AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
-36%
Le deal à ne pas rater :
Bose QuietComfort 20 – Écouteurs Intra-auriculaires
159 € 250 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Goodbye sweet sweet dreams
Nicola Navarro
Les journées dites 'normales' ou 'basiques' avaient ce don de m'ennuyer. Ces journées où j'abordais désormais sans mal un masque de jovialité à vomir et souriant sans réelle raison apparente dès qu'on m'adressait la parole comme si ma vie n'était que soleil et arc-en-ciel. J'en venais presque à exécrer ce qu'on nommait si affectueusement les morning sunshine, me rappelant trop bien pourquoi j'avais fait vœux de vivre seul jusqu'à ce que la mort me traîne hors de ce monde monstrueusement comblé d'idiots et d'insupportables personnes. Ces journées où je commentais tous les bouquins de la librairie comme si je les avais tous lu un à un... ce qui était presque le cas même si pour plusieurs je m'étais contenté des critiques et résumés fort utile sur le net. Ces journées où je me sentais comme une aberration tant cette normalité avait quelque chose qui ne me définissait en rien. Elle était bien tout le contraire de ce que je suis au plus profond de mon être à dire vrai. Et pourtant je cultivais l'illusion comme si j'étais réellement ainsi, baveux de joie et de bonne humeur, de charmantes répliques, d'empathie et de bonté. Comme c'était facile de berner les gens. Ils n'y voyaient que du feu et revenait même pour papoter alors que je leur ouvrais la porte comme le bon petit garçon qu'on aurait voulu que je sois. Même mes propres parents ne me reconnaîtraient pas en ce moment et c'est précisément la raison pour laquelle ils n'ont pas de nouvelles de ma part depuis des années. À quoi bon alors qu'ils se foutaient bien de moi autant que j'ai appris à me foutre d'eux? Heureusement toute bonne chose a une fin et cette journée ne fait pas exception à la règle.

Il était déjà près de 22h lorsque j'ai finalement quitté la librairie après avoir fait le compte de la caisse et autres petites tâches nécessaires à la survie du commerce. Rien de bien palpitant et tout de trop ennuyeux, mais il faut ce qu'il faut pour garder une couverture digne de ce nom. Ensuite, direction la maison. Un sandwich tout aussi ennuyant que la journée, une douche bouillante pour laver le sunshine de mes tripes, une petite tournée de mes mails et autres messages, l'organisation de quelques recherches pour le lendemain et l'heure qui avance m'intimant d'aller me mettre au lit. S'il y a bien une chose que je regrette des années qui passent c'est mon corps qui se venge dès que ma nuit de sommeil est un peu trop écourtée à son goût. Heureusement, je ne suis pas de ceux qui accumulent les insomnies et autres soucis, m'endormant en réalité plutôt rapidement. Il faut croire que je n'ai pas suffisamment mauvaise conscience de mes actions pour avoir besoin de me les ressasser tous les soirs. Je suis un monstre. Un monstre qui s'est finalement couché à 2h du matin et qui sait qu'au réveil forcément ça va piquer.
Nicola Navarro
Nicola Navarro
LONDON PEOPLE
Messages : 31
Date d'inscription : 29/02/2020
Localisation : Haringay
Profession : Officiellement libraire, officieusement hacker
Etat Civil : Célibataire endurci depuis longtemps
24th Mars 2020, 16:15
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Cusack


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Goodbye sweet...

Gambit et Apophis

revenge doesn't stop.

Vengeance
Mars 2025.
Appartement de Gambit.

Armé des données que t’as filé la petit jeune tu n’as pas décidé de rentrer dans ton appartement. Premièrement parce que tu es un oiseau de nuit et deuxièmement parce que tu n’aimes pas particulièrement qu’on se foute de ta gueule et qu’on mette un contrat sur ta gueule. Ce mec a peut être pensé que faire appel à un mercenaire pourrait être une bonne idée mais il s’est raté en choisissant son mec. T’es certainement pas le mercenaire avec le plus d’état d’âme mais t’as tout de suite senti que ça puait. Et pas seulement parce que le gamin s’est fait dessus quand tu l’as choppé dans une ruelle pour lui faire cracher vérité. Vérité bien autre que celle qu’on t’avait chantée pour ce contrat. Surtout quand t’es obligé de te fighter avec un autre mercenaire au milieu de ta mission parce que le commanditaire a doublé le contrat pour être sûr que ça se fasse. Y’a des mercenaires qui ont un code de l’honneur, toi tu pars du principe que si on veut te tuer tu tueras en premier, que ce soit un collègue ou pas.

Du coup t’as passé plus de temps que prévu sur cette histoire. T’as vite compris que le gamin n’était pas un voleur de drogue c’est juste un petit minet qui a mis son nez dans une histoire plus grosse que ce qu’il pensait et a fait chier la mauvaise personne. Maintenant tu le connais pas ce gamin aussi t’as récupéré les données qu’il avait et tu préfères faire appel à quelqu’un de connu dans le métier : Gambit. T’as jamais eu l’occasion de le rencontrer mais t’en as entendu parler et tu sais que contre du fric il fera ce que tu demandes et vérifieras. T’aurais pu attendre le lendemain mais t’aimes pas les missions qui trainent aussi tu fais un ou deux bars avant de trouver l’adresser du hacker. Il est trop facile à trouver, beaucoup trop à ton gout mais il fait ce qu’il veut de son cul.

Il est peut être trois heures du matin quand tu fumes ta clope en regardant l’endroit où il vit. Pas compliqué d’y rentrer. Tu te demandes s’il a un système de sécurité correct. C’est le moment de tester aussi tu écrases ta clope avant de la coller dans une boite en métal que tu ranges dans ta veste en cuir. En quelques enjambées tu es à la porte et n’as pas besoin de grandes compétences pour ouvrir la porte et désactiver l’alarme. T’y connais rien en informatique mais tout se paie quand on a besoin de désactiver une alarme. Tu ne cherches pas à fouiller l’endroit, tu veux voir le mec aussi tu vas vers sa chambre, ne mettant pas longtemps à la trouver avant de t’appuyer contre le chambranle de porte en observant la silhouette endormie dans les draps. Y’a pas de bonnes méthodes pour réveiller quelqu’un quand t’es déjà rentré chez lui sans sa permission aussi tu te contentes de t’approcher du lit, faisant glisser ton couteau de ta manche à la paume de ta main au cas où il ait un minimum de réflexe et tu plaques ta main sur sa bouche pour qu’il ne crie pas. Un réflexe humain que tu détestes, sauf si c’est ce que tu veux. « Respires. J’suis pas là pour t’buter, j’ai besoin de tes capacités Gambit » Il serait déjà mort sinon. T’attends qu’il te fasse signe qu’il a compris avant de lui rendre sa liberté.
(c) DΛNDELION
Rhys Cusack
Rhys Cusack
FUCK THE LAW
Messages : 31
Date d'inscription : 21/03/2020
Localisation : Partout
Profession : Mercenaire
Etat Civil : RAS
29th Mars 2020, 01:50
Revenir en haut Aller en bas
Nicola Navarro
Si le sommeil se trouve rapidement les nuits ne sont pas douces pour autant. Elles sont vides de ce néant qui a toujours été présent en mon esprit, m'offrant des nuits sans rêves et sans envies. Des nuits sans espoir de vie meilleure ou d'objectifs à atteindre. Elles ne m'offraient que cette noirceur brisée par les rayons de soleil éclairant la pièce au petit matin ou le réveil que je devais parfois programmer malgré ma non envie. Elles étaient mornes et toutes aussi monstrueuses que je me considérais l'être de leur absence de magnificence. Comme si je n'y avais pas droit, comme si je ne pouvais pas avoir le loisir de rêver. Peut-être était-ce là ma réelle punition pour ce que j'avais décidé de faire de ma vie, pour les mensonges cultivés sans une once de remords. Des nuits sans rêves et sans beauté. Du moins, c'est l'impression que j'en avais. Il est, semble-t-il, possible de rêver sans se remémorer ses rêves pour autant. Le cerveau ayant dans tous les cas besoin de faire le tri dans les éléments accumulés au cours d'une journée et forcément je ne pus m'empêcher depuis toujours de penser que c'est lui qui était en cause de cette prétendu aberration. Après tout, je ne semblais pas avoir la nécessité de supprimer la moindre séquence de ma tête une fois une journée terminée. Mon esprit absorbant plutôt le tout comme une éponge qui n'arrivait pas à trouver son point de saturation. Pourquoi rêver alors? Pourquoi analyser le contenu de ma journée si le besoin était absent? C'est la seule théorie que j'avais à ce sujet, la triste réalité peut-être, l'évidence qui ne changerait rien à la situation.

Cette main qui se pose contre ma bouche cependant je ne la rêve pas, je ne l'imagine pas, et il me suffit d'ouvrir les yeux en sursautant pour le constater. Pour voir le visage de cet inconnu au-dessus de moi, la chaire de sa paume couvrant mes lèvres pour m'intimer un silence que je ne me sens pas de briser. Me contentant de lui lancer un regard de mise en garde même si je sais mieux que quiconque que si j'ai du cerveau je n'ai pas forcément de réflexes démesurés pour accompagner le tout même si je ne suis pas particulièrement chétif. Alors j'attends sans bouger de savoir la raison de sa présence chez moi, plus particulièrement dans ma chambre, tendu au possible jusqu'à ce qu'il affirme ne pas être là pour me tuer en usant de mon pseudonyme utilisé sur la toile pour couronner le tout. Cette façon de me faire demander mes services n'est assurément pas la plus agréable que j'ai expérimenté ça c'est une évidence. Je lui fais tout de même signe que je ne compte pas hurler comme une fillette morte de trouille même si ça je le suis un peu par défaut, normal lorsque se fait éveiller de la sorte j'imagine. Ce n'est que la réponse logique du corps d'avoir le palpitant qui s'emballe tout autant que la respiration. « Cogner à la porte aurait fait le boulot, pour une prochaine fois. »

Je m'étire pour allumer la lampe de chevet à côté de mon lit, soupirant en me redressant pour fixer l'inconnu. Appréciant tout de même avoir la bonne habitude de dormir avec un pantalon de pyjama au minimum. « Qu'est-ce qui est si urgent que ça nécessite de me faire réveiller chez moi en plein milieu de la nuit? Parce qu'à titre informatif ce que je fais demande tout de même un minimum de concentration et c'est difficile d'avoir ça quand on a pas un minimum d'heures de sommeil dans le corps. » Pas que je sois de mauvaise humeur, mais un peu tout de même. Également un peu au fait que mon ton de voix n'est probablement pas le meilleur à adopter face à une personne violant ainsi l'intimité des gens, mais je blâmerai aisément le réveil un peu trop brusque.
Nicola Navarro
Nicola Navarro
LONDON PEOPLE
Messages : 31
Date d'inscription : 29/02/2020
Localisation : Haringay
Profession : Officiellement libraire, officieusement hacker
Etat Civil : Célibataire endurci depuis longtemps
1st Avril 2020, 01:03
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Cusack


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Goodbye sweet...

Gambit et Apophis

revenge doesn't stop.

Vengeance
Mars 2025.
Appartement de Gambit.

Son regard de mise en garde ne semble pas particulièrement t’émouvoir, tu as bien d’autre chose en tête. Y compris le fait qu’il se taise pour ne pas ameuter tout le quartier et que tu sois obligé de prendre une décision rapide et efficace. Une chance pour lui, il est connu dans le monde des hackers et tu fais confiance à tes sources pour t’avoir dit que c’était un bon. Tu attends qu’il te fasse signe qu’il ne compte pas crier pour ôter ta main, gardant cependant ta lame glisser le long de ta paume. La vie t’a appris à te méfier de tout le monde, y compris les personnes qui ne paient pas de mine. On ne tourne jamais le dos à un inconnu. « T’as pas envie qu’on me voit sur ton pallier de porte » Tu restes un mercenaire, un homme mort pour énormément de personne et un homme de main pour le faible pourcentage restant. C’est toujours mieux de ne pas savoir officiellement qu’un homme comme toi vient demander un service. C’est comme ça le monde des ombres : tout le monde le sait mais vaut mieux ne jamais pouvoir le prouver.

Tu te recules et le laisses s’asseoir, détaillant un peu son regard particulier. Cela te rappelle un court instant un vieil ami, un de tes hommes mort ce fameux jour, contrairement à toi. C’est un étrange souvenir qui revient et en même temps tu vis dedans depuis tellement longtemps que cela te donne un sentiment familier que tu as rarement. Tu défais ton cuir pour te mettre à l’aise, tirant sur la cicatrice que tu as à la clavicule, faisant trop jouer les points qu’on vient de te faire, du sang imbibant de nouveau le pansement que tu portes. Tu ne le sens pas, tu as même oublié que tu avais cette blessure, seule une légère faiblesse te le rappelant à cette heure avancée de la nuit. Faut vraiment que tu prennes un truc à manger avant de rentrer dans son appart’ à défaut de pouvoir faire mieux.

Ses reproches tu les écoutes à moitié, cela ne t’atteint pas, tu me contentes de t’appuyer contre un mur sans le lâcher des yeux. « J’ai besoin que tu me vérifies des données que j’viens de récupérer. » T’y connais rien t’as besoin d’un second avis. « J’ai un client qui est du genre milliardaire coté en bourse pour plusieurs de ses entreprises de solutions informatiques. Il en a une qui gère la sécurité informatique et un petit hacker semble avoir mis son nez dans une faille de son programme. Il m’a filé le programme qui lui a permis de déjouer le logiciel de mon client et j’aurais besoin que tu vérifies qu’il m’a bien dit la vérité sur cette histoire de faille. » Et quand t’es en mission tu te moques de l’heure qu’il est. Surtout que tu viens d’épargner la vie de ton contrat donc t’espères que ça en vaille la peine sinon la sentence sera bien plus importante que le contrat de base.
(c) DΛNDELION
Rhys Cusack
Rhys Cusack
FUCK THE LAW
Messages : 31
Date d'inscription : 21/03/2020
Localisation : Partout
Profession : Mercenaire
Etat Civil : RAS
5th Avril 2020, 23:08
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: