AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
-26%
Le deal à ne pas rater :
Nouveaux écouteurs Apple AirPods 2 au meilleur prix
132 € 179 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[CLOS] why does she give a damn about me + pv : rylee
Jonna Konstantin
JONNA
&
RYLEE
why does she give a damn about me
Nouvel air, nouveau décor, nouvelles personnes. Cela faisait maintenant trois mois que tu étais arrivé à Londres. Tu avais fait de gros progrès dans la langue anglaise, langue que tu avais déjà apprise à l’armée, que tu n’as fait que perfectionner. Cependant, tu avais beau apprendre vite, une langue était tout de même un grand apprentissage et ton accent russe était à couper au couteau. Cela dit, les Londoniens avaient l’air de bien le prendre, ta banquière t’avais même dit que ça avait un certain charme. Tu m’étonnes quand on a autant d’argent à mettre dans son compte alors qu’on vient d’arriver dans le pays, ça donne du charme ça aussi. Mais bon, ça t’as fait plaisir qu’elle te le dise. Tu étais comme une gosse après tout, à découvrir ce pays qui t’ouvrait ses bras. Accueillant, bien plus sûr et agréable. Et puis, tu pouvais profiter de ta paye d’ex-militaire, ainsi que de la nouvelle. Ce nouveau métier que tu venais tout juste de trouver. Violoncelliste dans un orchestre. Un vrai métier, dans ta passion. Un métier que tu aimais. Tu étais sur ton nuage. Tu redécouvrais la vie, loin de cette maudite école, de ses salles de tortures et de ces monstres qui étaient des professeurs, des cibles, voire des collègues. Désormais, tout ça était derrière toi, et c’était si bon. Tu en avais peut-être perdu ta mère, ton pays d’origine et ses beaux côtés, mais c’était un mal pour un bien. Un grand bien.

Et ce soir, maintenant que ton appartement était bien aménagé, rangé, rempli. Que toute la paperasse était réglée et que tu avais un dressing avec de beaux vêtements fraîchement acheté, il était temps de les porter et sortir. C’est ce que tu as fait. D’abord, tu es allé t’acheter un nouveau téléphone portable et le forfait qui allait avec, un truc pas trop récent mais qui était cool. Et pas d’Iphone parce que les Russes riches adoraient ça et ça t’as soûlé. Bien trop facile à hacker, également. Après ça, pour mettre tout ça en route, installer les applications, et installer quelques petits cracks pour te protéger, tu t’es installée dans un fast-food avec un bon gros menu bien gras et appétissant. Les fast-foods, tu adorais ça depuis que tu es arrivée à Londres. C’était bien différent des conserves et des plateaux ignobles de l’école. Tout arrivait sur un plateau, déjà prêt et bien chaud, c’était fou. Et divinement bon. Même si très gras mais ça on s’en fout, t’as bien le droit de prendre quelques kilos. Et c’est ce que tu as fait.
Le plateau vidé, le téléphone prêt, tu as fait un saut à ce petit bar pour finir. C’était bien dommage, l’Angleterre avait cette loi plutôt nulle, mais tu faisais avec et c’était peut-être une bonne chose. Au bar, tu ne pouvais pas commander une vodka ou du vin rouge. Non, pour le coup, c’était plutôt Coca-Cola, mais c’était bien aussi. Le champagne de ton enfance. Cette boisson qui était un luxe et un événement lorsque ta mère, si pauvre, vous offrait à toi et elle une petite bouteille dans le mois.
Ca te réchauffait le cœur. Tu passais une bonne soirée, pourtant si simple pour une personne lambda. On ne te remarquait pas tant que ça, toi qui étais simplement vêtue d’un jean noir et d’un pull gris, ton grand manteau noir posé sur le dossier de ta chaise avec son écharpe beige. Tes longs cheveux blonds bien coiffés et soignés étaient lâchés, et tes yeux bleus azur balayaient parfois la salle lorsqu’il n’était pas figé sur l’écran de ton nouveau téléphone. Tu découvrais les réseaux sociaux, YouTube et les vidéos de chatons. Tu souriais parfois à ta table. Tu paraissais si sereine, calme, heureuse d’être toute seule dans ton coin.
CODAGE PAR AMIANTE
Jonna Konstantin
Jonna Konstantin
LONDON PEOPLE
Messages : 18
Date d'inscription : 12/12/2019
Profession : violoncelliste en orchestre
Etat Civil : célibataire
31st Janvier 2020, 15:08
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
why does she give a damn about me
jonna & rylee
C’est une mauvaise soirée comme il en existe pas mal depuis des années. J’ai fini ma journée la dernière comme j’ai du retard dans mes dossiers et que JB n’est pas du genre à laisser faire. Surtout que j’abuse depuis quelques temps. A force de repousser, personne ne le fera à ma place. J’ai tenu les heures à rattraper mon retard avec beaucoup de café et de l’alcool, faut bien dire. Hors de question de rentrer chez moi après avoir passé des heures dans la paperasse j’ai donc décidé de passer au bar histoire de finir la soirée et de rentrer tellement raide que j’en dormirai enfin. Le sommeil n’est pas mon ami depuis des années, il faut que je tombe raide pour dormir enfin correctement. Ca ne m’empêche heureusement pas de faire mon travail correctement. Au pire je suis assez lucide pour dire à JB que je ne viens pas taffer. J’ai beaucoup de défauts mais je ne suis pas du genre à risquer la vie de mon équipe pour mes conneries non plus.

Je suis donc au bar depuis une bonne heure désormais. Certes on ne sert plus d’alcool en Angleterre mais quand on connait assez bien le gérant et qu’on aide à ce qu’il soit approvisionné en alcool, on a quelques passe droits. Je ne suis donc plus fraiche clairement quand je vois un mec venir prendre un verre à ma droite puis être rejoint par un autre pote. Ca discute rapidement entre eux. Généralement je n’écoute jamais la conversation entre deux mecs ou d’une oreille distraite mais là ça parle d’une nénette de la salle aussi mon attention est attirée. Déjà parce que c’est toujours intéressant de découvrir qu’il y a de nouvelles habituées -j’apprécie les belles femmes ce n’est pas nouveau- mais surtout parce que j’aime pas qu’on s’en prenne aux meufs même si je les connais pas aussi je guette les deux abrutis.

Les blagues graveleuses commencent. J’apprécie moins. J’ai tendance à être une relou avec les femmes, une protectrice sans qu’on me le demande même si je ne suis pas souvent appréciée. Trop brute, trop chiante, trop directe, trop moi quoi. Je finis par prendre mon verre et le retourne sur le bar, cela fait un bruit sec qui détourne le regard des mecs sur moi. « Laissez tomber elle est prise. » Je ne l’ai pas fait discrètement, tu as pu l’entendre car vu le regard insistant qu’ils ont envers toi depuis quelques minutes je serais surprise que tu n’aies rien vu ou alors t’es pas bien finaude. Mais tu as une façon de te comporter qui est loin de me faire penser à ça. « Vraiment ? » J’en vois un qui se lève genre pour m’intimider avant de finalement se raviser devant mon regard. « C’est ça ouais. » Le barman me sert à un coca, je le regarde sans rien dire, ça veut dire que j’en ai déjà bien trop bu et je respecte le constat. Je récupère le verre et viens à ta table. « Yo. Nouvelle ici non ? » Façon directe de dire bonjour et peu charmante. Made in me.
code by exordium.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 971
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
2nd Février 2020, 20:31
Revenir en haut Aller en bas
Jonna Konstantin
JONNA
&
RYLEE
why does she give a damn about me
Tu n’as pas spécialement fait attention à ce qu’il se passait autour de toi. Du moins au début. Tellement concentrée sur ton nouveau téléphone, à télécharger désormais quelques jeux qui te disaient bien, du moins jusqu’à ce que des mots tiquaient à ton oreille.
Tu étais tout de même de nature observatrice, aux aguets. Peut-être parce que tu as grandi dans une ville où tu devais faire souvent attention à ta peau, ou aussi parce que tu avais des restes des services secrets russes. Discrètement, tu écoutais et observais qu’une bande d’hommes t’avait remarqué. Ton anglais n’était pas tout à fait parfait et tu ne réussissais qu’à récupérer quelques mots par-ci par-là. Et ce que tu comprenais n’était pas très flatteur. Mais tu étais habituée, finalement. Saint Pétersbourg, c’était l’habitude d’être regardée et critiquée comme un bout de viande sans arrêt dans les rues alors à quoi bon, ça ne te choquait pas.
Et puis il y avait cette femme. Elle avait un genre particulier, pas trop ordinaire. Et puis il était simple de voir qu’elle n’était pas du genre femme mariée au foyer à faire des petits plats pour son mari, loin de là. Tu ne la calculais pas tant que ça, tu restais sur ton téléphone. Tu étais du genre à avoir des histoires avec des femmes, d’un soir ou plusieurs, tu étais même ouverte à trouver l’amour, mais pas non plus à courir après ces relations. Tu laissais les choses se faire, tu ne téléchargeais même pas cette application de rencontre qui pourtant était très bien notée et critiquée. De toute façon, tu avais bien remarqué que la gente féminine anglaise n’hésitait pas à venir vers toi quand il le fallait. Alors à quoi bon. Toi, tu n’étais pas ici pour te faire remarquer, loin de là.


Et puis voilà que la situation changeait. La femme un peu masculine s’imposait face à ces hommes. Tu avais pu comprendre que ça te concernait, qu’elle… Te défendait ? Tu sourcillais tout en faisant semblant de t’intéresser à ton écran, alors que tes oreilles étaient bien en train d’écouter tout ce qui se passait au bar. Et merde, voilà que maintenant qu’elle avait bien chauffé les hommes, elle venait vers toi avec ses gros sabots. Pourquoi… ? Décidément les anglais ne cessaient de te surprendre.
"Yo"? Quelle manière peu commune de dire bonjour. On te l’avait jamais dite, alors est-ce que c’était un simple salut plus court ou un salut démodé ? Tu préférais écouter autour de toi avant de l’employer. « Bonjour ? Oui ? » Tu la regardais, un peu perdu. Elle était venue si vite vers toi et puis pourquoi ? Tu ne voulais pas spécialement la remercier pour ce qu’elle venait de faire sans demander ton avis parce qu’au final ce n’était rien de grave et maintenant les hommes vous observait en ayant l’air bien énervés. Tu espérais qu’elle ne t’avait pas, au contraire, attiré des ennuis. Tu étais mal à l’aise, tu ne parlais pas trop. Même pas du tout. Tu l’observais sans rien dire et finissait par boire nerveusement une longue gorgée de ta boisson. Qu’est-ce qu’elle voulait maintenant ? Tu espérais même que ce fort accent russe dans ce bonjour n’allait pas attiser sa curiosité et la faire te poser trop de questions.
CODAGE PAR AMIANTE
Jonna Konstantin
Jonna Konstantin
LONDON PEOPLE
Messages : 18
Date d'inscription : 12/12/2019
Profession : violoncelliste en orchestre
Etat Civil : célibataire
6th Février 2020, 13:56
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
why does she give a damn about me
jonna & rylee
Et je m’installe à ta table sans me poser de questions, sans te demander non plus. Je ne suis pas vraiment en étant ce soir pour ça de toute façon. Je tire donc la chaise et m’installe de façon vraiment pas féminine. Rien de terrible non plus mais mon coté garçon manqué ressort méchamment quand je ne suis pas super clean. Je sais bien que les deux mecs sont vénères mais je ne suis pas à une baston près je dois avouer et de toute façon si je n’avais pas répondu ils seraient en train de t’encercler tranquillement histoire de te bloquer dans un coin. Je fais peut être totalement fausse route, tu es peut être totalement capable de te défendre toute seule mais j’ai une fâcheuse tendance à être trop protectrice envers les femmes. Non pas que je vous considère comme des jeunes femmes sans défense, j’ai quelques collègues capables de coller des coups bien plus puissants qu’un homme. Et j’en fais partie d’ailleurs… Parce que ce n’est pas parce que je ne suis pas féminine que je me prends totalement pour un mec non plus. Je suis bel et bien une meuf, j’en ai juste pas les codes.

« Et russe » Facile vu l’accent. Je sais, y’a pas besoin d’être finement observatrice pour le deviner mais c’est sorti tout seul. Après je ne suis pas curieuse, t’es tranquille. T’es russe, tant mieux pour toi et les rares russes avec lesquels j’ai eu l’occasion de discuter sont dans un camp que j’évite de voir officiellement. Même si je suis plus proche des irlandais que des russes. Tiens, une idée pour passer la fin de nuit d’ailleurs. Bref. « Méfies toi des deux abrutis dans mon dos. ‘Sont du genre à te coincer dans un coin ». Après je mettrais bien la main dessus une bonne fois pour toute, histoire de les foutre sous les barreaux mais parfois la justice à ses faiblesses et face à ce genre de cas souvent ça pêche. En fait s’ils pouvaient mourir dans un caniveau on serait bien plus tranquille. Ouais je suis le genre de flic qui apprécie aussi que ça se résolve comme ça.

« J’peux rester avec toi et t’raccompagner s’tu veux. » Est-ce que c’est de la drague en plus de la prévention ? Certainement oui, je ne suis pas du genre à passer à côté d’une belle jeune femme même si ce n’est pas pour ça forcément que je me suis approchée de toi à la base. Enfin je t’aurais peut être remarqué quand même. A voir. « Ou j’te paie un nouveau verre s’tu préfères. » Moi je suis au soda -et ça se voit- mais tu veux peut être un nouveau verre. Foutu barman qui me connait trop bien d’ailleurs... Je suis sure que si je commence à me prendre la tête avec quelqu’un il m’appelle direct JB sans que j’ai le temps de rien faire. C’est ça aussi d’être trop connue mais bon…
code by exordium.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 971
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
17th Février 2020, 23:00
Revenir en haut Aller en bas
Jonna Konstantin
JONNA
&
RYLEE
why does she give a damn about me
Cette femme était étrange. Sortie de nulle part avec ses manières d’homme. Tu te fermais assez vite à elle par instinct, même si ce n’était pas toujours la bonne chose à faire. Tu devais te sociabiliser un peu, les anglais n’étaient pas les ordures que tu as connues en Russie. Peut-être que tu devais lui laisser une chance ? C’est pourquoi tu ne l'envoyais pas boulet tout de suite. Tu l’écoutais, tout en l’observant.
Tu la vois te regarder, un peu trop longtemps même. Tu n’en dis rien. Tu sais déjà qu’elle n’est pas ton type car tu n’aimes pas ses manières d’homme. Mais après, elle peut toujours devenir une amie, qui sait. Tu dois arrêter de te méfier de tout.

Elle remarque tes origines russes visiblement. Mais tu ne sais pas quoi répondre à sa remarque, ce n’est pas vraiment une question ni même un compliment, comme elle se parlait plutôt à elle-même. Tu bois alors une gorgée de ta boisson, voir ce qu’elle a d’autres à te dire. Ou à se dire. L’inconnue masculine te parle alors de deux hommes derrière elle. Ceux que tu as pu remarquer te regarder mais que tu n’as pas vraiment relevé, tellement habituée de la Russie et de ses pervers bien moins discrets. Tu les regardes alors, puis tu hausses les épaules. « Je sais débrouiller. Ca ira. » Tu aurais pu lui raconter un peu que tu avais vu pire en Russie, mais tu sentais cette femme tellement louche que tu voulais ne rien lui confier. En tout cas pour le moment. Tu étais loin de t’imaginer son vrai métier tant elle paraissait voyou. Et voilà qu’elle te proposer de te raccompagner ou rester avec toi ? Tu ne savais même pas son nom, c’était si bizarre. Sur le coup, tu as également pu sentir son haleine et même si le pays interdisait l’alcool, c’était loin d’être de la menthe que tu sentais émaner de sa bouche. Tu grimaçais discrètement, tirant dans la paille de ton soda. Mais qui était cette femme ? « C’est quoi nom à toi ? Je peux connaitre un peu toi ? » C’était loin d’être très doux comme demande. Ce n’était pas le genre qu’on demande lorsqu’on veut en savoir plus sur l’autre parce qu’on est intéressé. Non, c’était plutôt le genre "j’aimerais bien savoir d’où tu sors". Reste à savoir si le coup dans le nez de l’inconnue allait l’aider à comprendre cela. Tu étais si froide, alors que les hommes derrière elle partaient simplement même si ils te regardaient d’un œil noir. Alors en plus elle avait énervé des hommes pour toi sans que tu ne le demande. Tu espérais également qu’elle n’allait pas te faire de problèmes pour le coup. Mais qui était cette fille à la fin ?
CODAGE PAR AMIANTE
Jonna Konstantin
Jonna Konstantin
LONDON PEOPLE
Messages : 18
Date d'inscription : 12/12/2019
Profession : violoncelliste en orchestre
Etat Civil : célibataire
21st Mars 2020, 23:06
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
why does she give a damn about me
jonna & rylee
Putain de soda de merde. Je déteste ça et je grimace. Je sais que je sens l’alcool. Je le sens et j’en ai l’attitude même si tu peux pas deviner que je suis naturellement ainsi. De toute façon le tact et moi c’est comme la diplomatie et moi ça fait trop. Je n’ai jamais été l’élément subtil des groupes dans lesquels j’évolue. Aussi bien le boulot que la salle de boxe. Je te dis donc peut être des évidences mais j’sais pas si t’es dans l’coin depuis longtemps ou pas, mais c’est bien la première fois que je te vois dans ce bar en tout cas. « Ok » Tant mieux si tu sais t’défendre. Je trouve ça même cool et je t’observe un peu plus. Je ne fais pas attention au fait que tu te refermes à mon contact, je m’en fous à vrai dire je sais que je fais toujours cet effet là donc c’est pas comme si c’était une nouveauté. D’ailleurs si tu sais te défendre j’en profite pour rajouter. « J’sais pas comment tu t’défends mais y’a une salle de boxe dans l’coin qui est bien. » S’tu veux t’entrainer.

Mon téléphone vibre et j’regarde ce qu’on m’veut en espérant que ce soit pour le boulot. Ah bah si. Faut que je me tienne prête c’est la merde chez les irlandais. Je soupire longuement avant de faire signe au barman de me servir un café ultra corsé et j’réponds rapidement qu’il va me falloir un peu de temps pour arriver si on peut pas faire sans moi. Jb sait ce que ça veut dire. Fais chier les urgences. J’compte pas bosser dans cet état mais s’il faut que la team soit présente, je serais là et j’aurais bien besoin de trois cafés pour être un peu en état. « Rylee. Et toi ? » Pour le reste je suis pas une grosse causante aussi je réfléchis rapidement à ce que je pourrais te dire en plus en récupérant mon café, virant le sucre parce que j’aime pas ça. « T’veux savoir quoi ? » Parce que bon… Après c’est facile de me décrire remarque. « Bah j’viens de finir l’boulot mais apparemment c’était pas assez. » Le truc relou quoi.

« Sinon j’boxe et j’suis d’ici » Pas grand-chose de bien palpitant quoi. Je range mon téléphone de nouveau avant de sortir de quoi payer mon café, dévoilant ma plaque de flic comme mes billets sont glissés dedans, j’suis pas du genre à cacher ce genre de choses même si je suis clairement alcoolisée. Les flics ont aussi droit de faire des pauses après tout. Et moi ça fait un bout de temps que c’est la seule façon de me sentir un peu mieux étant donné que j’dors pas des masses et que le boulot me bouffe. Ma seule soupape c’est ça et mes amants occasionnels. « Et toi ? Tu bosses dans l'coin ? »
code by exordium.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 971
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
5th Avril 2020, 14:27
Revenir en haut Aller en bas
Jonna Konstantin
JONNA
&
RYLEE
why does she give a damn about me
Tu observais cette femme. Ses mimiques, les détails de son physique, son regard. Cela faisait partie de tes dons d’ancienne espionne après tout, et une habitude que tu avais pris à analyser les autres. Tu avais pu apprendre à reconnaître quelques micro-expressions, reconnaître lorsqu’une personne était séductrice, manipulatrice, triste, en colère, voire dangereuse. C’était ça après tout, ton ancien métier. Déceler les grandes lignes d’une personne pour la manipuler ensuite. Bien évidemment, tu n’avais plus à faire ça aujourd’hui, sauf pour tes propres besoins au pire, mais l’habitude était encore là. Tu la perdras avec le temps et sauras l’utiliser qu’à bon escient.

En tout cas, au premier contact, tu remarquais déjà que cette fille était alcoolisée, il ne fallait pas être du FSB pour remarquer ça de toute manière. Elle fait plus jeune que son âge, ça c’est sûr, mais elle doit avoir tout juste la quarantaine. Son début de pattes d’oie le prouve. Elle est gay, aussi. Bien évidemment. On a beau dire que le cliché de la lesbienne est faux, parfois il y a des signes qui ne trompent pas. Et puis de toute façon, elle avait clairement ce regard trop long et aguicheur sur toi. Enfin, tu hésitais pour son travail… Elle avait l’air soit d’être dans les forces de l’ordre, soit dans l’illégal type garde du corps d’un mafieux, ce genre de chose… C’était plutôt flou chez cette femme aux airs un peu débauchés mais gentiment protectrice.
Elle te parle de boxe. Heureusement que ça ne fait pas si longtemps que tu as appris ce mot. Tu arques un sourcil en l’entendant te parler de ça alors que tu tires dans la paille de ton verre. Mais bon, tu n’as pas le temps de répondre que son téléphone vibre et elle le consulte. Tu la regardes faire, silencieuse. Une urgence qui l’embête visiblement. A cause de son état ou de son élan coupé avec toi ? Sûrement les deux. Mais qui sait, cette urgence te permettra d’être débarrassée de cette étrange femme plus rapidement. Tu la laisses gigoter, soupirer, commander un café. Toi tu ne dis rien, n’ayant pas trop envie de parler à cette inconnue à l’anglais trop abrégé et presque incompréhensible. Tu regardes par la fenêtre, puis ton téléphone à toi pour consulter l’heure. Et alors, tu redresses ton visage vers elle lorsqu’elle te répond, se présentant. « Olympia. » Il valait mieux lui donner ton faux nom. Tu faisais comme ça avec les inconnus pour commencer, surtout ceux que tu ne sentais pas et dont tu savais que ça n’allait pas aller très loin. Pour les plus proches, tu finissais toujours par admettre la vérité ; tu t’appelles Jon et tu as des faux papiers. Tout simplement. Les fausses nationalités étaient monnaie courante dans tous les pays après tout, rien de bien choquant.

Elle te demande ce que tu veux savoir. En fait, tu t’en fous, tu voulais juste la remballer parce qu’elle fonçait vers toi sans même se présenter, mais maintenant qu’elle l’a fait, t’étais piégée. Seulement voilà, l’alcool dans son sang te sauve et elle passe directement à autre chose, te parlant de son travail. Hm… Si elle en parle, c’est que ce n’est rien d’illégal ? Quoi que ça ne veut rien dire, tu dis bien que tu viens de Russie en omettant le fait que tu as fuis le pays. « Ah. Bête, ça… » Qu’est-ce que tu t’en fous. Vas-y, va travailler, laisse-moi tranquille surtout.
Tu hoches tout de même la tête lorsqu’elle reparle de boxe. Ah, tu comprends mieux. « J’aime pas boxe. » Tu dis ça légèrement, sans être agressive. C’était plutôt je-m’en-foutiste, avec un léger haussement d’épaule avant de reprendre une gorgée de ta boisson. Une manière de lui dire que tu n’iras pas boxer avec elle. « Le combat c’est main nues ou armes, pas coussins sur phalanges. » Phalanges, tu étais fière de toi intérieurement de sortir ce mot que tu avais appris tout juste ce matin. En ce moment, tu apprenais les parties du corps. Ce matin, c’était Phalange, Nuque, Nombril, Biceps et Pectoraux.

Et alors, tu te retiens d’écarquiller tes yeux lorsque tu vois sa plaque de policière pendant qu’elle paye son café. Merde, tu commençais à croire que tu avais raison en ta deuxième idée sur elle. Bon, maintenant tu étais sûre qu’elle devait dégager. Mais tu devais faire ça en douceur tout en prenant soin de ne pas éveiller des soupçons sur toi. Et putain t’as parlé de violence y’a dix secondes. Bon, tu mettras ça sur le cliché de ton pays d’origine. Sans oublier que la boxe russe est à mains nues. Bon, ça te sauve. « Moi musicienne dans orchestre. » Vu le bourrin qu’elle est, avec de la chance elle n’y connaît rien en musique et instruments et elle passera à autre chose, ça tombe bien. « Mais pas déranger pour moi, va travailler. Important de sauver des gens. » Tu lui souris, glissant cela en donnant l’impression qu’avoir remarqué qu’elle était flic ne te choquait pas. En espérant que ça passe et qu’elle fasse partie de ces personnes qui écoutent bêtement les autres lorsqu’ils sont alcoolisés. Oh oui tu espérais. Il fallait qu’elle ne se concentre pas sur toi et que tu restes un fantôme aux yeux de la loi anglaise.

CODAGE PAR AMIANTE
Jonna Konstantin
Jonna Konstantin
LONDON PEOPLE
Messages : 18
Date d'inscription : 12/12/2019
Profession : violoncelliste en orchestre
Etat Civil : célibataire
16th Mai 2020, 14:04
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
why does she give a damn about me
jonna & rylee
Olympia. C’est cool comme prénom. Pas courant en tout cas. Je me commande un café parce que je vais bien en avoir besoin vu ma gueule. Je parle de moi rapidement parce que c’est pas trop mon style mais puisque tu veux des infos, je t’en file. J’suis pas du genre prise de tête comme nana et j’ai bien compris que t’étais pas intéressée. Pas besoin d’être sobre pour ça. Je suis directe mais pas du genre à forcer non plus. « Pas obligé de mettre des gants » Pour faire de la boxe. Sur un ring oui forcément mais ça entraîne aussi à savoir frapper pour pouvoir mieux se défendre aussi dans des métiers comme les miens. « Mais ouais flingues aussi » Forcément je suis flic alors je me défends pas avec mes petits poings sauf si je suis au contact hein… Ce serait un peu suicidaire vu les gens que j’ai en face.

Je vois le téléphone qui continue de vibrer et râle. Bon bah aller, va falloir aller bosser. Du coup je fais pas vraiment gaffe à ce que tu me réponds sur toi mais, en effet, ça me parle pas. La musique et moi ça fait beaucoup. Et puis de toute façon faut que je me casse. Surtout que tu m’y encourages et que je ne vais pas non plus te prier de quoique ce soit. Surtout que, dans tous les cas, faut que j’aille taffer donc la pause était de courte durée et je demande au barman de me faire un autre café à emporter. Va falloir aussi prendre une bonne douche froide histoire de se réveiller mais soit, c’est parti pour une nuit d’action ou de planque, je ne sais pas trop encore. La planque m’arrangerait clairement. « Eh bah bonne soirée Olympia. Fais gaffe à toi. » Je me redresse, ayant fini mon premier café et récupérant le second avant de mettre mon téléphone dans ma poche et de récupérer sac et casque. Les mecs ont l’air d’être parti donc tant mieux, ça fera une merde de moins à gérer.
code by exordium.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 971
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
21st Mai 2020, 18:30
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: