AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -21%
Housse de transport et protection Tomtoc pour console ...
Voir le deal
14.99 €

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Siobhan Oswell || Tu danses dans les ténèbres
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Siobhan Oswell
Siobhan Bryenne Oswell
ft. Daria Sidorchuk

Prénom(s): Siobhan (prononcé Shuvawn) Bryenne un prénom qui n'existe qu'administrativement pour le peu qu'elle l'utilise, pour le peu que ce dernier soi réellement usée
Nom: Oswell un nom qui a longtemps souffert mais qu'elle tente durement de porter fièrement
surnom: une préférence à ce qu'on la nomme SIO, évitant ainsi d'entendre une prononciation écorché.
âge: 21 feuilles d'automnes
Naissance (date&lieu): Née sous les premières fraîcheur d'automne le 22 septembre 2003, dans ce pays natale d'Irlande, à Belfast
Nationalité: Irlandaise de pure souche, le sang se mêle au côté Gallois et Romanichelles
Profession: Etudiante à l'université en Art visuel. Une très bonne dessinatrice. Passionnée par la photographie à ses heures perdu. Elle travail aussi depuis peu dans un petit salon de thé quelques heures par semaines pour ramasser quelques billets supplémentaires.
Groupe: LONDON PEOPLE

Son accent prononcé quelle tente tant bien que mal d'effacé fini toujours par la rattraper. Impossible de ne pas la voire, tant par la couleur flambante de se cheveux que les fines petites tâches qui lorgne son doux visage. Une rousse épatante Elle a marqué son corps de cette peinture indélébile, ancré jusqu'au sang, espérant caché les cicatrices de son âme par des images, mais plus particulièrement les blessures infligés à elle-même.


Point
Un visage marqué à vie d'une expression qui ne disparaîtra jamais. Son sourire est toujours si faux qu'elle ne le reconnais même plus, elle l'efface lentement comme sa propre personne a mesure du temps.
Outre les bancs universitaires, les petits cours supplémentaires et les rares amis fait en cours de route, la rousse a un petit emploi dans un salon de thé en ville. Partageant son maigre salaire au frais de l’appartement, une majorité mise de côté espère être utilisé pour prendre sa propre clef. Elle n'a pas encore glissé cette idée de s’émanciper, elle redoute le regard de sa soeur à ce sujet. Serait-ce de l'abandon de vouloir vivre en paix ?
Une droguée silencieuse, accro au kétamine et amphétamine, elle connait particulièrement bien le Valium, à sa tendance à calmer les angoisses qui demeurent trop présente. Et son contre coup, les troubles, la confusion, la baisse de vigilance et les maux de têtes à répétition. Elle sait le mal que cela lui fait, mais qu'importe, elle en a besoin.
Les portes du seigneurs sont souvent un réconfort au plus profond de ses remords.
À Belfast, il lui était possible de compter sur des connaissances bien entretenu pour quelques sachets à des prix abordable. Dans cette ville il n’y a d’autre choix que de mettre une somme plus excentrique. Du bouche à oreille, en passant par des inconnus.
Elle a déjà fait quatre tentatives de suicides au cours de ces trois dernière années. Mais, il semblerait que la vie ne soit pas encore prête à s'éteindre en elle.
Dans son refuge favori, dans son propre monde. Là où elle brise les règles, elle fantasme sur un passé plus clair. Il lui arrivait souvent de repenser à Isaac toujours si profondément ancré…

Mon caractère
Siobhan c'est avant tout une jeune femme brisée. Sous son joli sourire si souvent faux, elle cache sa souffrance qui la ronge depuis tant d'année. Elle ne sait toujours pas comment faire face aux pertes qu'elle a connues, préférant ce recroqueviller sur elle-même. Attendant que l'orage passe. Une routine si mauvaise qu'elle a fini par s'y perdre. Elle ment comme elle respire avec beaucoup trop soin. Elle se ment à elle-même. C'est un rôle presque facile à endosser, devenir quelqu'un d'autre pour connaitre la paix. Pour ne pas parler. Elle s'enterre dans un mutisme. Elle se fait violence pour rester éveillée.

Sa fratrie dira qu'elle est pourtant si douce, Siobhan. C'est un rayon de lumière qui s'élève et brillent de mille de feu. C'est une joie de vivre. Un bonheur à admirer. Ils ne voient que ce qu'elle leur donne. Simplement ce qu'ils ont envie de faire apparaitre sous leurs yeux. Siobhan c'est la benjamine qui n'a pas grandi diront-ils, la petite dernière qu'il faut protéger et garder tel quel. Ils l'ont l'enfermé dans une cage dorée et ne voit pas plus loin que le bout de leur nez.

Elle n'est pas stupide Siobhan, elle a des yeux pour voir. Des oreilles pour entendre. Elle n'est pas stupide, elle est simplement discrète. Et on l'oublie. On finit toujours par l'oublier. Cette frêle demoiselle toujours si sage, toujours si bien encadré. À l'image presque parfaite. Elle reste si calme, pourtant elle est prête à imploser. Elle est prête à se fendre en mille morceaux et laisser ses démons l'approprier, ses démons la hanter. Elle les griffonnes sur des papiers pour les affronter.
Les mots ne veulent rien dire, ses dessins sont bien plus souvent parlant. Cinglant. Effrayant. Elle fige l'instant présent.

Siobhan c'est une fleur fanée. Qu'on aime à en crever.


Pseudo: Laelyss
Âge: 24 ans
Ton arrivée ici: Grace a la frangine qui a trouvé votre bébé =3
ton avis: J'aime son côté sombre, du drama devil j'ai hâte
DC: Nope
inventé/scénario/PV: Scénario de @llewyn oswell
crédit: écrire ici
par Moses. sur Bazzart
Siobhan Oswell
Siobhan Oswell
LONDON PEOPLE
Messages : 126
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Entre ici et ailleurs
Profession : Etudiante en art visuel. Passionnée par le dessin et la photographie. Travail quelques heures par semaines dans un petit salon de Thé pour un peu de revenus supplémentaire
5th Avril 2020, 15:52
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Oswell

Une première feuille d'automne est tombée. Elle a virevolté dans l'air, tournoyé et s'est posé avec douceur sur terre. Elle a sonné la fin de l'été, le laissant disparaître doucement, calmement, pour que septembre s'étende. Ce mois où le sourire se cache comme le soleil, parmi un noir marqué de fraîcheur qui s'installe à pas feutrer. Ce mois où les feuilles se décrochent l'une après l'autre des arbres vieillissants, comment un sentiment brisé. Ce mois où pour la première fois les pleures d'un bébé on était récompensé. Bercé entre les bras d'une mère rassurée et d'un père émerveillé sous la beauté d'un nouveau-né.
La boule au ventre avait cessé et la peur s'envola une fois les portes de l'hôpital passé. L'enfant qui avait vu le jour sur la banquette arrière de la voiture, grièvement bleue, dangereusement froid, le souffle inexistant, avait retrouvé son teint de lait perçant. Pour les plus heureux qu'étaient les parents.

Ce doux moment de bonheur et de paix, devint un souvenir effacé, oublié et enterré avec le reste d’une vie volée.
Si elle avait su, Siobhan aurait préféré mourir ce jour-là.


❧ DOUCE ENFANCE SI PARFAITE ❧

Une belle enfant aux yeux innocents. Enfouis dans un cocon qui se voulait amour et tendresse. Dans un nid douillet où il était possible de se sentir princesse. C'est ce qui était désiré. Mais, pendant longtemps elle s'y sentait seule. Pendant longtemps elle haïssait secrètement ses aînés d'avoir connu les traits fins et doux d'une mère, d'avoir goûté à ses bras chauds et de s'être blottit contre les battements d'un cœur rassurant. Les images de ses souvenirs disparurent de son esprit comme la fumée d'une bougie soufflée. Un vide qui ne pu être réellement comblé, quand bien même sa fratrie se plia toujours en quatre pour décrocher un sourire sur son visage d'ange. Il lui manquait l'amour d'une mère pour grandir et d'un père peu présent, si absent qu'il finissait par lui manquait aussi. Llewyn veillait sur cette dernière comme si elle l'avait mise au monde. Bâtissant des murs qui ne semblaient s'écrouler sous aucun prétexte, la protégeant de la dure réalité d'une vie extérieure. Elle la préservait, loin de la peine, des violences, du sang des rues qui s'étalaient lentement sur les dalles noircis de Belfast. Le roc entier de toute une famille qui s'enfonçait à petit feu.

La petite fille qui grandissait dans une Irlande qui se déchirait de jour en jour, eue par la chance la sensation de se sentir normal. Elle était une bonne petite sans jamais un mot plus haut que l’autre. Amenant souvent une voie de gaieté parmi les pierres d’une maison renfermée. Elle courait dans tous les sens au grand dam de ses aînés. On ne comptait plus le nombre de parties de cache-cache effectués et les planques plus farfelus qu’elle trouva pour échapper au grand méchant loup souhaitant la dévorer à coup de chatouille. Il y avait tant d’innocence dans l’air que si elle l’avait su plus tôt, jamais elle n’aurait souhaité grandir.

Quand elle eut suffisamment de force pour tenir sur ces deux petites jambes supportant le poids de son corps loin d'être aussi lourd qu'une crevette d'après ces frères, Rhys lui appris à monter sur un vélo. Elle se souvint de cette après-midi mémorable. La petite brise qui passait dans l'air, le soleil quelque peu caché par les nuages. Le vélo aux couleurs de rose pourpre qu'il tenait droits entre les mains, son visage rassurant qui l'encourageait, Tadgh derrière qui lançait des appels de motivations et Ailbhe qui était son point d'arriver au loin. Le casque fermement accroché sur le haut de sa tête, les mains cramponnées sur le guidon et le regard fixant le point au-delà de son frère, elle s'élança. Une petite crevette sur deux roues. L'élan était hésitant, tremblant, ses doigts s'agrippèrent avec force sur le guidon de peur de tomber, sa trajectoire déviait d'un côté ou de l'autre et ses pieds forçaient pour que les roues fonctionnent. Il ne lui fallut pas plus que quelque seconde pour prendre le coup de main, pour que l'air frais du printemps caresse son visage a l'allure de sa vitesse augmentant. Le plaisir qu'elle sentit de toucher un aperçu de liberté. On la félicita. On cria son nom plein de joie pour son exploit. Ses frères la portèrent comme si la ligne franchit lui avait permis d'obtenir un trophée.

Elle en reçut un ce jour-là. Celui d'un souvenir gravé..


❧ UNE LUEUR DANS LE NOIR ❧

Siobhan était une bonne élève. Assidu dans tout ce qu'elle faisait et entreprenait, elle s'évertuait à la tâche ardemment et donnait toujours le meilleur de soi-même pour obtenir plus que la note acceptable. Elle n'était pas une forte tête et ne visait jamais la perfection qui pour elle ne pouvait exister, mais se contentait d'un essai concluant qui lui suffisait. Sa famille n'étant pas la plus parfaite, on ne l'entendit jamais se plaindre. Son éducation fut bonne, les bonnes manières présentes et, bien qu'elle n'eût guère d'idée d'avenir à cet âge-là, elle se voyait déjà suffisamment heureuse pour contourner tout problème possible et éventuel.
S'imaginait une vie parfaite dissimulait la réalité. Cette réalité qui brisait tout espoir de partir un jour, de connaître le monde sous ses formes différentes et de voir un soleil radieux au milieu d'un ciel bleu, sans une fumée sombre et l'odeur d'une bombe traversant les poumons. On avait beau la maintenir loin de l'IRA, celle-ci état présente jusqu'à empoisonner l'air. Quand bien même elle n'avait pas envie de comprendre, de savoir, de voir, elle restait enrouée à l'intérieur, les observant se déchirer pas à pas. Siobhan elle rêvait d'autre chose. Elle voulait effleurer autre chose que les murs de sa maison, comme une majorité des enfants présents.

Alors, la demoiselle appris avec le temps à reconnaître les moments où l'évasion était possible. Se faufilant secrètement hors de sa demeure pour rejoindre ses amis, profitant de quelques petites heures loin des aléas familiales. Pendant ce temps où il était possible de souffler vainement, parmi une ou deux bières ramenées discrètement, les rires étaient toujours bien plus joyeux.
Ce fut dans ces moments à l'écart, reculé de la surveillance étroite de sa sœur, qu'elle rencontra Isaac. Il était l’aîné de l'un de ses amis, celui qui avait la bonté de garder leur petit secret nocturne loin des oreilles des adultes. Le jeune homme, qui avait une vingtaine d'année alors qu'elle venait de fêter ses quinze ans récemment, prenait aussi soin de son petit frère que sa propre famille pouvait le faire avec elle. Pourtant, il ne semblait jamais l’étouffer plus que de raisons.
La petite rousse qui commença de plus en plus avoir des allures de demoiselle par ses formes grandissantes, appris à le connaitre à chaque nouvelle sortie. Elle avait envie de croire qu'il s'agissait d'alchimie, que les rires et les regards qu'ils s'échangeaient à chaque croisement n'était pas qu'un simple effet d'alcool. Une jeune insouciante qui tomba amoureuse.

Et, le 10 décembre 2018 fut une soirée des plus inoubliables pour la petite Siobhan. La nuit avait été particulièrement froide, le ciel plus sombre qu'à son habitude et malgré le feu constant créé dans une cette vieille bâtisse qui était devenue leur repaire, le manque de chaleur fut plus que ressenti. Une fois encore alcool avait coulé à flot, d'autre s'était contenté d'une fumée blanche aromatisée au coin des crépitements de flammes. Une veille radio faisait office de fond sonore enfouis sous les éclats de rires de leur conversation. Et au milieu de ce maigre chahut, Siobhan eut son premier baiser. Il était tel qu'elle avait pu le rêver depuis des semaines. Et elle ne s'était jamais sentie aussi vivante que cette nuit-là.

❧ MARQUÉE A JAMAIS ❧

Le parquet grinça une troisième fois. Et une pour la troisième fois elle le supplia de cesser ses jérémiades incessantes, mais il n'en avait que faire. Quatre heures avaient déjà été dépassé et un nouveau record battu depuis ces trois derniers mois. Les pieds titubaient maladroitement et la vision était bien trop floue pour ne pas éviter comme il le fallait les obstacles sur le chemin. La demoiselle jura une fois, deux fois avant d'abandonner la lutte. À quoi bon, les meubles ne semblaient pas lui obéir.

Son cœur manqua brusquement un battement régulier quand des doigts frais se posèrent sur son épaule, de peu elle aurait pu se mettre à hurler par peur mais s'en retenu attend, évitant de réveiller tout un quartier entier. Elle eut un mal fou à reconnaître à qui appartenait la tignasse rousse qui se dressait là. Un malaise se faufila dans son être et elle pria pour que le Dieu soit clément, pour qu'il lui laisse la possibilité de ne pas faire face à sa sœur. Dans son infini bonté, ce fut Rhys qu'elle reconnut après qu'il eut prononçait trois fois son nom pour la ramener hors de ses pensées. Son regard sombre qu'il lui accorda pour jouer son rôle de frère aîné trahissait la surprise et le désarroi pour faire face à son état. Il était bêtement plus facile d'imaginer le reste de sa fratrie éméchée que l'innocente petite dernière. Siobhan empestait l'alcool à des kilomètres et il n'en revenait pas. Pourtant, son air se mit à s'adoucir quand il s'attarda davantage sur les petits détails de son visage. De ses yeux rouges larmoyant, de son nez qui ne cessait de renifler et le maquillage qui avait coulé, qui avait été essuyé dans une grande rapidité. Il le voyait sans avoir à le demander, sa petite sœur connu une douleur.
Ce ne fut que quand il la ramena dans sa chambre, qu'il tenta de calmer ses mouvements excessifs et l'aida à se débarrasser de ce qui l'encombrait dans ses vêtements qu'il pâlit. Juste-là. Là où personne n'aurait dû avoir le droit de s'y glisser. Juste-là où la fragilité en aurait coûté à certain. Il voyait cette tâche de sang encore fraîche sur sa jambe dénudé.

Isaac lui avait volé sa vertu.
Son innocence.
De ses lèvres tremblantes, Siobhan n'eu d'autre choix que de raconter les événements vécût depuis qu'il avait fait irruption dans sa vie. De leur première rencontre au premier baisé. De la viré en voiture qu'ils avaient profité au petit snack partagé faisant office d'un restaurant digne de ce nom, là où pour la première fois il lui avait prononcé deux mots faisant soulever son cœur. Elle l'aimait éperdument, peut-être que ce n'était qu'un amour de jeunesse, peut-être qu'à la fin de l'été elle l'aurait oublié. Mais peut-être qu'il y avait bien plus que cela.

Cette nuit marquait leur cinquième mois de relation et Rhys jura comme un camionneur. Petite futée qu'elle était, elle en avait mené quatre en bateau sans que personne n'en sache rien, parce qu'elle n'était jamais le centre de l'attention. On l'oubliait bien vite quand le ton montait au-delà des murs épais des chambres voisines. Llewyn avait toujours bien trop à faire avec le plus turbulent des garçons qui se tenait face a elle pour s'attarder suffisamment sur la dernière. Ce qui jusqu'à présent restait à son avantage sur bien des points. La rousse lui raconta alors le déroulement de leur soirée, les amis qu'ils avaient rejoints, l'ambiance festive et les nombreux verres qui glissèrent entre ses doigts. Il y eut celui de trop, celui qui lui donna envie de franchir le pas sans qu'elle n'en soit pleinement consciente. Isaac se pris au jeu. Il fut si doux qu'il n'y avait guère de raison de ne pas se laisser aller. Et puis l'excitation monta, il en devint entreprenant. Trop entreprenant au point de ne pas entendre ses supplications, au point que jamais elle n'avait perçu une douleur aussi tranchante que celle-ci.
Une partie qu'elle garda bien enfouis.

Rhys avala son histoire, ses mots les un après les autres. Ses poings étaient près à broyer toute chose passant entre ses mains. Sa petite sœur voyait dans son regard toute la déception du monde. Comme s'il s'en voulait ne pas avoir été là. De ne pas avoir joué convenablement le rôle du protecteur qu'on attendait de lui. Que tous auraient dû faire à son égard. Inadmissible, il allait le tuer. De manière si clair et nette qu'il le prononça, sa mort était imminente. Mais Siobhan l'implora de mettre fin à cette idée. Ses yeux se mirent à nouveau à laisser couler les larmes, jurant que ce n'était rien, avouant qu'elle allait bien. Amoureuse qu'elle était, l'idée qu'Isaac ne face plus partie de sa vie l'effrayait. Il était le souffle dont elle avait besoin pour ne pas penser au monde désastreux qui pouvait bien l'entourer. À l'étouffement permanent et l'enfermement qui ne cessait de s'accroître entre les cloisons. Malgré ce mal, impossible d'imaginer un instant sans lui. Il était son besoin vitale telle une bouée de sauvetage. Une incompréhension pour son aîné, mais qui céda tout de même à sa requête après l'avoir vu aussi bas.

À contrecœur, Rhys promis que son secret ne sortirait jamais des quatre murs de sa chambre. Et que son poing ne rencontrerait pas les traits de son faciès.
Ce que Siobhan ne savait pas, fut ses doigts croisés.


❧ LES FINS HEUREUSES SONT MORTES AVEC TOI ❧

Vina n'était pas sa mère. Sa génitrice tout au plus. Mais jamais il lui aurait été possible de la voir telle une mère. Une maman. L'abandon qu'elle lui laissa créa un vide béant dans sa poitrine que personne ne put concrètement combler, pas même cette femme qui s'accordait le droit de venir une fois par an pour remplir son devoir. Le rituel était toujours le même et Siobhan le hissait. De tout son être elle aurait préféré que celle-ci passe l'arme à gauche et que son souvenir soit effacé, emporté comme une marque dans le sable. Mais la clémence du seigneur en avait décidé autrement et, au lieu de prendre une femme qui n'avait rien de bien sain, il préféra lui arracher son frère.
Quand Siobhan déposa une rose sur le cercueil de Rhys, elle évita les bras tendus de Vina qui crue bon de pouvoir l'a réconforté et pleura toutes les larmes de son corps entre ceux de Tadgh. Elle qui pensait que dire au revoir à Ailbhe, cloîtré sous les barreaux serait sa dernière souffrance, jamais elle n'aurait pensé franchir les portes de l'église vêtue de noir.
La demoiselle ne pu comprendre pourquoi il avait tant aimé ça, prendre des risques aussi inutiles pour des histoires qui tôt ou tard pouvait coûter sa perte. Elle aurait aimé le lui demander. Sa famille aurait dû être la seule chose préoccupante. Est-ce que cela en valait vraiment la peine ? Et maintenant qu'il n'était plus là, qu'est-ce qu'elle allait faire ? Des questions sans réponse elle en avait par centaines à poser. Mais personne ne pouvait y répondre

Toute sa famille, ou du moins ce qu'il en restait, tenta de survivre à la succession de ses événements. Si autrefois elle avait le souvenir de les voir unis, cette idée sembla ébréchée. Lentement et inexorablement le chagrin se faufila pour l'envahir. Il pris une place de maître dans son for intérieur et dicta le moindre de ses pas qui n'avaient plus sens. La solitude devint à grande vitesse sa meilleure amie. Son visage si expressif perdit toute sa splendeur et on n'entendit plus le son d'un rire mélodieux entre quatre briques. Désespérément elle chercha du réconfort auprès de son petit copain, mais sa disparition soudaine après la rébellion de Belfast et le silence laissé, ne fit que confirmer ses doutes ; si son petit frère ne répondait plus présent sur les bancs de l'école, la fuite fut son option. Siobhan, petite naïve, avait pensé que dans son désir de partir il se serait donné la peine de l'arracher à cette vie. Partant ensemble pour réaliser les rêves qu'ils s'étaient imaginés. Mais elle du se rendre à l'évidence qu'il sut manier ce mensonge à la perfection pour l'avoir oublié. Une lame plantée qui accentua sa déchéance.
Premier amour, celui qu'elle croyait éternel. Elle l'enferma a double tour dans un cœur en miette.

❧ J'AI MAL A L’ÂME ❧

D'aussi loin qu'elle s'en souvienne, la première fois que le mélange d'amphétamine fit son effet, son corps ne s'était jamais senti aussi apaisé. Tout le poids sur ses épaules l'avaient quitté pour laisser place qu'à un sentiment de plénitude. Plus rien n'avait vraiment d'importance, tout n'était que des banalités qu'il était possible de ce décharger d'un simple revers de la main. Rien ne comptait hormis la délectation de ses membres engourdis au plus le temps s'écoulait. Ses gestes furent lents, sa voix plus enrouée, mais depuis bien longtemps un sourire pu s'afficher à nouveau sur le coin de ses lèvres. Un sourire que personne ne vit. À défaut d'autre chose, Siobhan ne parla jamais de sa dépendance à la drogue qui grandissait de jour en jour. Il ne fallut qu'une seule prise, qu'un seul soulagement pour qu'elle en désire davantage. Elle pouvait se permettre sans créer d'histoire, plus personne ne prenait réellement le temps de rester sur son dos et il faut dire qu'elle ne donnait jamais l'impression d'un tel besoin. Elle restait dans les normes d'une fille qui passait le cap de l'adolescente sans en faire trop, ni assez. Elle était une bonne élève qui pouvait aspirer a de grandes études, pour le plus beau plaisir de sa sœur. Mais son visage se perpétuait à être terne et sans saveur aux yeux d'autrui.

Sans jamais l'avouer, sans jamais le montrer, son corps elle le maltraita avec une haine viscérale. Quand il n'était possible de se déconnecter de la réalité, elle préféra sentir le mal lui lacérait la chair. Présent pour ne pas oublier, ni pardonner.

Au fil du temps, sans vraiment en avoir conscience, la demoiselle cessa de compter les jours entre ces briques gigantesques qui se voulaient être sa maison. Elle avait cessé de regarder la porte de son aîné disparu et celle de son frère enfermé. Ses pieds passaient au-delà sans jamais s'arrêter. Quand bien même il lui tardait de revoir les traits de ce dernier, la peur présente ne pus jamais la quitter. Tout changeait et qu'elle le veuille ou non, il en valait de même d'un homme derrière les barreaux. Siobhan s'engouffrait dans une routine, perdant le goût pour des choses futiles, abordant son masque éternel.

Elle se laissa dépérir à petit feu.

❧ QU'EST-CE QUE CE SERA DEMAIN ❧

Londres et son nombre important d'habitant. Bien qu'atypique et presque convivial pour certain, pour d'autre cela ne restait qu'une poudre aux yeux. De la mascarade joliment étalée. Pour Siobhan, ce n'était qu'une ville qu'un peu plus propre que Belfast, mais tout aussi pourri de l'intérieur.
Personne ne lui demanda son avis le jour du départ.
Personne ne pris la peine de savoir si le choix pu lui convenir. Si elle était prête à sauter le pas. Elle avait rêvé comme bien des enfants de quitter un jour le sol Irlandais, mais elle ne voyait pas son avenir avec une famille toujours aussi bien enroué sous les jougs d'une mafia. On pouvait la mettre à l'écart autant que possible, cela n'empêcha jamais ses yeux de voir, ses oreilles d'entendre et son cerveau de retenir chaque faux pas. Elle ne discutait pas les choix de sa sœur et moins encore ceux de son seul frère encore présent, mais elle n'en pensait pas moins pour autant.

La demoiselle se fit inscrire dans une prestigieuse université avec des économies qu'elle aurait préférés voir utiliser à des fins plus lucratives. Llewyn lui offrit une voiture flambant neuve avec un permis fraîchement en main et, même si elle apprécia l'idée de ne pas dépendre d'elle à chaque matin, Siobhan aurait aimé garder cet argent pour Ailbhe. Elle haïssait profondément l'idée de l'avoir laissé seul à l'autre bout de la terre. Quand bien même sa sortie n'était plus qu'à quelque semaine désormais, elle s'était fait la promesse d'être le premier visage qui lui ferait face une fois franchi les épais murs en pierre. La première chose qu'il lui serait possible de serrer contre son cœur.
Sa chère et tendre frangine lui avait extorqué ça aussi.

Et puis Londres... c'est étrange. Les gens la dévisagent, les gens l'évitent. Ils se plaisent dans leur routine et souffre de leur incompétence. Ils sont voraces. Elle ne les aiment pas. Elle ne les comprend. Elle aurait voulu crier haut et fort il y a des années que le choix du Brexit était une idée à perdre un pied, que leur monde aller s'effondrer comme il finit toujours par lâcher. Mais Londres n'est pas sa maison. Ce n'est qu'une nouvelle prison. Un lieu où le peuple n'a pas peur de s'entre-tuer. Comme cette image de son bahut qui brûle reste gravé. Elle y était comme une bonne élève. La peur au ventre, l'incompréhension sur le visage. Elle aurait pu y rester. Elle aurait voulu y rester. Elle s'en souviens, en rêve encore, ce n'est pas si loin...

Londres ce n'est pas Belfast.
Londres c'est peut-être pire.

copyright Moses. sur Bazzart
Siobhan Oswell
Siobhan Oswell
LONDON PEOPLE
Messages : 126
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Entre ici et ailleurs
Profession : Etudiante en art visuel. Passionnée par le dessin et la photographie. Travail quelques heures par semaines dans un petit salon de Thé pour un peu de revenus supplémentaire
5th Avril 2020, 15:52
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
Bienvenue parmi nous !

C'est trop cool de voir cette arrivée en masse ! Hâte d'en savoir plus sur la demoiselle (surtout que je suis le terrible MJ qui vient de faire sauter l'université donc t'as du drama direct en arrivant ! xD)

Bonne rédaction de fiche




I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 1046
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
5th Avril 2020, 15:55
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Oswell
ADAKOR ! Comment je finis mes études moi, hein ?! Je veux mon diplôme uwu Rembourse moi

Merciii tout plein ^^
Siobhan Oswell
Siobhan Oswell
LONDON PEOPLE
Messages : 126
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Entre ici et ailleurs
Profession : Etudiante en art visuel. Passionnée par le dessin et la photographie. Travail quelques heures par semaines dans un petit salon de Thé pour un peu de revenus supplémentaire
5th Avril 2020, 15:57
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
Alors écoutessssssssssssss...
Là c'est un peu le bordel toussa mais peut être que les choses vont s'arranger... Pitete... sifflote




I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 1046
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
5th Avril 2020, 15:59
Revenir en haut Aller en bas
Eileen Andarsan
Je valide, Rylee est un MJ démoniaque Razz

Encore un petit nouveau! Et une artiste °W° Bienvenue parmi nous!
Bon courage pour ta fiche et n’hésite pas si tu as la moindre question miiih

EDIT: au pire, diplome gratuit pour cause de trauma ->






I'm definitely on the spectrum of

socially awkward.
Eileen Andarsan
Eileen Andarsan
PROTECT&SERVE
Messages : 517
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Londres
Profession : Inspecteur de Police (S07)
Etat Civil : Célibataire
5th Avril 2020, 16:00
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Lorca
Bienvenue !!!
Louisa Lorca
Louisa Lorca
LONDON PEOPLE
Messages : 350
Date d'inscription : 17/10/2019
Localisation : Londres
Profession : sans revenu
Etat Civil : C'est compliquée
5th Avril 2020, 16:00
Revenir en haut Aller en bas
Rosario Gomez
Bienvenue

Bon courage pour ta fiche
Rosario Gomez
Rosario Gomez
PROTECT&SERVE
Messages : 715
Date d'inscription : 10/02/2020
Localisation : Londres
Profession : Technicienne de Laboratoire
Etat Civil : Accompagnée
5th Avril 2020, 16:02
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste Lemoine
Mais une uni qui explose ça permettra d'avoir le certificat gratos! coquinou
Encore une! Bienvenue parmi nous!
En effet, c'est cool cette arrivée en masse! OMGOO
Bon courage pour ta fiche et n'hésite pas si tu as des question.




On est notre seul famille,
si on se lâche,
on n’est plus rien.
Jean-Baptiste Lemoine
Jean-Baptiste Lemoine
PROTECT&SERVE
Messages : 1551
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : Londres
Profession : Inspecteur Chef / Leader de la Strike Team
Etat Civil : Célibataire endurci
5th Avril 2020, 16:03
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Oswell
Beaucoup trop d'amour sur vous braves gens, vous êtes adorables ! *w* Mercii

Sauf toi Rylee, tu as sauté mon école TwT.... Même je reconnais que le certificat sans effort en poche c'est cool... XD

J'ai tout de même une question maintenant qu'on en parle ! Je ne suis pas certaine d'être tombée sur le sujet qui parle de la destruction de l'école - ou j'ai pas fais gaffe pardon. Du coup, à savoir si (ou non) je le prends en compte maintenant ou durant un rp. Elle l'a explosée hier ou pas ?
Siobhan Oswell
Siobhan Oswell
LONDON PEOPLE
Messages : 126
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Entre ici et ailleurs
Profession : Etudiante en art visuel. Passionnée par le dessin et la photographie. Travail quelques heures par semaines dans un petit salon de Thé pour un peu de revenus supplémentaire
5th Avril 2020, 16:06
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
Hello !

Voici ce qui est paru dans les journaux : https://blacklondonshield.forumactif.com/t710-london-news-fm

Tu peux donc le prendre en compte Smile
Tu as un batiment qui a explosé et qui est tombé sur un autre un matin de février.




I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 1046
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
5th Avril 2020, 16:08
Revenir en haut Aller en bas
Jessica Keenan
@Siobhan Oswell Rylee a été plus rapide pour répondre !

Je peux donc faire mon bienvenue général! Installe-toi bien !
Bonne rédac' ! ^^
Comme je disais à ta soeur un de mes persos @Sean Miller un un irlandais qui sera heureux de rendre service !

Au plaisir de croiser la plume ! cool




Siobhan Oswell || Tu danses dans les ténèbres Blmars14

" Justice ? Yes. But for you ? "
Jessica Keenan
Jessica Keenan
OBJECTION!
Messages : 1217
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : London
Profession : Avocate
Etat Civil : Célibataire
5th Avril 2020, 16:12
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Oswell
Merci @rylee byrd ^^

@jessica keenan c'est toujours un plaisir de croiser d'autres Irlandais, je dis oui :hinhin:
Siobhan Oswell
Siobhan Oswell
LONDON PEOPLE
Messages : 126
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Entre ici et ailleurs
Profession : Etudiante en art visuel. Passionnée par le dessin et la photographie. Travail quelques heures par semaines dans un petit salon de Thé pour un peu de revenus supplémentaire
5th Avril 2020, 16:22
Revenir en haut Aller en bas
Rylee Byrd
Et si veux plus d'infos (car ton perso était présent ce jour là) tu peux venir me voir en MP ou par discord avec plaisir !
Je te dirais ce qu'il peut avoir vécu, vu, etc Smile




I don't fear death...
I don't fear death so much as I fear its prologues: loneliness, decrepitude, pain, debilitation, depression, senility. After a few years of those, I imagine death presents like a holiday at the beach ▬ Mary Roach
Rylee Byrd
Rylee Byrd
PROTECT&SERVE
Messages : 1046
Date d'inscription : 25/02/2019
Profession : Sergent / Membre de la Strike Team
Etat Civil : Fiancée
5th Avril 2020, 16:25
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Oswell
Ah bah ce serait avec grand plaisir oui ! Je veux tout savoir *w*
Siobhan Oswell
Siobhan Oswell
LONDON PEOPLE
Messages : 126
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Entre ici et ailleurs
Profession : Etudiante en art visuel. Passionnée par le dessin et la photographie. Travail quelques heures par semaines dans un petit salon de Thé pour un peu de revenus supplémentaire
5th Avril 2020, 16:29
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: