AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -39%
Huawei P30 Smartphone
Voir le deal
395 €

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Famille [im]parfaite -
Alexandre Berezowski
Alexandre toqua à la porte puis entra dans la chambre de ses garçons. "Allez, il est tard, c'est l'extinction des feux.". Finn était en train de lire un bd et Drew un roman. Al' eut un sourire. Qu'est-ce qu'il aimait ses gosses. Le flic attendit que les deux aient rangés leurs affaires avant d'éteindre la lumière et de laisser la porte entrouverte. Ils avaient beau être grands, ils avaient encore besoin d'entendre les bruits de la maison et d'avoir la lumière du couloir. Alexandre les laissa tranquille avant de toquer à la porte de son ainée "Alison, faut dormir maintenant.". Il ouvrit la porte et vit sa fille avec son téléphone portable, elle le cacha précipitamment "Papa t'es relou !". Al' soupira "Oui, je sais, je suis un père cruel". Sa petite lui lança un regard noir. Alison était rentrée dans une phase où tout ce qu'il disait été sujet conflit. Intérieurement, il se fit la réflexion qu'il avait tout de même de la chance. Alison était bien loin de l'ado infect qu'il avait été. L'adolescente rangea son téléphone avant de se cacher sous sa couette. Al eut un sourire "Allez, bonne nuit.". Puis il ferma la porte et descendit les escaliers. Alexandre était apaisé et heureux.

Au rez-de-chaussé, Maddison était toujours en train de travailler. Le pc portable sur la table de la cuisine, un traitement de texte défilé sous ses yeux. Al' l'informa "Les petits sont couchés.". Ils ne dormaient pas encore. Al' savait qu'il risquait de remonter faire la police... Ce n'était pas parce que les gamins étaient couchés qu'ils allaient dormir. Les garçons étaient tranquilles, mais la plus grande moins. Alexandre passa dans le dos de sa compagne, l'embrassant sur la joue "Tu devrais arrêter de bosser, t'es pas au bureau là.". C'était facile pour lui de dire ça, surtout alors qu'il était en congé maladie à cause de l'état de sa main. La raison de la blessure était ridicule, mais cela lui avait permis de passer plus de temps à la maison... Et de voir que quelque chose clochait.

Alexandre prit une chaise et se posa près de sa compagne. Il avait mis un coude sur la table, il se tenait la tête, il était totalement relâché. Le flic prit le temps de la regarder. Même après tout ce temps, Al' était toujours très amoureux d'elle. Leur couple avait eut des hauts et des bas. Ils s'étaient disputés, parfois très violemment, mais il l'aimait toujours. "Maddison... Tu sais que t'es belle ?". Un sourire sur les lèvres, il se rapprocha d'elle, posant sa main blessée dans sa direction. "Tu te comporte bizarrement en ce moment... Est-ce que ça va ? Est-ce qu'il se passe quelque chose ?". Elle avocate, lui flic, il y avait largement de quoi avoir des ennuis. Maddison avait menti plusieurs reprises, en disant qu'elle était à la maison alors qu'elle ne l'était pas. Ce n'était pas son style. La sensation de ne pas tout savoir rendait Alex' mal à l'aise. Il avait aussi peur qu'elle ait pu rencontrer quelqu'un d'autre... Auparavant Al' aurait été beaucoup plus incisif et serait entré en colère beaucoup plus rapidement, mais le flic s'était calmé avec le temps. Il faisait entièrement confiance à Maddison et lui laissait le bénéfice du doute. Il y avait forcément une explication.

Alexandre Berezowski
Alexandre Berezowski
PROTECT&SERVE
Messages : 108
Date d'inscription : 24/02/2020
Localisation : Londres - au commissariat ou chez lui avec ses enfants
Profession : enquêteur à la crim'
Etat Civil : marié
Ven 20 Mar - 11:25
Revenir en haut Aller en bas
Nessa Templeton
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MADDISON DRAKE
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FACE IDENTITY : Lena Headey
IDENTITE : Maddison Drake
GROUPE : Objection
AGE : 40 ans
ETAT CIVIL : Mariée a Alexandre Berezowski
PROFESSION : Avocate (Accusation)
ETAT DE SANTE : Correct
LIENS : Alexandre son mari et ses trois enfants.


Je te laisse gérer les petits. Puisque tu es en convalescence j’en profite pour boucler des dossiers sur lesquels j’ai pris du retard. Il y a tellement de travail en ce moment et de lourdes pressions sur les épaules des avocats. Quand je vois que même une avocate de la défense comme Jessica a trouvé le moyen de se faire attaquer -ce qui me fait jubiler je dois bien avouer- autant dire que les menaces dont on est la cible sont nombreuses et ce n’est pas toujours facile de travailler dans ces conditions. J’ai toujours trouvé une sorte de soupape de décompression quand je rentre chez moi ou quand je vais voir mes parents mais depuis quelques temps il y a aussi des tensions avec les miens. Enfin c’est compliqué à expliquer mais ça me fait me renfermer un peu plus sur mon travail et sur ma petite famille. Enfin ça c’est l’impression que je donnais jusqu’à présent, jusqu’à ce que tu te plantes un couteau tout seul dans la main et que tu sois dans mes pattes à la maison. Nous avons une nourrice pour gérer les enfants et mes parents nous relaient la plupart du temps mais désormais tu prends du temps pour gérer et tu te rends compte de mon rythme.

Ce soir là je veux absolument envoyer mon dossier alors que ça fait des heures que j’aurais du arrêter de travailler et je te laisse coucher les enfants. Je sais qu’Alison n’est pas facile en ce moment c’est la période ingrate des premiers petits copains et pas facile à dire ça à son père. « Hum hum » est la seule réponse qui sort de mes lèvres quand tu me dis qu’ils sont couchés. Je sais ce que ça veut dire on va faire la police encore deux fois facile mais ça c’est ton taf chéri. En espérant que tu te fasses pas mal à la main hein… Oui oui je sais, je ne suis pas au boulot et je me contente de lever les yeux au ciel parce que j’ai décidé que je finirais et je le ferais. Je te jette donc mon crayon comme si ça pouvait te faire taire quand tu as décidé quelque chose et me sert du second pour faire un chignon improvisé pour dégager ma nuque. La bretelle de mon haut glisse le long de mon épaule alors que je penche la tête et j’hausse un sourcil quand tu me fais un compliment.

Mutine je t’observe. « T’as besoin que je fasse la vaisselle ? » Oui c’est petit je sais mais ce n’est pas la première fois qu’on joue à ça tous les deux et je pose ma main quand même dans ta main blessée. « Ou tu es très malheureux de ne pas pouvoir te servir de ta main en ce moment ? » Un petit jeu de sourcil malicieux je te tire la langue parce que c’est de bonne guerre avant de sourire et de balayer ce que tu me demandes d’un geste de la main. « J’ai juste beaucoup de travail c’est tout. » Faux mais c’est une très bonne excuse. « C’est parce que tu es a la maison que tu réalises la façon dont on vit tous les jours mais y’a rien de plus ou de moins que d’habitude. » La meilleure défense : l’attaque. Mais comme je n’ai pas tendance non plus à te tacler sans un minimum de compensation aussi je viens de te voler un long baiser.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Nessa Templeton
Nessa Templeton
OBJECTION!
Messages : 119
Date d'inscription : 18/12/2019
Localisation : Au boulot ou dans un bar à chanter
Profession : Spécialiste Pyrotechnie - Chanteuse
Etat Civil : Célibataire
Sam 21 Mar - 0:30
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre Berezowski
Alexandre continua de sourire en entendant les vacheries que lui balançait sa compagne. Il répondit simplement "Facile...". Elle n'était pas la première à le charrier pour sa main, ni la dernière. En même temps, il avait fait fort. Al' devait le reconnaitre. Se blesser tout seul, aussi gravement, ça relevé d'un niveau de connerie plutôt élevé. Il allait en entendre parler pendant longtemps.

La pique de Maddison fit mouche. Aoutch. Alexandre profita tout de même du long baiser. Sa main droite se fit baladeuse, passant sous les vêtements de Maddison et se calant dans son dos. Tendit que de sa main gauche, Al' repoussa le pc portable. Il n'allait pas la laisser retourner travailler tout de suite, c'était clair. Alexandre savait très bien qu'elle finirait par reprendre ses dossiers, mais là ils avaient juste besoin d'un moment à deux... Il répondit "C'est typiquement féminin comme comportement... Tu me dis des méchancetés avant de vouloir te faire pardonner.". Le presque quarantenaire ramena sa main gauche, puis entreprit de déplacer les quelques mèches rebelles de Maddison. "Ou alors, c'est une tentative de corruption..." Il l'embrassa dans le cou, avant de la faire s'asseoir sur ses genoux. Il n'y avait plus qu'eux.

Ayant toute l'intention de Maddison, il se fit plus sérieux et se défendit "Tu sais très bien que j'essaie d'être là le plus souvent possible.". Al' n'était peut-être pas un père exemplaire, mais il essayait de faire au mieux. Avec son métier, cela restait tout de même un sacré casse-tête au niveau de l'organisation. Faire partie de la crim' signifiait souvent ne pas avoir de vie de famille et Alexandre essayait de lier les deux.

Le flic connaissait bien Maddison, il savait qu'elle risquait de s'énerver, mais il décida d'y aller frontalement. "Mady, pourquoi tu me mens sur tes horaires ?". Alex' n'avait pas cherché à l'espionner, il avait juste remarqué ces décalages. Et ce n'était pas une erreur, c'était trop systématique pour en être une. Le fait que Alexandre soit flic l'aidait probablement à remarquer ce genre de détail. Il demanda de nouveau "Qu'est-ce qu'il se passe ?". Al' ne se pensait pas être quelqu'un de terriblement jaloux, ni d'être particulièrement chiant... Quoi que pour le deuxième point, il pouvait l'être. Mais là, il sentait que quelque chose n'allait pas. Il expliqua "Tu sais que tu peux tout me dire.". Leur couple avait traversé beaucoup de choses, chacun avait dû faire des sacrifices, Al' pouvait presque tout entendre.
Alexandre Berezowski
Alexandre Berezowski
PROTECT&SERVE
Messages : 108
Date d'inscription : 24/02/2020
Localisation : Londres - au commissariat ou chez lui avec ses enfants
Profession : enquêteur à la crim'
Etat Civil : marié
Sam 21 Mar - 21:59
Revenir en haut Aller en bas
Nessa Templeton
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MADDISON DRAKE
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FACE IDENTITY : Lena Headey
IDENTITE : Maddison Drake
GROUPE : Objection
AGE : 40 ans
ETAT CIVIL : Mariée a Alexandre Berezowski
PROFESSION : Avocate (Accusation)
ETAT DE SANTE : Correct
LIENS : Alexandre son mari et ses trois enfants.


Facile mais amusant. Je me doute que je ne suis pas la première à te taquiner sur cette histoire mais faut dire que tu as fait fort. Et je sais très bien comment tu es fier comme homme, c’est pour ça que je t’ai détesté autant qu’aimé quand on s’est rencontré. C’est souvent que nos deux caractères forts entrent en contact pour le meilleur comme le pire… Je viens t’embrasser longuement, frissonnant de sentir ta main sur ma peau. Je sais ce que tu es en train de faire mais je ne vais pas m’en plaindre, ça a toujours été un domaine sur lequel on est particulièrement raccord toi et moi aussi je te laisse m’attirer sur tes genoux, me serrant contre toi à la recherche de ta chaleur. « Dois-je vraiment répondre à cette question ? » Est-ce que je suis plutôt du genre à vouloir te séduire et te corrompre ou me faire pardonner ? Je soupire doucement au baiser dans le cou, venant embrasser ta peau juste sous ton oreille avant de te mordre légèrement.

Je me raidis quand tu parles des horaires et te mords un peu plus fort de ce fait. « Parce que tu m’espionnes maintenant ? » Je me recule légèrement en te jetant un regard noir. Parce que je n’ai franchement pas envie qu’on en arrive là, à ne pas se faire confiance et à douter l’un de l’autre et clairement ça se voit que je n’apprécie pas particulièrement la réflexion. « Dites donc inspecteur Berezowski, il serait pas mal de ne pas ramener votre travail à la maison parce que vous ne pouvez pas aller sur le terrain. » Faut pas déconner quand même et je me dégage de tes bras pour me redresser. Ne sachant pas quoi faire de mes mains je finis par aller me chercher un verre d’eau, ça va m’occuper et me détendre tiens.

« Il se passe rien du tout » Je ne vais pas te dire ce qui se passe de toute façon, c’est bien trop dangereux et s’il y a bien une chose qui passera toujours avant tout dans mon monde, avant même l’amour que je vous porte, c’est de vous protéger. « J’ai mes raisons de faire cela. Si tu me faisais confiance un minimum au lieu de jouer les flics là ! » Parce que je sais que ça ne sert à rien de démentir le fait que je te mens sur mes horaires maintenant que tu l’as remarqué tu es pire qu’un pitbull quand tu n’as pas décidé de lâcher l’affaire. « Je le sais. DONC si je ne te le dis pas c’est que j’ai mes raisons. » POINT. Conversation terminée et je croise les bras sur ma poitrine en te jetant un regard qui veut tout dire. Oui je m’enflamme, j’ai un tempérament de feu et tu savais bien que tu allais déclencher un incident en faisant cela.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Nessa Templeton
Nessa Templeton
OBJECTION!
Messages : 119
Date d'inscription : 18/12/2019
Localisation : Au boulot ou dans un bar à chanter
Profession : Spécialiste Pyrotechnie - Chanteuse
Etat Civil : Célibataire
Dim 29 Mar - 23:33
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre Berezowski
Alexandre aurait peut-être dû poser la question à autre moment. Du moins, c'est la réflexion qu'il se fit quand Maddison le mordit plus violemment qu'à la normal. Le regard noir ne se fit pas attendre. Elle était contrariée, en colère même. Ce n'était pas surprenant. Alexandre n'essaya pas de la retenir, bien conscient qu'il ne ferait qu'aggraver la situation. Le flic ne l'avait pas espionné. Et si cela avait été son intention, il n'aurait pas eut cette conversation avec elle. Il saurait ce qu'il se passait. Al' était un inspecteur à la brigade criminelle, son métier était de faire éclater la vérité. Ses compétences, il pouvait aussi les utiliser pour sa vie privée.

Maddison se leva, s'éloignant de lui. Elle attrapa un verre d'eau. S'ils s'étaient parfois disputés parfois violemment, certaines limites n'avaient pas été franchis. Et Maddison savait très bien que balancer un verre d'eau au visage de son conjoint en était une. Alexandre était toujours calme, pour le moment. Il était inquiet. Quelque chose clochait. Et au delà de l'amour qu'il portait à sa femme et à leur enfants, la priorité restait leur sécurité. Alexandre avait peur que Maddison, à cause de leur boulot respectif, se soit retrouvé dans une situation de chantage. Il ne voyait que ça... Ou bien, qu'elle avait rencontré quelqu'un d'autre. Cette idée était beaucoup plus douloureuse. Et si Al' soulevait cette piste alors que ce n'était pas juste, Maddison allait rentré dans une colère terrible. Et ça, Alexandre n'avait pas envie de l'affronter. Le Russe avait ses propres problèmes et il avait vraiment besoin du soutient de sa compagne. Il avait été bouleversé...

Alexandre avait recroisé son petit frère Gregory. Ils ne s'étaient pas parlé depuis presque vingt ans. Al' avait claqué la porte de la maison familiale pour complétement disparaître de leur vie. Ils avaient refusés ses choix de vie, son métier, mais surtout sa compagne. Ses parents et ses frères avaient été horribles avec Maddison, parlant russe pour ne pas se faire comprendre. C'était la goutte eau qui avait dégouliner le vase. Alexandre ne regrettait pas ses choix. Il aimait sa compagne, il aimait leur enfants, ainsi que son métier... Mais le fait d'avoir appris le décès de son père l'avait secoué. La mère d'Alexandre était en train de faire un glissement. Et s'il lui semblait impossible de se rendre en Russie, Alexandre voulait au moins reprendre contact avec sa mère. La situation était énormément complexifié par son métier et les liens étroits qu'entretenaient le reste de sa famille avec la Bratva.

Alexandre se leva et fit un pas elle. Maddison était debout, les bras croisés, le visage fermé. Tout indiqué qu'elle voulait mettre fin à cette discussion. Mais le flic n'allait pas lâcher l'affaire, il avait besoin de savoir, d'être rassuré. Il était trop inquiet pour elle. "Maddison, j'aurai cherché à t'espionner, je saurai déjà ce qu'il se passe.". Alexandre avait confiance en ses propres capacités. "Je n'agis pas en tant que flic, mais en tant que ton mari.". Il n'avança pas plus vers elle, laissant un vide entre eux. "J'ai confiance en toi... Mais c'est toi qui met en danger cette confiance en me mentant.". Alexandre demanda de nouveau d'un ton plus bas. "Que se passe-t-il ? Est-ce quelqu'un te menace ? Te fais du chantage ?".

Le flic voyait bien qu'ils n'iraient nul part de cette manière. Maddison n'allait rien lâcher... Et lui non plus. C'était là le problème. Sa femme était peut-être en danger. Alexandre se voyait comme l'homme de la maison. Il était hors de question qu'il ne soit pas au courant de la situation. Voyant qu'ils étaient au point mort, Alexandre commença à s'énerver. Sa voix monta de volume. "Pourquoi ne pas m'expliquer ? Quel est le problème ?". Il posa brutalement sa main gauche sur la table "Putain ! Maddison tu sais très bien que tu agirai de la même façon si tu étais à ma place !". Elle aurait probablement était pire. Surtout qu'au début de leur relation, Alexandre avait eut la tentation d'aller voir ailleurs.

Alexandre se recula. Il continua en se faisant plus froid "Si tu me faisais confiance un minimum tu m'en aurais parlé.". Il enchaina "Maître Drake pense peut-être que son mari est trop con pour comprendre ?". Les flics n'étaient pas des orateurs et étaient parfois mis à mal par des avocats comme Maddison. Alexandre planta son regard dans celui de sa compagne "Ne m'oblige pas aller chercher l'explication par moi-même.". Clairement si Maddison ne lui donnait pas d'information, Al' irait mener l'enquête. Le Russe ne voulait pas en arriver là.
Alexandre Berezowski
Alexandre Berezowski
PROTECT&SERVE
Messages : 108
Date d'inscription : 24/02/2020
Localisation : Londres - au commissariat ou chez lui avec ses enfants
Profession : enquêteur à la crim'
Etat Civil : marié
Jeu 2 Avr - 21:25
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: