AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -17%
Vente Flash : Ecran PC Samsung C27R500FHU
Voir le deal
149.99 €

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[CLOS] Le refuge [PV Rylee Byrd]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Louisa Lorca
Louisa avait finit par trouver refuge dans le club de boxe. La pluie s'était remise à tomber. Les gouttelettes étaient fines et froides et il était impossible de passer à travers. Les vêtements commençant déjà à être trempés, Louisa était rentrée dans la salle. Chose rare, la jeune femme avait étain sa cigarette avant de rentrer dans les locaux. Elle était déjà venu dans cet endroit, elle savait qu'il y avait des règles qu'il fallait respecter, mais la jeune femme éprouvait aussi du respect. C'était un endroit où elle sentait en sécurité. Et surtout, c'était des gens biens qui tenaient le club.

Il était tard. Louisa avait passée une bonne partie de l'après-midi à chercher Emily. Cette fille était sa meilleur amie et elle avait disparue. La jeune femme continuait de la chercher en espérant un miracle. Après plus d'une semaine d'absence, tous les signaux étaient au rouge. Louisa avait finit par se rendre au commissariat pour demander de l'aide, qu'elle avait obtenue. Mais cela ne l'empêchait pas de continuer de chercher, surtout qu'un contact lui avait signalé la présence d'une personne ressemblant à Emily à WhiteChapel. Cela ne lui inspirait rien de bon... avec Jack dans les parages, tout risquait de rapidement mal finir.

L'esprit préoccupé et les vêtements trempés, Louisa s'installa dans les gradins. Elle n'était pas spécialement sportive et n'avait jamais fait de boxe ici. Louisa faisait partie des squatteurs. Elle posa son étuis de guitare, puis sortit un petit carnet et la carte de Londres. L'adolescente continuait d'annoter les lieux où elle avait pu se rendre, tenant un journal par rapport à toutes ses activités liées à la disparition d'Emily. Louisa termina d'écrire les derniers éléments avant de laisser échapper un gros soupir. Elle était inquiète et la peur lui tordait les entrailles. Elle éprouvait ce sentiment de crainte par rapport à la disparition d'Emily mais aussi pour elle. La jeune femme avait donné beaucoup d'information à la police, en particulier à Jean-Batiste Lemoine, et elle avait peur que cela lui retombe sur le nez. Ses relations avec le responsable du foyer s'était encore dégradé, ce qui ne lui inspirait rien de bon.

Louisa avait beau faire comme si elle n'avait pas peur, mais la réalité la rattrapait. L'adolescente avait un couteau dans son étuis à guitare et c'était ce qui la tranquillisait. En regardant les personnes en train de s'entrainer, Louisa se demandait si c'était la meilleur solution. Apprendre à se battre avec ses poings serait plus efficace, mais demandait une volonté qu'elle n'avait pas pour le moment. La jeune femme sorti un carnet à dessins et quelques crayons, puis commença à faire des croquis des sportifs.
Louisa Lorca
Louisa Lorca
LONDON PEOPLE
Messages : 296
Date d'inscription : 17/10/2019
Localisation : Londres
Profession : sans revenu
Etat Civil : C'est compliquée
16th Novembre 2019, 00:31
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
Le refuge
louisa & rylee
Fin de journée. Cela faisait deux mois que je fréquentais beaucoup moins souvent la salle de boxe comme j’avais Iza à demeure et qu’elle avait besoin de ma présence pour se rassurer. Depuis quelques temps cela allait mieux, j’avais repris le travail mais en horaires allongés et je profitais des moments où elle était à l’hôpital pour ses examens ou en sortie avec Meg’ pour aller boxer un peu et me détendre. Ca faisait pas de mal vu tous les derniers évènements. Surtout avec le bon mois de convalescence que j’avais eu suite à la balle que j’avais pris dans l’épaule. Du coup j’y allais tout doux mais retrouver l’odeur de la salle de boxe, la sensation des bandes et du cuir sur mes mains et du calme quand j’étais seule face à mon sac de frappe me faisait du bien. C’était indéniable. En plus vu ce qu’il tombe ce soir je suis bien contente de repousser le moment de rentrer. La moto sous la pluie c’est toujours un long moment de merde.

Après avoir discuté avec Andrew des derniers évènements du quartier et de la salle de boxe et avoir pris le temps de saluer les gens que je connais je me mets donc devant mon sac et démarre tranquillement mes exercices. Quand tu rentres dans la salle je te repère tout de suite, je suis flic et entraînée pour ça. Je sais que tu es déjà venue on t’a repéré avec Andrew mais on t’a laissé vivre ta vie et te mettre à l’abri jusqu’à là. La salle c’est un lieu où on ne fait pas chier. Chacun a le droit d’y venir pour vivre sa petite vie, c’est bien pour ça que cet endroit à toujours été un refuge pour moi. Je suis pas du genre à être douce et sociable, j’aime ma tranquillité aussi autant dire que je n’ai pas été un cadeau pour Andrew les premiers mois où je suis venue ici. Il a du me briser plus d’une fois sur le ring pour que j’accepte d’écouter un peu ses conseils. Je me dis souvent qu’heureusement que la plupart des mômes qui entrent dans cet endroit ne sont pas aussi durs que moi.

Je finis par arrêter mon entrainement, frottant mes gants l’un contre l’autre avant de les ôter pour boire a ma bouteille. Je m’approche de toi, mon regard se posant sur les dessins que tu es en train de faire, me disant que décidément tout le monde a décidé de me dessiner en ce moment. « Yo. Moi c’est Rylee. Et toi ? » Entrée classe et toujours délicate. « Tu f’rais mieux d’aller te doucher, tu vas chopper la mort. » Je ne suis pas dupe je me doute bien que tu ne dois pas avoir masse de fringues ou de chez toi. Tu ne portes pas exactement la même chose que la dernière fois ? Et puis j’en ai vu des gosses des rues passer dans cette salle. « On a toujours des fringues de rechanges alors profites. Et puis passes me voir ensuite. Ca t’fera pas de mal de venir te défouler un peu le temps que tes fringues sèchent, t’es gaulé comme une allumette » Je te détaille du regard, clairement pas gênée un brin de le faire et de te dire ce que je pense. Je suis comme ça mais jusqu’à présent je n’ai mangé personne. Enfin personne de la salle quoi... Après y’a une première fois à tout mais ça se voit que c'est juste ma façon d'être.
code by exordium.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 857
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : En couple
17th Novembre 2019, 22:18
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Lorca
Louisa mit un petit temps à répondre, mais finit par se présenter elle aussi "Louisa.". L'adolescente hésita, devait-elle suivre le conseil de la boxeuse ? La jeune femme était toujours trempée... Elle sentait le froid passait dans ses vêtements. Elle était frigorifiée. Aller sur la poste pourrait lui permette mieux savoir se défendre et ce n'était pas une mauvaise idée. Au final, c'était sympas comme proposition, bien que plutôt inattendue. Après un temps d'hésitation, Louisa posa ses affaire et regarder son interlocutrice dans les yeux. "Ca me parait pas mal.". Elle se leva, rangeant ses affaires de dessin dans son sac "Je suis peut-être pas épaisse, mais j'ai des réflexes. Tu vas être surprises.".

Puis, décidée, Louisa se rendit à l'arrière de la salle de box. En observant les lieux, elle avait finit par intégrer l'emplacement des différentes salles. L'adolescente récuépéra des fringues à sa tailles, puis s'enferma dans les douches. Avant de faire quoi que ce soit, elle prit le temps d'observer s'il n'y avait pas de caméras de surveillance. Elle avait gardé ses affaires avec elle, au cas où. Louisa finit par prendre une douche, prenant le temps d'apprécier ce moment. Elle avait de l'eau chaude et c'était tout de même agréable. Après s'être séché les cheveux et s'être changé, Louisa retourna dans la salle. La jeune femme était décidée à en découdre, elle avait besoin de se défouler. De ne plus penser, de ne plus réfléchir, de ne plus avoir peur. Louisa posa ses affaires dans les gradins, à un endroit où elle pourrait garder un œil dessus.

Louisa passa au-dessous des files du ring, prenant des gants. Elle s'était attachée les cheveux, consciente qu'avoir les cheveux longs était une plaie dans une situation de conflit. La jeune femme n'avait jamais fait de boxe, mais prit la position de base. Elle avait pu observé les sportifs auparavant, elle savait tout de même quelques petites choses. Les mains protégées par les gants de boxes, Louisa appela Ryle "C'est bon la vielle, t'es prête ?". L'adolescente était insolente, mais elle savait pertinemment qu'elle allait se faire battre à pleine couture. Louisa était endurante et avait des réflexes, mais elle ne savait pas se battre. Elle ne connaissait pas vraiment les règles de la boxe non plus. La jeune femme était concentrée. Elle s'avança et se positionna, prête à donner le premier coup. Elle allait se donner à fonds.
Louisa Lorca
Louisa Lorca
LONDON PEOPLE
Messages : 296
Date d'inscription : 17/10/2019
Localisation : Londres
Profession : sans revenu
Etat Civil : C'est compliquée
15th Décembre 2019, 17:23
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
Le refuge
louisa & rylee
Louisa. Ok c’est noté. Ca me fait penser à une affaire que JB a pris en main tiens mais je ne le montre pas et me contente de te proposer d’aller te prendre une bonne douche chaude car tu vas chopper la mort à rester ainsi. Et puis tu vas abimer les bancs et c’est chiant. De toute façon faut bien à un moment que tu te décides à faire quelque chose, ce n’est pas un quai de gare ici. T’es pas obligé d’être une combattante pour fouler le ring, c’est juste le moyen de te faire baisser un peu ta garde et de te filer un objectif, des règles, une façon de voir la vie. Je te propose donc la douche, un bon changement de fringues et un peu de boxe. Histoire de voir un peu ce que tu vaux et de voir de quoi tu as besoin. Un sourire en coin nait quand tu acceptes et je te montre là où faut prendre des fringues. On en récupère toujours des masses donc y’aura bien un truc à ta taille de crevette normalement. « Ouais ouais on verra si t’arrives vraiment à me surprendre ! »

Je retourne boxer un peu pendant que tu prends ta douche. Je manque encore un peu de souplesse suite à la balle que j’ai prise dans l’épaule et je sens bien que mon bras n’a pas repris toute sa mobilité mais ça va revenir. Faut juste que je me décide à aller voir le Doc pour qu’il vérifie qu’il n’y a pas un truc en plus. Je te vois ressortir alors que je suis en train de frapper dans mon sac et je défais mes gants en récupérant un petit bouclier de frappe histoire que tu puisses te défouler dessus. Je récupère aussi des bandelettes pour pouvoir protéger tes mains même si je vais te filer des gants. Ta motivation à venir en découdre m’amuse clairement alors que je passe entre les fils du ring et que je pose le bouclier contre. « Allez viens bébé j’vais commencer par te montrer comment on protège ses mains à la boxe déjà car là tu vas te péter quelque chose. » Je te fais quitter sa position d’attaque qui est fort mignonne pour prendre tes mains dans les miennes.

Mes mains sont bandées d’une bandelette noire et j’en ai pris des violettes avec moi. « Même si tu as des gants faut toujours sécuriser au maximum tes mains car ce sont elles qui prennent et des gants vont pas t’empêcher de te caser un os ou bien te fouler le poignet. » Je défais tes gants pour les poser au sol et te montre comment enrouler, sans que cela te gêne, tes bandes des doigts au poignet. « A la boxe y’a des règles. Tu as le droit de te défouler autant que tu veux mais avant tu prends soin de toi et tu te protèges. Et si tu combats un plus jeune que toi tu prends le temps de vérifier qu’il a fait attention à lui. » Une base de cette salle de boxe. Ici on ne vient pas pour mener sa petite vendetta, on vient pour se vider la tête et si quelqu’un a besoin d’aide on fait attention à lui. Une base de la vie quoi. En tout cas ce sont des règles qui m’ont permis d’apprendre à respecter les gens qui m’aidaient. Une fois les bandes mises je frappe mes poings contre les tiens et te fais un clin d’œil. « Maintenant tu peux me montrer comment tu frappes. » Je t’aide à remettre tes gants et prends le bouclier pour que tu puisses te défouler à mort dedans. « Allez, vas y bébé. »
code by exordium.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 857
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : En couple
17th Décembre 2019, 21:35
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Lorca
Louisa eut un sourire devant la réflexion de la vieille. Peut-être qu'elle n'allait pas la surprendre, effectivement. La boxeuse avait du en voir du monde passer dans la salle. Et Louisa n'avait rien d'extraordinaire par rapport aux autres.

Une fois présente sur le ring,la combattante prit les choses en main, reprenant les bases. Louisa se laissa faire, montrant ses mains. Elle ne savait pas comment se protéger. Il n'était pas non plus envisageable qu'elle se casse quelque chose. Les frais seraient trop compliqués à gérer, mais c'était surtout que ses mains étaient son outil de travail. Elle ne pourrait pas jouer de la musique avec une main cassée. Louisa écoutait attentivement et suivait les conseils de Rylee.

Louisa avait une relation particulière avec les règles. Elle ne les aimait pas, mais elle avait appris une chose au centre fermé. Les règles étaient nécessaires. C'était important. En plus, les règles énoncées par Rylee lui plaisaient. Prendre soin des plus jeunes était une bonne chose. Elle aurait aimée que l'on agisse de la même façon avec elle.

Louisa était souriante et avait besoin de se défouler. La meuf était sympas... Mais elle n'avait pas le droit d'appeler Louisa 'bébé', c'était ridicule. Joueuse, Louisa répondit "Je ne suis pas un bébé !". Clairement, le fait que son interlocutrice soit une femme arrangeait les choses. Si cela avait été un mec, Louisa aurait refusé de prendre une douche, tout contact physique et aurait probablement fuit. Mais pour le moment, c'était vraiment une bonne chose de s'être ramenée ici. L'adolescente se mit à position et donna un premier coup dans le bouclier. Elle réalisa très vite une chose, elle donnait des coups juste pour se défouler. Ce n'était pas pour faire mal, s'en était presque déstabilisant. Pendant un bref instant, elle eut envie d'utiliser ses pieds mais arrêta très vite son geste. Il y avait des règles, elle devait les respecter.

Louisa enchaina plusieurs coups, donnant la force de façon graduel à ses poings. Mais elle n'osait pas vraiment aller à fonds. Son esprit restait préoccupé, elle n'arrivait pas à décrocher, à laisser ses ennuies de côté. Pour le moment, Louisa gardait pour elle son agressivité latente. Elle avait peur de la laisser ressortir trop violemment. Si c'était le cas, elle n'arriverait peut-être pas à rester maitre d'elle même.

L'adolescent finit par reculer et expliqua " ça sert à rien de donner des coups dans ce machin.". Elle regarda son interlocutrice puis continua "dans la vraie vie, il n'y a pas de gants et pas de règle.". Pas de respect non plus. Les gens s'attaquaient uniquement à plus faible qu'eux. Et si ce n'était pas le cas, c'était toujours à plusieurs contre un. "Ce que je voudrais, c'est apprendre à me défendre efficacement".
Louisa Lorca
Louisa Lorca
LONDON PEOPLE
Messages : 296
Date d'inscription : 17/10/2019
Localisation : Londres
Profession : sans revenu
Etat Civil : C'est compliquée
27th Décembre 2019, 18:01
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
Le refuge
louisa & rylee
« Alors m’appelles pas la vieille. » Le respect va dans les deux sens non ? « Deal ? » Je te montre mon poing ganté histoire que tu puisses frapper dedans en signe d’accord. Je t’explique les règles de la boxe et surtout de la salle. Dehors c’est dehors. Ici c’est autre chose. C’est un endroit hors du temps pour quelques instants. C’est comme ça qu’Andrew me l’a vendu il y a de nombreuses années -j’étais même bien plus jeune que toi- et c’est comme ça que je te le vendrais. Je me doute bien que t’as envie direct de te défouler, de frapper vraiment, d’enchainer un combat mais ce n’est pas comme ça que ça se passe. On ne peut pas combattre correctement dans ton état. Ça me fait bizarre aujourd’hui d’ailleurs de te filer des conseils qui me saoulaient quand j’étais plus jeune. Qu’est ce que j’ai pu l’insulter le vieil Andrew. Qu’est ce que j’ai pu prendre cher aussi d’ailleurs. Certains de mes os brisés c’est lui qui en est à l’origine mais je peux difficilement lui en vouloir j’ai toujours été très dure et avec moi il n’y avait que comme ça que ça rentrait.

Je te fais frapper contre le bouclier, sentant bien que tu ne te donnes pas à fond mais j’encaisse tranquillement les frappes sans rien dire. C’est à toi de cracher le morceau de toute façon, je ne suis pas du genre à forcer les gens à parler. Je suis moi-même pas une grosse causante si on ne cherche pas à ouvrir la conversation. Après tout je peux comprendre que tu aies tes histoires. Moi aussi j’ai les miennes. On en a tous ici. « C’est vrai. Dans la vie c’est la loi du plus fort » La bonne et difficile loi du plus fort. Celui qui frappera le plus fort, celui qui dirigera le plus facilement, celui qui aura les liens les plus importants. En tout cas c’est ce qu’on voit en premier mais en vérité il y a autre chose à voir, faut juste avoir l’esprit assez ouvert et surtout assez open pour le voir et ça je ne pense pas que tu sois en état de le faire. Moi-même j’ai encore assez souvent l’envie de régler les problèmes assez rapidement et expéditivement mais bon… J’ai du monde autour de moi pour me faire comprendre qu’il faut que je réfléchisse avant d’agir…

« Mais ici dis toi que tu es dans un endroit safe pour le temps que tu y resteras. Ici y’a pas de loi du plus fort, y’a que des gens qui sont dans la même situation que toi, qui ont besoin d’un instant de répit. » C’est tout. Je baisse un peu le bouclier pour te parler tranquillement. « J’pourrais t’apprendre à faire mal direct mais réellement, tu sais comment faire pour faire mal non ? Un bon coup de pied bien senti. J’t’ai senti avoir envie de me filer un coup d’pied y’a quelques minutes. Tu peux aussi coller un bon coup au niveau de la gorge et voila. Mais c’est pas ça qu’on apprend ici. Déjà faut avoir l’esprit clair, c’que t’as pas. T’as des emmerdes, t’es pas la seule. T’as envie de me le dire, j’écoute. T’as pas envie. Deal. Mais vides toi l’esprit et frappes sur ce ‘tin de bouclier. Vas-y ! Défoules toi un bon coup, fais tout sortir et après tu seras en état pour apprendre. » Et franchement faut pas que tu aies peur d’y aller un bon coup. Au pire tu vas te mettre dans un état pas possible et tu ne seras pas la première ici à péter ton câble. Autant que ce soit face à moi va. Je remet le bouclier en place et fais signe d'y aller franchement.
code by exordium.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 857
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : En couple
30th Décembre 2019, 00:03
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Lorca
Louisa frappa dans le poing de la boxeuse. Le deal était clair, pas de surnom débile.

L'adolescente écouta Rylee attentivement. Un endroit safe, une bulle qui permet d'être protégé quelque temps... Un refuge. Mais c'était qu'une parenthèse. Les problèmes n'étaient pas résolus, juste repoussés à plus tard. Louisa n'avait pas envie d'exposer ses problèmes ici. Elle ne voulait pas non plus jouer à la personne ayant la vie la plus trash. Il y avait bien plus malheureux qu'elle. Et surtout, elle avait du mal à supporter ces concours de la pire vie de merde. Louisa essayait de s'en sortir réellement.

Après le petit discours de Rylee, Louisa resta un instant silencieuse la fixant dans les yeux. Elle n'était pas confiante, pas certaine que cela soit une bonne idée. De l'autre côté, Louisa avait bien conscience que si elle ne laissait pas retomber la pression, elle finirait pas exploser à un moment donné. Son esprit était embrouillé, elle le ressentait clairement. Il y avait trop de mauvaises choses, trop de sentiments négatifs. "Bon, ok, je vais essayer.". Louisa avait peur de lâcher prise, de perdre le contrôle. Mais ici, il n'y avait personne pour lui planter un couteau dans le dos. C'était peut-être le seul endroit où elle pouvait essayer de le faire.

Louisa attendit que la boxeuse remette le bouclier en place, puis donna un premier coup. Elle y allait encore graduellement. Puis, elle prit une grande respiration et frappa cette fois violemment. Louisa ne faisait plus attention à sa propre santé, frappant cette fois sans aucune retenue. Elle repensa à son connard de proprio, aux gens qui avaient pu lui faire du mal. Elle donnait des coups de poings dans le bouclier, espérant qu'un jour cela serait dans leur tête. L'agressivité latente de la jeune femme ressortait clairement. Au delà de l'aspect défouloir, elle y avait beaucoup de colère en elle. Louisa avait envie de faire mal, de se venger. La piste était glissante et la jeune femme avait déjà mordu la ligne dans le passé.

Les coups s'enchainant, Louisa sentit qu'elle commençait à manque d'air. L'adolescente se donnait à fonds, s'essoufflant. Elle n'arrivait plus à réfléchir. Elle respirait et frappait, c'était tout. Ses émotions la bouffaient. Elle était tellement en colère... Plus du tout rationnelle, Louisa donna un violent coup d'épaule dans le bouclier, avant de s'éloigner, tournant le dos à Rylee.

Elle fit deux pas avant d'étouffer un cris de rage dans son coude. Louisa était un peu sonnée, perdu. Elle s'avança vers la bordure du ring, ayant envie de fuir. L'adolescente n'aimait pas être dans cet état, surtout lorsqu'il y avait des témoins. Elle se sentait fragile et avait peur que des personnes profites de cet état de faiblesse. Elle posa ses mains gantées sur la corde, hésita à la lever pour partir. Louisa prit un instant pour respirer correctement, puis finit par retourner vers Rylee. "C'est bon. T'es contente ?" Elle avait parlé de façon beaucoup plus agressive qu'elle ne l'aurait voulu, elle fit l'effort de se reprendre "Cette fois, j'y suis allée à fonds.". Mais peut-être pas suffisamment longtemps. Louisa avait l'impression que des piques de colères irradiaient d'elle. Ce n'était pas un simple défoulement qui lui permettrait de faire taire cette colère sourde. Il y avait trop de peur, de douleur et d'injustice.
Louisa Lorca
Louisa Lorca
LONDON PEOPLE
Messages : 296
Date d'inscription : 17/10/2019
Localisation : Londres
Profession : sans revenu
Etat Civil : C'est compliquée
14th Janvier 2020, 23:40
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
Le refuge
louisa & rylee
Mais personne ne va regarder ce que tu es en train de faire. Ce que je te fais subir, tous ceux qui sont dans la salle de boxe à ce moment précis l’ont déjà vécu aussi tu peux frapper comme une dingue dans le bouclier sans te poser de questions car personne ne va te regarder. Moi je réceptionne les coups sans soucis. Je suis bien ancrée sur mes pieds et tu as beau être dans une colère noire tu n’es pas assez puissante pour me faire reculer. En tout cas pas ainsi, aussi chaotiquement. Un petit sourire sur les lèvres je laisse la crise passer. Au moins tu as accepté assez vite de tout lâcher c’est pas mal. Parfois il me faut bien plus de temps pour en arriver là avec quelqu’un. Le cri que tu pousses dans ton coude fait relever quelques têtes histoire de vérifier juste que tout va bien mais aussitôt les gens reprennent leur entrainement. Tu peux voir qu’ici personne ne te juge et encore moins aura l’idée de te planter un couteau dans le dos. Ce n’est pas trop le style de la maison, on a tous un gros passif de toute façon.

Je pose le bouclier alors que tu pars vers les cordages. Partiras ? Partiras pas ? Je t’observe en allant chercher deux bouteilles d’eau et un sourire en coin apparait sur mes lèvres quand je vois que tu te retournes finalement pour me parler. Je m’approche et t’aide à défaire tes gants tranquillement pour que tu puisses boire. « Ca te fera pas d’mal. » De boire un bon coup vu ce que tu viens de te dépenser en frappant. « Ouais. C’est bien » J’ai rien à y redire tu m’as écouté et tu as frappé un grand coup. Je m’appuie sur le cordage en buvant aussi un coup d’eau. « C’est rageant n’est ce pas ? » La vie, les merdes dans lesquelles on se trouve. Qu’on les ait cherché ou pas d’ailleurs. Je ne suis pas là pour juger. Parfois on s’est mis tout seul dans la merde comme un grand mais ça n’empêche pas d’avoir besoin d’un coup de main pour s’en sortir. Clairement ça ne me choque pas un brin que tu sois agressive, je ne suis pas la plus douée pour parler aux gens alors ce serait l’hôpital qui se fout de la charité.

« Allez viens, on va calmer le jeu en s’entrainant pépère. » Je vérifie les bandes sur tes mains et te fais enfiler d’autres gants histoire que tu puisses combattre contre moi. Je passe aussi ma paire avant de me mettre en protection et de te faire signe où tu peux frapper. « Je sais que c’est tentant mais n’oublies pas : que les poings. » Pas les jambes ou les pieds, c’est de la boxe. Je te laisse frapper tranquillement en t’observant. « Qu’est ce qui t’a fait entrer ici ? » Je me demande si tu as entendu parler du fait qu’on aide les mômes ou si tu es rentrée comme ça et tu découvres qu’on peut peut-être t’apporter plus qu’une simple séance de boxe. En tout cas si tu poses des questions tu pourras l’apprendre. A voir ce que tu veux vraiment mais maintenant que tu es bien chauffée, c’est le moment où jamais de tout cracher.
code by exordium.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 857
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : En couple
16th Janvier 2020, 18:57
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Lorca
Louisa finit par prendre la bouteille d'eau, prenant le temps de boire. Elle ne s'était pas rendu compte qu'elle avait aussi soif. La boxeuse valida son comportement et l'adolescente resta silencieuse. Presque un peu surprise. Louisa finit par répondre au commentaire de Rylee "C'est ça.". Elle compléta "Ça fou la rage parce la vie, c'est de la merde." L'adolescente n'avait pas d'autre commentaire à donner. Louisa ne voyait pas les choses positivement. Elle se demandait bien comment le monde pouvait continuer de tourner alors que la nature humaine était aussi horrible.

L'adolescente était en colère. Elle avait encore du mal à gérer ses sentiments. Elle frappait plus violemment qu'elle ne le voulait. Louisa prit le temps de respirer, diminuant la force de ses coups pour être plus précis. Il fallait qu'elle se concentre.

Ce qui l'avait fait entré ici ? La solitude, l'angoisse, la peur. "La pluie" Répondit laconiquement l'adolescente. Elle développa ensuite sa réponse. "Avec toute cette flotte, j'allais attraper la crève. Fallait que je trouve un endroit.". Louisa donna un nouveau coup de poing, plus calme cette fois. Elle s'arrêta un instant, regardant Rylee dans les yeux. Elle hésita à dire quelque chose, puis se ravisa. Fallait qu'elle trouve un endroit où dormir, une solution de secours. Si ça se passait mal, Louisa voulait essayer d'éviter d'aller dormir chez un flic. L'adolescente donna un autre coup. "C'est pas terrible de rester dehors en ce moment. Les gens disparaissent." Emily avait disparu, sans laisser aucune trace. Louisa n'avait pas encore demandé aux personnes de la salle s'ils l'avaient vu. Cela serait l'occasion. L'adolescente commençait à avoir une certaine régularité. Louisa expliqua, plus déterminée "Je veux apprendre à me battre pour pas crever... Et pour foutre des roustes aux mecs qui se croient tout permis." La boxeuse n'avait pas l'air d'être du style à se laisser emmerder, elle devait pouvoir comprendre assez facilement les besoins de Louisa. La jeune femme se faisait souvent emmerder, et si elle ne se laissait pas faire, ce n'était pas suffisant. Genre comme l'autre fois, heureusement que Sean était intervenue...

Louisa demanda "Et toi ? Qu'est-ce qui t'as fait entré ici ?". Qu'est-ce que pouvait bien gagner cette femme à vouloir aider les autres ? C'était quoi le piège ? "Qu'est-ce que tu gagnes à être là ?". Pour l'adolescente, c'était simple. Elle gagnait un endroit chaud et sécurisé. C'était tout ce qu'elle demandait pour le moment. Mais pour Rylee, qu'est-ce qu'elle en retenait ? La salle avait pour réputation d'aider ceux qui en avaient vraiment besoin. Mais pour Louisa, elle avait aussi peur de demander de l'aide. Elle avait très bien réussi à se débrouiller avant, elle allait continuer dans cette voix.
Louisa Lorca
Louisa Lorca
LONDON PEOPLE
Messages : 296
Date d'inscription : 17/10/2019
Localisation : Londres
Profession : sans revenu
Etat Civil : C'est compliquée
16th Janvier 2020, 23:11
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
Le refuge
louisa & rylee
« M’en parles pas » La vie c’est de la merde. C’est certainement ce que j’ai dit à Andrew la première fois avec « Qu’est ce que tu m'emmerdes le vieux ?! » qui m’a valu me fait faire éclater assez rapidement au sol. Au moins c’était clair. T’es bien plus douce que je ne l’ai été même si tu es en colère. Moi j’ai été difficile à briser. Ce n’est certainement pas comme ça qu’un psy aurait fait mais Andrew n’a jamais été psy et mine de rien il a réussi à se faire une belle place dans ma vie. Comme un père. Et maintenant je suis flic donc je dirais qu’il a plutôt bien gérer le vieux même si je suis loin d’être blanche. On ne change pas les gens après tout. J’ai juste gérer la merde en faisant mieux. Juste mieux organisée car c’était de la merde quand même. Sur ses paroles fines et délicates comme d’hab, je t’encourage à venir frapper dans mes gants. Tu frappes fort, ça ne me dérange pas. J’encaisse les coups en te faisant signe quand il faut que tu changes tes gestes pour ne pas te faire mal et surtout frapper correctement.

Et je pose des questions. Parce que j’ai besoin de savoir ce que tu veux. Je sais qu’Andrew attend que je le fasse comme j’ai plus de facilité à parler aux femmes que lui. Moi je ne rentrais pas trop dans cette catégorie là pour lui, je faisais un peu trop garçon manqué. « Entre la flotte et le smog c’est la merde. » Putain de brouillard à la con qui empêche limite de respirer. Une vraie saloperie qui commence à bien emmerder les gens. « Ouais. T’as un endroit pour pioncer ? » Parce que bon entre les clans et Jack, vaut mieux ne pas rester trop dehors en ce moment et si y’a besoin de trouver un endroit c’est toujours jouable avec Andrew de te trouver une piaule. Chez moi ce n’est pas possible j’ai déjà une demoiselle en détresse à gérer mais je peux te trouver un endroit neutre assez facilement. On a masse d’appartements où on colle des gamins en sécurité pour quelques soirs histoire qu’ils soient tranquilles.

Je te mate quelques instants quand tu parles de foutre des roustes. Ce n’est pas discret et clairement ça ne semble pas me gêner un brin de le faire. « Mignonne et petite, le combo de la mort. Tu dois bien te faire emmerder ouais. » Ce n’est pas dit méchamment, c’est une constatation. « Tu fais bien d’apprendre. Parce que tu changeras pas ton physique mais tu vas sacrément les surprendre quand tu leur auras péter le pif ou les couilles » Je trouve ça normal d’apprendre à se défendre pour une femme et c’est bien souvent que je vous forme en plus. Un bon coup bien placé et tu es bien tranquille. Mais pas de quoi tuer, juste de quoi faire très mal. Histoire de leur faire comprendre le respect.

« J’étais entrée dans des gangs et je faisais de la merde. Je suis rentrée ici parce que j’avais juste envie d’apprendre à bien me battre. Andrew a commencé par m’apprendre le respect. » Et ça a changé pas mal de choses dans ma vie. « J’me suis rendue compte que c’est pas trop ce qu’on m’avait appris. J’parle pas d’être tout blanc ou tout noir, on s’en branle, mais juste déjà savoir se respecter et ce qu’on veut. Ca c’était nouveau pour moi. » Et c’était déjà beaucoup. « Y gagner ? Me faire hurler dessus par des gamins qui ont la moitié de mon âge… Mais les frapper aussi... Le kif. Mater aussi c’est pas mal pour ça… » Je me marre en te faisant signe de ne pas te déconcentrer à mes conneries. « J’y gagne rien. Andrew a été là pour me montrer un chemin et j’trouve normal de le faire à mon tour. Après tout il se fait vieux, l’vieux » Andrew me fait un grand doigt d’honneur de loin et je lui réponds par un magnifique bras avant de revenir en position.
code by exordium.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 857
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : En couple
17th Janvier 2020, 01:06
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Lorca
Louisa répondit à la question de Rylee "Pour le moment, oui.". Ca risquait de mal se passer à un moment donné. Il lui fallait une solution de secours. Mais l'adolescente ne posa la question pour le moment. Elle viendrait ici si c'était nécessaire. Louisa espérait éviter d'être viré du foyer, c'était vraiment trop important pour elle.

L'adolescente intensifia ses coups quand elle vit que la vielle était en train de la mater. Louisa ne supportait plus d'être réduite à son physique. Etait-ce un crime d'être désirable ? Clairement oui pour l'adolescente. Elle payait chaque jour. Aux petites remarques, aux regards, aux gestes. Louisa répondit avec hargne "Putain oui, j'en peux plus de ces connards...". Ou des gens comme Rylee. Clairement, la confiance que donnait Louisa en ces lieux étaient en train de diminuer. Elle écouta tout de même les explications de la boxeuse. Rylee était en train de rire de toute ça, mais cela ne faisait pas rire l'adolescente. Elle avait trop peur. Louisa était venue pour trouver un refuge, mais les actions de Rylee la faisait douter. La jeune femme ne la connaissait pas réellement. Elle n'avait eut que des échos. Louisa regrettait d'être venue. Elle avait envie de partir. Elles n'étaient pas isolée, il y avait du public. Il n'y avait pas de danger direct pour le moment.

Déjà clairement à fleur de peau après s'être défoulée, Louisa demanda "Alors c'est quoi ici pour toi ? Ton terrain de chasse ?". L'adolescente recula, puis entreprit d'enlever ses gants. Elle n'était pas venue pour faire de la boxe à la base. La pluie s'était peut-être arrêtée. "Arrête de me mater.". Louisa fit un pas rageur en avant "Je ne suis pas un putain bout de viande !". Elle était en colère, sur-réagissant. La peur d'être agressée était une angoisse viscérale. L'adolescente se méfiait toujours des mecs à cause de genre de comportement, Louisa venait de classer Rylee dans cette catégorie. Une menace potentielle.

Louisa sentait clairement que ses émotions la dépassaient. "Tout ce que je veux c'est que les vieux comme toi arrêtent de me mater. D'avoir des putain de mains baladeuses ! Toujours à regarder, à vouloir me toucher... ". Louisa continua, mais sa voix se cassa "Je...". Elle arracha le deuxième gant et le laissa tomber par terre "Je me casse d'ici.". C'était peut-être injuste pour Rylee. Mais Louisa ne voulait plus affronter ce genre de comportement. Elle était justement venue ici pour éviter ça. Elle voulait juste une pause, une simple pause. L'esprit en vrac, Louisa n'était pas rationnelle.
Louisa Lorca
Louisa Lorca
LONDON PEOPLE
Messages : 296
Date d'inscription : 17/10/2019
Localisation : Londres
Profession : sans revenu
Etat Civil : C'est compliquée
18th Janvier 2020, 20:19
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
Le refuge
louisa & rylee
« Cool » C’est bien que t’aies un endroit pour dormir. « Si jamais t’as besoin Andrew connait du monde qui peut t’aider ici » C’est simple, efficace et rapide. Je ne t’oblige à rien mais au moins tu le sais. Tant mieux si ça te sert jamais mais au moins c’est dit. Je te laisse continuer de frapper et t’observe longuement. J’ai jamais été douce et délicate, je le ne serais pas aujourd’hui. Ce que tu vis je l’ai vécu aussi et ce n’est pas pour rien que mon style est ainsi. J’ai déjà jamais été une femme très féminine mais ce n’est pas les années d’errance et le métier de flic qui te permettent de rester féminine quand tu l’es déjà pas des masses. Je vois bien que ça te défrise mais je réponds à tes questions. Quand j’ai besoin de savoir un truc je me mets dans la peau de la personne et là j’ai envie de voir un peu ce que ça donne si on te regarde d’un point de vue extérieur, en se disant « Tiens. Cette petite nenette j’en ferais quoi si je la coinçais dans un coin ? » La réponse est rapidement trouvée.

« Déstresses un peu. J’te l’ai dit. Ici c’est ma maison. Les gamins que tu vois on les aide, on leur donne un endroit pour dormir, on les protège des mafias voir juste de leur famille s’ils ont besoin de voila. C’que c’est pour moi ? Une façon ptete de me dire que j’ai pas fait que d’la merde dans ma vie et puis une façon d’aider mon père de cœur » Je jette un œil vers Andrew qui est en train d’entrainer plusieurs gamins. « Vous êtes tous trop jeunes pour moi pour que je vous drague j’te le dis tout d’suite » Puisque tu parles de terrain de chasse. « Et j’pense pas que ma compagne soit hyper jouasse si je commence à draguer ailleurs. » Alors bon Iza elle n’a pas la super forme en ce moment mais ça n’empêche que ce n’est clairement pas le moment de lui faire ce genre de trucs. Surtout que je n’en ai même pas envie et c’est bien la première fois d’ailleurs que je suis aussi « sage » depuis des mois.

« Hum ? » Je demande quand tu me parles d’arrêter de te mater. « Ah ouais désolée ! J’suis jamais très délicate et j’voulais me mettre dans la peau d’un mec lambda pour voir un peu comment on te voyait. T’inquiètes j’suis pas du genre à m’en prendre aux gens. J’suis quand même flic de base. » Bon je suis loin d’être la plus blanche de notre équipe car j’ai fait des grosses merdes mais je m’en prends pas aux enfants ou aux femmes. Les mecs je peux les défoncer sans la moindre hésitation même sur un malentendu mais je n’ai jamais levé la main sur une femme et un enfant et ce n’est pas aujourd’hui que ça va commencer. Je lève les mains en signe de main, tranquille, honnête. Ca se lit sur mon visage que je suis cash et sans détour. « On se calme, on se calme. J’peux te laisser avec Andrew si tu préfères. Il sera ptete moins brusque que moi mais c’est con que tu partes, faut que t’apprennes à te défendre et t’as un bon potentiel. »
code by exordium.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 857
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : En couple
1st Février 2020, 00:54
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Lorca
Les émotions dominaient l'adolescente. Elle se sentait fragile. Habituellement, Louisa dominait ses sentiments et essayait d'être rationnelle. A cet instant, c'était la colère et la peur qui la dirigeaient. Se défouler, ouvrir les vannes, les avaient fait ressortir trop violemment, trop vite. Ce n'était pas comme avec la musique, où c'était une émotion contrôlé. Là, Louisa avait la sensation de se noyer. Il y avait trop de choses, trop d'incertitude, trop de peur, trop... juste trop.

Officiellement, Louisa était une adulte. En réalité, c'était une adolescente qui se cherchait encore. Elle n'était pas apaisée, n'avait pas se contrôle aquis avec l'âge. De plus en plus en perdu avec la disparition de son amie, Louisa devenait aussi plus instable. Il lui manquait des repères, des gens sur qui compter, des gens à aimer... Et Louisa subissait la violence de la rue. Elle l'accumulait sans réussir à l'extériorisé correctement. Elle se comportait comme une bombe à retardement. C'était exactement ce qu'elle avait fait dans le passé. Elle avait craquée et s'était vengée sur les élèves de sa classe en voulant les voir brûler.

Rylee parlait, s'excusait, se justifiait. Mais le mal était fait. Louisa avait enlevé ses gants de boxes. Rylee était flic, ce qui augmenta encore un peu son niveau de défiance. Cela signifiait qu'elle avait un pouvoir d'autorité et qu'elle pouvait faire pression sans problème. L'adolescente sentait qu'elle ne maitrisait plus son comportement, elle réagissait plus qu'elle agissait. Louisa sentait qu'elle était dans une zone dangereuse, qu'à cet instant précis, qu'elle serait capable de faire n'importe quoi. Louisa avait envie de faire mal.

L'adolescente n'avait pas quitté le ring. Les mains nues, elle regardait Rylee. Il fallait qu'elle se calme, mais ne savait pas comment faire. Les émotions l'étouffaient. Louisa sentait qu'elle n'arriverait plus à parler mais juste à crier. Incapable de communiquer, l'adolescente décida de prendre la fuite. Mais elle ne dirigea pas vers les gradins pour récupérer ses affaires. Elle ne pouvait pas partir tout de suite. Si elle le faisait, si elle se confrontait aux autres, cela allait forcément mal se passer. Louisa avait besoin de s'isoler, alors elle se rendit dans les douches et claqua la porte. Elle s'était enfermée. Puis se elle se posa dans la coin de la pièce, ramenant ses bras et ses jambes contre elle, se forçant à respirer calmement. Elle devait retrouver son calme, ravaler ce trop plein d'émotion. Il lui fallait au moins une dizaine de minutes pour redescendre.
Louisa Lorca
Louisa Lorca
LONDON PEOPLE
Messages : 296
Date d'inscription : 17/10/2019
Localisation : Londres
Profession : sans revenu
Etat Civil : C'est compliquée
1st Février 2020, 13:10
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
AMBER MCANDERSON
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FACE IDENTITY : Sophie Turner
IDENTITE : Amber McAnderson
GROUPE : London People
RANG : //
AGE : 25 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Comptable
ETAT DE SANTE : Normal
LIENS : Comptable de la salle de boxe - Cousine de Manus McCormack

« Je t’assure que tout va bien. » Je fais un petit signe à Rylee qui est sur le ring de boxe en train de dire à un môme de venir s’entrainer avec elle. Elle a l’air tendue. Etrange, je lui parlerais après. Déjà faut que je me sorte de ma conversation téléphonique avec mon cousin qui est en mode vigilance constance depuis l’agression de Declan dans mon appartement. J’envoie un baiser à Andrew et rentre dans les vestiaires. « Non non j’ai pas besoin d’un garde du corps. Oui je sors ce soir. Ca va aller Manus je t’assure. Oui d’accord. Allez bisous. Oui je te mets un message quand je suis rentrée. Oui promis. Ouiiiiii ! Allez vas bosser ! » Je soupire longuement en levant les yeux au ciel mais ça me touche qu’il me protège aussi. Même si c’est parfois très étouffant. Je pose mon sac sur un banc en ouvrant le casier qui est désormais le mien. J’ai la chance de faire partir des privilégiés de la salle donc j’ai pu mettre plein de photos et d’images dedans. C’est de toutes les couleurs d’ailleurs, comme mon esprit : rêveur, coloré, tendre.

Doucement je chantonne en ôtant mes affaires de ville, les pliant pour les poser correctement dans mon casier. Vieille habitude de l’orphelinat où on nous demandait de toujours tout ranger parfaitement plié pour être le plus correct possible si jamais on avait une visite. Ca ne m’a jamais servi à grand-chose mais j’en ai gardé l’habitude. Je passe un legging et un grand tee-shirt tout en continuant de chantonner une vieille chanson que mon père chantait souvent. « Dublin men and women are the salt of all the earth. Fiercely true and loyal to the town that gave them birth. A Dublin man spends all his life making friends, With black porter each evening at eight, When they sound his death knell his last prayer is to dwell, By Saint James' pearly gate. » C’est doux et tranquille, je n’ai pas de voix j’aime juste chantonner parce que ça m’apaise.

Je sursaute quand une porte des cabines de douche s’ouvre soudainement. Un court instant une lueur de panique s’allume dans mes yeux avant que je vois tes cheveux blonds et cela me rassure. Tout va bien ce n’est pas Declan. Respires Amber tout va bien. J’ai porté la main à mon sac, par réflexe, ayant toujours une lame sur moi comme tout irlandais mais je me détends en te souriant. « Je ne vous avais pas entendu. Je me suis fait peur toute seule ! » J’en ris doucement, je préfère le prendre ainsi que de me laisser envahir par l’inquiétude que l’homme de Manus a déclenché en moi depuis qu’il est venue m’agresser. « Bonjour » Je ne te connais pas alors c’est la moindre des politesses. Je commence à natter mes longs cheveux roux. « Je me nomme Amber. » Et je cherche un élastique dans mon sac. Rah c’est fou je ne trouve jamais ce que je cherche quand je fouille dans ce sac ! Tssssss…


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 857
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : En couple
2nd Février 2020, 21:15
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Lorca
Louisa avait mis du temps à se calmer. Elle avait dû se canaliser, prenant le temps de respirer. L'adolescente sentait qu'elle devenait de plus en plus instable. Cette sorte de dégueulement d'émotion arrivait de plus en plus souvent... C'était trop. Louisa avait peur qu'elle finisse pas faire une vraie connerie. C'était son mode de fonctionnement. Encaissé pour finir par exploser. Mais la jeune femme ne savait pas comment faire pour changer.

Après un long moment, Louisa entendit quelqu'un chanter dans la pièce d'à côté. L'adolescente sécha ses dernières larmes. Son corps était fatigué, son esprit aussi. L'adolescente ouvrit la porte, peut-être un peu trop brusquement. Elle vit qu'elle avait fait peur à la personne présente. Louisa s'excusa "Désolé...Je voulais pas te faire flipper". Il faudrait aussi qu'elle aille se rendre auprès de Rylee pour parler de tout ça au calme, mais l'adolescente n'en était pas capable pour le moment.

Louisa était un peu éteinte. Elle regarda la rousse, se présenta elle aussi. "Moi c'est Louisa.". L'adolescente détacha ses cheveux, laissant sa tignasse décolorée reprendre sa position initiale. Elle s'avança prudemment, donnant le chouchou à la rousse. "Tiens, c'est ce que tu cherchais, Non ? ". Louisa se justifia "J'en ai plus besoin... Et puis, faut que j'y aille.". Il fallait qu'elle récupère ses affaires, prenne le métro, rentre jusqu'au foyer. Il pleuvait peut-être toujours. Totalement découragée, Louisa se recula jusqu'au mur, puis se laissa glisser, s'essayant à même le sol. Elle se fit la réflexion que sa vie devait bien être de la merde pour trouver refuge dans les douches d'un club de boxe pourri... L'adolescente n'avait plus d'énergie.

Louisa lança un long regard à cette nouvelle interlocutrice "Tu fais quoi ici ?". C'était qui pour les gens du coin ? Puis Louisa posa sa tête contre le mur. Elle avait fait de la merde, même si elle avait évité le pire en étant partie s'isoler. "Faudra que j'aille voir Rylee. Et que je rentre aussi... Mais là j'ai pas la foi.". Louisa laissa échapper un gros soupir, puis demanda "Il pleut toujours où ça c'est calmé ?". Elle n'avait qu'une seule envie : retrouver son lit. L'adolescente avait besoin d'être au calme, d'être éloigné de tous. Parfois elle se disait qu'elle partirait par le premier train venu, qu'elle arriverait enfin à s'échapper de cette ville. Mais Louisa cherchait son amie, et si elle ne la retrouvait pas, elle l'attendait.
Louisa Lorca
Louisa Lorca
LONDON PEOPLE
Messages : 296
Date d'inscription : 17/10/2019
Localisation : Londres
Profession : sans revenu
Etat Civil : C'est compliquée
11th Février 2020, 22:34
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: