AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -56%
Trottinette électrique pliable – GO RIDE ...
Voir le deal
109.99 €

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[CLOS] Dying, don’t you know I’m trying ? | ft. Zac Sanders
Aller à la page : Précédent  1, 2
Zac Sanders

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dying, don’t you know I’m trying ?
Siobhan & Zac

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


-“Okay.” Répond-t-il en rangeant la liasse pincée. Quelque part cela le rassure. Cela veut dire qu’elle n’est pas autant dans la panade qu’à d’autres moments. C’est déjà ça.

Richemont est donc la direction que prend la voiture. Anonyme dans la nuit.
Junior prend la route la plus simple pour cette destination. Il conduit avec le dos très droit et le regard très concentré sur la route. Il est si fatigué qu’il sait qu’un instant d’inattention peut être fatal. Il a la responsabilité de déposer Sio en lieu sûre avant de relâcher toute vigilance.

Ils sont encore à quelques minutes du point d’arriver quand Zac voit sa passagère agitée. Il ne quitte pas la route des yeux. Ou alors une seconde, ou deux. La demoiselle a changé de couleur. Le teint tire sur le vert maladif. Il n’en faut pas plus pour saisir ce qui se passe.
Il s’apprête à lui poser la question. Sio le devance d’un souffle. Sans attendre, Junior barre à gauche pour les sortir de la route. Il barque et tourne pour qu’ils quittent l’asphalte.

Moteur coupé, le flic sort de la voiture aussi vite que son corps le lui permet. Il est derrière elle et anticipe en venant en renfort. Ce n’est pas quelque-chose qui le gêne. Il n’a pas de dégoût. Comment le pourrait-il ? Lui qui a été au bord du gouffre tant et tant de fois…
Il prend ses cheveux pour les dégager de son visage. Malgré la nuit et le peu de lumière, il voit bien qu’il n’y a que de la bile et de l’eau. Son regard se durcit sans qu’il ne le veuille. Mais Zac est inquiet.

-“... Je suis là. ” Comme il fut là pour Iza. Pour Megara. Chaque fois que les fêtes ont eu raison des fois ou des estomacs. Il a sa main posé sur son dos. “Attend. Doucement. Voilà. ” Il l’aide à se redresser. Il la tient par les épaules pour la faire marcher jusqu’à la voiture. Qu’elle s’assoit en perpendiculaire sur le siège.

Ensuite Zac fait le tour pour prendre son sac. Il attrape la bouteille d’eau et revient la lui proposer. Il attend qu’elle boive devant lui pour témoin. Il faut qu’elle s’hydrate d’autant plus.

-“C’était quand ton dernier repas Sio ? ” La questionne-t-il alors qu’il connaît déjà une partie de la réponse. Oswell est de ceux qui peuvent jeûner. Lorsque l’on est sous substance cela peut empirer. Il en a vue des droguées devenir anorexiques, faméliques. Tout comme lui… à force de perdre du poids c’est la masse qui est attaquée. Les muscles fondent. Peu à peu le corps peut disparaître.

-“ C’est qui cette copine ? ” Inquisiteur de la nuit pour palier à son angoisse. Il n’est pas du tout tranquille à l’idée de la laisser seule pour la fin de la redescente. Il a bien compris qu’elle ne veut pas le suivre. Mais ça ne va pas l’empêcher de s’en mêler. Juste pour être certain de sa sécurité. Parce qu’il marche comme ça Sanders avec ceux qu’il a décidé de protéger. -Et ton mec… Avalon ? Il est où là ? ” Un peu plus intrusif que prévu. Mais parce que la rouquine arrive à l’inquiéter. C’est sans doute le prix pour avoir retrouver toute sa pleine conscience des conséquences.





" My Family is first."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Zac Sanders
Zac Sanders
PROTECT&SERVE
Messages : 649
Date d'inscription : 22/12/2011
Localisation : En ville
Profession : Policier - Strike Team
Etat Civil : Marié - 1 fils
5th Juin 2020, 16:11
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Oswell
I’ll watch you
beg
me for more
     Tu aurais dû manger davantage de ces « long cou », ton estomac aurait été plus rempli. Ton corps aurait tenu la route. Mais trop tard, ça te bouffe de l'intérieur, ça fait mal et t'écœure à la fois. Le prix à payer pour tes bêtises. Une sensation qui parait interminable, comme s'il était possible de rejeter le fond de tes entrailles. Tu n'en vois pas le bout et pourtant, ça finit par cesser. Difficilement, le revers de la main essuyant les lèvres. Ton corps se laissant traîner jusqu'à la voiture pour t'y installer. Tu inspires un grand coup avant de boire un peu. Ça fini par te détendre durant un instant.

« Avant-hier je crois. Ou un truc du genre. »

Que tu réponds entre deux gorgées. Oui, c'est peu, c'est loin, mais honnêtement l'idée de manger n'avait rien de très appétissant ces derniers temps. Probablement trop de stress, trop de réflexion, trop de coup à encaisser pour que l'envie se montre. Ou alors tu te cherches des excuses pour ne pas te nourrir. Pour ne pas ouvrir la bouche comme si l'effort devenait déjà insupportable.

Le regard un peu perdu dans le vide, tu ignores soigneusement les questions tombent. Il n'y a pas de compte à rendre. L'important est simplement de ne pas finir seule pour cette nuit. Aussi, parce que tu n'as pas envie que cela lui donne des idées de farfouiller où il n'y en a guère besoin. Mais tu le sens bien au son de sa voix, que ça l'inquiète plus qu'il ne le faut. Que de se terrer dans un silence ne donnerais que des raisons suffisantes pour prendre le pas de la curiosité.

« En train de bosser. »

Un léger murmure, sans être sûr de ce que tu avances. C'est ce que tu penses, c'est ce qu'il a dit. Ce n'est peut-être pas ce qu'il fait réellement. Mais au fond tu n'es pas en état pour remettre en cause ses paroles ou ses actions. Quand bien même il t'a paru plus dur ses derniers temps. Frottant machinalement le bras pour un peu de réconfort, tu t'en souviens encore.

« Il est à cran en ce moment. Il travail trop. C'est un peu tendu. »

Un peu tendu, un peu froid. Un peu bizarre, un peu paranoïaque. Il serait possible d'en établir toute une liste, mais tu t'abstiens. Au contraire, tu ravales la boule naissance dans la gorge, tu reprends sur toi et de tes petits yeux brillants tu fixes Zac d'un air faussement insouciant. Léger sourire sur le bord des lèvres qui sonnent si faux.

« Mais ça va, c'est juste une question de temps, rien de bien méchant, ça va passer. »

Tu as envie de le convaincre, de te convaincre. Tu veux y croire dure comme fer. Et que le monde autour de toi se laisser bercer par ce doux mensonge.

« Je vais bien... vraiment... on peut y aller. Dormir me fera du bien. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Siobhan Oswell
Siobhan Oswell
LONDON PEOPLE
Messages : 108
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Entre ici et ailleurs
Profession : Etudiante en art visuel. Passionnée par le dessin et la photographie. Travail quelques heures par semaines dans un petit salon de Thé pour un peu de revenus supplémentaire
10th Juin 2020, 12:51
Revenir en haut Aller en bas
Zac Sanders

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dying, don’t you know I’m trying ?
Siobhan & Zac

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La carlingue de la bagnole grince un peu quand Zac s’appuie dessus. Il croise les bras contre sa poitrine. L’oreille tendue pour écouter la jeune femme. Il regarde une fois ou deux dans sa direction. Jugeant le langage du corps pendant qu’elle parle.
Une personne sous substance n’est pas obligatoirement plus lisible. Il y a des réactions imprévisibles. Le cerveau ne gère et ne digère pas ce qui se passe comme en temps normal. Donc le policier sait qu’il ne peut pas se fier à tout.

Il ne l’ouvre pas. Siobhan n’est pas en état pour une conversation sérieuse. Une discussion posée autour de des relations personnelles. Cela fait un moment qu’elle est avec cet homme. Junior ne s’est pas encore fait d’avis. Il ne l’a jamais rencontré non plus. Mais ce soir, il a comme un doute. Un petit doute, qu’il tait.
Il en parlera à Megara. Elle saura lui donner un avis plus extérieur. En plus de pouvoir le tempérer sur sa façon d’aborder le sujet avec la rouquine.

-“ Toute façon. Si quelqu’un te fait chier je suis là. Tu le sais. ” Toujours mieux de répéter les évidences. Qu’elles s’incrustent dans le crâne le plus évaporé. Pour que le moment venu le réflexe soit là. Autant ne pas leur faire perdre inutilement de l’énergie. Aucun d’eux n’en avait assez ce soir.

-“Ok. Ok. On y va. Installe-toi.” De son côté, le flic prend place sur le siège conducteur. Il démarre pour reprendre la route en direction du quartier désigné par l’Irlandaise. Ayant bien compris, que cette dernière n’a pas envie d’entrer dans les détails, Zac s’abstient. Il garde les questions supplémentaires pour lui. Sio est sensée savoir qu’elle est libre de lui confier ce qu’elle veut.

Ils parviennent ainsi à la destination demandée. Junior gard le véhicule sur le bas côté. Il coupe le moteur. La clef reste sur le contact. Le silence se prolonge dans cet immobilisme. Un silence qui n’est ni tendu, ni accusateur. Zac renifle. Il bouge sensiblement pour soulager ses cotes que la conduite malmène.

-“Tu me donnes des news. Ok ? ” Il se tourne vers la passagère pour chercher son regard. Il veut l’entendre promettre. Qu’elle s’engage un minimum à ne pas le perdre de vue.
Sanders attrape la poignée de la portière pour s’extraire de l’habitacle. Il se poste devant la voiture. Là, il attend de voir la jeune femme avancer et surtout rentrer quelque part, à l’abri.






" My Family is first."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Zac Sanders
Zac Sanders
PROTECT&SERVE
Messages : 649
Date d'inscription : 22/12/2011
Localisation : En ville
Profession : Policier - Strike Team
Etat Civil : Marié - 1 fils
10th Juin 2020, 19:16
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Oswell
I’ll watch you
beg
me for more
     Tu vas « bien ». Tu le dis avec autant de conviction que tu peux le penser. Ce qui au final revient à quelque chose qui est très peu. Voir inexistant. Mais tu vas « bien ». Suffisamment bien pour terminer la soirée. Pour arriver en un seul morceau. Et qui sait peut-être passer une nuit plus agréable que les dernières qui se sont enchaînés, même si là encore tu y crois qu’à moitié.
Tu sais au fond et depuis toujours qu’au moindre soucis il ferait partir des personnes que tu appellerais sans hésitation. Son numéro de téléphone à fini par être mémorisé avec une grande facilité. Il serait probable que tu fasses passer ce dernier avant même ta fratrie. Parce que c’est plus simple. Parce qu’il te comprend plus aisément. Parce qu’il ne finirait pas par te juger. Il est comme toi, tout devient toute suite plus claire. Alors, tu hoches simplement la tête. Il est là lui, impossible de savoir s’il est possible d’en dire autant des autres.

Sans un mot de plus tu t’installes à nouveau confortablement dans la voiture. Ceinture de sécurité bouclée. Le bas-côté disparaît. Tu te sens un peu mieux sans être certaine que ça ira pleinement. Tout ce qui est sûr, c’est que l’envie de vomir passe lentement. Et que ton regard fini par se perdre sur le paysage extérieur.

Ça ira. C’est ce que tu te répètes quand la voiture se carre enfin. Le temps t’a paru infiniment long enfermé dans l’habitacle. Un coup de fraîcheur qui vient s’écraser sur ton visage une fois la portière ouverte. Ça ira. C’est une phrase qui passe en boucle alors que ton corps se tire difficilement à l’extérieur.

« Moui. Promis. »

Cette réponse se meurt dans un claquement de portière. Tu la tiendras, oui. Evidemment. Mais ton esprit est bien trop loin pour le confirmer totalement. Tu ne veux pas le perdre Zac. Ces trois lettres qui sont si précieuses. Il ne faut pas qu’il s’entaille et qu’il t’oublie. Il ne faut pas que le délaisse. Tu en prendras soin au possible, quand tu le pourras.
Un signe de mains laissés, tu montes sur le trottoir et t’engage sur le chemin. Laura n’est pas bien loin. Deux, trois maisons un peu plus basses si la distance que tu observes n’est pas mauvaise. Un petit sms rapide à son attention pour la prévenir que tu débarques, pour s’assurer qu’au final elle est bien présente. Il faut à peine quelques secondes pour que tu téléphones vibre après réception du message, mais tu ne l’ouvres pas toute suite. Tu rebrousses les pas effectués. Tu t’empresses presque de revenir à ses côtés. Pas un mot à son encontre, tu te glisses simplement dans ses bras. Pour une dernière fois ce soir.

Un faible « merci » se glisse entre les lèvres alors que tu profites de quelques secondes supplémentaires. Il est un peu bizarre, comme s’il s’agissait de ton dernier, comme si tu imaginais tristement ne plus en faire avant longtemps. Une idée absurde. Pourtant, tu grattes encore avant d’y mettre fin. Ça ira.
Et cette fois-ci tu t’en vas.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Siobhan Oswell
Siobhan Oswell
LONDON PEOPLE
Messages : 108
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Entre ici et ailleurs
Profession : Etudiante en art visuel. Passionnée par le dessin et la photographie. Travail quelques heures par semaines dans un petit salon de Thé pour un peu de revenus supplémentaire
10th Juin 2020, 21:04
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: