-42%
Le deal à ne pas rater :
PANDA Lit enfant cabane brut – Bois pin massif naturel – ...
129.99 € 225 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Affaire de familles Irlandaises Ft. Sean & Manus
Rylee Byrd
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
AMBER MCANDERSON
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FACE IDENTITY : Sophie Turner
IDENTITE : Amber McAnderson
GROUPE : London People
RANG : //
AGE : 25 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Comptable
ETAT DE SANTE : Normal
LIENS : Comptable de la salle de boxe - Cousine de Manus McCormack

« Gobshite ! » Ahhhhhhhhhhh ça m’énerve ! Voila ! Fallait bien que ça arrive un jour ! Je jette sur mon bureau la lettre qu’Andrew m’a filé ce matin et ça me saoule de voir que le crétin avec qui j’ai parlé il y a quelques jours n’a rien compris à cette histoire de taxe que NON on ne doit pas payer on est une p**** de salle de boxe, pas un bar ! GREUH ! Je me lève histoire de faire quelques pas sinon je vais finir par jeter un truc de colère et je tiens à tout ce qui se trouve sur mon bureau. Même si j’enverrais bien balader aussi mon ordinateur portable qui a décidé de ne pas fonctionner non plus et si je perds tout e que je viens de faire ces derniers jours ça va être juste ultra chiant. Je soupire longuement. « Allez, on respire Amber, on respire. Sean va arriver il va tout débloquer je vais pouvoir reprendre tranquillement ma compta et faire ce P%£ù de dossier. Souffles ma fille ! » Je souffle un bon coup en regardant l’horaire. Sean ne devrait pas tarder à arriver donc autant prendre le temps d’aller faire chauffer un bon café.

Je finis par même trouver de quoi faire aussi des muffins histoire de pouvoir te préparer un gouter comme tu risques de passer quelques heures avec moi. Je ne sais pas pourquoi mais je sens que ça va pas être facile de me dépanner, j’ai tendance à être un peu poissarde. Je viens tout juste d’enfourner les muffins quand ça sonne à la porte de la petite maison où je vis et qui contient seulement deux appartements. Pensant que c’est toi j’appuie sur le bouton sans me poser de questions et j’ouvre la porte avant d’aller rapidement me laver les mains car je me suis mise de la farine partout comme toujours. « Entres, fais comme chez toi, j’arrive ! » Je me passe un coup sur le visage avant de regarder dans le miroir pour voir que j’ai même de la pate dans les cheveux. Mais comment ai-je fait ? Bref ! Je reviens vers le salon, plutôt contente de te voir puisque ça fait quelques temps qu’on n’a pas causé…

Mais ce n’est pas sur toi que mes yeux se posent et je fais un pas en arrière en voyant la mine défoncée de Declan. « Salut Amber ! Ca fait plaisir de t’voir. » J’ai du mal à formuler une réponse à cette phrase. Je ne suis pas au courant de toutes les affaires de la famille comme Manus ne veut jamais m’y mêler mais, aux dernières nouvelles, il est censé être en prison après avoir fait une grosse connerie avec deux autres des hommes de mon cousin… « Declan ?? » Bien Amber… Alors ça c’était utile. « Je… Enfin qu’est ce que tu fais la ? » « Eh bah c’est comme ça qu’on accueille les vieux amis ? T’aurais pas de quoi me soigner et me changer plutôt ? » « Euh oui… Oui oui… Viens… » Il me suit vers la salle de bain où je lui donne de quoi se rafraichir déjà car il pue. Je passe ensuite des antiseptiques sur ses plaies de son visage avant de m’échapper quand il me coince un peu contre le lavabo. Je toussote légèrement. « Je… Tu veux voir Manus peut être ? » « Ouais ce s’rait pas mal ! Dis lui de passer car j’aurais bien besoin de matos. » « Ok… » « Oh et dis lui qu’il ferait mieux de se presser, sinon vas falloir que je trouve de l’occupation… » Je comprends parfaitement la menace à peine cachée et j’essaie de ne pas trembler et de rester aussi fière que je peux.

Je sors quand même rapidement de la salle de bain pour passer un coup de fil à Manus pour lui expliquer la situation, essayant de ne pas trembler de tout mon corps sous le stress qui commence à bien monter. Ce que je déteste les histoires de famille ! Ma voix est chevrotante mais j’essaie de filer les infos à Manus comme je peux avant que la sonnette de chez moi retentisse de nouveau. Magnifique… Qu’est ce que je fais ? Je te dis de partir ? Je te dis de monter ? Je n’ai pas trop le temps de faire quoique ce soit que Declan appuie pour ouvrir. « Plus on est de fou… » Je suis pas certaine que ce soit une bonne idée…


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 772
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : En couple
12th Novembre 2019, 21:52
Revenir en haut Aller en bas
Sean Miller

Affaires de famille Irlandaises.
Amber McAnderson & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


_ Merci ! J’attrape le sac. Je n’aime pas arriver les mains vides chez Amber. Elle prépare toujours un truc. Elle me régale ! Je sais qu’elle l’attend alors je fais le petit clin d’oeil rituel à la bonne Patricia. Dite Pat’. Elle rosit de plaisir et moi je ris. Le bonheur tient à presque rien parfois. Lu’ Owen. Dis-je au fumeur bardé de tatouages de l’entrée. Le petit-fils de la vieille fait office de vigile dans la boutique. Leur famille est arrivée un peu avant la nôtre. Ils se sont bien intégrés dans le coin. C’est grâce à eux que j’ai eu un job au début. Maintenant, Owen et moi on se retrouve les dimanches pour jouer au foot, avant le bal trad’. On n’est pas mauvais. Ça permet de se retrouver entre nous. Ça fait du bien. Surtout quand on a le bourdon. Ou que comme moi, on a pas l’occasion de retourner au pays.

J’attrape le vélo qui est resté contre le poteau. Ici je sais que mes affaires sont en sécurité. Le guidon grince. Pour la dixième fois, oui, il faut que je vois ça. Faut que je vois avec Andrew. Il me semble qu’il y a un peu de matos à la salle. J’enchaîne la montée pour arriver dans la bonne rue. Du coin de l’oeil, je repère un homme et une femme qui se disputent sur le trotoire. Je ralentis la cadence. On ne sait jamais ce qui peut se passer. Une personne en colère peut faire n’importe quoi. On sous-estime encore trop la violence conjugale sous prétexte qu’elle est ordinaire. … La fille rentre dans l’immeuble. Le gars repart. RAS. Pour cette fois.

Je reprend ma cadence. Je sens que les journées de cyclisme commencent à avoir un effet. Le mal de dos diminue. Je suis censé reprendre la boxe. Mais je ne suis pas très motivé. En plus je croise moin Rylee ou Zac, ces derniers temps. Ca doit être chargé au Yard. Je suis, de loin, les grosses affaires. Le web en parle pas mal. Mais, je sais que je dois garder mes distances. Ca aurait tendance à me faire vriller toutes les conneries de l’humanité. Mais je suis de bonne humeur. J’ai prévu d’aller voir un concert au bar de Ludo ce soir. Il me tanne pour que je reprenne la batterie. Il a dans l’idée que je dois faire de la musique. Qu’est-ce qu’ils ont tous ?

Je suis un chouilla à la bourre. Amber sait ce que c’est. Les horaires avec un gars des urgences. On fait ce que l’on peut. Mais c’est sûr que ceux sont les proches qui s’adaptent le plus et pas l’inverse. J’arrive devant son immeuble.Par habitude, je la siffle, qu’elle sache que j’arrive. Je ne sais même plus comment nous ait venue cette habitude. Je sonne pour qu’elle me débloque la porte. Je monte, par les escaliers, faut bien entretenir la carcasse.

J’arrive devant son palier. Tiens la porte est fermée. Ce n’est pas son genre. Elle doit avoir la tête dans un truc. Je sonne. Pendant ce temps j’observe le palier, celui qui est dans mon dos, le couloir. J’écoute la vie du bâtiment. J’entends les bruits de pas. Mais… ce n’est pas Amber ça. J’observe l’inconnu. Immédiatement mon intuition se met en branle; Hou là. Quand c’est comme ça c’est que ça pue le roussi.

_ Salut … ? Amber est là ? Je vois les cheveux de la demoiselle dans le dos du gars. Comme je commence à bien la connaître, je vois qu’elle n’est pas à l’aise. Il y a un truc qui cloche. Qu'est ce qui se passe ici ? Gentiment, mais sûrement j’avance, poussant l’épaule du type, tout en épiant le couloir. Je veux savoir s’il est seul ou pas. Je lance un regard à Amber pour savoir si tout va bien ? J’dérange peut-être ? Je fouille la pièce du regard, rapidement, avant de faire volte-face. Toi mon gars t'es pas net. Les gabarit comme lui, je connais. C’est pas un petit chieur de mes deux. Ça c’est un type qui est formé et entraîné. Bizarre que ça tête ne me revienne pas. Je peux savoir qui tu es ? Subrepticement, je recule pour être dans l’axe entre lui et Amber. Je prend un bon point d’appui. Juste au cas où...

Eden Memories
Sean Miller
Sean Miller
CALL AN AMBULANCE!
Messages : 170
Date d'inscription : 23/10/2019
Localisation : Hopital public
Profession : Ambulancier
Etat Civil : Sans enfant
14th Novembre 2019, 01:10
Revenir en haut Aller en bas
Manus McCormack
Le portable glissé dans sa poche intérieure de son veston vibre. Manus est en pleine réunion, il regrette l’absence d’Amber mais il préfère lui éviter d’assister à des discussions sur les activités illégales. Elle ne sait que ce qu’elle a besoin de savoir, rien de plus. Manus a toujours été protecteur avec sa cousine. Il refuse catégoriquement que ses hommes ne tente de la séduire, de la baigner dans les histoires illégales et violentes de la famille. S’il le pouvait, il lui offrirait une vie normale. S’il le pouvait il l’offrirait à chacun de ses hommes. Ayant perdu son frère et sa sœur, demeuré orphelin de fraterie depuis, Manus nourrit assez rapidement des sentiments de fraternité pour peu qu’on le laisse faire. Bien sûr cela veut aussi dire qu’il peut se montrer un peu trop protecteur comme le jeune James semble parfois en souffrir. Amber ne s’en est jamais plainte, mais peut-être aime-t-elle ces attentions, ou simplement l’a-t-elle accepté tel qu’il est. Quoi qu’il en soit, il profite d’une pause dans les transactions pour observer son téléphone.

Sitôt qu’il lit le texto, son sang ne fait qu’un tour. Amber n’a pas eut besoin d’un roman, juste de donner un nom et indiquer la présence de cet homme sous son toit. Il est connu comme le loup blanc Declan. Elément perturbateur, agent du chaos, il ne vit que pour la violence que redoute Manus. Quand ce dernier veut éviter les bains de sang inutiles, Declan semble prendre un malin plaisir à les provoquer. Il est imprévisible, violent et colérique, et surtout, encore bien encré dans les histoires avec l’IRA. Même ces derniers n’en voulaient plus. Declan est trop imprévisible même pour l’armée révolutionnaire irlandaise, voyez-vous. Alors l’idée qu’il soit seul chez sa cousine lui fait monter la moutarde au nez surtout que cet imbécile est sensé croupir en prison. Il n’aime pas cela. Impossible qu’il soit déjà sorti. Il n’a même pas eut le temps de faire appel. Manus est bien placé pour le savoir, il paie son avocate à cet idiot. Il se demande pourquoi il l’a gardé avec lui, peut-être parce qu’il est de la famille, du clan, du pays. Mais parfois Manus aimerait simplement le voir disparaître. C’est mal mais c’est ainsi.

La réunion, il la laisse entre les mains d’Aydan même s’il les trouve baladeuse, et il file chez sa cousine. Les lumières sont allumées mais les rideaux tirés. Il ne distingue aucune silhouette devant les fenêtres. Sans doute une mesure de prudence de Declan, ce dernier est peut-être une bombe à retardement mais il n’est pas stupide. Manus se presse, il distingue une silhouette à la porte, puis deux, puis trois. Levant un sourcil, il allonge les jambes et parvient sur le seuil à son tour, pose son pied contre la porte histoire d’être certain de maîtriser la situation même s’il sait qu’avec Declan c’est peine perdue. « Bonsoir, je ne sais pas qui vous êtes mais vous devriez reculer. » fit-il à Sean qu’il ne reconnaît dans la pénombre, c’est juste une silhouette, un dos musclé mais certainement pas autant que l’est Declan. Lui c’est une montagne de muscle prêt à en découdre. « Amber ? Je suis là, cousine. » ajoute-t-il en élevant la voix afin d’être certain que Declan va l’entendre. C’est lui qu’il veut voir, assurément, mais le fait de s’être pointé chez Amber en dit long sur la confiance bien émaillée entre eux.
Manus McCormack
Manus McCormack
FUCK THE LAW
Messages : 128
Date d'inscription : 22/02/2019
Localisation : Ghetto irlandais
Profession : Chef de gang irlandais; pourvoyeur de whisky ; contrabandier.
Etat Civil : Officiellement célibataire, officieusement y'a une petite souris
14th Novembre 2019, 23:33
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
AMBER MCANDERSON
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FACE IDENTITY : Sophie Turner
IDENTITE : Amber McAnderson
GROUPE : London People
RANG : //
AGE : 25 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Comptable
ETAT DE SANTE : Normal
LIENS : Comptable de la salle de boxe - Cousine de Manus McCormack

Je ne sais pas quoi faire face à tout ça. Le fait de ne jamais être mise dans les histoires de la famille fait que je ne connais pas tout ce qu’il se passe. J’ai appris avec Andrew et Rylee a ne jamais me faire coincer dans un coin, une base déjà pour une femme aussi je me place jamais près de Declan, essayant toujours de mettre une distance entre nous pour pouvoir fuir si jamais je sens que cette histoire tourne mal et clairement ça va mal finir. Quand tu frappes à la porte, Sean, je me retiens de te dire de te barrer car je sais que ça n’arrangera pas les choses, j’ai bien remarqué que Declan était armé quand il a fait un mouvement avec sa veste. Comment a-t-il pu récupérer une arme aussi facilement ? Pour moi il était en prison, j’ai suivi les informations dans la presse donc il y a clairement quelque chose qui me dépasse.

« Salut mon gars ! Mais ouais, entres ! » fait Declan avec un grand sourire qu’il ne cherche pas à rendre hyper sympa, il sait bien que ça se lit sur son visage qu’il est fou. Rien qu’à ses yeux tu le devines et il s’efface pour te laisser entrer alors que je te fais signe de ne pas le faire mais c’est trop tard maintenant. « Moi c’est Declan. Et toi ? T’es le mec d’Amber ? » Il me jette un regard un peu trop envieux pour que ça ne me fasse pas frissonner. « Mais c’est que tu les choisis bien dis donc. Manus sait que tu te fais sauter ? Parce que le connaissant, il doit pas apprécier ! J’me suis toujours demandé si c’était pas qu’il préférait avoir lui-même tes faveurs ! Ohhhhh Manus ! » Enfoiré. Bien sur qu’il sait que tu viens d’arriver et que tu vas entendre cela, il attend que tout ça dégénère de toute façon et que tu te mettes en situation de faiblesse.

Je te souris, Manus, pour essayer de te rassurer. Tout va bien il ne m’a pas touché, il joue, tu le sais bien. « Oui je suis là » Paniquée mais là et je resserre mes bras autour de moi en vous regardant. « Alors Manus ! Elle t’a dit ta ptite cousine ? Me faut du matos, j’ai un truc à finir » Ca fait longtemps qu’il s’en fout que le reste de la famille n’ait pas envie de lui, il suit ses propres combats de toute façon. Combat ou folie personne n’a jamais compris comment ce mec fonctionnait mais il est assez dangereux pour donner des sueurs froids à tout le clan. Il s’est mis de façon à voir tout le monde, laissant les gens entrer dans mon petit appartement pour refermer la porte, restant dos à elle.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 772
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : En couple
17th Novembre 2019, 21:42
Revenir en haut Aller en bas
Sean Miller
Affaires de famille Irlandaises.
Amber McAnderson & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Okay. C’est du sérieux. J’ai le cerveau qui active les réflexes. J’ai peut-être été remercié. J’ai peut-être plus l’uniforme. Je suis toujours un soldat. Même si j’essaye de ne plus agir en tant que tel. Bah y a des cas de forces majeures. Là clairement, je ne vais pas laisser un fou seul avec une amie. Heureusement que je suis venu la voir...

La lueur dans le regard de ce mec ne trompe pas. Je l’ai souvent vue celle-ci chez les soldats rebelles. C’est celle de l’homme qui n’a peur de rien. Et un homme qui n’a peur de rien c’est la bête la plus dangereuse. On en a pas mal qui ont fait des ravages pendant les missions. Prêts à se faire sauter uniquement pour arrêter un char. Je peux parier que le mec sort de taule. Il est de chez nous sûrement.

Je me rapproche lentement d’Amber tout en surveillant les mouvements de ce type.

_ Sean ... Je répond pour qu’il continue de parler. Pour qu’il ne prenne pas la mouche. Avec un déséquilibré il faut être prudent. Il faut jouer à la diplomatie. D’autant plus que je viens de voir le flingue qu’il a à sa ceinture. Putain mais qui est le connard qui lui a filé ça ? La provocation me passe au-dessus. Il peut dire ce qu’il veut. Je m’en foue. Ma seule priorité c’est d’assurer la sécurité d’Amber.

_ Manus. C’est Sean. Je parle vers la porte que le cousin entende. Je ne le connais pas beaucoup. Mais je sais par Amber qu'il peut être dangereux lui aussi. En gros, une situation bien merdique comme on les aime s'annonce droit devant. Rien à voir avec ce que j'avais en tête. Plus qu'à espérer que ça ne tourne pas au drame. Malheureusement...

Je me recule d’un pas pour qu’il puisse entrer. Le corridor est un peu étroit pour quatre. On se retrouve à l’entrée de la pièce principale. Je reste dans l’axe d’Amber, pour empêcher tout contact physique direct. Je garde l’œil sur l’arme de Declan. Je n’ai rien sur moi. Je doute qu’elle ait ça chez elle. Avec un peu de chance Manus aura de quoi dissuader le gars de jouer avec.

_ Il est armé. Ça ne sert à rien de faire “comme si”. Tout chez ce mec transpire la folie et la violence latente. C’est une bombe à retardement. Je peux sentir qu’il a envie de castagner. Moi tout ce que je veux c’est que la miss soit à l’abri. Si tu allais servir un café Amb’ ? Elle sait que c’est un message implicite pour qu’elle recule en zone “sûre”. Il y a que comme ça que son cousin et moi on pourra gérer le danger avec efficacité. Je lui lance un regard entendu. _ Et coupe moi une part de gâteau steup . Si en même temps, je peux récupérer la lame de découpe ce sera encore mieux. Pas sûre que ce message passe. J’interpelle ensuite Manus du regard. C’est lui qui connait ce mec. Il peut savoir comment opérer pour le mettre hors-service tout en limitant les risques. Ensuite, seulement, on pourra envisager la parlotte. Je suis prêt et j’attends.

Eden Memories
Sean Miller
Sean Miller
CALL AN AMBULANCE!
Messages : 170
Date d'inscription : 23/10/2019
Localisation : Hopital public
Profession : Ambulancier
Etat Civil : Sans enfant
19th Novembre 2019, 19:59
Revenir en haut Aller en bas
Manus McCormack
Manus n’aimait pas ça. Declan qui paraissait encore plus dingue que d’habitude, si c’était possible. Ce type inconnu planté là au milieu du couloir qui avait l’air de débarquer au milieu de l’histoire sans en connaître le début ni la fin et encore moins les enjeux. Et puis surtout Amber, coincée chez elle par ce dégénéré de Declan. Manus les connaît, les types comme lui, il en a trop croisé par le passé, et quelque part ça l’avait soulagé d’apprendre que Declan était sous les verrous. Manus ne croit pas que la prison puisse vous changer mais souvent, elle vous met du plomb dans la cervelle, soit au figuré soit au littéral. Et pour des types comme Declan, il n’y avait que ça qui marchait. Seulement ce con avait réussit à s’échapper. Taré comme il était, ça ne l’étonnait pas tant que ça au fond. Declan avait toujours vécu au fil du rasoir, littéralement. Manus savait qu’il en avait partout, des lames, fines, de rasoir, planquées dans ses fringues. C’est un truc d’Irlandais ça. Comme les coutelas dans la doublure d’une veste. Transformer n’importe quoi en arme parce que la vie est une gigantesque guerre et chez soi, toujours un champ de bataille ravagé.

Bien sûr qu’il n’avait rien raté du show de Declan. Les allusions graveleuses douteuses l’énervaient mais pas autant que la présence de Declan chez sa cousine avec qui il était terriblement protecteur. Ses lippes se relevaient dans un tic trahissant sa colère prête à explosée. Mais Manus ne serait pas là où il en est sans savoir contenir sa colère, la plier à sa volonté et l’utiliser tel une arme. « Declan, inutile de te dire que j’aurais préféré te voir ailleurs. Tu sais que ma porte t’es ouverte, en revanche, celle d’Amber était fermée. » Manus n’a pas envie de faire dans la dentelle, pas ce soir, pas ici, pas avec ce type qu’il avait envie de défoncer à main nue. « Sean, vous devriez rentrer chez vous. » fit-il à l’inconnu en lui tapotant l’épaule. C’était un conseil d’ami, il avait l’air d’être un type bien. Et son attitude le démontrait, il tentait de désamorcer la situation ignorant que la grenade avait déjà été dégoupillée, depuis longtemps déjà.

« Sean, pourquoi tu n’accompagne pas Amber pendant qu’on discute, Declan et moi ? » L’irlandais pose sa paluche sur l’épaule de Declan et l’entraine dans le salon, lui enfonçant les doigts entre les os, cherchant les nerfs, imposant sa volonté féroce. « Tu sais parfaitement Declan qu’il n’y a rien ici pour toi. » lâche Manus en toisant Declan, faisant barrage de son corps entre lui et sa cousine. « Chez moi, y’a peut-être de quoi t’aider. Si tu veux te foutre en l’air, parfait, mais n’entraine personne sur ta pente glissante. » Il ne mâche pas ses mots, et ignore l’arme désignée, ignore le gâteau et le café. Declan est venu pour autre chose que des politesses et l’inconnu devrait partir, avec Amber.
Manus McCormack
Manus McCormack
FUCK THE LAW
Messages : 128
Date d'inscription : 22/02/2019
Localisation : Ghetto irlandais
Profession : Chef de gang irlandais; pourvoyeur de whisky ; contrabandier.
Etat Civil : Officiellement célibataire, officieusement y'a une petite souris
25th Novembre 2019, 21:54
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
AMBER MCANDERSON
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FACE IDENTITY : Sophie Turner
IDENTITE : Amber McAnderson
GROUPE : London People
RANG : //
AGE : 25 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Comptable
ETAT DE SANTE : Normal
LIENS : Comptable de la salle de boxe - Cousine de Manus McCormack

Et ça l’amuse Declan le comportement du petit jeune boyscout qui vient d’être parachuté dans l’histoire. Il n’y voit pas du tout une menace supplémentaire, faudrait encore qu’il ne soit pas fou pour ça. Qu’on dise qu’il a une arme lui passe aussi au dessus de la tête parce que tu te doute qu’il n’a pas que ça après tout, il a eu le temps de récupérer quelques outils avant de débarquer ici pour t’emmerder Manus. Tu l’as laissé se faire enfermer, tu te doutais bien qu’il allait débarquer s’il pouvait sortir n’est ce pas ? Il m’aurait bien empêché d’aller vers la cuisine mais tu le bloques au même instant -[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]- aussi il en sourit de nouveau, d’un air mauvais, me lançant un regard qui veut tout dire s’il peut de nouveau m’attraper mais je pars avec toi, Sean, pour aller faire du café. « Que je ne vous perde pas des yeux ». La menace est claire. Ma cuisine est ouverte sur le salon aussi on reste à vu de lui et je te fais signe, Sean, de ne surtout pas prendre de lames ou autre. « Il est bien trop dangereux, faut juste qu’il parte. N’essaies rien. » Dans mon regard passe le fait que je le connais bien, faut juste que Manus arrive à lui parler et qu’il parte. Je fais du café les mains tremblantes comme je sais de quoi Declan est capable. « Sans sucre chérie hein ! » me rajoute t'il du salon.

Pendant ce temps là il est parti avec toi pour discuter. « Oh mais je sais bien Manus mais je savais que là tu m’écouterais » Fou mais pas totalement. « C’pas pour rien que j’ai demandé à ta cousine chérie de t’dire d’amener du matos. Tu crois quand même pas que j’allais v’nir sur ton terrain. » Il hausse un sourcil en te regardant avant d’avoir un sourire en coin assez mauvais. « Et t’es pas assez con pour être v’nu les mains vides. Sinon t’sais bien que j’vais faire un massacre » Hein Manus tu sais bien ce qu’il est capable de faire, tu as forcément prévu le coup comme c’est pour me sauver. Quoique tu fasses de toute façon tu restes mon héro à moi, je veux juste que Declan s’en aille et surtout ne s'en prenne pas à vous deux. Pour les autres j'y penserais plus tard. « Allez. Files le matos et j’me casse ! »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 772
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : En couple
28th Novembre 2019, 21:37
Revenir en haut Aller en bas
Sean Miller
Affaires de famille Irlandaises.
Amber McAnderson & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Non, je ne vais pas partir. Je me foue comme de l’an 40 ans de l’histoire qu’il y a entre Manus et Delcan. Ce ne sont pas mes affaires. Je n’aime pas être mêlé à ce genre d’embrouille. Mais c’est quand même une chance qu’Amber et moi avions rendez-vous. On est deux mecs pour la protéger. Pendant qu’on se dirige vers la cuisine j’inspecte le salon d’un oeil. La carte de la pièce se forme dans mon mental. L’agencement n’est pas le plus idéal pour une exfiltration. C’est rarement le cas sur le terrain aussi.

Pendant qu’Amber se charge de faire les tasses de cafés, j’inspecte le contenu des placards. Rien qui peut nous aider là dedans non plus. Je calcule la distance entre l’appart et le club de boxe. Andrew pourrait envoyer des hommes. J'hésite. Mais autant ne pas jouer avec le feu. Je laisse mon portable où il est pour l'instant. On va voir comment ça tourne.

_ Je ne vais rien tenter. Je fixe son regard. Oui, elle a peur. Je comprends pourquoi. Je pose une main dans son dos. Ni moi, ni son cousin, on ne va laisser à ce timbrer la moindre petite chance de l’approcher. Mais faut mieux prévenir que guérir. J’attrape discrètement un couteau que je glisse, dans mon dos, sous mon t-shirt.

J’aide ensuite la belle à porter le second plateau. J’écoute ce que les garçons se disent. Je sais que Manus et Amber sont directement connectés à la mafia du quartier. Je n’ai jamais posé de question. J’ai réussi à trouver mon job. Je veux le garder. Pour l’instant j’en ai besoin. Je ne veux pas avoir d’histoires.

_ Tiens Amb, pendant ce temps, je vais regarder ton PC. Une fois qu’on a posé le tout. Je lui désigne l’espace cuisine pour qu’elle y déplace l’ordinateur qui beug. Au moins, ça met une distance de sécurité minimale avec Declan. Dommage qu’ils soient tous mouillés jusqu’au cou. Je ne peux même pas prévenir les gars de Yard. Ça aurait réglé l’affaire en deux deux. J’attends que la demoiselle avance en retrait sans perdre nos compères des yeux.

Eden Memories

Sean Miller
Sean Miller
CALL AN AMBULANCE!
Messages : 170
Date d'inscription : 23/10/2019
Localisation : Hopital public
Profession : Ambulancier
Etat Civil : Sans enfant
29th Novembre 2019, 16:10
Revenir en haut Aller en bas
Manus McCormack
Manus n’était pas assez stupide pour être venu les mains vides, en effet. Mais il n’était pas non plus naïf au point de faire confiance à un taré comme Declan. Manus n’avait rien contre le fait que Declan se fasse sauter en ville. Il avait été membre de l’IRA, et en soi, les poseurs de bombe, ça lui faisait ni chaud ni froid. Il était heureux de plus en être, de plus perdre des gars ainsi, de ne plus voir le résultat de ces bombes qui arrachent des membres souvent innocents. Il avait suffisamment roulé sa bosse pour savoir que les anglais se fichaient bien de voir quelques irlandais en moins, limite, ça les arrangeait. Personne n’irait pleurer sur leur tombe hormis leur mère. Mais raisonner un type de Declan ? Autant aller vider l’océan avec une petite cuillère ça sera plus facile. Moins douloureux. Moins dangereux également.

L’irlandais dépose un sac aux pieds du dément. « T’as de quoi te faire exploser, tripe et boyaux là dedans. En revanche, comme je n’ai aucune confiance en toi, pas plus que tu n’en as en moi, cher cousin, je ne t’ai pas mis les détonateurs. » Pas folle la guêpe. Même si Declan n’avait aucune raison de le tuer, il était assez taré pour faire des dégâts, même ici. Manus était du genre prudent, excessivement prudent diraient certains. Mais il fallait ce qu’il fallait avec les gangsters, une bonne dose de sang froid est toujours judicieuse. « Les détonateurs eux te seront livrés, ce soir, dans une heure, dans le lieu de ton choix. Tout sauf ici. Si Amber ou même ce Sean est présent avec toi, la livraison n’aura pas lieu. Tu comprends ce que cela veut dire ? Je veux que tu vires de chez ma cousine et fissa. Ne crois pas un seul instant que tu peux venir chez elle sans risquer ma colère. » La voix de Manus était grave et lourde de menace alors qu’il se levait du canapé en fustigeant Declan d’un regard froid comme une lame de fond.

« Maintenant dégage d’ici et ne remet plus jamais les pieds ici. Tu t’es aliéné mon amitié Declan. Va retrouver tes comparses de l’IRA, ils t’accepteront peut-être encore. » En vérité, ils l’accepteront avec joie, Declan était le genre de recrue qu’adorait l’IRA. Taré juste comme il faut.

Manus McCormack
Manus McCormack
FUCK THE LAW
Messages : 128
Date d'inscription : 22/02/2019
Localisation : Ghetto irlandais
Profession : Chef de gang irlandais; pourvoyeur de whisky ; contrabandier.
Etat Civil : Officiellement célibataire, officieusement y'a une petite souris
29th Décembre 2019, 12:07
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
AMBER MCANDERSON
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FACE IDENTITY : Sophie Turner
IDENTITE : Amber McAnderson
GROUPE : London People
RANG : //
AGE : 25 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Comptable
ETAT DE SANTE : Normal
LIENS : Comptable de la salle de boxe - Cousine de Manus McCormack

Je regarde avec inquiétude ce que tu fais, je n’ai pas envie que tu te mettes en danger, ce sont les histoires de Manus et forcément un peu les miennes. Toi je sais que tu essaies de rester au maximum neutre sur les affaires irlandaises. Moi aussi normalement mais les choses sont ainsi, on n’est pas la cousine de Manus sans conséquence et je les assume même si j’ai la trouille. Je te regarde mettre le couteau dans ton dos alors qu’on finit de préparer le café. On revient vers la pièce principale quand l’échange se fait et je te fais signe de rester pas loin mais qu’on ne part pas. Je sais ce que tu veux faire, m’éloigner de la zone de conflit, mais je ne laisserais pas mon cousin tout seul même si c’est inconscient.

Declan attend que tu lui files le matos, c’est un combat de coq entre lui et toi, Manus. Il sait bien de quoi tu es capable, tu connais aussi très bien le lascar que tu as en face de toi. Un sourire sur les lèvres il récupère le sac. « C’est dommage que tu sois devenu un pleutre Manus, t’étais un bon avant. » Avant de raccrocher, de décider d’être un fichu trouillard comme le pense Declan, d’avoir des points faibles comme moi par exemple. Son regard coule de nouveau vers moi mais je ne le regarde pas, concentrée sur le café que j’apporte. Il ne le boit pas. Il n’a pas confiance même s’il juge que je ne suis pas une menace. Après tout, un McCormack reste un McCormack même si je n’en ai pas le nom. « Ok ok c’est d’bonne guerre » concède t’il. « Envoies le moi dans le petit resto qu’on aime bien là. » Comme ca ce n’est pas ici mais en même temps il a tout le loisir de te faire chier de nouveau s’il n’a pas les détonateurs. « Ah ah la famille. Tu te souviens encore de ce que c’est Manus ? » demande t’il comme il juge clairement que tu l’as trahi. « T’inquiètes pas va, je me suis fait de nouveaux amis. Tu verras, ils sont sympas ! » Sur ce il se recule tranquillement vers la porte d’entrée sans jamais nous montrer son dos et file rapidement.

Je souffle un bon coup quand je le vois disparaitre, mes jambes manquants de se dérober sous moi mais je prends sur moi. C’est bon il est parti. « Merci Sean » Je viens rapidement me loger dans tes bras, Manus, me rassurant comme je le fais depuis qu’on s’est retrouvé. « Ca va aller ? Tu vas lui livrer les détonateurs ? » Y’a pas trop de le choix de toute façon mais je sais que tout ça me dépasse et que tu as peut être une idée derrière la tête. Dire que mes parents étaient comme cet homme, j’ai toujours du mal à comprendre tout ça. Je sais que toi aussi tu as été ainsi mais tu as changé. « Vous… Vous voulez boire quelque chose ? » Café ou quelque chose de fort vu ce qui vient de se passer.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 772
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : En couple
9th Janvier 2020, 10:03
Revenir en haut Aller en bas
Sean Miller
Affaires de famille Irlandaises.
Amber McAnderson & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Je sais bien que Manus est un mafieux. Je ne dis rien aux potes de la Strike par loyauté envers les nôtres. On est un peuple solidaire. C’est grâce à ça qu’on tient. Je sais, que lui, il ne se salit pas les mains directement. C’est un argument moral boiteux je sais. Mais, je sais aussi qu’un Mulligan ne trahit pas sa famille. C’est comme à l’armée quoi. Un pour tous et tous pour un. Ca j’y crois. J’y crois à fond. C’est comme ça que je marche au boulot aussi.

Même si je ne veux pas être dans leur affaire à la con ce que je comprends ne me dit rien qui vaille. Les réponses de l’un et de l’autre me font bien comprendre ce qui se passe. L’air de rien ça me rappelle méchamment les trafics au Moyen-Orient. Les explosifs… je déteste ces merdes. Il y a toujours des victimes collatérales!

Peut-être que là…

Je respire un peu mieux quand la porte se referme sur Declan. J’attends quand même avant de me réjouir tout à fait. Je me méfie. Les coups de trafalgare ça peut aller vite avec les fous. Je trouve Amber solide. Je lui souris et pour l’encourager je la remercie.

_ Sors nous une bonne bouteille ouais. Je vais voir par la fenêtre sans me faire repérer. Je ne vois personne en bas de l’immeuble. RAS. Qui sont les types dont il a parlé ? Peut-être des mecs qu’il a connu pendant son incarcération. Jamais une bonne nouvelle ça. Je sens que ça va empirer cette affaire. Tu penses qu’il tiendra sa parole ? Manus le connaît. Personnellement je n’y crois pas une seconde.

Je ne veux pas voir le mal où il n’y en a pas. Ce n’est pas ça. Mais les mecs prêts à se faire sauter avec les autres j’ai connus. On ne peut pas minimiser. Il n’y a pas que la mafia du coin là. Il y a aussi Amber. Je fais un nouveau tour de l’appartement au cas où. Je vais aussi regarder à chaque fenêtre. Ca a l’air tranquille. Mais pour combien de temps ?

_ Amber ? Peut-être que tu pourrais aller dormir chez une pote deux trois jours ? Qu’est-ce que tu en penses ? Juste le temps qu’on avise. Moi je peux avoir du bon matos de vidéosurveillance. Je suis sûre que Manus aussi peut avoir ce qu’il faut. On peut mettre de quoi la protéger ici.

Eden Memories

Sean Miller
Sean Miller
CALL AN AMBULANCE!
Messages : 170
Date d'inscription : 23/10/2019
Localisation : Hopital public
Profession : Ambulancier
Etat Civil : Sans enfant
9th Janvier 2020, 13:08
Revenir en haut Aller en bas
Manus McCormack
Manus n’était pas tranquille. Declan était définitivement parti en vrille. Déjà à l’époque de quand ils étaient en Irlande, il était capable de faire sauter l’immeuble à cause de son mauvais caractère. Il avait été viré de chez lui de ce fait. La prison ne l’avait pas arrangé. Manus n’éprouvait plus aucune compassion pour lui, cousin ou pas, membre de l’ira ou pas, il avait menacé Amber comme il avait au préalable menacé l’organisation par son comportement. C’était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase. Il laissa le cousin partir et se rejoignit Amber et Sean. Ce dernier songeait à protéger Amber, c’était évident, il tenait encore un couteau à la main. « Vous n’avez plus besoin de ça. » fit-il en désignant le couteau du menton. « Je n’ai guère le choix. Il connaît les planques de la famille, nos habitudes. S’il veut vraiment nous faire chier il peut le faire. Bien sûr, nous trouverons de nouvelles planques, nous changerons nos habitudes mais ça prendra du temps. Lui fournir les détonateurs nous achètera ce temps. » déclara-t-il à sa cousine en serrant doucement sa main contre la sienne, lui offrant un regard soucieux, il voulait la rassurer, mais il était inquiet. Pour elle. De ce témoin indésirable également. Etait-il sûr ?

« Vous êtes irlandais pas vrai ? Comment connaissez-vous ma cousine ? » demanda-t-il en se tournant vers Sean, l’air méfiant, suspicieux. Peut-être aussi un brin menaçant. Le type paraissait assez malin pour comprendre qu’il valait mieux garder le silence mais Manus devait s’en assurer. Declan allait vraiment devenir un danger public s’il voyait les flics le traquer. Manus préférait surveiller son cousin afin de s’assurer qu’il ne menace plus personne de la famille. Qu’il se fasse exploser en soi le débarrasserait du problème qu’il commençait sérieusement à poser. Mais ce qu’avait déclarer Declan en partant l’inquiétait. Parlait-il de l’IRA ? C’est le nouveau dans sa phrase qui éveillait ses soupçons. Declan était un cousin, il était lié à l’IRA comme toute la famille, de près ou de loin, ils ne pouvaient être nouveaux à ses yeux. Et puis, il chassa pour le moment l’idée, pensant à sa cousine et à sa sécurité. « Ton ami a raison, ce serait mieux si tu allais dormir chez une amie, si possible que Declan ne connaisse pas. Si tu veux dormir à la maison, c’est possible aussi. » Même si Manus n’était pas un pro du rangement ou de la cuisine… Il avait toujours considéré Amber comme sa petite sœur, la traitant comme telle, il lui avait toujours ouvert sa porte et quand elle était chez lui, même le temps d’un diner, il s’assurait de tenir le danger et la violence éloigné d’elle. Il regrettait qu’elle fut entré chez elle ainsi, l’ait menacé, cette violence qui était sa vie à lui et non à elle.
Manus McCormack
Manus McCormack
FUCK THE LAW
Messages : 128
Date d'inscription : 22/02/2019
Localisation : Ghetto irlandais
Profession : Chef de gang irlandais; pourvoyeur de whisky ; contrabandier.
Etat Civil : Officiellement célibataire, officieusement y'a une petite souris
11th Février 2020, 20:45
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
AMBER MCANDERSON
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FACE IDENTITY : Sophie Turner
IDENTITE : Amber McAnderson
GROUPE : London People
RANG : //
AGE : 25 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Comptable
ETAT DE SANTE : Normal
LIENS : Comptable de la salle de boxe - Cousine de Manus McCormack

« Tu as raison » Je ne me rends pas compte de tout ça, tu me mets toujours en dehors des histoires de la famille pour me protéger. Maintenant que nous venons de vivre ça je comprends mieux pourquoi. Ce n’est vraiment pas mon truc et je tremble encore en me logeant dans tes bras pour essayer de me rassurer. Je ne sais pas ce qu’il veut faire et qui sont ses nouveaux amis mais cela ne me rassure pas. Que veut-il faire péter ? Je reste songeuse, inquiète aussi, je n’aime pas savoir une menace aussi présente sans pouvoir aider. C’est très désagréable.

Je me redresse légèrement quand tu poses des questions à Sean. « Sean est quelqu’un de bien, c’est un ancien militaire. Il est urgentiste aujourd’hui et on se connait grâce à la salle de boxe d’Andrew. Il m’aide en informatique. Tu sais bien que je suis assez mauvaise là-dessus et mon pc a encore planté. » Et je n’ai pas des masses de sous pour m’en payer un autre même si je bosse en tant que comptable à la salle. Andrew me paie comme il peut mais c’est rarement beaucoup. Je bosse aussi pour toi mais je demande rarement de l’argent, c’est la famille alors ça ne se monnaie pas pareil. Et puis je suis quelqu’un qui vit avec peu, ça a toujours été comme ça. Tant que mon ordinateur peut fonctionner je m’en sers et Sean me permet de le garder encore un peu en état. Enfin je l’espère… Je dois avouer que c’est loin de mes pensées à ce moment précis.

« Une amie ? Oui je peux » Mais je ne me rends pas compte de ce que Declan sait ou pas sur moi alors je me ravise. « Mais je préfère rester avec toi Manus si ça te dérange pas. Je serais plus rassurée. » Parce que là, présentement, je ne pense pas pouvoir dormir pendant les prochains jours tellement il m’a fait peur. Pourtant j’en ai vécu des situations difficiles depuis que je suis enfant mais je connais la menace que peut représenter Declan et c’est tout à fait autre chose. Je finis par me décoller de toi car je n’ai pas été cherchée d’alcool. En bonne irlandaise je récupère un bon whisky d’une de mes caches et en sers trois verres. Ça ne peut pas nous faire de mal de toute façon. Je bois une gorgée du mien avant d’aller chercher quelques affaires que je fourre rapidement dans un sac. Voila, je suis prête pour partir. « On verra pour mon pc un autre jour Sean si ça te dérange pas ? »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 772
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : En couple
20th Février 2020, 17:33
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: