AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
-25%
Le deal à ne pas rater :
APPLE Écouteurs sans fil AirPods 2
135 € 179 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Pressure burning || feat. Noa De Santis
Nicola Navarro
« C'est pourtant évident qu'il a un jumeau... Ces films, ils ne savent vraiment plus quoi faire pour être originaux un minimum. » Que je soupire dans mon canapé où je suis installé nonchalamment, jetant un coup d'oeil occasionnel à l'écran de mon ordinateur où les lignes de codes de succèdent les unes après les autres. Une petite recherche d'informations bien basique à réaliser qui demande néanmoins de passer outre quelques sécurités que mon petit code maison ne devrait pas avoir trop de mal à percer. Puisqu'il faut bien que je passe le temps dans l'attente de cette brèche, j'ai lancé un film sur la télévision et me suis fait un sac de popcorn pour accompagner ce moment fort trop peu divertissant comme toute personne normale l'aurait fait. Sauf que normal je ne me suis jamais réellement considéré l'être. Plutôt étrange, particulier, assurément ennuyant à côtoyer compte tenu de mon détachement prononcé envers les autres et ce qu'ils peuvent bien dire, penser ou faire. Une personne normale n'aurait pas le nez dans les petits papiers d'une entreprise en matant un film. Une personne normale aurait sans doute pris la peine de faire pause lorsque finalement l'instant attendu arriva. Je me suis simplement levé, au bing de mon ordinateur, laissant derrière-moi télévision et popcorn, pour m'installer devant mon écran en remontant les manches de mon pull et fronçant les sourcils. « Alors... qu'est-ce qu'on a ici... » On dit que c'est un signe d'intelligence de se parler à soi-même lorsqu'on est seuls, je crois que c'est simplement le réflexe de toute personne qui se trouve baignée dans la solitude un peu trop souvent et a besoin de l'avis d'un expert autre que le silence. Tout comme le réflexe de toute personne normalement constituée est d'ouvrir la porte lorsqu'on y sonne sans forcément se poser davantage de questions.

J'ai plutôt figé un bref instant, observant les fichiers devant mon regard et jurant entre mes dents alors que je me dépêchais de me déconnecter de tout et fermer mes codes pour fermer mon ordinateur. Je n'ai pas peur, sachant pertinemment qu'un jour je me ferai coincer, mais le pouvoir de l'adrénaline dans les veines est tout de même réellement fascinant à expérimenter autant sur le corps que le cerveau. J'hurle donc simplement un... « J'ARRIVE! » … de l'autre bout de la pièce, termine de fermer mes choses, retire mon pull et fait mine d'être en train de l'enfiler lorsque j'ouvre la porte... La suite je l'admets n'était pas forcément ce que j'avais envisagé. La noirceur, et pas uniquement celle de l'extérieur, ne tarda pas à s'imposer. Le tissu contre me visage me donnant un bref instant l'impression d'étouffer. Le reste n'est que bruit de portes, voix étouffées et mouvement de voiture vers un endroit que je ne peux en rien deviner. Et bien... voilà qui vient assurément d'ajouter un peu de piquant à la soirée et qui suffit plus qu'amplement a laisser couler ce flot d'adrénaline en mes veines déjà malmenées. Mon cœur se cogne fortement contre mon torse, ma respiration se saccade dans cette poche d'air où ma tête est confinée, et forcément j'en viens à me demander comment tout ça va se terminer. La mort? Un contrat? Un gros soucis? On ne sait jamais ce qui peut arriver...
Nicola Navarro
Nicola Navarro
LONDON PEOPLE
Messages : 31
Date d'inscription : 29/02/2020
Localisation : Haringay
Profession : Officiellement libraire, officieusement hacker
Etat Civil : Célibataire endurci depuis longtemps
Mer 18 Mar - 16:03
Revenir en haut Aller en bas
Noa De Santis

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pressure burning


Depuis l'explosion à l'Université, Noa était confinée dans une chambre d'une clinique privée, le temps qu'on termine de soigner sa blessure. La chute lui avait bousillée une cheville, mais elle avait eu de la chance dans son malheur, ce n'était "que" la cheville, qui mettrait un certain temps à s'en remettre. Les broches qui tenaient les os en étaient une preuve, il lui faudrait quelques mois de rééducation pour remarcher correctement, ce qui ne manquait pas de la faire grogner. Mais le chirurgien lui avait promis qu'une fois remise, il n'y aurait pas de séquelle, mis à part quelques douleurs normales aux changements de température. Mais le sport qu'elle faisait, lui permettrait de finir de remuscler correctement cette cheville, pour qu'elle retrouve toute sa mobilité.

On avait voulu mettre un terme à leur petite équipe, ce n'était pas anodin que la réunion ait été attaquée ainsi, De Santis le savait parfaitement. Personne n'était dupe. Ce qui l'intriguait, c'était de savoir qui avait décidé de faire une telle chose, tout en étant au courant? Sans doute que l'un d'entre eux, avait une taupe dans ses rangs. Il fallait donc mettre tout le monde sur le pont, pour débusquer celui qui avait permis à ce kamikaze de débarquer en plein milieu de leur réunion.

Il avait presque réussi son coup... presque... heureusement qu'il ne restait que des morceaux de lui... car si l'une des familles, voir même toutes, lui avaient mises la main dessus... il n'en serait rien resté à étudier. Bref, notre Sicilienne mettait donc ce moment de remise en forme, pour faire bouger toutes ses équipes, il était impératif de montrer qu'ils n'étaient pas anéantis, bien au contraire!

Elle avait envoyée Gabrielle récupérer l'un de leurs hackers de talent, elle préférait l'avoir en face à face pour la discussion et les demande qu'elle avait à faire, plutôt que de prendre le risque de lui envoyer des messages compromettants, même s'il était tout à fait capable de tout dissimuler. Certes, le milieu serait peut-être au courant du voyage du jeune homme, mais qu'importe. Sa garde du corps, accompagnée d'un deuxième homme, s'était donc rendue chez Navarro pour lui permettre de faire un petit voyage gratuit, sans avoir besoin de prendre le taxi ou les transports publics. A peine avait-il ouvert la porte, qu'il se faisait embarqué façon militaire, sac sur la tête, jeter dans une véhicule, qui roulait à une certaine allure et tout ceci... de nuit... bien évidement. Mieux valait éviter d'éveiller trop les soupçons.

Pourtant, quand il fut finalement installer dans la pièce où il était attendu, pas d'attache, pas de chaise inconfortable, de hangar glauque. Non, quand on lui enleva le sac qu'il avait sur la tête, il se retrouvait dans un endroit agréable, une chambre qui avait été aménagée pour faire un bureau, il était sur un fauteuil, devant une table ronde, sur laquelle était posé deux verre, une carafe d'eau. Noa était assise en face de lui, habillée d'un tailleur fait sur-mesure, seul son pied blessé pouvait contraster avec l'image qu'elle donnait, mais pour cela, il fallait le voir.

- Excusez-moi pour cette façon forte cavalière de vous avoir convié à notre rendez-vous, monsieur Navarro, mais avec les temps qui courent, mon personnel préfère ne prendre aucun risque. Peut-on vous servir quelque chose?

Mieux valait commencer en douceur, après qu'il se soit fait aussi mal mené. Chaque chose en son temps, et De Santis, était connue pour savoir le prendre, quand cela était nécessaire. Avant d'entrer directement dans le vif du sujet.

- Que savez-vous de l'explosion qu'il s'est passée à la King's University?

Puisqu'il pouvait avoir accès à plus d'informations que la base de la population, autant voir si déjà, il s'y était au moins un peu intéressé, avant de continuer.

© ZUGZANG




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
We've chosen to work in a masculine, paramilitary, patriarchal culture.
Let's not let it beat us.
Noa De Santis
Noa De Santis
FUCK THE LAW
Messages : 181
Date d'inscription : 21/04/2019
Localisation : London
Profession : Dona / Femme d'affaire
Etat Civil : Célibataire
Dim 22 Mar - 14:13
Revenir en haut Aller en bas
Nicola Navarro
Le stresse et une chose toute aussi naturelle que la peur chez l'être humain. C'est une réaction chimique du corps qui hurle 'danger' et nous permet en quelque sorte de nous préparer à affronter quelque chose qui pourrait nous causer du tord d'une façon ou une autre. Une réaction qui ne se traduit tout de même pas de la même façon chez tout le monde, qui n'est pas forcément accueillie de la même façon par tous. Et si certains ne supportent pas de ressentir un tel flot secouer leurs corps je suis plutôt de ceux qui s'en nourrissent comme une vilaine drogue à l'addiction dont je ne peux me débarrasser. Préférant pour une raison obscure mettre ma vie en danger ainsi, en faisant ce que je fais, plutôt qu'en sautant en parachute d'une avion. Je ne suis pas fervent de sports extrêmes, de sensations fortes faisant faire du 0 à 100 en l'espace de quelques secondes. Je préfère l'inconnu, l'incertitude, le jeu et ce qui peut en découler. Je préfère les petits voyages comme celui-ci me menant là où je ne sais pas que la chute vers le sol que je vais éventuellement retrouver. Alors certes mon cœur tambourine dans ma poitrine, ma respiration me brûle les poumons et mon sang circule fort trop rapidement dans mon corps, mais bon sang ce que je peux me sentir vivant. Jusqu'à cet instant où je sens qu'on m'installe sur une surface plutôt confortable avant de retirer le sac se trouvant sur ma tête, mes yeux clignant pour s'accoutumer à la luminosité avant de détailler la personne me faisant face. Et bien, pas d'environnement douteux, pas d'arme pointée sur ma tête... tout compte fait tout devrait bien se passer.

Je laisse ma vis-à-vis parler avant d'oser ouvrir la bouche, sachant trop bien où se trouve ma place si je ne veux pas terminer mon existence au fond du trou trop rapidement. Je sais être utile, mais je sais aussi ne pas être la seule personne apte à faire ce que je fais et me sais donc trop bien entièrement disposable au besoin pour une raison ou une autre. « C'est gentil de proposer, mais non merci. » Répondis-je lorsqu'elle me demanda si on pouvait me servir quelque chose. Pour le reste, j'imagine que je pouvais amplement comprendre la précaution là où j'en prenais moi-même parfois également. Nous vivons dans un monde où la précaution est de mise et chacun use simplement des moyens qui sont à disposition pour y arriver. Je ne pourrais pas me permettre un van et une cagoule, mais je me permets à l'inverse les lieux publiques lorsque je sens que c'est nécessaire à défaut d'avoir des hommes de main à ma botte. « Hum. » Fis-je simplement lorsqu'elle mentionna finalement ce qui semblait être la raison de ma présence ici. Certes j'avais entendu parler de la chose comme tout le monde, il aurait été difficile qu'il en soit autrement, mais pour le reste... « J'admets ne pas en savoir davantage que ce qui s'est dit au sein de la ville en elle-même. Je ne creuse pas forcément toute chose si je n'ai pas besoin de le faire et parfois il vaut aussi mieux laisser passer quelques jours pour voir les erreurs se profiler quelque part sur la toile. » Débutais-je avant de poursuivre. Chercher toute chose serait assurément bien trop risqué dans l'optique de ne pas me faire coincer, puis je ne cherchais pas réellement à obtenir des informations pour moi-même en général alors je n'y voyais pas non plus d'intérêt. Ma motivation n'avait rien de personnelle. « Y a-t-il quelque chose que je devrais savoir avant de chercher ce que je peux trouver? Puisque je suppose que si vous posez la question c'est que vous aspirez obtenir des réponses à certains questionnements. »
Nicola Navarro
Nicola Navarro
LONDON PEOPLE
Messages : 31
Date d'inscription : 29/02/2020
Localisation : Haringay
Profession : Officiellement libraire, officieusement hacker
Etat Civil : Célibataire endurci depuis longtemps
Mar 24 Mar - 17:00
Revenir en haut Aller en bas
Noa De Santis

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pressure burning


Noa n'était pas du genre à vouloir inquiéter les gens, tant qu'il n'y avait pas besoin de le faire, mais parfois, la fin justifiait les moyens. Elle espérait que Navarro ne soit pas trop secoué par son petit voyage imprévu. Elle avait besoin qu'il ait les idées claires et qu'il puisse rapidement se mettre au travail, afin qu'ils puissent, tous deux, retourner ensuite à leurs occupations respectives. De toutes les façons, elle n'allait pas non plus le garder indéfiniment avec elle. Mais s'il pouvait déjà un peu la renseigner, avant de repartir et de faire ses recherches de son côté, ce serait un plus.

Le fait qu'il ne veuille rien boire, lui fit légèrement hausser un sourcil, mais elle ne dit rien de plus, après tout, c'était son choix. Quant à elle, un verre venait être posé à ses côtés. Elle ne devait pas mélangé alcool et médicaments pour le moment, elle restait donc sur de l'eau, mais se désaltérer était tout aussi important que le reste. Elle en buvait d'ailleurs une gorgée, tout en écoutant la réponse de son interlocuteur. Ce dernier n'était clairement pas des plus curieux, ce qui était un plus, parce qu'elle estimait qu’ainsi, il ne prendrait pas le risque de venir fouiller là où il ne vaudrait mieux pas. En tous les cas, la concernant elle. En tous les cas, la Dona l'écoutait avec attention.

- Parce que vous pensez que ceux qui auraient pu commanditer cette explosion, pourrait s'en vanter quelque part sur la toile?

La Sicilienne n'était pas une très grande fan de l'internet, des réseaux sociaux. Elle ne comprenait pas vraiment tout cet engouement. Tout en sachant, en plus de cela, à quel point cette toile était un gruyère. Nicola en était la preuve vivante, il suffisait de connaître les codes, de savoir comment trouver les failles et tout pouvait être mis à jour. Rien ou presque, ne réussissait à résister aux hackeurs qui avaient du talent. Alors elle en restait le plus éloignée possible. Préférant les vieilles méthodes, pour un grand nombre de chose.

- Pour être honnête avec vous, monsieur Navarro, nous sommes tous dans le brouillard. Cette attaque est venue de nulle part, un irlandais a volé des explosifs et est venu se faire exploser là où mes... associés et moi-même avions rendez-vous. Ce qui est surprenant et comme vous vous en doutez sûrement, c'est que tout était tenu secret, personne à part les concernés, ne pouvait savoir où nous trouver. Alors... ce que je me demande, c'est qui est le traître? Qui a parlé? Qui serait assez fou pour s'en prendre à nous, je pense qu'il peut y avoir des traces quelques parts de ces échanges, ou de quelque chose s'en rapprochant. Pour le moment, j'essaie surtout de comprendre, pour trouver d'où vient la menace et... agir en conséquence. Marquant alors un petit temps, tout en observant le jeune homme face à elle. Il était important qu'il comprenne les enjeux. Pas bête, il avait lu au moins les nouvelles qui tournaient, et puis, elle n'allait pas omettre des informations. De toutes les façons, tout ce qu'elle disait pour le moment, ne mettait personne en danger. Pensez-vous être capable de trouver quelque chose? Même si ce n'est qu'infime?

© ZUGZANG




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
We've chosen to work in a masculine, paramilitary, patriarchal culture.
Let's not let it beat us.
Noa De Santis
Noa De Santis
FUCK THE LAW
Messages : 181
Date d'inscription : 21/04/2019
Localisation : London
Profession : Dona / Femme d'affaire
Etat Civil : Célibataire
Jeu 26 Mar - 11:53
Revenir en haut Aller en bas
Nicola Navarro
Toute information se trouve si on sait où chercher. C'est une évidence que j'ai très rapidement réalisé lorsque j'ai commencé dans ce 'business' il y a plus de dix ans maintenant. Peu importe la prudence, peu importe les précautions qui seront prises, il y aura toujours quelqu'un quelque part qui réalisera un faux pas et si ce n'est pas directement sur la scène de crime ce sera ailleurs. Ce ne sera peut-être qu'un infime détail, une phrase semblant sommairement anodine, mais parfois il en faut bien peu pour avoir une piste à évaluer. Les membres des forces de l'ordre pourront sans peine le confirmer je n'en doute pas. Personne en ce monde n'est parfait et même le plus minutieux des tueurs en viendra à réaliser un acte qui pourra le faire incriminer, ne serait-ce qu'en l'existence d'un trophée. Peut-être non que je ne trouverai rien d'incriminant sur la toile, que personne ne laissera filtrer une quelconque information concernant cette explosion à propos de laquelle elle me donne quelques détails supplémentaires, mais ça vaut tout de même la peine d'essayer. Ce n'est jamais une perte d'essayer et pas une perte de temps pour moi où je vois plutôt toujours une nouvelle façon de me perfectionner. Davantage encore lorsque la toile de recherche me semble si large. Il faudra recouper les termes d'attaque, bombe, rencontre, réunion, irlandais, explosion, King's University, école, … Il y a assurément de quoi faire simplement avec ça et ce ne sera pas une mince affaire. Alors si en plus je dois ajouter les communications des personnes présentes pour autant qu'elle accepte de m'aiguiller sur les personnes présentes... Ça représente des jours de travail et de recherche minutieusement orchestré pour ne pas me faire coincer par qui que ce soit au passage. Il faudra aussi que je creuse les bases de données policière, les autopsies peut-être même, si je veux réellement être en mesure d'avoir un portrait d'ensemble des motifs et ou erreurs réalisées au passage. Des jours oui assurément...

Là encore, je la laisse finir de parler avant de répondre à ses interrogations. Laissant un court silence s'installer alors que je réfléchis en fixant les verres sur la table avant de reporter mon attention sur elle en croisant les mains sur mes cuisses. « Je crois que les personnes responsables de cette explosions ne vont pas forcément s'en vanter sur la toile, mais qu'il sera peut-être possible de trouver des... résidus si je peux le dire ainsi de recherches de personnes pour l'aide à l'orchestration peut-être. Ça ou même des gens intéressés par un événement de si grande envergure cherchant eux-même à trouver les responsables pour organiser un coup similaire. C'est le genre de chose qui inspire parfois. » Débutais-je avant de poursuivre, cherchant à bien expliquer ce que je comptais faire et pourquoi afin de la convaincre des informations qu'elle devrait me donner pour aider les recherches. Je n'avais pas la réputation de jouer dans le dos de mes clients ou délibérément leur faire du tord pour mon propre plaisir, mais je savais comme il était difficile de faire confiance dans le milieu et si je travaillais fortement à la gagné je savais trop bien que rien n'étais jamais totalement acquis.

« Si vous croyez réellement qu'il y a un traitre dans vos rangs, la meilleure façon de trouver qui serait forcément de savoir qui se trouvait sur place pour essayer de fouiller dans leurs communications ou celles de leurs relations proche pour y trouver un indice quelconque qui pourrait mener à une conclusion même infime. Sans savoir qui, c'est évident que ça complique grandement la tâche et limite aussi le spectre de recherche. » Je ne peux surtout pas fouiller les communications de toute le monde en ville simplement parce que je n'a pas plus spécifique. D'abord parce que ça quadruplerait le temps nécessaire et ensuite parce qu'on pourrait aisément tomber sur les délires de quelques étranges qui voient une menace en tout. « Je me doute que c'est une demande délicate, mais je me doute également que vous saviez que je poserais la question en mentionnant vos doutes sur la provenance potentielle de l'attaque. Et... y a-t-il une personne en particulier qui aurait eu une raison de vous en vouloir à vous ou une autre des personnes présentes? Ça pourrait peut-être réduire un peu les potentiels coupables également. Dans tous les cas, il y a quelques jours de travail nécessaire pour espérer trouver quelque chose ça c'est une évidence. »
Nicola Navarro
Nicola Navarro
LONDON PEOPLE
Messages : 31
Date d'inscription : 29/02/2020
Localisation : Haringay
Profession : Officiellement libraire, officieusement hacker
Etat Civil : Célibataire endurci depuis longtemps
Mer 1 Avr - 1:02
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: