AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
-53%
Le deal à ne pas rater :
GACHI Batterie Externe 26800mAh
24.94 € 52.99 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Cours pratiques ft. Eirik
Lyov Kharitonov

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cours pratiques ft. Lyov Kharitonov


Sa première semaine de stage avait été rude. Lyov avait courut partout, et avait eut l’impression d’échouer à chaque fois. Il avait imprimé les mauvais formulaires, récupéré du pressing des vestes pour sa patronne mais s’était ensuite rendu compte que l’endroit où il s’était tenu dans la rue en attendant le taxi était sale et avait tâché l’une des vestes, bien sûr il avait renversé du café où il ne fallait pas et flingué son clavier enfin pour couronner le tout il avait été en retard à l’unique réunion à laquelle il devait assister, en présence d’un client. Lyov dès le deuxième jour avait eut envie de s’enterrer dans un trou, il était au comble du désespoir s’imaginant déjà ne parvenant à accomplir sa carrière d’avocat, incapable de tenir sur son premier stage intéressant, échouant dans ses études que ses parents avaient si péniblement tenté de lui payer. Le jeune homme se voyait déjà renvoyé de l’université, provoquant chagrin et dépit de ses parents. Il le prenait excessivement mal, évidemment. Il ne pouvait supporter sa mère en pleure et plus encore la déception de son père. Il savait que ça les tuerait de voir leur fils unique échouer, sachant qu’ils avaient mis les économies de toute une vie pour qu’il réussisse.

Mais la semaine infernale s’achevait presque, c’était jeudi, fin d’après-midi, son dernier rendez-vous, son premier rendez-vous en extérieur. Il devait se rendre au Rosewood, l’hôtel déclaré zone neutre, s’il avait bien suivi sa leçon. Là-bas il devrait pouvoir s’instruire. C’était le but de la visite, aller à la bibliothèque. L’hôtel était réputé pour être un endroit où la police ne fourrait jamais son nez. Même le petit voleur sans connaissance du milieu savait cela, Arsène Lupin avait dû lui lâcher l’info au milieu d’une myriade de conseils sur comment ne pas se faire pincer, ou quelques règles élémentaires respecter. Lyov avait essayé de tout retenir mais c’était impossible. Il avait donc fait ses recherches de son côté avant d’y aller histoire de pas passer pour un complet idiot, ce qu’il pouvait être par moment. Il était naïf, ignorant, et avait tendance à croire tout ce qu’il pouvait glaner sur internet. Enfin ce n’est pas qu’il croyait tout ce qu’il lisait mais qu’à force de lire un tas de truc allant dans un sens, il y prêtait foi, comme n’importe qui le ferait d’ailleurs. Quoi qu’il en soit, il allait au Rosewood aussi pour apprendre, pour faire le tri entre le mythe et la réalité.

Arrivé sur les lieux, Lyov chercha des yeux monsieur Eirik dont Jessica lui avait parlé. Il était supposé être au courant de sa venue et avoir même quelques minutes de son précieux temps à lui octroyer. Lyov se sentait priviliéger. Certes cette semaine aura été infernale mais elle aura été également précieuse. Mademoiselle Keenan était peut-être impitoyable et dure mais elle lui avait offert un costume qu’il portait fièrement, elle lui avait également dit de s’acheter un téléphone portable, son premier professionnel. Ce n’était qu’un stage, elle n’avait à lui offrir tout cela, en théorie il était supposé jouer les grattes papiers et elle l’avait envoyé ici au Rosewood, et encore avant cela, lui avait permit d’assister à un rendez-vous avec un client ce que peu d’avocat auraient permit. Il sentait qu’il apprendre bien plus avec elle en quelques semaines qu’en une année entière à user les bancs de la fac. Les yeux pleins d’étoiles mais fatigués, il arriva donc à l’hôtel, se dirigeant vers le bar où le patron devait l’attendre. Il avait l’air d’un agneau au milieu d’un groupe de prédateur, trop jeune pour fréquenter les lieux, il avait même l’air mineur. Il faisait plus jeune qu’il ne l’était. Plus innocent qu’il ne l’était. Les yeux se posèrent sur lui, et le silence se fit. Un homme à l’âge respectable vêtu comme un dandy buvait un thé au bar, et c’était le seul à ne s’être tourné pour l’observer. Lyov en déduisit qu’il devait être Monsieur Eirik, il s’avança vers lui à pas de chaton. « Monsieur Eirik ? C’est maître Keenan qui m’envoie. »
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Lyov Kharitonov
Lyov Kharitonov
LONDON PEOPLE
Messages : 66
Date d'inscription : 15/11/2019
Localisation : Londres
Profession : Etudiant en droit ; voleur pour financer ses études.
Etat Civil : Célibataire.
8th Avril 2020, 00:54
Revenir en haut Aller en bas
Eliott Eirik

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cours pratiques ft. Lyov Kharitonov


Le bon Hector avait, comme chaque matin, énoncé les rendez-vous de la journée, pendant que le vieil homme donnait les derniers détails à sa tenue. C’était une sorte de rituel entre le Norvégien et l’Irlandais depuis qu’ils travaillaient ensemble. Rien ne pouvait les détourner de cette entrevue matinale.

De même, que le roi d’Angleterre, le Directeur du Réseau avait plus de responsabilité que la gestion d’un établissement. Il chapronnait tout un monde obscur. D’aucun aurait été nerveux de devoir faire des choix qui influence l’économie souterraine internationale, parfois la sphère diplomatique, ou encore les guerres de territoires. Mais ce n’était pas le cas de MI Eirik. Il était un homme sage et pondéré, bien trop conscient de la marche du monde pour se laisser impressionner.

La voix grave de M. Walsh continuait d'égrener le temps, en faisant lentement les cents pas. Pendant que Eliott abaissa le col de sa chemise blanche et scintillante:
-« Puis, à 17h00 entrevue avec M. Lyov Kharitonov. Un jeune avocat. Protégé de Miss Keenan. Que vous avez accepté de rencontrer. »

Les doigts délicats de l’homme se figeaient une seconde, tandis qu’il fouillait sa mémoire, à la recherche de ladite conversation. Lentement lui revinrent les détails. Jessica était une femme ambitieuse, une carriériste, comme en fait l’Amérique et son grand rêve. Elle était là avant que Eirik ne revienne à Londres. Il avait tout de suite sentit sa pâte sur le parquet du Palais de Justice.

Le Directeur tirait sur la manche droite. Il faisait encore plus d’effort ces derniers temps. C’était un homme soigné et délicat. Il avait à coeur de ne pas dévoiler son état de faiblesse. Quand bien le fogg était lentement en train d’empoisonner ses poumons vieillissants:
« Hum. Préparez son inscription. … Installez nous au bar. … Je lui ferais prendre le thé. »

Il n’avait plus pensé au russe jusqu’à ce que l’heure du thé approche. Il avait rapidement parcouru le dossier nominatif dans son bureau. Une pointe d’amusement l’avait saisi en apprenant la double activité de cet apprenti. A la fois pupille de la Tigresse et pupille de Arsène. Un jeune homme qui avait sans doute plus de chance que beaucoup d’autres à Londres. Eliott avait pris le Times avec lui et rejoint le bar, tout en songeant à la suite.

C’était un homme en livrée qui avait adressé les premiers mots de bienvenue à ce petit nouveau. On lui avait alors fourni un badge temporaire qui lui permettrait de circuler dans le bâtiment. Ajouté à cela un formulaire papier, pour une inscription officielle, dans le Registre des Hôtels Particulier. Il pouvait lui avait-on dit le rendre en partant. Ensuite, il avait été guidé dans les somptueux couloirs du Rosewood. C’était là que le Directeur patientait en parcourant les pages hippiques du numéro du jour.

« Bonjour M. Kharitonov. » Eliott ôtait ainsi lentement sa paire de lunettes de vue pour la ranger dans la poche avant droite de sa veste.

Il avait des yeux gris, délavés par les années, pourtant très incisifs encore. Il observait son vis-à-vis comme on scrute un tableau. Il recherchait ce que l’on ne voit pas au premier coups d’œils. Les défauts qui font la force:
« Selon ses dires : “un futur collègue dont le potentiel n’est pas encore exploité à son maximum.” Elle m’a d’ailleurs encouragé à vous mettre au défi. Nous reconnaissons bien là cette chère Miss Keenan n’est-ce pas ? » Le sourire du vieux loup paraissait naturel et même avenant. Rien chez lui n’était menaçant. Il avait l’air d’un philosophe plus que d’un voyou. « Alors dites-moi ? Qu’est-ce qui vous attire parmi nous M. Kharitonov ? »

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



Eliott Eirik
Eliott Eirik
FUCK THE LAW
Messages : 288
Date d'inscription : 29/04/2019
Localisation : Londres Rosemonde
Profession : Gérant d'Hôtel / Mafieu
Etat Civil : Veuf sans enfant
8th Avril 2020, 14:48
Revenir en haut Aller en bas
Lyov Kharitonov

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cours pratiques ft. Lyov Kharitonov


Le papier du formulaire dans sa poche frottait contre sa peau à travers le tissu. Quand on le lui avait donné à l’entrée, il avait été surpris. Il ne s’y attendait pas. Une partie de lui avait été un peu effrayé par cette invitation et une autre était séduite, voulait en savoir plus. Tout ce qui est nouveau fait peur, n’est-ce pas ? Mais Lyov était bien plus intrigué qu’apeuré et laissait plutôt la curiosité le guider que la peur. Aussi caressait-il négligemment le papier du bout du doigt à travers le tissu, flatté qu’on le lui ai offert, proposé. Il avait l’impression d’être un décalage, trop jeune, trop inexpérimenté, sans doute trop innocent également, mais il ne sentait pour autant pas de menace, et lorsqu’il arriva devant le directeur, un certain Erik, il lu de la curiosité plus qu’autre chose. L’homme était relativement âgé, et dégageait un charisme évident, celui de ceux qui ont parcouru le monde, qui en connaissent ses secrets, ses faiblesses, ses fragilités. Il y avait quelque chose de perturbant chez cet homme, comme une menace sourde. Oui, Lyov sentait qu’il était plus qu’un vieux monsieur ayant de la classe. Devait-il s’en méfier pour autant ? Certainement. Le ferait-il ? Absolument pas. Lyov était attiré par ces ténèbres qu’il percevait chez l’ancien.

Le directeur cita Jessica, maître Keenan. Lyov reconnaissait parfaitement le style de son maître de stage. Le jeune garçon se passa la langue sur les lèvres, fébrile il sentait une énergie courir dans ses veines. Au fond tout ceci n’était qu’un code à craquer, une énigme à résoudre et il avait toujours aimé cela. Son regard étincelait d’une lueur de défi à relever, et de cette joie intrinsèque qu’il ressentait à l’idée de pouvoir craquer le code. Même s’il était usé par sa semaine, pas vraiment certain d’être à la hauteur des attentes, songeant combien sa maîtresse de stage comme Arsène au fond étaient des créatures bien plus élevées qu’il ne le serait jamais. Lyov avait tendance à être réaliste. Il manquait d’assurance peut-être, il était jeune après tout, mais également conscient qu’il n’avait rien d’un petit génie, d’un virtuose, il était juste un petit gars très malin qui parvenait à se dépatouiller. Mais il était grisé, par le danger, par les risques, par cette proposition dans sa poche, ce monde qu’il rêvait de rencontrer s’ouvrait enfin à lui. Comment refuser une pareille invitation ?

« Si vous me permettez monsieur, vous avez une réputation qui vous précède, même un débutant comme moi en a entendu parlé. » Sa franchise étincelait avec sa naïveté, mais en l’occurrence, c’était une bonne chose pensait-il, espérait-il. Il pouvait être un menteur, relativement bon quand il le voulait. Mais à cet instant, il était trop rêveur pour cela. « Votre hôtel est je croix un lieu unique en son genre, où des ennemis peuvent se croiser sans s’écorcher, où il n’y a aucun risque de voir la police franchir ces portes, qui sont très classes d’ailleurs. J’ai cru comprendre que l’étendu de vos services était très impressionnante également. » Ce n’était pas de la flatterie, mais des faits. Arsène s’amusait parfois de sa naïveté, du fait qu’il était vite impressionné ou effrayé, qu’il fonçait vers n’importe quel défi. Mais il pensait qu’elle n’avait pas surestimé la capacité des lieux. Pas après que Maître Keenan lui en ait parlé. Car cette dernière n’était pas du genre à surestimer les gens. « Je suis très flatté, pour l’inscription. Je ne pensais pas qu’un profil comme le mien vous intéresserait. Je veux dire, je suis un simple stagiaire. » Se pouvait-il ? Qu’il sache pour ses activités nocturnes ? Arsène était membre ici, certes, mais il doutait qu’elle eut parlé de lui. Peut-être l’avait-elle fait ?

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Lyov Kharitonov
Lyov Kharitonov
LONDON PEOPLE
Messages : 66
Date d'inscription : 15/11/2019
Localisation : Londres
Profession : Etudiant en droit ; voleur pour financer ses études.
Etat Civil : Célibataire.
5th Mai 2020, 21:47
Revenir en haut Aller en bas
Eliott Eirik

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cours pratiques ft. Lyov Kharitonov


Un cours d’histoire criminelle aurait été de circonstance. Le premier Hôtel particulier pour criminel était apparu au début du siècle dernier à Paris. Le modèle avait ensuite été transporté dans toutes les capitales mondiales en commençant par le vieux continent. Il avait ensuite traversé l'Atlantique pour se propager aux USA, avant de poursuivre vers l'Asie. Ils étaient à présent aux quatre coins du monde contemporain, d’où leur réputation. Ils assurent la sécurité et la tranquillité de la clientèle en toutes circonstances. D’où l’impression du jeune Russe. En effet, la discorde, les règlements de comptes, les combats, ne pouvaient avoir lieu dans cet endroit. Si cela devait arriver, les responsables se voyaient bannis à vie de ces lieux et sans aucune protection. Un criminel pouvait donc devenir une cible facile pour le Réseau lui-même.

Mr Eirik avait fait partie des rédacteurs du règlement, qui faisait Loi dans le Rosewood, comme dans les autres établissements. Il retrouvait dans les mots de Kharitonov l’esprit de ces tables de loi. Il pensait plus particulièrement à deux des articles. L’un, le n°5 “maintenir un statu-quo lorsqu'il se trouve dans l'enceinte d'un établissement. Tout conflit interpersonnel, au sein de la clientèle, doit se régler en la présence du Maître et de façon diplomatique. Tout membre qui enfreindrait cette règle serait exclu à vie du Réseau sans aucun recours possible.” Mais, c’était un autre article qui lui avait demandé quasiment autant de temps de négociation. Le 9 “Les mineurs en lien avec les membres du Réseau, devenus orphelins, pourront bénéficier d'un soutien financier et d'une protection, jusqu'à leur majorité universelle.” Ils parleraient, de tout ceci, mais une autre fois.

Le vieil homme n’intervenait qu’une fois l’espace de parole libéré:
« Donc selon vous votre jeunesse vous handicaperait ? » Le ton de cette question était clairement rhétorique. Eliott n’avait jamais arrêté de jugement sur le genre ou l’âge de ses interlocuteurs. Grand bien lui avait fait, car il aurait sinon manqué des rencontres tout à fait déterminantes. Cependant, il avait un faible pour la modestie. Lores qu'elle était comme la sienne, vraie, et forte. « Elle ne vous a pourtant pas ralentie. Je me trompe ? »

La remarque était ponctuée, par le tintement d’une soucoupe, qu’un barman posait à proximité du Directeur. La porcelaine venait de Limoge. Un liquide mordoré et odorant et fumant y reposait. Les fragrances marocaines étaient reconnaissables pour tout amateur. Le thé qui avait en accompagnement une rondelle de citron tout juste coupée dans le vif du fruit. Absolument tout était délicieux, précieux, fin. Exactement comme le coffret qu’il venait de faire livrer chez la belle et intrigante Gabrielle. Le vieux loup n'avait pu résister à se rappeler au bon souvenir de la garde-du corps, sous la forme d'un présent plein de gourmandise.

Le Norvégien remerciait le service d’un polis :
« Merci Tommy. Servez donc quelque-chose à notre “jeune” ami voulez-vous ? Je vous remercie. » Disait-il alors que le Chinois se tournait instantanément vers l’invité de son patron. C’était un homme, fin, avec des mains délicates et un regard perçant. Il attendait, posément de savoir le choix avant de disparaître avec la discrétion d’un agent secret.

A présent, qu'Eliott était assuré de l'intelligence de ce jeune ange nocturne, il pouvait débuter:
« Si j’en crois le bulletin vous m’avez l’air plutôt l’air d’un audacieux. » L’avis de recherche était momentanément suspendu sur un ordre direct de Eirik. Il s’était entretenu personnellement avec la victime du splendide tandem acrobate-cambrioleur. Il voulait offrir un peu de temps à Lyov. Par la même un peu de temps également pour finir son évaluation. Eliott avait l’âge de prendre son temps avant de faire un choix. Il était sage. « La charmante June m’a elle aussi fait un beau portrait de son apprenti. Il semble que vous avez de quoi convaincre ces dames de votre valeur. » Lady Welles ne faisait elle non plus pas de compliment superflu.

Une fois la tasse reposée, le vieil homme posait la question lui venait naturellement devant un pareil profil :
« Dites-moi donc laquelle de ces deux occupations est votre vocation ? »


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Eliott Eirik
Eliott Eirik
FUCK THE LAW
Messages : 288
Date d'inscription : 29/04/2019
Localisation : Londres Rosemonde
Profession : Gérant d'Hôtel / Mafieu
Etat Civil : Veuf sans enfant
6th Mai 2020, 22:26
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: