AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
ASOS : jusqu’à -50% sur les pièces estivales !
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Pressure burning || feat. Noa De Santis
Nicola Navarro
« C'est pourtant évident qu'il a un jumeau... Ces films, ils ne savent vraiment plus quoi faire pour être originaux un minimum. » Que je soupire dans mon canapé où je suis installé nonchalamment, jetant un coup d'oeil occasionnel à l'écran de mon ordinateur où les lignes de codes de succèdent les unes après les autres. Une petite recherche d'informations bien basique à réaliser qui demande néanmoins de passer outre quelques sécurités que mon petit code maison ne devrait pas avoir trop de mal à percer. Puisqu'il faut bien que je passe le temps dans l'attente de cette brèche, j'ai lancé un film sur la télévision et me suis fait un sac de popcorn pour accompagner ce moment fort trop peu divertissant comme toute personne normale l'aurait fait. Sauf que normal je ne me suis jamais réellement considéré l'être. Plutôt étrange, particulier, assurément ennuyant à côtoyer compte tenu de mon détachement prononcé envers les autres et ce qu'ils peuvent bien dire, penser ou faire. Une personne normale n'aurait pas le nez dans les petits papiers d'une entreprise en matant un film. Une personne normale aurait sans doute pris la peine de faire pause lorsque finalement l'instant attendu arriva. Je me suis simplement levé, au bing de mon ordinateur, laissant derrière-moi télévision et popcorn, pour m'installer devant mon écran en remontant les manches de mon pull et fronçant les sourcils. « Alors... qu'est-ce qu'on a ici... » On dit que c'est un signe d'intelligence de se parler à soi-même lorsqu'on est seuls, je crois que c'est simplement le réflexe de toute personne qui se trouve baignée dans la solitude un peu trop souvent et a besoin de l'avis d'un expert autre que le silence. Tout comme le réflexe de toute personne normalement constituée est d'ouvrir la porte lorsqu'on y sonne sans forcément se poser davantage de questions.

J'ai plutôt figé un bref instant, observant les fichiers devant mon regard et jurant entre mes dents alors que je me dépêchais de me déconnecter de tout et fermer mes codes pour fermer mon ordinateur. Je n'ai pas peur, sachant pertinemment qu'un jour je me ferai coincer, mais le pouvoir de l'adrénaline dans les veines est tout de même réellement fascinant à expérimenter autant sur le corps que le cerveau. J'hurle donc simplement un... « J'ARRIVE! » … de l'autre bout de la pièce, termine de fermer mes choses, retire mon pull et fait mine d'être en train de l'enfiler lorsque j'ouvre la porte... La suite je l'admets n'était pas forcément ce que j'avais envisagé. La noirceur, et pas uniquement celle de l'extérieur, ne tarda pas à s'imposer. Le tissu contre me visage me donnant un bref instant l'impression d'étouffer. Le reste n'est que bruit de portes, voix étouffées et mouvement de voiture vers un endroit que je ne peux en rien deviner. Et bien... voilà qui vient assurément d'ajouter un peu de piquant à la soirée et qui suffit plus qu'amplement a laisser couler ce flot d'adrénaline en mes veines déjà malmenées. Mon cœur se cogne fortement contre mon torse, ma respiration se saccade dans cette poche d'air où ma tête est confinée, et forcément j'en viens à me demander comment tout ça va se terminer. La mort? Un contrat? Un gros soucis? On ne sait jamais ce qui peut arriver...
Nicola Navarro
Nicola Navarro
LONDON PEOPLE
Messages : 69
Date d'inscription : 29/02/2020
Localisation : Haringay
Profession : Officiellement libraire, officieusement hacker
Etat Civil : Célibataire endurci depuis longtemps
18th Mars 2020, 16:03
Revenir en haut Aller en bas
Noa De Santis

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pressure burning


Depuis l'explosion à l'Université, Noa était confinée dans une chambre d'une clinique privée, le temps qu'on termine de soigner sa blessure. La chute lui avait bousillée une cheville, mais elle avait eu de la chance dans son malheur, ce n'était "que" la cheville, qui mettrait un certain temps à s'en remettre. Les broches qui tenaient les os en étaient une preuve, il lui faudrait quelques mois de rééducation pour remarcher correctement, ce qui ne manquait pas de la faire grogner. Mais le chirurgien lui avait promis qu'une fois remise, il n'y aurait pas de séquelle, mis à part quelques douleurs normales aux changements de température. Mais le sport qu'elle faisait, lui permettrait de finir de remuscler correctement cette cheville, pour qu'elle retrouve toute sa mobilité.

On avait voulu mettre un terme à leur petite équipe, ce n'était pas anodin que la réunion ait été attaquée ainsi, De Santis le savait parfaitement. Personne n'était dupe. Ce qui l'intriguait, c'était de savoir qui avait décidé de faire une telle chose, tout en étant au courant? Sans doute que l'un d'entre eux, avait une taupe dans ses rangs. Il fallait donc mettre tout le monde sur le pont, pour débusquer celui qui avait permis à ce kamikaze de débarquer en plein milieu de leur réunion.

Il avait presque réussi son coup... presque... heureusement qu'il ne restait que des morceaux de lui... car si l'une des familles, voir même toutes, lui avaient mises la main dessus... il n'en serait rien resté à étudier. Bref, notre Sicilienne mettait donc ce moment de remise en forme, pour faire bouger toutes ses équipes, il était impératif de montrer qu'ils n'étaient pas anéantis, bien au contraire!

Elle avait envoyée Gabrielle récupérer l'un de leurs hackers de talent, elle préférait l'avoir en face à face pour la discussion et les demande qu'elle avait à faire, plutôt que de prendre le risque de lui envoyer des messages compromettants, même s'il était tout à fait capable de tout dissimuler. Certes, le milieu serait peut-être au courant du voyage du jeune homme, mais qu'importe. Sa garde du corps, accompagnée d'un deuxième homme, s'était donc rendue chez Navarro pour lui permettre de faire un petit voyage gratuit, sans avoir besoin de prendre le taxi ou les transports publics. A peine avait-il ouvert la porte, qu'il se faisait embarqué façon militaire, sac sur la tête, jeter dans une véhicule, qui roulait à une certaine allure et tout ceci... de nuit... bien évidement. Mieux valait éviter d'éveiller trop les soupçons.

Pourtant, quand il fut finalement installer dans la pièce où il était attendu, pas d'attache, pas de chaise inconfortable, de hangar glauque. Non, quand on lui enleva le sac qu'il avait sur la tête, il se retrouvait dans un endroit agréable, une chambre qui avait été aménagée pour faire un bureau, il était sur un fauteuil, devant une table ronde, sur laquelle était posé deux verre, une carafe d'eau. Noa était assise en face de lui, habillée d'un tailleur fait sur-mesure, seul son pied blessé pouvait contraster avec l'image qu'elle donnait, mais pour cela, il fallait le voir.

- Excusez-moi pour cette façon forte cavalière de vous avoir convié à notre rendez-vous, monsieur Navarro, mais avec les temps qui courent, mon personnel préfère ne prendre aucun risque. Peut-on vous servir quelque chose?

Mieux valait commencer en douceur, après qu'il se soit fait aussi mal mené. Chaque chose en son temps, et De Santis, était connue pour savoir le prendre, quand cela était nécessaire. Avant d'entrer directement dans le vif du sujet.

- Que savez-vous de l'explosion qu'il s'est passée à la King's University?

Puisqu'il pouvait avoir accès à plus d'informations que la base de la population, autant voir si déjà, il s'y était au moins un peu intéressé, avant de continuer.

© ZUGZANG




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
We've chosen to work in a masculine, paramilitary, patriarchal culture.
Let's not let it beat us.
Noa De Santis
Noa De Santis
FUCK THE LAW
Messages : 203
Date d'inscription : 21/04/2019
Localisation : London
Profession : Dona / Femme d'affaire
Etat Civil : Célibataire
22nd Mars 2020, 14:13
Revenir en haut Aller en bas
Nicola Navarro
Le stresse et une chose toute aussi naturelle que la peur chez l'être humain. C'est une réaction chimique du corps qui hurle 'danger' et nous permet en quelque sorte de nous préparer à affronter quelque chose qui pourrait nous causer du tord d'une façon ou une autre. Une réaction qui ne se traduit tout de même pas de la même façon chez tout le monde, qui n'est pas forcément accueillie de la même façon par tous. Et si certains ne supportent pas de ressentir un tel flot secouer leurs corps je suis plutôt de ceux qui s'en nourrissent comme une vilaine drogue à l'addiction dont je ne peux me débarrasser. Préférant pour une raison obscure mettre ma vie en danger ainsi, en faisant ce que je fais, plutôt qu'en sautant en parachute d'une avion. Je ne suis pas fervent de sports extrêmes, de sensations fortes faisant faire du 0 à 100 en l'espace de quelques secondes. Je préfère l'inconnu, l'incertitude, le jeu et ce qui peut en découler. Je préfère les petits voyages comme celui-ci me menant là où je ne sais pas que la chute vers le sol que je vais éventuellement retrouver. Alors certes mon cœur tambourine dans ma poitrine, ma respiration me brûle les poumons et mon sang circule fort trop rapidement dans mon corps, mais bon sang ce que je peux me sentir vivant. Jusqu'à cet instant où je sens qu'on m'installe sur une surface plutôt confortable avant de retirer le sac se trouvant sur ma tête, mes yeux clignant pour s'accoutumer à la luminosité avant de détailler la personne me faisant face. Et bien, pas d'environnement douteux, pas d'arme pointée sur ma tête... tout compte fait tout devrait bien se passer.

Je laisse ma vis-à-vis parler avant d'oser ouvrir la bouche, sachant trop bien où se trouve ma place si je ne veux pas terminer mon existence au fond du trou trop rapidement. Je sais être utile, mais je sais aussi ne pas être la seule personne apte à faire ce que je fais et me sais donc trop bien entièrement disposable au besoin pour une raison ou une autre. « C'est gentil de proposer, mais non merci. » Répondis-je lorsqu'elle me demanda si on pouvait me servir quelque chose. Pour le reste, j'imagine que je pouvais amplement comprendre la précaution là où j'en prenais moi-même parfois également. Nous vivons dans un monde où la précaution est de mise et chacun use simplement des moyens qui sont à disposition pour y arriver. Je ne pourrais pas me permettre un van et une cagoule, mais je me permets à l'inverse les lieux publiques lorsque je sens que c'est nécessaire à défaut d'avoir des hommes de main à ma botte. « Hum. » Fis-je simplement lorsqu'elle mentionna finalement ce qui semblait être la raison de ma présence ici. Certes j'avais entendu parler de la chose comme tout le monde, il aurait été difficile qu'il en soit autrement, mais pour le reste... « J'admets ne pas en savoir davantage que ce qui s'est dit au sein de la ville en elle-même. Je ne creuse pas forcément toute chose si je n'ai pas besoin de le faire et parfois il vaut aussi mieux laisser passer quelques jours pour voir les erreurs se profiler quelque part sur la toile. » Débutais-je avant de poursuivre. Chercher toute chose serait assurément bien trop risqué dans l'optique de ne pas me faire coincer, puis je ne cherchais pas réellement à obtenir des informations pour moi-même en général alors je n'y voyais pas non plus d'intérêt. Ma motivation n'avait rien de personnelle. « Y a-t-il quelque chose que je devrais savoir avant de chercher ce que je peux trouver? Puisque je suppose que si vous posez la question c'est que vous aspirez obtenir des réponses à certains questionnements. »
Nicola Navarro
Nicola Navarro
LONDON PEOPLE
Messages : 69
Date d'inscription : 29/02/2020
Localisation : Haringay
Profession : Officiellement libraire, officieusement hacker
Etat Civil : Célibataire endurci depuis longtemps
24th Mars 2020, 17:00
Revenir en haut Aller en bas
Noa De Santis

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pressure burning


Noa n'était pas du genre à vouloir inquiéter les gens, tant qu'il n'y avait pas besoin de le faire, mais parfois, la fin justifiait les moyens. Elle espérait que Navarro ne soit pas trop secoué par son petit voyage imprévu. Elle avait besoin qu'il ait les idées claires et qu'il puisse rapidement se mettre au travail, afin qu'ils puissent, tous deux, retourner ensuite à leurs occupations respectives. De toutes les façons, elle n'allait pas non plus le garder indéfiniment avec elle. Mais s'il pouvait déjà un peu la renseigner, avant de repartir et de faire ses recherches de son côté, ce serait un plus.

Le fait qu'il ne veuille rien boire, lui fit légèrement hausser un sourcil, mais elle ne dit rien de plus, après tout, c'était son choix. Quant à elle, un verre venait être posé à ses côtés. Elle ne devait pas mélangé alcool et médicaments pour le moment, elle restait donc sur de l'eau, mais se désaltérer était tout aussi important que le reste. Elle en buvait d'ailleurs une gorgée, tout en écoutant la réponse de son interlocuteur. Ce dernier n'était clairement pas des plus curieux, ce qui était un plus, parce qu'elle estimait qu’ainsi, il ne prendrait pas le risque de venir fouiller là où il ne vaudrait mieux pas. En tous les cas, la concernant elle. En tous les cas, la Dona l'écoutait avec attention.

- Parce que vous pensez que ceux qui auraient pu commanditer cette explosion, pourrait s'en vanter quelque part sur la toile?

La Sicilienne n'était pas une très grande fan de l'internet, des réseaux sociaux. Elle ne comprenait pas vraiment tout cet engouement. Tout en sachant, en plus de cela, à quel point cette toile était un gruyère. Nicola en était la preuve vivante, il suffisait de connaître les codes, de savoir comment trouver les failles et tout pouvait être mis à jour. Rien ou presque, ne réussissait à résister aux hackeurs qui avaient du talent. Alors elle en restait le plus éloignée possible. Préférant les vieilles méthodes, pour un grand nombre de chose.

- Pour être honnête avec vous, monsieur Navarro, nous sommes tous dans le brouillard. Cette attaque est venue de nulle part, un irlandais a volé des explosifs et est venu se faire exploser là où mes... associés et moi-même avions rendez-vous. Ce qui est surprenant et comme vous vous en doutez sûrement, c'est que tout était tenu secret, personne à part les concernés, ne pouvait savoir où nous trouver. Alors... ce que je me demande, c'est qui est le traître? Qui a parlé? Qui serait assez fou pour s'en prendre à nous, je pense qu'il peut y avoir des traces quelques parts de ces échanges, ou de quelque chose s'en rapprochant. Pour le moment, j'essaie surtout de comprendre, pour trouver d'où vient la menace et... agir en conséquence. Marquant alors un petit temps, tout en observant le jeune homme face à elle. Il était important qu'il comprenne les enjeux. Pas bête, il avait lu au moins les nouvelles qui tournaient, et puis, elle n'allait pas omettre des informations. De toutes les façons, tout ce qu'elle disait pour le moment, ne mettait personne en danger. Pensez-vous être capable de trouver quelque chose? Même si ce n'est qu'infime?

© ZUGZANG




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
We've chosen to work in a masculine, paramilitary, patriarchal culture.
Let's not let it beat us.
Noa De Santis
Noa De Santis
FUCK THE LAW
Messages : 203
Date d'inscription : 21/04/2019
Localisation : London
Profession : Dona / Femme d'affaire
Etat Civil : Célibataire
26th Mars 2020, 11:53
Revenir en haut Aller en bas
Nicola Navarro
Toute information se trouve si on sait où chercher. C'est une évidence que j'ai très rapidement réalisé lorsque j'ai commencé dans ce 'business' il y a plus de dix ans maintenant. Peu importe la prudence, peu importe les précautions qui seront prises, il y aura toujours quelqu'un quelque part qui réalisera un faux pas et si ce n'est pas directement sur la scène de crime ce sera ailleurs. Ce ne sera peut-être qu'un infime détail, une phrase semblant sommairement anodine, mais parfois il en faut bien peu pour avoir une piste à évaluer. Les membres des forces de l'ordre pourront sans peine le confirmer je n'en doute pas. Personne en ce monde n'est parfait et même le plus minutieux des tueurs en viendra à réaliser un acte qui pourra le faire incriminer, ne serait-ce qu'en l'existence d'un trophée. Peut-être non que je ne trouverai rien d'incriminant sur la toile, que personne ne laissera filtrer une quelconque information concernant cette explosion à propos de laquelle elle me donne quelques détails supplémentaires, mais ça vaut tout de même la peine d'essayer. Ce n'est jamais une perte d'essayer et pas une perte de temps pour moi où je vois plutôt toujours une nouvelle façon de me perfectionner. Davantage encore lorsque la toile de recherche me semble si large. Il faudra recouper les termes d'attaque, bombe, rencontre, réunion, irlandais, explosion, King's University, école, … Il y a assurément de quoi faire simplement avec ça et ce ne sera pas une mince affaire. Alors si en plus je dois ajouter les communications des personnes présentes pour autant qu'elle accepte de m'aiguiller sur les personnes présentes... Ça représente des jours de travail et de recherche minutieusement orchestré pour ne pas me faire coincer par qui que ce soit au passage. Il faudra aussi que je creuse les bases de données policière, les autopsies peut-être même, si je veux réellement être en mesure d'avoir un portrait d'ensemble des motifs et ou erreurs réalisées au passage. Des jours oui assurément...

Là encore, je la laisse finir de parler avant de répondre à ses interrogations. Laissant un court silence s'installer alors que je réfléchis en fixant les verres sur la table avant de reporter mon attention sur elle en croisant les mains sur mes cuisses. « Je crois que les personnes responsables de cette explosions ne vont pas forcément s'en vanter sur la toile, mais qu'il sera peut-être possible de trouver des... résidus si je peux le dire ainsi de recherches de personnes pour l'aide à l'orchestration peut-être. Ça ou même des gens intéressés par un événement de si grande envergure cherchant eux-même à trouver les responsables pour organiser un coup similaire. C'est le genre de chose qui inspire parfois. » Débutais-je avant de poursuivre, cherchant à bien expliquer ce que je comptais faire et pourquoi afin de la convaincre des informations qu'elle devrait me donner pour aider les recherches. Je n'avais pas la réputation de jouer dans le dos de mes clients ou délibérément leur faire du tord pour mon propre plaisir, mais je savais comme il était difficile de faire confiance dans le milieu et si je travaillais fortement à la gagné je savais trop bien que rien n'étais jamais totalement acquis.

« Si vous croyez réellement qu'il y a un traitre dans vos rangs, la meilleure façon de trouver qui serait forcément de savoir qui se trouvait sur place pour essayer de fouiller dans leurs communications ou celles de leurs relations proche pour y trouver un indice quelconque qui pourrait mener à une conclusion même infime. Sans savoir qui, c'est évident que ça complique grandement la tâche et limite aussi le spectre de recherche. » Je ne peux surtout pas fouiller les communications de toute le monde en ville simplement parce que je n'a pas plus spécifique. D'abord parce que ça quadruplerait le temps nécessaire et ensuite parce qu'on pourrait aisément tomber sur les délires de quelques étranges qui voient une menace en tout. « Je me doute que c'est une demande délicate, mais je me doute également que vous saviez que je poserais la question en mentionnant vos doutes sur la provenance potentielle de l'attaque. Et... y a-t-il une personne en particulier qui aurait eu une raison de vous en vouloir à vous ou une autre des personnes présentes? Ça pourrait peut-être réduire un peu les potentiels coupables également. Dans tous les cas, il y a quelques jours de travail nécessaire pour espérer trouver quelque chose ça c'est une évidence. »
Nicola Navarro
Nicola Navarro
LONDON PEOPLE
Messages : 69
Date d'inscription : 29/02/2020
Localisation : Haringay
Profession : Officiellement libraire, officieusement hacker
Etat Civil : Célibataire endurci depuis longtemps
1st Avril 2020, 01:02
Revenir en haut Aller en bas
Noa De Santis

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pressure burning


Noa n'attendait pas de son interlocuteur une réponse négative, elle savait que le défi qu'il faudrait relever, pourrait au moins le titiller un peu. Si c'était trop simple, à quoi bon? Il avait du talent, autant en profiter, puisqu'il pouvait être à son service. Elle remarquait, en lui parlant, que ça tournait sec sous son crâne. Qu'il était sûrement déjà en train de réfléchir à ce qu'il pourrait apporter à la recherche de la Dona. Elle lui laissait totalement le temps de tout calculer, de penser au pour et au contre, à ce qui était faisable et ce qui ne l'était pas. Elle avait le temps, tout son temps. Pas besoin que l'enquête soit rapide et bâclée, mieux valait que ce soit minutieux, réfléchi... ce qu'elle était à la base. Patientant donc, la Dona prenait une gorgée de sa boisson, tout en observant son interlocuteur, alors qu'il prenait à nouveau la parole.

- Vous avez sans doute raison, il serait idiot de se vanter d'un tel exploit et pourtant... parfois... la bêtise est plus forte que la raison. Avec un petit sourire. Mais même si vous trouvez des miettes, qui pourraient nous amener quelque part, elles seront bonnes à prendre. Je ne veux laisser passer aucune piste. Tout ce que vous serez capable de nous amener, nous le prendrons en considération.

Les paroles de Nicola étaient réfléchies et montraient une réflexion. Elle comprenait tout cela, mais elle n'était pas certaine de pouvoir lui donner toutes les informations dont il aurait besoin. Autant elle pouvait parler pour elle, autant elle ne pouvait guère donner les noms de ceux qui étaient là avec eux. Par sécurité. On n'était jamais trop prudent. Elle se frottait doucement les lèvres, tout en le fixant, réfléchissant à comment faire les choses. De Santis était prête à lui faire confiance, puisqu'il savait parfaitement ce qu'il risquait s'il brisait cette marque de reconnaissance qu'elle lui faisait mais...

- C'est un terrain dangereux monsieur Navarro. Je comprends parfaitement pourquoi vous auriez besoin de ces informations. Pourtant, les gens avec qui je me trouvais, ont tout autant besoin de discrétion que moi. Bien entendu, je pense que votre silence à un prix, mais si par malheur il vous arrivait quelque chose, seriez-vous prêt à tenir votre langue?

La sicilienne pensait notamment à un interrogatoire musclé. Les flics étaient sur les dents, cela pouvait être mauvais pour tous ceux qui se retrouvaient entre leurs griffes. Sans compter que l'un de ses meilleurs atouts, Lemoine et sa team, était quelque peu mis sur le banc de touche, à cause des Albanais.

- Des ennemis... un fin sourire presque amusé marqua ses traits. Il y aurait beaucoup de noms à mettre sur la liste... marquant une petite pause. Je vous ferai transmettre une liste. Elle n'avait rien à cacher à ce niveau et avait clairement un certain nombre de gens qui voulaient sa mort, sans aucun doute. Je n'ai pas vraiment de piste à vous donner... nous avons tous été pris par surprise, il va vous falloir fouiller. Je sais que cela peut demander du temps, mais je suis prête à le prendre et bien entendu, vous serez payé en conséquence. Continuant de le fixer, tranquille. Mais vous pouvez commencer par chercher qui aurait envie de voir toutes les têtes des mafias disparaître en une fois.... cela lui donnait au moins une information sur qui étaient présents lors de cette fameuse réunion.

Il était intelligent, il saurait faire les recherches en conséquence.

© ZUGZANG




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
We've chosen to work in a masculine, paramilitary, patriarchal culture.
Let's not let it beat us.
Noa De Santis
Noa De Santis
FUCK THE LAW
Messages : 203
Date d'inscription : 21/04/2019
Localisation : London
Profession : Dona / Femme d'affaire
Etat Civil : Célibataire
9th Avril 2020, 18:39
Revenir en haut Aller en bas
Nicola Navarro
La bêtise humaine était assurément bien trop souvent plus forte que la raison, les sentiments prenant bien trop souvent le pas sur une pensée logique et rationnelle. Trop souvent de petits criminels se faisaient trouver parce qu'ils commettaient la bévue de contacter un proche ou un être aimé se trouvant dans le collimateur des forces de l'ordre et il n'en fallait pas davantage pour se faire coincer. Et pour quoi? Pour un simple 'je t'aime' qui au final devra se perpétrer de pars et d'autre d'une plaque de verre en prison si ce n'est par quelques rares appels téléphoniques parce que la complicité aura fait chuter les deux parties? Peut-être était-ce aussi partiellement la raison pour laquelle j'avais depuis longtemps tiré un trait sur une quelconque forme d'attachement de ce genre avec qui que ce soit. Je ne parlais plus à mes parents, je n'avais pas de fratrie, pas de famille proche, personne avec qui partager ma couche et à peine quelques personnes qui ne sauraient pas même quoi répondre si on leur demandait la nature de leur relation avec un 'Nicola Navarro' puisque ce n'est pas sous ce nom qu'ils me connaissent. Il n'y avait rien pour me tirer en arrière, rien pour me faire chuter, personne à utiliser pour me menacer de quoi que ce soit alors forcément j'ai brièvement souris lorsqu'elle a demandé si je serais prêt à tenir ma langue si par malheur il m'arrivait quelque chose. « Je sais que ma parole ne pourra jamais prouver mes actions avant que je sois en mesure de les prouver, mais je suis une personne prévoyante et je suis parfaitement conscient des risques que mon travail peut apporter, que ce soit pour vous ou pour d'autres. Plusieurs personnes me doivent des services en échange du travail que j'ai réalisé pour eux et il y a de quoi me sortir de nombreuses situations à risque, même au sein de la police. Pour tout ce qui n'entrerait pas dans le lot, je suis prêt à prendre le risque même si je dois en baver au passage. Je n'ai rien de plus que ma propre vie à faire menacer et elle devra bien se terminer un jour de toute façon. Tout vos secrets seront en sécurité avec moi. » Pas que j'y tienne à ce point de toute façon, jugeant avoir déjà plus que largement profité de cet ennui mortel que la vie en elle-même apporte.

J'acquiesce de la tête lorsqu'elle mentionne avoir une liste d'ennemis à me faire parvenir, me doutant bien qu'avec sa position la liste ne pourra qu'être longue et exhaustive. Les femmes comme elles ne peuvent avoir que des alliés et le fait que je sois ici à parler avec elle en est une preuve suffisante. « Je ne peux pas vous promettre que je trouverai ce que vous voulez avoir, parce que ça ne dépend pas forcément de moi et que même si je me débrouille plus que bien je ne suis pas la seule personne à faire ce que je fais. Je creuserai aussi loin que j'arrive à le faire et vous aviserez lorsque j'aurai atteint la limite de ce que je peux obtenir comme informations. J'apprécie votre compréhension face au temps que cela peut demander, ce n'est pas tout le monde qui a votre patience. » Il suffit d'avoir travaillé quelques fois sous pression avec une arme dans les environs pour l'avoir constaté. Rien d'à la fois plus grisant et angoissant que le sentiment que cela procure. « De quelle façon puis-je vous contacter lorsque je serai prêt? » En espérant surtout être en mesure de lui fournir un minimum d'informations puisque s'il y a bien une chose qui oui est totalement hors de mon contrôle, c'est la toile et ce qu'on y trouve.
Nicola Navarro
Nicola Navarro
LONDON PEOPLE
Messages : 69
Date d'inscription : 29/02/2020
Localisation : Haringay
Profession : Officiellement libraire, officieusement hacker
Etat Civil : Célibataire endurci depuis longtemps
22nd Avril 2020, 16:43
Revenir en haut Aller en bas
Noa De Santis

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pressure burning


Noa appréciait l'honnêteté de son interlocuteur. De toutes les façons, des enquêtes avaient été menées sur lui et ce n'était pas non plus la première fois qu'il bossait pour elle. La Sicilienne savait qu'il était un homme compétant et plutôt digne de confiance, pleinement conscient du chemin sur lequel il était. Mais, c'était bien de l'entendre à nouveau. Elle le laissait parler, sans lui couper la parole. Il avait raison, seules ses actions pouvaient démontrer ses dires. Sa façon de voir les choses étaient plutôt curieuses, il semblait n’être attaché à rien. Prêt à tout, pour risquer sa peau. Comme si cela pouvait être un jeu pour lui. Tant que cela ne mettait pas en danger la mission qu'elle lui donnait, dans le sens, que cela compromette les informations qu'il pourrait lui donner en passant l'arme à gauche avant de terminer son boulot.

- Très bien. Je sais que vous avez parfaitement conscience des choses. Je ferai en sorte de vous donner tout ce qui pourra vous aider dans votre recherche.

Pas besoin de faire trop de rétention d'informations. Il fallait qu'il trouve, qu'ils puissent mettre un nom, un visage, sur leur ennemi. Ne pas lui permettre de recommencer à nouveau. Elle n'aimait pas non plus voir le nombre d'innocents qui avaient péris dans cette affaire. Même si elle avait une morale bien à elle, ces jeunes n'avaient pas demandés de se faire exploser. Ils les avaient mis en danger, en choisissant cet endroit.

- Tant que je sais que vous aurez fait votre maximum... comme je vous l'ai dit, des miettes peuvent déjà suffire. Avec un petit sourire. Elle avait des fins limiers autour d'elle, ils ne leur en fallait parfois pas beaucoup, pour se jeter sur une piste. Je préfère que l'on prenne le temps et que le travail soit bien fait.

Elle jeta un regard à la femme qui se trouvait un peu plus loin, dans l'ombre, à la question de Nicola, puis reportait son attention sur lui.

- On va vous donner un numéro à appeler. Personne ne répondra, mais vous recevrez les instructions à suivre pour nous transmettre vos informations. Est-ce que cela vous parait convenable?

Lui laisser le choix, c'était la façon de montrer qu'il était encore maître de son destin. Et c'était aussi ainsi qu'elle préférait faire affaire.

- Vous m'excuserez si je ne peux guère vous accompagner à la sortie. Montrant son pied. Un petit désagrément bien dommageable. On va vous ramener chez vous.

Une fois les adieux faits, Navarro se retrouvait à nouveau avec une cagoule sur la tête. Pour la simple et bonne raison que moins il en savait, mieux il se portait aussi. Mais les choses étaient faites en douceur, pas besoin de se montrer agressif. C'était ce que Gabrielle était capable de faire, aussi.

© ZUGZANG




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
We've chosen to work in a masculine, paramilitary, patriarchal culture.
Let's not let it beat us.
Noa De Santis
Noa De Santis
FUCK THE LAW
Messages : 203
Date d'inscription : 21/04/2019
Localisation : London
Profession : Dona / Femme d'affaire
Etat Civil : Célibataire
28th Avril 2020, 13:06
Revenir en haut Aller en bas
Nicola Navarro
« Je fais toujours mon maximum. » Répondis-je en in fin sourire à son commentaire, acquiesçant de la tête lorsqu'elle m'expliqua la méthode à employer pour être en mesure de l'aviser lorsque le travail sera réalisé. « Merci à vous de votre confiance. » Terminais-je ensuite simplement lorsqu'elle avisa que l'entretient était terminé. Il n'y avait rien de plus à dire de toute façon et beaucoup de travail à réaliser de mon côté que je m'appliqua à débuter dès que je fus de nouveau déposé chez moi en ces charmantes circonstances. Si le système informatique de la police n'a plus de secrets pour moi et que je fus en mesure d'en soutirer quelques infimes détails, la suite s'avéra plus compliqué que ce que je l'avais supposé. Oh certes je me doutais bien qu'un coup de ce genre ne serait pas aisé à décortiquer en ce qui concerne sa source et ses raisons, mais si seulement il n'y avait que ça. J'ai plutôt totalement buggé l'espace d'un instant devant mon écran au terme de quelques jours de recherche lorsqu'un pseudonyme a commencé à faire son apparition. Me mordant le poing avant de donner un coup contre ma table. Merde. Pas que je sois particulièrement choqué par ma découverte, mais il y avait de quoi fortement compliqué les choses et surtout fortement risquer plus que j'étais en mesure de le faire sans un aval de la Dona. Lorsque ça ne concernait que moi c'était autre chose, mais lorsque ça impliquait un client je ne me permettais pas de libertés de ce genre vu ce que ça pouvait impliquer. Une semaine et demi c'était environ écoulée depuis ma rencontre avec Noa lorsque je composa le numéro qu'elle m'avait donné et suivis les instructions pour demander à lui parler encore. Les mots écrits n'auraient pas le même impact que les propos énoncés et elle devait comprendre la gravité de la chose avant de me donner sa réponse.

Le processus passé, une place assise retrouvée et me trouvant de nouveau face à elle lorsqu'il fût possible de le faire, je croise mes doigts sur mes cuisses et la fixe avec gravité. « J'ai trouvé quelques informations, mais je vais avoir besoin d'un aval de votre part avant de pousser plus amplement. » Débutais-je en pinçant les lèvres avant de continuer. « Le kamikaze est un certain Declan, ancien membre de l'IRA qui ne semblait plus en être au moment de l'explosion. Il a été arrêté il y a 6 mois, mais il a été en mesure de s'échapper lors du transfert vers la prison. Ils n'ont pas été en mesure de le retrouver avant ce fâcheux incident. Comme c'est un ancien de l'IRA, forcément la rumeur veut qu'ils soient pointés du doigt. Rien ne remontait à aucun des noms que vous m'avez donné, si ça peut vous rassurer en ce sens. » Je marque une pause avant de continuer. « Le doyen par contre appartenait probablement à une famille. Une autre famille serait donc potentiellement responsable, en provenance d'un autre pays, et... une société secrète. » Je marque une nouvelle pause, mes traits se durcissant un peu. « Comme je vous l'ai dit lorsque nous avons parlé, je ne suis pas la seule personne à œuvrer dans le domaine et... au fil de mes recherches je suis tombé sur un pseudonyme bien connu dans le domaine, mais surtout très expérimenté. J'ai dû stopper mes recherches et il est la raison pour laquelle j'ai besoin de votre aval si vous souhaitez que je continue de creuser. Me lancer sur une piste pouvant lever des drapeaux rouges face à ce hacker c'est risquer qu'il puisse remonter jusqu'à moi, même si je fais attention pour me protéger, et donc à vous. Je suis doué à ce que je fais, mais tout le monde a son némésis et face à lui... il me faudrait probablement des semaines de préparation si ce n'est des mois pour arriver à faire tout le nécessaire pour qu'il ne puisse pas remonter la piste. Comprenez donc que je ne peux pas risquer votre sécurité et votre discrétion sans avoir votre accord. »
Nicola Navarro
Nicola Navarro
LONDON PEOPLE
Messages : 69
Date d'inscription : 29/02/2020
Localisation : Haringay
Profession : Officiellement libraire, officieusement hacker
Etat Civil : Célibataire endurci depuis longtemps
9th Mai 2020, 16:26
Revenir en haut Aller en bas
Noa De Santis

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pressure burning


Oh, Noa espérait bien que ceux qui bossaient pour elle faisait leur maximum. C'était le minimum demandé. Elle n'en disait pourtant rien et gardait son sourire poli. Nicola était donc raccompagné chez lui, pour qu'il puisse se mettre à bosser sur l'affaire confiée. Pendant ce temps, la Médicis continuait de son côté, de faire bouger ses contacts, tout en soignant ses blessures. Elle fût étonnée d'apprendre que le jeune la recontactait déjà. Lui qui disait que cela pouvait prendre du temps, finalement, il avait été plutôt rapide. Les dispositions prises pour le faire revenir à elle, ils se retrouvaient donc à nouveau en face à face. Plus occupée cette fois-ci, la Dona s'était retrouvée avec quelques dossiers dans les mains quand son invité arrivait. Elle avait tout mis de côté, pour pouvoir parler en toute quiétude avec ce dernier. Curieuse de savoir ce qu'il lui ramenait déjà.

Elle le laissait parler, l'écoutant avec un vrai intérêt, son stylo glissait sur le bloc-notes qu'elle avait à côté d'elle, notant les informations qu'il lui donnait, bien entendu, Jill aurait pu faire ce travail, mais la dame estimait que l'on n'était jamais mieux servi que par soi-même et elle était connue, aussi, pour faire une grande partie du travail elle-même. C'était ainsi qu'on maîtrisait son monde au mieux. Les Irlandais allaient devoir répondre de ce Declan, même s'il n'était plus de l'IRA, il en avait fait partie et l'IRA, comme d'autres familles, connaissaient bien tous ses membres. Manus recevrait sans doute un message. Le stylo s'arrêta pourtant, alors que son interlocuteur lui faisait part de son problème. Finalement, il n'avait pas eu le temps de terminer ses recherches.

Restant silencieux, elle continuait de l'écouter, tout en l'observant. Elle appréciait vraiment le fait qu'il prenne la peine de l'avertir des potentiels dangers qui pourraient se trouver sur sa route et de venir chercher la permission d'aller plus loin. De Santis se demandait pourquoi un hacker qui pouvait faire peur comme il avait l'air de le faire à Navarro, pouvait être sur le coup. S'il était sur le coup?

- Mmm.. pourriez-vous me parler un peu plus de cette Némésis qui vous inquiète tant? Qui est-il? Enfin, sur la toile bien entendu, je me doute bien que vous ne connaissez pas son identité propre. Il lui fallait se faire une idée de ce contre quoi il allait "se battre", pour prendre une décision plus précise. Est-il dangereux pour nous physiquement? Ou mettre en péril mon organisation? Donne-t-il cette impression d'être un gardien "du secret" qui entoure cette affaire? Elle posait un instant son regard sur ses notes. Vous avez parlé d’une société secrète?

Voilà qui lui paraissait un peu fou, voir même complotiste, ce qui n'était pas trop son genre, mais il fallait étudier toutes les pistes. En tous les cas, elle avait bien noté qu'il lui fallait envoyer ses hommes sur celle du Doyen, puisqu'il avait l'air d'être mêlé à tout cela.

- Pensez-vous qu'il serait bon de creuser plus? Que vous êtes capable d'en savoir plus? Si les résultats valent le coup, il est évident que je suis prête à vous donner le feu vert.

Le danger n'était pas plus un problème que cela pour la mafieuse, après tout, elle avait survécu à une explosion, son service de sécurité était au taquet, et il fallait bien mourir de quelque chose. Elle ne s'était jamais vu très vieille, à s'éteindre dans son lit alors... mais il fallait que les risques encouru vaillent la peine. Si c'était peine perdu, aucun intérêt. Pour cela, il fallait que Nicola répondre en toute honnêteté et puisqu'il avait l'air de l'être depuis le début de leur rencontre, elle espérait qu'il continue sur cette lancée. Certes, il pouvait la mener en bateau, mais il avait fait preuve par le passé, qu'on pouvait lui offrir une certaine confiance. Suivi de quelques beaux billets sonnants et trébuchants, bien entendu.

© ZUGZANG




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
We've chosen to work in a masculine, paramilitary, patriarchal culture.
Let's not let it beat us.
Noa De Santis
Noa De Santis
FUCK THE LAW
Messages : 203
Date d'inscription : 21/04/2019
Localisation : London
Profession : Dona / Femme d'affaire
Etat Civil : Célibataire
19th Mai 2020, 19:23
Revenir en haut Aller en bas
Nicola Navarro
Personne en ce monde n'est invincible et je suis bien placé pour le savoir compte tenu de la nature de mon titre de hacker auto-proclamé. Personne en ce monde ne peut affirmer être l'image même de la toute puissance intouchable et c'est la raison pour laquelle le terme némésis a été inventé. Et ce némésis, mon némésis, celui qui peut stopper net tous les efforts que je peux fournir à faire tomber les autres, est venu se dresser sur mon chemin lors de cette recherche bien particulière lié à un événement de grande envergure. Cette explosion semblant visiblement être bien davantage que ce qu'elle donnait l'impression d'être à la surface. J'aurais pu continuer de creuser, j'aurais pu chercher à le provoquer et lui montrer qu'il n'était pas le seul grand joueur dans le bassin du dark web, mais j'ai suffisamment la tête sur les épaules pour ne pas m'être laissé submerger par mon besoin d'adrénaline, mon besoin de performer, en circonstances professionnelles. Ma présence ici prouvant qu'il y avait des principes que je tenais à respecter et que j'ai énoncé sans demi mesure à la Dona me faisant face malgré la nature quelque peu étrange et improbable de certaines des informations que je lui ai fourni. Après tout, une société secrète pourquoi pas? Un fin sourire s'esquisse sur mes lèvres lorsqu'elle me demande de lui parler davantage de ce némésis mentionné, de ce qu'il pourrait faire plus précisément dans les circonstances actuelles. « Si je ne le croyais pas dangereux à sa façon pour vous nous n'aurions pas cette discussion. » Dis-je plus que franchement en croisant les jambes. « Il se fait appeler Mnemos. Disons qu'il a fait une entrée plutôt remarquée dans le domaine dès le départ. Il s'est attaqué à l'un des systèmes le mieux sécurisé et plus difficile à hacker et l'a fait avec succès. Ceux qui ne sont pas capable de passer ce système ne valent pas réellement la peine dans le milieu. Il se fait relativement discret et il n'est pas facile à trouver, mais il arrive parfois qu'on a la chance, ou plutôt la malchance, de tomber sur lui de fil en aiguille et c'est un peu ce qui s'est produit en ce moment. »

Mon ton de voix se fait un peu plus grave alors que je poursuis mes explications. « Les rumeurs laissent sous-entendre qu'il a tout particulièrement une dent contre les mafias et qu'il se fait une joie de donner les informations nécessaires aux autorités pour les faire tomber. Des rumeurs, mais dans ce genre de situation et avec la réputation qu'il a, il ne faut pas les prendre à la légère non plus. Ce pourquoi je voulais vous signifier qu'il peut remonter jusqu'à vous. Je ne connais pas totalement l'étendu de ses capacités, mais une personne de sa notoriété ne dois pas être prise à la légère. Il pourrait faire du mal sur plus d'un plan. Parfois il suffit de tirer les bonnes ficelles pour obtenir des résultats, je crois que c'est un concept qui doit vous être familier. » Il y avait assurément beaucoup à perdre et à gagner dans tous les cas, les recherches pouvant donner des résultats satisfaisant, mais ne venant pas sans conséquences pour autant. C'était à elle bien davantage qu'à moi de décider à quel point elle était prête à mettre son organisation en péril si réellement les ravages devaient en arriver là pour une raison ou un autre. J'avais l'assurance d'arriver à creuser encore un peu, mais je n'avais pas l'assurance que la préparation serait réellement suffisante. C'était un risque dans tous les cas. « Je crois pouvoir obtenir plus oui, peut-être sur cette prétendu société secrète ou sur le détail de l'affaire, mais même la meilleure protection du monde a ses failles et il suffit qu'il trouve la mienne pour qu'on ait un problème. C'est à vous de me dire si tous les risques énoncés valent à vos yeux le coup, si vraiment ces informations peuvent faire toute la différence dans la présente situation même s'il y a un risque, peut-être faible, mais présent, de mettre en péril votre organisation. Il y a de quoi creuser, mais tout est à prendre en compte avant de le faire. »
Nicola Navarro
Nicola Navarro
LONDON PEOPLE
Messages : 69
Date d'inscription : 29/02/2020
Localisation : Haringay
Profession : Officiellement libraire, officieusement hacker
Etat Civil : Célibataire endurci depuis longtemps
3rd Juin 2020, 13:41
Revenir en haut Aller en bas
Noa De Santis

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pressure burning


Une chose était certaine, Noa était extrêmement attentive à ce que lui disait Nicola. Cette Némésis semblait être un réel problème. En effet, notre mafieuse n'avait clairement aucun intérêt à ce que ses informations soient balancées à la police, par un homme ou une femme qui avait une dent contre les gens de son espèce. Il fallait réellement peser le pour et le contre. Et elle n'était pas certaine de pouvoir prendre une décision directement dans la foulée. Il y avait des décisions qui demandaient d'être murement réfléchie. Pourtant, une idée pointait le bout de son nez. Car pour venir au bout de cette organisation secrète, il faudrait pouvoir trouver leur secret, justement et ce... "Mnemos", pourrait potentiellement en apporter quelques-uns. Elle entrevoyait un nouveau travail pour Navarro au fil de ses paroles... à voir si le hacker serait prêt à le faire. Une fois l'exposition du problème terminé, la Sicilienne mettait quelques secondes de silence, en pleine réflexion. Puis croisant les mains, tout en fixant son interlocuteur, elle reprit la parole. Toujours tranquille, toujours assurée.

- J'entrevois parfaitement bien le problème contre lequel nous allons devoir agir. Marquant un nouveau petit temps. Pour ne pas trop attirer l'attention, mieux vaut, pour quelques temps, ne plus faire de recherche sur cette explosion. Par contre... je me pose la question... seriez-vous capable de trouver physiquement le lieu où pourrait se trouver ce Mnemos?

La question n'était pas innocente, car si la planque de ce hacker pouvait être trouver, ce serait les hommes de De Santis qui risquaient d'aller lui rendre visite et autant dire... qu'il passerait ensuite un très mauvais quart d'heure, jusqu'à ce que sa langue se délie ou au pire... ses ordinateurs. Puisque Noa avait sous la main un autre hacker de génie, il suffisait de faire taire la menace et profiter de ses moyens d'informations.

Oui, c'était dans ce genre de moment que l'on pouvait comprendre pourquoi cette femme était un requin, qui ne laissait rien au hasard. Et s'il fallait éliminer un gêneur, elle le faisait, sans remord. Parce qu'il se mettait dans son chemin et que quelque part, il aidait ses ennemis. Pourquoi avoir une quelconque compassion pour lui?

- Sans trop que cela ne vous mette en danger, bien évidement. Avec un petit sourire.

Peut-être que lancer Nicola à la poursuite de son adversaire, serait un bon défi. Elle le mettrait, bien entendu, sous protection. Même si elle comprenait que l'autre devait aussi l'être. Ce qui était un désavantage pour eux, pour le moment, c'était bien le fait que l'ennemi était invisible. Il fallait trouver le moyen de le mettre sous la lumière... le pauvre hacker pouvait tout aussi bien être un joker pour la mafieuse, qu'un appât pour faire sortir de l'ombre ceux qui leur voulait autant de mal.

- Autant profiter de le trouver, pour lui poser quelques questions, qu'en pensez-vous? Je peux mettre à disposition les ressources nécessaire à cela.

Elle ne pourrait pas faire grand-chose sans cet homme, autant dire qu'il avait, pour le moment, la balle dans son camp.

© ZUGZANG




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
We've chosen to work in a masculine, paramilitary, patriarchal culture.
Let's not let it beat us.
Noa De Santis
Noa De Santis
FUCK THE LAW
Messages : 203
Date d'inscription : 21/04/2019
Localisation : London
Profession : Dona / Femme d'affaire
Etat Civil : Célibataire
6th Juin 2020, 19:44
Revenir en haut Aller en bas
Nicola Navarro
Si je note sa demande de ne pas creuser plus amplement les recherches débutées sur ce qui touche de près ou de loin l'explosion, ce n'est pas ce qui en vient finalement à modifier les traits de mon visage. Ma tête se secouant lentement négativement alors que mes lèvres se pincent tout naturellement. Trouver Mnemos, la chose relevait assurément du suicide et pas que. Trouver un hacker, à moins d'être à la recherche d'un débutant pour le compte de la police, ne frôle pour ainsi dire jamais l'esprit de quiconque. Il n'est pas toujours nécessaire d'être assis devant nos ordinateurs pour faire du tord. Parfois il suffit de planter la bonne bombe informatique au bon endroit pour faire bien plus de ravage que nous pourrions en faire à pianoter sur nos ordinateurs et j'imagine sans peine la route menant à Mnemos être un champ de mine tout aussi similaire au mien. Et assurément je ne conseillerais à personne de se lancer sur mes traces via cette voie. « Il est plus facile de trouver un individu qu'un pseudo informatique. Lancez-moi sur la piste d'une personne qui a des connaissances de base en informatique, comme la majorité de la population, et même avec un changement d'identité il y a de quoi faire et trouver de qui il s'agit sans trop en souffrir au passage, mais se lancer à la recherche d'un hacker et surtout de ce hacker... Toutes les ressources du monde ne pourraient pas me sauver ou même vous s'il sait où frapper et ça je n'en doute pas. » Je me gratte le menton un moment avant de continuer. « Le mieux que je peux faire c'est essayer de parler avec lui. Ça c'est quelque chose qui est faisable je crois, mais il saurait que c'est moi qui a fouillé dans ses affaires. C'est tout de même un risque moindre parce qu'il suffit de faire passer le message que je souhaite communiquer avec lui et ça n'impliquera pas forcément une guerre entre nous pour y arriver. Je ne peux pas garantir qu'il voudra répondre à mes questions cependant. Je ne le connais pas suffisamment en dehors de ce qu'il a fait et ce qui se dit à son sujet pour réellement pouvoir prévoir sa réaction. Ça reste la meilleure option si réellement vous voulez vous lancer sur cette voie. »

Et moi? J'admets que je serais curieux de voir le genre de discussion que je serais en mesure d'avoir avec lui, surtout que je me doute que la Dona ne lâchera pas le morceau si facilement même si elle veut stopper les recherches pour le moment. Simple sécurité qui me permettra tout de même de me préparer en fonction du moment où elle changera d'idée maintenant que je sais sur la piste de qui je devrai me lancer, ce qui n'est pas un mal en soit. Peut-être que si je trouve un défi suffisamment intéressant à ses yeux je saurai attirer son attention là où je le veux. Assurément il y a de quoi planifier une stratégie, mais c'est un nouveau défi à côté duquel je ne pourrai personnellement pas passer. « Le choix reste vôtre, je m'adapterai dans tous les cas, mais le trouver physiquement est sans le moindre doute la dernière option que j'envisagerais. »
Nicola Navarro
Nicola Navarro
LONDON PEOPLE
Messages : 69
Date d'inscription : 29/02/2020
Localisation : Haringay
Profession : Officiellement libraire, officieusement hacker
Etat Civil : Célibataire endurci depuis longtemps
14th Juin 2020, 16:26
Revenir en haut Aller en bas
Noa De Santis

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pressure burning


La petite inquiétude que Noa sentait chez Nicola, lui faisait hausser très légèrement un sourcil. Elle voyait mal le danger physique qu'un hacker pouvait bien avoir contre eux. Mais il était important d'écouter et de prendre en compte ce que l'homme qui était en face d'elle lui disait. Parce qu'il savait sans aucun doute mieux qu'elle, ce qu'ils risquaient. Après tout, c'était aussi pour cela qu'elle le payait, même si l'envie de mettre la main sur cet ennemi invisible était assez forte.

- Vous avez l'air certains que c'est une mauvaise idée. Marquant un petit temps. Elle réfléchissait, parce qu'elle, elle estimait que lui mettre la main dessus, serait le meilleur moyen de le faire parler. Elle avait des hommes doués pour cela. Mais le coup de tenter de l'apprivoiser en indirect, était aussi une idée. Vous pensez qu'il serait prêt à avoir un dialogue avec vous? Avez-vous les bons arguments pour lui répondre, s'il désire savoir pourquoi vous avez fouillé là où il ne fallait pas?

Parce que ça aussi, c'était risqué, finalement. Ce qu'il ne fallait pas, c'est que l'on remonte de Navarro à De Santis, que ce soit cet ennemi mystérieux, ou les forces de l'ordre, ou qui que ce soit en définitive. Pas de doute que son interlocuteur le savait parfaitement. Il savait garder les secrets.

- Si vous pensez que c'est un meilleur moyen de l'approcher, je n'irai pas contre. Pourtant, si vous trouver la faille et que vous êtes capable de le situé physiquement, j'aimerai être mise au courant.

Elle lui mettrait la main au collet. Ce Mnémos n'allait pas faire sa loi très longtemps. Les pièges se refermaient toujours. Il fallait juste espérer qu'ils avaient suffisamment de temps pour cela.

- Vous êtes mon expert dans ce domaine, monsieur Navarro. Je vous laisse donc le choix des armes. Avec un léger sourire, qui lui mettait alors une certaine responsabilité sur les épaules. Le but étant d'avoir des résultats, nos ennemis ne peuvent pas s'en sortir impunément et il est impératif que nous comprenions quelle est cette menace qui plane sur nos têtes. Sommes-nous d'accord?

Autant dire que la Dona laissait quelque peu le champ libre au hacker. Que ce dernier fasse de son mieux, mais qu'il le fasse. Elle voulait des réponses, il devait lui en amener, qu'importe la méthode, tant que cela était concluant. Et il y avait intérêt à ce que ça le soit.

© ZUGZANG




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
We've chosen to work in a masculine, paramilitary, patriarchal culture.
Let's not let it beat us.
Noa De Santis
Noa De Santis
FUCK THE LAW
Messages : 203
Date d'inscription : 21/04/2019
Localisation : London
Profession : Dona / Femme d'affaire
Etat Civil : Célibataire
25th Juin 2020, 15:05
Revenir en haut Aller en bas
Nicola Navarro
Je suis certain que c'est une mauvaise idée oui. Assuré que me lancer sur la piste de Mnemos est dans les actes les plus dangereux que j'aurais pu avoir à réaliser jusqu'à maintenant. Du moins, ça l'est dans la présente situation où des recherches ont été réalisées au profit d'une autre personne et non uniquement pour mon propre compte. Ça l'est alors qu'il pourrait remonter à bien plus haut que moi si je ne suis pas prudent. Si ça ne concernait que moi... peut-être oui que je me serais simplement lancé dans le défi que serait de l'attraper, mais dans les circonstances actuelles non je ne ferai rien sans l'accord de la Dona. D'où l'importance de la mettre au courant afin qu'elle puisse prendre une décision toute aussi éclairée que celle que j'essaie de prendre de mon côté pour le bien commun de tous. Je ne dis rien de plus pour le moment, acquiesçant simplement de la tête lorsqu'elle me demande s'il serait prêt à avoir une conversation avec moi et si j'aurais les bons arguments pour lui répondre. Je crois oui qu'il voudra bien parler avec moi. Je suppose qu'en un sens il doit être tout aussi curieux que moi et se demandera ce que celui qui a essayé de passer outre ses barrières pourrait bien avoir à lui dire. Et pour le reste, ce n'est pas la première fois que je fouille là où je ne le devrais pas et je n'ai pas eu trop de soucis pouvant me laisser croire que je ne trouverai pas les bons mots cette fois encore. De ce côté elle n'a pas de craintes à avoir, sinon je n'aurais pas proposé. J'esquisse tout de même un fin sourire lorsqu'elle mentionne qu'elle aimerait être mise au courant si je trouve la faille et arrive à l'attraper. Bien, c'est donc ainsi que je nous allons le jouer.

« Nous sommes d'accord. » D'accord sur le fait que je vais tenter de voir s'il accepte de me parler avant toute chose et que, même si risque il y a, je ferai au mieux pour essayer de lui mettre la main dessus si j'arrive à trouver la moindre petite faille de laquelle je pourrais profiter. Elle existe, elle existe toujours avec tous les hackers, mais assurément la trouver ne sera pas un jeu d'enfant et le simple fait de devoir le faire vient titiller en moi cette raison bien précise pour laquelle je me suis lancé dans ce domaine à l'origine. Le défi, le risque, la nécessité de repousser des limites que je n'ai pas encore trouvé comment percer. Ça aura au moins le mérite de stimuler mon esprit de la meilleure des façons qui soit. « Je vous promets que si je trouve une faille à exploiter je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour l'attraper. Il faudra simplement être patients, autant pour que j'arrive à lui parler que pour ça, mais je vous tiens au courant de ce que je trouverai. Et je serai prudent. S'il le faut je le laisserai m'attraper moi pour ne pas qu'il remonte jusqu'à vous. »
Nicola Navarro
Nicola Navarro
LONDON PEOPLE
Messages : 69
Date d'inscription : 29/02/2020
Localisation : Haringay
Profession : Officiellement libraire, officieusement hacker
Etat Civil : Célibataire endurci depuis longtemps
27th Juin 2020, 16:28
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: