadron d'intervention...




" My Family is first."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Zac Sanders
Zac Sanders
PROTECT&SERVE
Messages : 710
Date d'inscription : 22/12/2011
Localisation : En ville
Profession : Policier - Strike Team
Etat Civil : Marié - Bientôt 3 enfants
13th Mai 2019, 10:34
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
This is a Hold Up Lady Threadneedle Street !
Event #1

Eh bah pour une fois j’suis pas à la bourre dans mes dossiers j’ai pris le temps quelques soirs auparavant de les faire parce que j’en ai marre de me taper des journées entières à les faire donc on a plié ça avec Marlon. Ok ok c’était avec une carotte au bout histoire d’avancer correctement et avec l’idée d’aller se faire une bonne tournée des bars mais clairement cela fonctionne aussi je pianote sur mon téléphone, répondant à quelques vieux messages nocturnes de Leliana que j’avais pas vu alors qu’on vient nous signaler qu’il y a un braquage. Cool, enfin de l’action, je commençais à me faire chier. Je me redresse rapidement, passe mon gilet sous le cuir, récupère mon arme de service et laisse Marlon gérer de prendre le reste du matos alors que Zac récupère les clefs. Je grogne « Ouais bah nous tue pas avant » parce que je sais comment tu conduis quand tu es vénère et franchement ça m’emmerde. Lumière bleue, vitesse, je te laisse faire le kéké en soupirant longuement et saute de la voiture quand on arrive sur les lieux du braquage. Je reviens avec Marlon y’a pas à négocier.

Je te laisse râler dans ton coin alors que je passe ma plaque autour de mon cou et je salue de loin les collègues, un petit signe à Eileen. Avec Marlon on observe qui se passe sans courir comme toi dans tous les sens. Ca sert a rien, autant laisser le chef aller voir ce qui se passe et nous filer les informations aussi on ne reste pas loin mais sans faire chier et je n’ai pas le temps de te rattraper quand tu passes comme une balle devant nous pour aller chopper JB. Je fais signe à Marlon de venir écouter ce qui se passe et on s’approche de vous. « Manquait plus que ça » Non seulement c’est une situation de merde mais en plus tu vas la compliquer parce que Meg est dedans. Parfait… Je regarde JB parce que je trouve que c’est une mauvaise idée mais c’est pas moi la chef donc tu fais bien ce que tu veux. « J’me mets avec Marlon » Et ça c’est pas négociable parce que le seul capable de le canaliser s’il déconne c’est toi le chef. Moi j’me connais je vais lui coller une droite parce qu’il m’écoutera pas. Je vois le chef des OP qui nous fait signe aussi je te le montre JB histoire qu’on ait enfin les informations utiles pour cet assaut. Je me doute qu’on sera pas les premiers à agir mais autant se tenir prêts.
code by exordium.



Spoiler:
 




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 1116
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
14th Mai 2019, 11:37
Revenir en haut Aller en bas
Dice Master

Hands up!

This is a Hold Up Lady Threadneedle Street !

Les braqueurs

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


ACTION 1

Le père du jeune Potter chercha Miss Bertinelli des yeux, les mains tremblant comme des feuilles au-dessus
de son crâne dégarni. Il vit l'un des braqueurs pointer une arme dans le dos de la jeune femme. Bowie surveillait les deux femmes (Léliana & Liz') en s'aidant les panneaux pour se repérer dans les couloirs internes.

BOWIE : « Stop. Toi. Ouvre la porte. » Désigna-t-il l'employée d'un coup de menton. La jeune femme était blanche comme un linge. Elle rate trois tentatives pour activer la carte magnétique. Le chauve perdit patience. Il gronda.

BOWIE : « Fais-le. » Ordonne-t-il à l'Italienne. Lenone entre le premier. Il avance droit sur l'objectif : le coffre-fort. Il pose le sac de matos au sol, l'ouvre pour sortir un appareil explosif qu'il colle contre la paroi du coffre avec précaution. Pendant ce temps Bowie pose deux énormes noires sur la table centrale.

BOWIE : « Remplissez-ça. » Il fixe la plus dégourdie des deux (Léliana). « Que les Anglaises. »

***
Curtis compte le nombre des otages. Il lorgne avec méfiance toutes les personnes présentes. Il siffle l'un des clients qui cherche à discuter avec son voisin.

CURTIS : « Ttt. Pas un son. Vous me formez une jolie ligne. Allez on se dépêche. » Il suit les déplacements comme le berger qui s'attend à voir la galeuse sortir du rang. « Maintenant on s'assoit en tailleur. Allez. » Dit-il en rappelant du regard à l'asperge (Andrew) de faire son job.

Pendant ce temps, le Régulateur passe dans la pièce pour regrouper les sacs à main, à dos, et les amener vers le comptoir. Il vide le contenu sur le marbre. Un à un et inspecte avec attention tout ce qui tombe. Il hausse un sourcil :

CURTIS : « Mike … ? »

MERCURY : « Quoi ? » Le chef se tourne pour voir le Beretta pendre au bout de l'index de de Coker. Ce dernier lui désigne la grande blonde platine en imperméable (Hope). « Curtis. Fouille-là. Fouille les tous. » Lui ordonne-t-il en vérifiant le chronomètre d'un coup d'œil.

L'homme s'exécute avec calme et même prévenance vers les otages. Il a l'air d'être calme. Même si on ne le voit pas il sourit poliment aux jeunes femmes apeurées. Il commence par (Hope) qu'il interroge :

COKER : « C'est quoi ton nom ? »

Il repère une qui a l'air plus calme que les autres. Il s'arrête devant elle (Megara). Il la scrute. Il la fouille avec encore plus de prudence que les autres.

La radio du chef d'équipe grésille une seconde. Une voix résonne.

MICHAEL : « Les flics sont-là. » Informe le gars posté en extérieur. Mercuryl fait signe à Judith de se lever pour aller allumer la télévision suspendue au mur du hall. Elle affiche le canal de la BBC. Le rideau de fer est dans le dos d'une journaliste expose la situation au grand public.


***
BBC NEWS FLASH SPECIAL
JOURNALISTE :--- On évalu actuellement le nombre des otages à 12. Aucune information n'est encore venue de la police ou des ravisseurs.


Un rire résonne dans la salle. Cocker se retourne en même temps que Micheal. Curtis montre alors l'un des smartphone. « Le Con » tente de joindre quelqu'un dans la salle. L'homme balance le portable dans la boîte qui commence à être agitée par les appels et notifications. Il attrape le thermos laissé par Liz derrière le comptoir et asperge les appareils.

COCKER : « Foutue technologie. »

MERCURY : « Ça ne va pas tarder. Tu te charges du tél. Oublie pas. La priorité c'est O'Conor. »

***

Dehors c'est le branle-bas de combat. Les unités qui étaient sur le secteur sont là. Le cordon de sécurité est placé. Les véhicules s'accumulent. Bien entendu la TV a réussi à ramener une de ses équipes. Un escadron du SO19 débarque dans son véhicule blindé. Un homme s'avance vers la première ligne de défense des policiers. Il approche du leader de la Strike (Lemoine)

AGENT RUSH : --- Ils nous font ça de plus en plus tôt. Bon. Je veux une ligne de communication sécurisée. Appelez-moi leur chef. Première étape savoir ce que ces types veulent.

***
MICHAEL : « Le SO19 est là. »

Le téléphone fixe du bureau de la pauvre Judith se met à sonner. Curtis pose l’appareil sur le rebord du comptoir. Il décroche :

AGENT RUSH : --- Agent Ian Rush à l’appareil. Entame une voix grave et sérieuse, alors que des agents cherchent à rétablir le système de vidéo-surveillance du bâtiment par les canots extérieurs.

CURTIS : « Mayfield Curtis. Faut qu'on cause. » Les forces commencent à faire le tour pour chercher une entrer latérale. Un journaliste tente de passer outre la ligne de sécurité.

Bref il est 8h32.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Rappel des règles
- Jet de dé pour savoir la réussite d'une action individuelle (fonction incorporée sur le forum), si le MJ le demande dans son post. (A lancer dans [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].)
- Min 250 MAX 500 par réponse.
- Mettre en gras les noms des personnages joueurs et non joueurs cités dans votre post.
- Résumé des actions à la fin de chaque post.
- 1 tour relancé chaque dimanche soir, par le MJ, pour un échange dynamique
- Un sujet en flood est ouvert pour que vous puissiez tous vous y concerter. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Know the rules:
 
Dice Master
Dice Master
MJ
Messages : 677
Date d'inscription : 20/11/2011
Profession : Lanceur de dés
14th Mai 2019, 19:31
Revenir en haut Aller en bas
Invité
>
Otage
feat. Event 1
Un cambriolage de banque, Léliana ne s’y attendait pas du tout et ce n’était pas vraiment le jour pour ça. Elle voulait passer une matinée plutôt tranquille, à faire ses petites affaires avant d’aller donner des cours à l’université dans l’après-midi. Malheureusement, il allait falloir être patient et attendre que tout se termine, en espérant, le plus rapidement possible. Dans son coin, la brune attendait patiemment que tout se termine, elle ne voulait pas être impliquée d’une quelconque manière. Au fond d’elle, Léli rageait un peu de ne pas être capable de les stopper en tant que Nightingale. Opérer en plein jour, c’était tout de même risquer, entre le manque de possibilités de fuir discrètement et la police. Et agir directement, ça semblait bien risquer sauf si elle venait à être seule avec l’un d’eux. Cependant, ça risquait d’être compliqué s'ils sont intelligents et organiser. La brune a déjà eu à faire à plus nombreux et à plus fort, mais disons qu’elle avait son équipement et l’obscurité pour se défaire de ses ennemis. L’un des ravisseurs (Bowie) lui avait demandé de le suivre avec l’une des membres du personnel (Lizbeth), mains en l’air afin d’éviter tout souci de rébellion ou d’acte héroïsme inutile. Marchant dans les couloirs, la brune pouvait observer Liz, elle était tremblante et paniquée, ce qui était tout à fait naturel avec une arme pointée en sa direction. Léliana reste calme et observatrice, son oncle lui a appris à garder son sang-froid avec des entraînements difficiles physiquement et mentalement, ça aide beaucoup. De plus, elle ne pouvait rien faire et les ravisseurs n’allaient pas tuer des otages surtout que les sirènes de police retentissaient à l’extérieur. Faith est-elle là ? Ainsi que Rylee ? En espérant que rien ne leur arrivera.

Devant une porte qui donnait vers le coffre-fort, le ravisseur (Bowie) demande à la femme (Liz) d’ouvrir la porte avec sa carte magnétique. Cependant, elle tremblote trop et n’y arrive pas, trop prise par sa peur. Il demande alors à Léliana de le faire, elle n’aimait pas qu’on lui donne des ordres de ce style. En regardant Liz, elle lui prend délicatement la carte. « Reste calme, ça se passe bien. Ils ne te feront pas de mal. Je m’occupe du reste. » Elle adresse un joli sourire à l’employeuse avant d’ouvrir la porte. Un second ravisseur (Lenone) passe en premier afin de se diriger vers son objectif. Le type tente d’ouvrir le coffre-fort, la brune le regarde faire avec ses explosifs, de quoi alarmer la police avec ce genre de méthode. Il aurait dû utiliser une perceuse, un peu plus lente, mais ça ne donne pas d’indice à la police de l’avancement de leur vol. Chacun leur méthode. Le chauve pose de grand sac noir sur une table. Le ravisseur (Bowie) leur demande de les remplir et fixant bien Léliana, il ajoute que les anglaises afin qu’il n’y a pas d’erreur. Un indice ? Oui, ils ne comptaient pas quitter la Grande-Bretagne après leur coup et elle pourra les retrouver plus tard. Or, si elle a une opportunité, alors elle le fera sur-le-champ. La brune fait ce qu’il dit et remplit le sac, mais pas très vite, elle prend son temps. Elle regarde l’employeuse (Liz'). « Dis, c’est quoi ton prénom ? Et, respire un coup, tu ne crains rien, d’accord ? ». Elle devait trouver une idée pour que le chauve se ramène vers elle afin de le neutraliser, si elle y parvient. Ils semblent être des experts, mais elle ne connaît pas leur compétence. La brune fait exprès de faire tomber une liasse de billets au sol, elle s’accroupit, remonte bien sa jupe pour donner un aspect de séductrice, faisant apparaître sa dentelle et tente de prendre le billet qui s’est glissé un peu sous la table. Elle se met dans une position un peu gênante, en espérant que ce loubard (Bowie) tombe dans le piège.

Le ravisseur (Bowie) semble moins concentrer, un petit coup d’œil a suffi pour le voir. Elle ramasse l’argent, sa voix manque cruellement de conviction. Il n’a plus tous ses esprits pour être bien réactif à la prochaine action de la jeune femme. Elle pose sa main sur le sac noir, caressant son corps contre le table, de manière sensuelle pour lui en mettre plein la vue. Certains hommes sont faciles à influencer à cause de leur libido et leur esprit qu’à penser avec leur sexe. La radio semble le perturber afin de le ramener à ses esprits, la brune lance le sac contre ce dernier et lui met un coup de pied sur son genou gauche pour le déstabiliser, elle utilise une technique de désarmement connu des forces spéciales, voire même de beaucoup dans la self défense, elle a l’arme en main et le pointe vers l’homme en question. Son coéquipier (Lenone), difficile de le voir, mais elle a son bouclier humain. Elle le garde en joue, cran de sécurité retirer et un regard perçant. « Reste à genoux et ne bouge pas. Tu vas dire à la radio que tout se passe bien, ok ? » Elle regarde dans la direction où se trouve le deuxième ravisseur (Lanone). « Sors de là et mets-toi au sol et surtout, ne fais pas l’idiot sinon ton pote meurt. Je sais utiliser une arme, croyez-moi, c’est de famille. » Elle recule un peu et s’adresse à Liz. « On va devoir les enfermer ici, tu vas en profiter pour aller à une porte de sortie et prévenir la police de la situation. » Il ne fallait pas perdre de temps avant que les collègues des deux ravisseurs se rendent compte de quoi ce soi. De plus, difficile de savoir ce que fait le second ravisseur (Lenone) dans sa pièce. Le temps presse.
☾ anesidora


Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
17th Mai 2019, 16:44
Revenir en haut Aller en bas
Megara M. Sanders
Pour un chèque de trop.Megara & Co

Et voilà. Il fallait que ça tombe sur moi. Pourquoi j'ai JAMAIS de pot? Oui je marmonne dans ma barbe mais c'est pour m'empêcher d'exploser… On nous a rassemblé, groupé. Je sens bien que certains sont pas à l'aise et dans le lot je crois reconnaitre un gars de chez nous. Mais pas sûr qu'il soit flic. Pas moyen de remettre un nom dessus… Un consultant? Un médecin? Un psy? Foutue mémoire qui sauvegarde ce qu'elle veut… Deux clients essaient de se rassurer l'un l'autre en parlant. Mais c'est pas bien pris par celui qui semble être responsable de leur détachement…

D'ailleurs, il nous fait mettre en ligne. J'aime pas ça. On dirait qu'on est prêt pour le peloton d'exécution. Il a vraiment un regard perçant. Je suis pas sûre de pouvoir faire un geste sans qu'il le remarque. Alors pour l'instant je me tiens à carreau et j'attends une ouverture. Soudain j'entends un son que je connais bien. Le bruit d'un pistolet qui tombe sur une table… Et merde… Je regarde vers qui les cambrioleurs se tournent… Une grande blonde filiforme. Je fronce les sourcils parce que elle c'est sûr, elle est pas de la maison. Alors pourquoi elle a un beretta?

Soudain, on décide de nous fouiller. Après avoir fouillé la blonde, il me fouille moi… Il me regarde droit dans les yeux. Je le regarde aussi. Il est minutieux et prudent. C'est pas maintenant que je vais pouvoir agir. "Vous savez, c'est une robe fluide… S'il y avait quelque chose caché dessous ça se verrait tout de suite… Pas besoin de vous acharner…" Réflexion sûrement totalement inutile mais fallait que ça sorte… J'aime pas me faire tripoter plus longtemps que nécessaire… Et puis ma seule arme c'est la bombe au poivre dans mon sac.

Les flics sont là… Soudain j'entends mon téléphone qui sonne. Et l'un des gars se marrer. Y a qu'un seul contact qui peut le faire rire comme ça… Zac… Et là j'ai peur. Est ce qu'il est là dehors? Vu comment ça insiste je dirais que oui… Oh bon sang… Je fais la moue quand mon téléphone se noie. O'connor? Qui sait encore celui là? Mais si… Il est la priorité on n'est quoi nous? Une monnaie d'échange? Ca sent pas bon… Pas bon du tout...

La Sco19 vient d'arriver… Super les copains sont là. Ca veut dire que ça va être sport. Et maintenant je connais le nom entier d'un des braqueurs mais ca me dit rien du tout… Il est 8h32, la journée démarre salement… Mais… Je suis quand même prête à exploser la face des types en face… Faut juste trouver le bon timing… Je regarde Hope… Si elle avait un beretta c'est que c'est pas une femme lambda… Faudra agir vite et proprement… En tout cas, je suis prête.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


résumé:
 
Megara M. Sanders
Megara M. Sanders
PROTECT&SERVE
Messages : 344
Date d'inscription : 17/03/2019
Localisation : Commissariat
Profession : Secrétaire du Grand Patron-(Ex) Sco19
Etat Civil : Mariée mais Séparée
20th Mai 2019, 20:20
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Repérage <<<

L'équipe est au complet. Six hommes. Ca commence à s'agiter chez les otages, ça parle dans le dos de Hope. Mais le braqueur réagit tout de suite. Aucun échange n'est donc toléré. On les force alors à s'asseoir. Hope se plie aux exigences, mais avec sa robe, la pose tailleur lui fut impossible. Il y a toujours deux femmes en pleurs, un homme (Andrew) chuchote pour calmer les esprits. Lui, il peut, il a été désigné par les braqueurs. Hope voyait et entendait les personnes ordinaires craquées, mais il y avait également des fortes têtes. Une femme restait concentrée, la colère son alliée. (Meg)
Soudainement les sacs se vident sur une table. Un léger pincement de lèvres de Hope et son Beretta apparaît à la vue de tous. La réaction ne se fit pas attendre. On ordonne une fouille, elle la première. On la relève donc, le gringalet nommé Curtis s'occupe d'elle. Elle le laisse faire, la tueuse n'a pas le choix. Les braqueurs sont toujours en position de force, armes à la main et les otages maintenant en ligne, des cibles de foire. Curtis est prévenant, tellement qu'il ne trouve pas son couteau papillon rangé à l'intérieur de sa cuisse.

"Amy Rickard." répondit-elle à Coker avec un accent américain prononcé.

A lui de voir s'il comprenait qu'elle se moquait de lui ou non. De toute façon, son attention se détourne par la fouille suivante : la colérique. (Meg)
Et voilà les flics. Hope retient un soupir. Ses fenêtres d'intervention se referment les unes après les autres. Elle décide donc de garder profil bas. Un rire puissant surprit tout le monde. Un téléphone est montré puis rejoint les autres dans le bac, qui est alors saupoudré de café chaud. Hope ajoute ça à sa note de frais. Une autre sonne mais il est destiné au chef. Les négociations commencent. Hope sent le regard de la colérique (Meg) sur elle, elle lui retourne son regard, impassible. Une alliée potentielle, peut-être, si elle doit prendre les choses en main.

:copyright:️️️ 2981 12289 0

Résumé:
 
Invité
avatar
Invité
21st Mai 2019, 11:05
Revenir en haut Aller en bas
Eileen Andarsan

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
This is a hold upft. Scénario
Les renforts ne tardèrent pas arriver sur place. Il fallait avouer que les braquages, d’autant plus à la banque d’Angleterre, n’arrivaient pas tous les quatre matins ; même avec les conditions dans lesquels se trouvait le pays. Les autorités furent donc promptes à répondre aux divers appels. Et avec elles, la presse.

Commençant à sécuriser la zone avec les premiers arrivé.e.s, son regard ne tarda pas à croiser celui de JB, qu’elle salua d’un hochement de tête. Tout comme le reste de la Strike Team qui le suivait de près. A voir l’expression sur le visage de Zac, bien qu’iel ne réussisse pas à la lire, le lui augure rien de bon. Son gilet pare-balles passé, elle fit signe à Callan. Il comprit ce que cela signifiait et n’allait pas tenter de la retenir. De toute façon, cela aurait été tout à fait inutile et il le savait. Eileen pouvait être une sacrée tête de bois quand elle voulait.

Prenant donc le même chemin qu’avait emprunté l’équipe de choc quelques secondes auparavant, elle rejoignit le centre des opérations. Elle n’était certes pas des équipes de forces brutes mais cela ne voulait pas dire qu’elle ne pouvait être se rendre utile pour autant. Après tout, pour que les muscles puissent opérer, il fallait tout de même un cerveau. Et Eileen avait une bonne mémoire, en plus d’avoir eu à sa disposition énormément de dossiers du genre.

Elle ne pouvait cependant pas s’approcher de trop près du centre névralgique. Pas sans informations concrètes. Cependant, lorsque le nom de Mayfield Curtis atterrit sur les lèvres d’un des opérateurs, iel se retourna vers JB. Pas qu’il soit effectivement le chef dans le secteur mais c’était toujours plus simple pour elle de s’adresser à un visage connu.

▬ Je connais ce nom! lança-t-iel de but en blanc. Iel prit quelques secondes pour réfléchir. C’est un artificier… On suppose que c’est un mercenaire. Difficilement un profil de leader. Dans les autres cas où il a été suspecté, il semblait pas avoir de message à faire entendre. Potentiellement, ce sera pas le cas ici non plus. Ça peut être un avantage pour nous : Il y a peu de chances qu’ils tuent un otage pour le symbole. Potentiellement plus simple à satisfaire, aussi.

Après avoir déblatéré les quelques premières informations qui lui étaient déjà revenus plus rapidement que sa bouche ne pouvait suivre, iel se tut simplement. S’il fallait d’autres informations, iel répondrait. En attendant, elle sentait que c’était ce qu’elle avait de mieux à faire. Mais avec Eileen, savoir ce qu’il y avait à faire dans un situation sociale c’était parfois….


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



Résumé:
 




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I'm definitely on the spectrum of

socially awkward.
Eileen Andarsan
Eileen Andarsan
PROTECT&SERVE
Messages : 520
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Londres
Profession : Inspecteur de Police (S07)
Etat Civil : Célibataire
21st Mai 2019, 23:11
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste Lemoine
Event #1
This is a Hold Up Lady Threadneedle Street !

Alors que JB avait sans doute autre chose à faire, que de devoir écouter l'un de ses subordonnés à l'instant, surtout que le chef des opérations se rapprochait d'eux, voilà que Junior le tirait en arrière, vers lui. L'air nerveux qu'il affichait, ne manquait pas d'inquiéter le français. Pourquoi? Parce qu'avec cette gueule, Zac était capable de faire des conneries. Et ce qu'il lui apprit, n'était clairement pas pour lui plaire. Si Meg' était à l'intérieur, alors ils avaient un sérieux problème. Non pas qu'il craignait pour la dame, parce que mine de rien, elle savait se défendre, c'était une flic de choc, elle aussi. Mais les réactions de celui qui lui faisait face, pouvaient être réellement problématique, il avait du mal à se contrôler dans ce genre de situation, encore plus avec ce qu'il vivait en ce moment. D'une petite moue, JB le fixait un instant, puis son regard croisait celui de Rylee, de Marlon. Tous deux lui faisaient bien comprendre qu'il vaudrait mieux le laisser dehors, d'ailleurs, la femme du groupe ne manqua pas de le dire de façon détournée.

- Merde...

On pouvait voir que la mâchoire quelque peu crispée du supérieur de la Strike Team, était une preuve de ce qui lui passait dans la tête. Cette situation l'emmerdait. Il soupira un instant.

- Ok, mais tu me colles aux basques, si tu fais un truc de travers, si tu fonces tête baissée sans écouter les ordres, je te jure que t'aura pas fini de coller des pvs, c'est clair?

Fallait bien dire que le boss ne rigolait pas une seule seconde pour le coup. C'était risqué, y avait des otages à l'intérieur, fallait pas tout faire merder. Alors Sanders pouvait venir, mais les conditions étaient posées. Son regard sombre posé dans celui de son équipier pour s'assurer qu'il avait bien tout compris, avant de se tourner vers l'agent Rush, hochant gravement de la tête, après l'avoir salué.

- C'est surtout la taille de la banque à laquelle ils s'attaquent qui m'inquiète.

Normalement, personne n'emmerdait cette vieille protectrice des biens, mais parfois, comme Fort Knox, certains avaient les yeux plus gros que le ventre. Il laissait le soin aux négociateurs de tenter de capter l'attention des braqueurs. Lemoine sentit alors la présence d'Eileen à ses côtés, elle était sans doute curieuse d'en savoir plus, elle aussi. En voilà encore une sur qui il faudrait garder un oeil, elle pouvait parfois avoir ces idées saugrenues de se lancer dans l'action sans réfléchir. Mais notre homme comptait sur l'équipier de la flic, pour la tenir en respect s'il le fallait, ce n'était pas à elle d'intervenir, s'il fallait lancer l'assaut.

Finalement, les braqueurs étaient contactés. Eileen reconnaissait un des noms, le sourcil du français se haussa légèrement.

- Mais s'ils se retrouvent totalement acculés... on ne sait jamais quelles peuvent être des réactions de gens qui n'ont plus rien à perdre. Jetant un regard à Rylee. P'être qu'ils ont leur chauffeur dans le coin, faudrait jeter un oeil dans les alentours, tu t'en occupes?

Ils n'allaient pas directement sauter dans le tas, alors... autant faire un tour du périmètre.

*En français dans le texte
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Résumé a écrit:
> JB accepte que Zac l'accompagne pour l'assaut, si assaut il y a.
> Il se demande si ces braqueurs ne risquent pas de péter une durite et s'attaquer aux otages s'ils sont coincés.
> Il demande à Rylee de faire un tour du périmètre.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On est notre seul famille,
si on se lâche,
on n’est plus rien.
Jean-Baptiste Lemoine
Jean-Baptiste Lemoine
PROTECT&SERVE
Messages : 1592
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : Londres
Profession : Inspecteur Chef / Leader de la Strike Team
Etat Civil : Célibataire endurci
22nd Mai 2019, 23:36
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: