AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
-36%
Le deal à ne pas rater :
Nike Air Max 270 React – Chaussure pour Homme
102 € 160 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Visite au Forensic Services Ft. Rosario Gomez
Aller à la page : Précédent  1, 2
Rosario Gomez
Je suis contente qu’il accepte un tour en moto, en plus il a son propre casque, je le laisse aller le prendre et fins de ranger le labo.
« Sans soucis, prend ton temps je ferme et on se retrouve en bas»
Je ferme la porte à clef du labo derrière moi et me dirige vers les escaliers pour rejoindre ma moto garée devant le Yard. Je salue et remercie le gardien en bas de l’immeuble, il garde un œil sur ma beauté pendant la journée. Comme je n’ai pas de local où la garer en sécurité, il me rend ce petit service. En échange j’aide de temps en temps ses enfants lorsqu’ils ont des soucis avec leurs cours de physique et de chimie. Donnant donnant, c’est un bon deal, ces gamins sont mignons je ne m’ennuie pas quand je passe les voir, c’est un peu comme se retrouver à la maison avec toute l’animation qu’une famille nombreuse peut générer.
Arrivée près de ma merveille je mets le contact et laisse le moteur tourner. Le bruit du moteur me relaxe et me détend c’est plus efficace que n’importe quels anxiolytiques ou que toutes les merdes que les dealers peuvent vendre. Marlon me rejoint peu de temps après son casque à la main. Je souris en l’entendant complimenter ma beauté.
« Merci. C’est mon plus grand trésor. Je la bichonne»
Je lui demande vers quel quartier nous allons et monte sur la moto, je lui fais signe de s’installer derrière moi.
« Lorsqu'on sera dans le bon quartier guide moi en tapant sur mes épaules pour me guider, je suivrais tes instructions »
Je me lance, doucement pour commencer pour voir ses réactions, mais il me suit dans mes mouvements sans soucis, il m’accompagne tellement bien que j’arrive à oublier qu’il est derrière moi et je profiter pleinement de la ballade. Je suis ses instructions à la lettre et au bout d’un quart d’heure me gare devant un petit restaurant. Vu d’ici il ne paie pas de mine mais Marlon se dirige vers l’entrée d’un pas confiant, je le suis heureuse de faire de nouvelles découvertes culinaires. La salle n’est pas très grande et elle est remplie. On nous trouve une place à une table pas loin de l’entrée. Je m’installe tranquillement, les odeurs de cuisine me donnent l’eau à la bouche. J’attends que Marlon soit bien installé en lisant tranquillement le menu, puis je le referme ne sachant pas quoi commander
« Je prendrais comme toi, je te fais confiance pour le choix »
Je me recale dans le fond de ma chaise et me lance en posant une question plus personnelle. Comme il a commencé à me donner quelques renseignements sur sa vie, je pense qu’il ne sera pas contre quitter le thème du travail pour passer à un sujet plus personnel et ce repas devrait aider à apprendre à nous connaître.
« Donc ta femme, Sam c’est ça, est motarde et travaille à l’hôpital. Elle est médecin ? »
Rosario Gomez
Rosario Gomez
PROTECT&SERVE
Messages : 585
Date d'inscription : 10/02/2020
Localisation : Londres
Profession : Technicienne de Laboratoire
Etat Civil : Célibataire
1st Mars 2020, 14:22
Revenir en haut Aller en bas
Marlon Lynch
Comme il s'en doutait, Rosario avait apprécié son commentaire sur sa machine, et Marlon ne fut pas plus étonné d'entendre que son "trésor" était bichonné. Quel motard prenait l'entretien de sa machine par dessus la jambe? Personnellement, il n'en connaissait aucun.
La conductrice se mit en place, en donnant ses instructions, et le Tank l'imita après avoir fini de mettre ses gants.
- Ca roule! Monte au nord sur Hampstead, et après je te guiderai.

La route se passa nickel, même si Marlon avait un peu l'impression de ressembler à un crapaud sur une boite d'allumettes ainsi juché derrière Rosario. Mais elle conduisait plutôt bien, et comme il avait l'habitude, ils arrivèrent à bon port tranquillement.

Ayant ses habitudes dans le quartier, Marlon guida sa collègue et lui tint la porte poliment une fois devant le restaurant.
- Après toi.

Comme il était un peu connu, l'histoire fut un jeu sans parole. L'homme fit juste un signe pour indiquer qu'ils étaient deux, et le serveur leur désigna une table. Pour que Rosie profite mieux de l'endroit, Marlon tournait le dos la salle, lui il connaissait.
Il avait pris une carte pour expliquer un peu à la jeune femme si elle lui posait des questions, mais finalement elle préférait s'en remettre à son jugement. Il lui sourit avant de lui asséner en plaisantant.
- Petite joueuse! En reposant lui même son menu.

Il savait déjà ce qu'il prendrait.

A la question somme toute personnelle, ce qui ne le dérangeait nullement au demeurant, que lui posa Rosario, Marlon répondit tout naturellement.
- Oui, elle est chef de service aux urgences de St Thomas depuis quelques jours. Il était plutôt fier à vrai dire, et c'était plutôt pratique, juste la Tamise entre leur deux lieux de travail. Auparavant, elle était médecin chef dans l'armée. Toujours en déploiement, c'était un peu galère.

Même s'il avait encore un peu de mal à se faire à cette nouvelle vie qui commençait pour eux, il était évidemment ravi d'avoir Sam en permanence à la maison. C'était vraiment nouveau, et trop récent pour vraiment en mesurer tous les tenants et aboutissants, leur deux boulots respectifs étant vraiment particuliers dans les horaires notamment.

L'homme embraya.
- On s'est justement rencontré -au front- en ex-Yougoslavie! Elle est très douée pour les points de sutures! Ajouta-t-il pour plaisanter.

Cela lui rappelait toujours quelques souvenirs, plutôt bons au final, grâce à Sam justement. Du coup, il s'expliqua.
- Limite, je revenais avec une blessure exprès pour passer par la case infirmerie à chaque fois! En tout cas, rapidement, c'était le doc en personne qui me faisait les soins. Et de fil en aiguille...

Cette blague là, il la faisait à chaque fois! Et il en riait à chaque fois.

Une femme d'un certain âge, plantureuse à souhait, et vêtue d'un tablier indiquant clairement son job, sortit de l'arrière cuisine pour se diriger vers la table des policiers. Pour ne pas risquer de se faire surprendre, elle mit l'index sur sa bouche pour inviter Rosario à ne rien dire.
- Qui c'est!?!!* Arrivant dans le dos du Tank et lui mettant les deux mains sur les yeux.
- Mama! Répliqua aussitôt le flic dans un grand sourire en se retournant un peu sur sa chaise, et en attrapant une de ses mains pour l'embrasser.
- Mais! Tu me dis que tu viens avec ta Samantha, et tu m'amènes une nouvelle fiancée? Commença-t-elle sur un ton faussement contrariée avant d'en rire franchement.

Cette fois dans un anglais plutôt correct mais avec un accent à couper au couteau digne d'une caricature. Marlon sourit franchement.
- Sam va nous rejoindre logiquement en fin de repas, mais laisse-moi te présenter Rosario, une collègue impatiente de gouter ta cuisine. Rosario, voici "Mama"!
- Oh, je vois... comme d'habitude? Elle parlait du repas bien sûr.
- C'est ça!
- Ma chérie, je t'apporte ça dans cinq minutes et je reviens après pour le verdict, ça te va?! Regardant la jeune femme droit en face sur un ton de défi, pouvant laisser planer un doute sur le fait qu'elle prenait ça très au sérieux ou bien alors qu'elle plaisantait totalement.

Sur ce, elle fit volte face, et retourna aussi sec dans son antre.
- Un sacré personnage! Fit le Tank à sa collègue dans un sourire marquant autant son affection que son admiration pour la bonne femme, dans le bon sens du terme.


* en Albanais dans le texte.
Marlon Lynch
Marlon Lynch
PROTECT&SERVE
Messages : 604
Date d'inscription : 14/07/2019
Localisation : Entre Watford et le Yard en général
Profession : Poulet crâmé
Etat Civil : Marié, sans enfant.
1st Mars 2020, 23:14
Revenir en haut Aller en bas
Rosario Gomez
Installée tranquillement sur une banquette, je laisse mon regard traîner un peu partout. La décoration est chaleureuse, la couleur rouge est présente un peu partout, entre autres sur les nappes. Cela fait un rappel au drapeau albanais. Ledit drapeau flotte d’ailleurs derrière le bar. On sent que les propriétaires sont fiers de leurs origines et veulent les partager. Il ne semble pas y avoir une once de nationalisme dans leur démarche, juste une envie de partager. Dans la salle, des gens de toutes ethnies sont regroupés autour d’un bon plat. C’est comme cela que je vois l’échange entre les gens. Différentes cultures qui se croisent et apprennent l’une de l’autre.
Je rigole en entendant Marlon me traiter de petite joueuse.

« Comment ça petite joueuse ? Comment veux-tu que je fasse un choix, tout me donne envie. Je préfère suivre ton avis et les fois prochaines je testerais le reste »

En plus je ne connais pas un dixième des plats qui sont proposés. Comment pourrais-je faire la différence entre un Man’ouché et une Mouhamara. Je serais capable de commander un dessert à la place du plat principal.

A ma question, somme toute personnelle, il répond sans hésiter, l’histoire de sa rencontre avec sa femme est touchante. Cela prouve une fois encore qu’il peut y avoir de l’amour au cœur d’une guerre.

»La reine du point de suture à ce que je vois. Ce qui est beau c’est qu’à la fin de la guerre vous ayez continué de vous voir.»

Parfois un changement de rythme de vie ou de lieu peut changer les sentiments ou la vision de son couple. C’est ça qui a dû faire fuir mon ex. J’étais surement plus exotique aux Etats-Unis qu’ici. Bon je ne suis pas venu ici pour repenser à lui. Je reviens sur le boulot de Sam.

« Chef de service aux urgences de Saint Thomas cela doit être très prenant, mais maintenant elle doit rentrer tous les soirs, cela doit être un vrai changement pour vous. »

Je vois arriver du fond de la salle une femme qui me fait signe d’être discrète et de ne pas révéler sa présence, je ne dis rien mais je ne peux pas m’empêcher de sourire en la voyant poser ses mains sur les yeux de l’inspecteur et entamer la discussion avec lui. Lorsqu’elle s’adresse à moi, je réponds sans hésiter.

« Enchantée de vous rencontrer Mama. Je n’hésiterais pas à vous dire ce que je pense de votre cuisine. Mais vu l’odeur qui se dégage de tous les plats qui sont déjà servis, je suis sûr de me régaler.»

Je la regarde partir vers la cuisine et me tourne vers Marlon.

« Oui, elle a l’air d’avoir un sacré caractère. Et tu sembles être ici comme chez toi, on voit que tu y es à l’aise.»

Le tank semble se détendre lorsqu’il est ici. C’est toujours bon d’avoir un endroit qui aide à décompresser après le boulot. J’espère juste que les découvertes que nous ferons lors notre enquête ne casseront pas ce lien.

Je vois sortir de la cuisine Mama, elle porte dans chaque main une assiette fumante remplie à ras bord d’un met qui lorsqu’elle le pose devant moi me ravirent les sens. Je prends le temps d’observer mon assiette et de humer sans me gêner le fumet qui s’en dégage. Je plante ma fourchette dans le plat et après l’avoir porté à ma bouche, je soupire de bonheur.

« C’est délicieux ! C’est quoi ?» J’ai bien de lui faire confiance, c’est fabuleux mais maintenant j’aimerais savoir de quoi il s’agit pour le recommander la prochaine fois.
Rosario Gomez
Rosario Gomez
PROTECT&SERVE
Messages : 585
Date d'inscription : 10/02/2020
Localisation : Londres
Profession : Technicienne de Laboratoire
Etat Civil : Célibataire
4th Mars 2020, 20:45
Revenir en haut Aller en bas
Marlon Lynch
C'est vrai que lorsqu'on est pas habitué à la nourriture d'un pays ou d'une ethnie, il est souvent assez difficile de faire son choix dans un restaurant spécialisé. Rosario, évidemment ne dérogeait pas à la règle. Si elle n'avait pas demandé plus de renseignements que ça, c'est qu'elle n'était pas quelqu'un de difficile. Un nouveau bon point pour elle. Marlon n'appréciant guère les collègues pinailleurs qui mettaient une demie heure à choisir ce qu'ils allaient manger. Heureusement, ils étaient rares ceux-là, et tout le monde avait même tendance à les fuir.
Sans compter que si on est flic avec un estomac délicat, c'est vraiment un job compliqué vue la façon dont on mange souvent, à savoir vite fait, à point d'heure et pas toujours vraiment équilibré.

Quand la discussion était partie sur leur couple à lui et Sam, Marlon avait rétorqué.
- On n'a pas eu trop de mal à se revoir après en fait. Vu qu'on s'est marié là-bas à vrai dire. Mine de rien, on y est resté presque 10 ans, on a eu le temps de se décider. Ne voulant pas non plus accaparer la conversation sur lui. Je te raconterai une autre fois, c'est une très longue histoire! Finissant la phrase avec un clin d'oeil.

Mama était donc arrivée pour les saluer et prendre la commande elle-même. Malgré les années, elle était toujours aussi avenante et savait mettre de suite les nouveaux venus à l'aise.
L'effet semblait en tout cas vrai une nouvelle fois avec sa collègue. Quant elle les avait laissé, Marlon expliqua.
- Mama tenait un restaurant à côté de notre base. On y allait assez souvent pour se changer des rations militaires. Mimant une grimace assez comique qui en disait assez long sur la nourriture servie. Mais son restaurant a été bombardé une nuit. Du coup, on l'a "embauchée" Mimant les guillemets. au mess. Ca nous a changé la vie! Et quand la Kfor a été démantelée, elle a choisit Londres pour tout reconstruire. Une chance pour nous!

Pour l'heure, les deux collègues étaient parfaitement installés, et allaient se régaler. Voilà bien une chose dont le colosse était certain. Et d'ailleurs, revenait déjà une Mama les mains bien chargées.
Avant de la laisser retourner à ces fourneaux, Marlon lui demanda.
- Dis Mama, c'est toujours Mirjan qui est là le matin? J'aurais besoin de lui montrer les photos de deux gus, voir s'il se souvient d'eux. La tôlière acquiesça d'un signe de tête avant de s'éclipser à nouveau.

Marlon allait attaquer son assiette quand il remarqua Rosario face à la sienne. La jeune femme semblait quasi émerveillée. Un sourire amusé accueillit sa réaction. Il la regarda faire jusqu'à sa question.
- C'est une sorte de ragout de légumes et de veau qui mitonne un nombre incalculable d'heures, qu'ensuite elle transforme en tourte au four. Avec un ingrédient secret que je te mets au défi de trouver. Le truc qui ressemble à des épinards... là. Montrant de la pointe de son couteau.

Il avait eu du mal à faire lâcher son secret à la cuisinière, et sur le coup, il avait même eu du mal à la croire.

Le diner s'annonçait une nouvelle fois parfait avec un tel endroit. Il n'en fallait pas plus pour ravir le Tank en tous cas. L'homme attaqua à son tour son assiette avec appétit.

Entre deux bouchées, il demanda.
- Alors, et toi? Comment ça se fait que tu te retrouves à Londres à diner avec un vieux collègue vétéran?

Vu qu'elle n'avait à priori prévenu personne pour cette virée non programmée, il l'imaginait plutôt en solo du coup...
Marlon Lynch
Marlon Lynch
PROTECT&SERVE
Messages : 604
Date d'inscription : 14/07/2019
Localisation : Entre Watford et le Yard en général
Profession : Poulet crâmé
Etat Civil : Marié, sans enfant.
7th Mars 2020, 18:03
Revenir en haut Aller en bas
Rosario Gomez
Y’a pas à dire c’est délicieux. Je note l’adresse dans un coin de ma tête, moi qui suis toujours à la recherche de bons petits plats. Je sature un peu des sandwichs faits avec les restes de mon frigo et des en-cas achetés à la va vite dans les distributeurs. Ok je devrais prendre le temps d’apprendre à cuisiner, mais ce n’est pas ma priorité en ce moment. Donc va pour les super restos qui font des plats à emporter, au moins pour les fois où je rentre chez moi à des heures raisonnables. Je savoure une nouvelle bouchée de ce super plat tout en restant concentré sur Marlon.

«10 ans sur zone, mon dieu c’est long » J’ai vu comment mon frère ainé avait changé après 2 ans en Afghanistan. Il ne voyait plus les choses de la même manière. Cette expérience l’avait changé. Pas en mal mais ça l’avait rendu plus mature, plus posé mais aussi plus méfiant. Je n’imagine pas ce que cela doit faire d’y rester autant. Mais dans leur cas cela leur a apporté l’amour et ça c’est inestimable.
«J’attends ce récit avec impatience » C’est tellement beau comme histoire, ça prouve bien que rien n’est perdu ; l’amour peut triompher. Il ne le sait pas mais il vient soudainement de me remonter le moral. Oui je sais je suis trop romantique, ça fait un peu neuneu mais malgré tout je crois encore au grand amour et son histoire avec Sam vient de me montrer que je suis juste dans une mauvaise passe et que je trouverais l’homme ou la femme de ma vie un de ces jours. Je dois juste être patiente.

«J’ai entendu parler des rations que l’armée vous refile.» Je plisse mon nez de dégout en y pensant. «Je comprends que vous passiez du temps chez Mama et qu’ensuite vous l’avez accueilli au sein de la base. Cela a dû être un sacré changement pour vous. Pour Mama et sa famille aussi je pense surtout lorsqu’elle a emménagé ici» Refaire sa vie dans un pays étranger n’est pas toujours facile. Mama à l’air de s’être bien intégrée à Londres et d’y avoir trouvé ses marques.
Je goûte une nouvelle fois la tourte de Mama et observe attentivement l’ingrédient que me désigne Marlon mais je ne trouve pas ce qui donne ce gout si inimitable à ce plat. Mais qu’importe, elle peut avoir tous les secrets qu’elle veut si elle continue à cuisiner de manière aussi fabuleuse.

A sa demande concernant ma présence à Londres, je réponds sans hésiter. Après tout je lui ai posé des questions sur sa vie privée sans que cela le gêne et de mon côté je n’ai rien à cacher.
«Une histoire de mec bien sûr» Je prends une gorgée du soda que j’ai commandé avant de me lancer dans mon histoire «J’ai rencontré il y a quelque temps un homme qui venait faire un semestre d’étude dans ma faculté à Détroit. On est tombé amoureux l’un de l’autre et je l’ai suivi lorsqu’il est rentré à Londres» L’histoire banale d’une fille qui quitte tout par amour. «Au bout de 6 mois on s’est aperçu que cela ne marchait pas entre nous, donc on s’est séparé.» Je prends une légère respiration avant de continuer car même si j’ai accepté la situation cela reste un échec pour moi, même si il me reste sa sœur comme amie. Freyah m’a beaucoup aidé à m’installer ici. «J’étais en stage au Yard à ce moment-là et on m’a proposé un poste permanent. Je l’ai accepté et maintenant j’essaye de faire ma vie ici » C’était une occasion inespérée d’intégrer une institution aussi prestigieuse. Je ne pouvais pas laisser passer ma chance.
Je continue tout sourire, très confiante en l’avenir
«Maintenant j’attends l’homme ou la femme de ma vie. Enfin plutôt la femme. Là je suis un peu blasé de l’attitude des mecs. » Je n’ai jamais caché mon attirance pour les deux sexes mais je réalise que je ne le connais que depuis quelques heures, j’espère ne pas l’avoir choqué
Rosario Gomez
Rosario Gomez
PROTECT&SERVE
Messages : 585
Date d'inscription : 10/02/2020
Localisation : Londres
Profession : Technicienne de Laboratoire
Etat Civil : Célibataire
8th Mars 2020, 13:10
Revenir en haut Aller en bas
Marlon Lynch
S'il s'en était tenu qu'à lui, Marlon n'aurait surement pas diné si tôt, ni à cet endroit, mais pour le coup il était ravi, d'autant que ce repas s'annonçait en bonne compagnie. Rosario était quelqu'un d'agréable, et facile d'accès. Une bonne recrue assurément, même s'il ne pouvait encore réellement juger son travail pour l'instant. Mais quelqu'un d'aussi vif, curieux et spontané ne pouvait assurément pas être mauvaise professionnellement. Et du reste si on l'avait prise au Yard, c'est qu'elle en avait le niveau technique. Bref, il était guère inquiet pour la suite de leur collaboration.

A sa remarque sur le changement que Mama a été pour le camp, et pour son rapatriement ensuite, le flic ne peut qu'abonder en son sens.
- La guerre implique toujours nombre de bouleversemente. Et ce conflit dans les Balkans a duré si longtemps que plus rien ne sera jamais comme avant après ça.

Tout le monde en a été changé par le fait. Les gens du cru, les militaires, les humanitaires, cela avait été une sacrée chienlit, sans compter les crimes de guerres et les exactions.

Mais Marlon ne fut pas fâché que la conversation reparte sur quelque chose du plus léger et surtout fondamentale pour lui, la cuisine!
Si la jeune femme avait peu de chance de trouver, elle appréciait visiblement son assiette, au même titre que le colosse d'ailleurs.
- Alors, pas d'idée? Comme un gamin content de savoir un truc, il lui laissa à peine le temps qu'il enchainait déjà. Je suis sûr que tu n'en as jamais mangé auparavant. On la considère à tord comme une mauvaise herbe... Tout content de lui, il rajoute. C'est de l'ortie!

Une plante du pauvre reconnue depuis longtemps pour ses nombreuses qualités nutritionnelles. Depuis Marlon s'était renseigné, et il était incollable sur la question. Il faisait lui-même nombre de recette avec depuis, dont une fabuleuse soupe qui étonnait toujours tout le monde.

Ravi de son effet, il enfourna une nouvelle bouchée avec appétit. Cette fois la conversation repartit donc sur la jeune femme. Lorsqu'elle lui annonça que la raison de sa présence à Londres était une histoire d'amour, Marlon acquiesça presque comme si c'était une évidence. Cliché. Elle expliqua l'histoire, et le flic ne put contenir une petite grimace quand elle en vint à leur séparation. Ca le navrait pour elle.

Mais il retrouva vite le sourire quand elle expliqua pour le Yard.
- Un mal pour un bien en somme. Même s'il se doutait qu'elle aurait préféré combiner les deux.

En tout cas, elle ne semblait pas trop mal prendre la chose, et lorsqu'elle exposa ses espoirs, Marlon attrapa son verre et le leva.
- Puisses-tu trouver l'amour ici, pourvu qu'il dure. Dit-il dans un sourire sincère.

Lui avait eu la chance de trouver sa moitié, somme toute assez jeune, mais il se rendait bien compte autour de lui que c'était loin d'être une généralité. Pourtant c'est tout ce qu'il souhaitait à tout le monde. Sincèrement.

Personnellement, ça ne lui posait aucun problème qu'elle soit bi. Encore un point qui devrait plaire à Rylee pensa-t-il. Il éviterait quand même de le lui dire, elle se mettrait en tête de lui trouver quelqu'un!

A cette pensée, il ne put totalement retenir un léger rire.
Marlon Lynch
Marlon Lynch
PROTECT&SERVE
Messages : 604
Date d'inscription : 14/07/2019
Localisation : Entre Watford et le Yard en général
Profession : Poulet crâmé
Etat Civil : Marié, sans enfant.
9th Mars 2020, 18:54
Revenir en haut Aller en bas
Rosario Gomez
Je ne pensais pas en me levant ce matin que je passerais une aussi bonne soirée. Ma rencontre avec Marlon avait illuminé ma journée. Un bon repas bien accompagné. Une discussion qui pouvait passer du professionnel au personnel sans que cela pose de problèmes ni à lui, ni à moi. C’était vraiment agréable de pouvoir penser à autre chose qu’au travail.

Son explication sur les conséquences de la guerre me parle même si je n’ai pas connu le conflit des Balkans. Je l’ai quand même étudié à l’école, mais cela ne remplacera jamais le vécu de ceux qui y étaient et qui en ont subi les conséquences.
Je regarde de plus près l’herbe qu’il m’a désignée très surprise de savoir qu’il s’agit d’ortie. Je vois à son sourire qu’il est heureux de partager avec moi ses connaissances. Et qu’il a l’air de s’y connaître en cuisine.
«Je n’y aurais jamais pensé, je ne savais pas que cette herbe était comestible.» Je reprends une bouchée de la tourte et cherche à analyser le goût qu’apporte cette herbe et qui permet de sublimer ce plat. Pour moi les souvenirs liés aux orties sont juste synonyme de démangeaisons horribles et qui paraissent sans fin. «C’est très bon, je la préfère largement cuisinée qu’à l’état sauvage en train de m’attaquer en traitre parce que j’ai eu le malheur de laisser traîner un bout de mon corps à proximité » . Et je préfère remplacer ces mauvais souvenirs par ceux que je suis en train de créer ici. A compter de ce jour, je ne verrais plus les mauvaises herbes de la même manière.

Lorsque je le vois grimacer lorsque je mentionne ma séparation, je souris face à sa gentillesse. «Je n’ai aucun regret. Ce n’était pas le bon c’est tout» Je suis fataliste et pour moi c’est ma manière d’avancer et de continuer. La vie ne s’arrête pas après une déception amoureuse même si c’est plus facile à dire qu’à faire. « J’espère vraiment un jour trouver l’amour. Je ne désespère pas» Cela prendra le temps qu’il faudra et je ne vais pas courir après. Je suis peut-être trop romantique mais je ne conçois pas l’amour sans sentiment, je prendrais donc le temps qu’il faudra pour trouver la personne idéale. Au premier abord on pourrait penser que c’est facile pour moi d’aborder les gens. C’est vrai tant qu’il s’agit de sujet de la vie courante ou professionnelle. J’ai dû apprendre à faire ma place dans un milieu rempli de testostérones dès mon plus jeune âge, mes frères ne m’ont pas laissé le choix et je les en remercie car cela me sers tous les jours. Mais je suis beaucoup plus timide lorsqu’il s’agit de sentiment et je perds facilement mes moyens lorsqu’une personne me plait.

Je le vois rire doucement, je ne peux m’empêcher de lui demander.
«Je sens que tu viens de penser à un truc marrant, tu partages avec moi ou il ne vaut mieux pas que je sache» Je pourrais comprendre sans soucis qu’il garde sa réflexion pour lui et j’ajoute pour lui donner une porte de sortie en cas de besoin. «Maintenant que tu sais comment je suis arrivée en Angleterre, à moi d’être curieuse. Tu as l’air d’avoir beaucoup aimé voyager et d’après ce que tu m’as dit ta femme aussi. Qu’est-ce qui a fait que tu t’es installé ici ? Surtout maintenant que le pays est fermé, cela ne doit pas être évident pour vous de vous retrouver coincer dans le pays.
[center]
Rosario Gomez
Rosario Gomez
PROTECT&SERVE
Messages : 585
Date d'inscription : 10/02/2020
Localisation : Londres
Profession : Technicienne de Laboratoire
Etat Civil : Célibataire
15th Mars 2020, 21:34
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: