AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -42%
STANLEY Coffret outils 38 pièces
Voir le deal
19.99 €

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Pause gouté - PV Lowri Conway
Léandre Tyler
Léandre avait posé sa main droite sur son visage et prit une grande respiration puis soupira. Il était 16h passé. Il avait enchainé audiences, entretiens et cas difficiles. Il n'avait pas encore pris le temps de prendre une pause. Le café de ce matin était froid. Le juge n'avait pas faim, mais il savait qu'il fallait qu'il mange quelque chose. Il avait besoin d'une pause gouté. Cette idée le fit sourire. Léandre était vu comme un gamin par ses paires et cette idée ne faisait que renforcer cette image. Hyper solicité, le juge savait qu'il devait quitter l'enceinte du tribunal, histoire de gagner un peu en tranquillité.

Léandre se leva, expliquant à sa greffière qu'il allait prendre une pause. Sa collègue avait l'habitude, et elle savait qui fallait l'appeler uniquement en cas de véritable urgence. Si le juge avait une grande capacité de travail, il avait lui aussi besoin de temps calme. C'était armé avec ses lunettes noires et sa canne blanche que Léandre sortit du tribunal. Caramel, son chien d'aveugle, n'était pas avec lui. L'animal était en train d'arriver à la retraite et Léandre ne voulait pas l'amener au bureau lors de journées aussi chargées. Il savait bien que l'animal était malheureux dans ces circonstances, n'aimant ni les cris, ni les larmes.

Le juge avait son petit parcours. Ce n'était pas long, une dizaine de minutes, tout au plus. Léandre avait besoin de rester dans des chemins connus. Il n'avait pas toujours été comme ça, mais depuis qu'on lui avait privé de ses yeux, il était contraint de rester dans ses habitudes. Léandre écoutait ce qui se passait autour de lui. Il savait qu'il devait rester attentif. En cette après-midi, il y avait encore des joggeurs ou des cyclistes. Le risque qu'il y ait des personnes mal intentionnés existait aussi. Mais Léandre se déplaçait en plein jour, dans des rues adjacentes au tribunal... Le risque existait et il était minime. Pour autant, le juge savait que s'il était amené à traiter des dossiers plus gros, ce genre d'escapade lui serait interdit.

Léandre sentait la pression redescendre. L'air frais, autant qu'il pouvait être frais dans Londres, lui faisait du bien. Le Smog semblait s'être fait discret pour la journée. Mais quelque chose le tracassait. Le juge n'était pas tranquille. Léandre savait qu'il devait faire confiance à son instinct. S'il était aveugle, ses yeux fonctionnaient encore. La vision aveugle restait encore un mystère, mais Léandre savait qu'il captait parfois des informations... Et que cela revenait sous forme de sensation, de sentiment. Et Léandre sentait que quelque chose n'allait pas. Il n'arrivait pas à savoir quoi. L'environnement sonore était beaucoup dense pour qu'il puisse arriver à identifier le problème. Léandre manquait d'information. Craintif, mais calme, le juge espérait sincèrement se tromper. Il n'avait pas le temps pour régler d'autres problèmes, ayant encore du travail à avancer.


Léandre Tyler
Léandre Tyler
OBJECTION!
Messages : 66
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Londres
Profession : Juge
Etat Civil : célibataire
11th Avril 2020, 14:14
Revenir en haut Aller en bas
Lowri Conway








Pause goûter  
Léandre & Lowri


Je soupire alors que je fais la queue à la poste, espérant envoyer des commandes qu'on a faites via le site de la boutique, et récupérer des colis contenant des matières premières pour nos créations. Déjà, il y a la queue... et ensuite, je sais très bien ce qui va se passer... c'est pour ça que je n'ai même pas fermé les paquets... Des fonctionnaires zélés vont vouloir mettre le nez partout car selon eux je pourrais être une dangereuse trafiquante et tenir tout un réseau de contrebande de bougies au soja et aux huiles essentielles, et d'attrapes-rêves... Heureusement que j'ai mon portable, je pianote dessus alors que la file me donne l'impression de ne pas avancer d'un pouce. Un des désavantages de ce cher Brexit... l'hyper protectionnisme de la Grande Bretagne a fait que tous les colis sortant ou entrant sont vus comme suspects, et le gouvernement semble être hystérique à l'idée que les gens puissent avoir envie et besoin de choses provenant de l'autre côté du nouveau rideau de fer qu'ils ont fait tomber... Ils se sont retrouvés bien cons quand ils se sont rendus compte que des télés, des téléphones et tous les trucs made in China n'étaient pas produits en Grande Bretagne et que donc... on ne pouvait pas reprocher aux gens de vouloir se fournir avec des choses introuvables si on se basait uniquement sur les productions britanniques... Donc les importations sont autorisées mais seulement si on ne trouve pas le produit sur place, ou alors il y a tout un système de taxes... bref... je sens que je vais passer un bon moment.

J'en profite pour répondre à quelques mails, envoyer quelques textos, regarder une vidéo de chaton adorable et c'est enfin mon tour. Je m'avance, mes six paquets sous le bras, et les trois avis de passage dans l'autre, déposant le tout sur le comptoir.

Bonjour, j'aimerais faire partir ça à l'étranger. Les deux là restent en Grande Bretagne. Et récupérer les trois colis là.

Un blanc. Sur le coup j'ai l'impression que j'ai donné trop d'informations à traiter à cette nana aussi aimable qu'une porte de prison et je vois presque les rouages de son cerveau qui tournent et de la vapeur qui sort de ses oreilles.

Bien. Il y a quoi dans les colis?

Des bougies, des tisanes, d'autres objets du genre qu'on a commandé sur ma boutique internet.
Rien d'illégal?
Si j'ai mis des diamants de contrebande et des bombes dedans.

Elle relève le nez de mes paquets, sentant la colère monter petit à petit comme un verre qu'on remplit alors je l'arrête.

C'était une blague. Les cartons sont ouverts exprès pour que vous puissiez jeter un oeil dedans. On m'a déjà demandé trop de fois de les ouvrir après coup alors... j'ai pris les devants.

Reprenant mon portable je fais mon possible pour ne pas regarder ce qu'elle fait, sinon je serais tout le temps en train de tendre les mains pour arrêter son mouvement, ou lui hurler de faire plus attention. Une torture. Au bout de presque dix minutes, alors que je sens les gens s'impatienter derrière moi, elle termine enfin de tout déballer, d'ouvrir le pot de chaque bougie et chaque tisane pour inspecter le moindre truc, et tamponne mes bons d'expédition. Elle attrape ensuite ma carte d'identité.

C'est bon, ils peuvent partir. Je vais chercher vos colis.
Merci.


Je me retiens de lui demander si elle ne voulait pas une médaille, me contenant de tout remettre en place rapidement et de scotcher les boites pour qu'ils soient enfin prêts à envoyer. Je range mon scotch dans mon sac à dos, et récupère les sacro saints paquets tant attendus que je glisse aussi dans mon sac avant de me relever. Enfin. J'ai presque passé une demi heure ici et j'en peux plus... Je sors, prenant un bol d'air frais avant de regarder l'heure. J'ai faim et j'ai envie d'un thé. Je regarde autour de moi et avise un salon de thé au bout de la rue, alors je me mets en route. C'est là que je vois dans la foule un jeune homme avec une canne blanche, qui se débrouille étonnement bien. Il doit connaître le chemin j'imagine... Tout en marchant je le suis du regard, impressionnée par sa dextérité, et c'est là que je remarque un type à quelques pas derrière lui, qui ne le lâche pas d'une semelle. A un moment il sort même son appareil photo, sans aucune honte. Et dire que le jeune homme n'a aucune idée de ce qui se passe. J'hésite en me disant que je devrais le prévenir et je passe devant une affiche pour un parfum qui s'appelle Vérité. Ok très bien je vais lui dire. Je presse le pas pour dépasser le suiveur et arriver à la hauteur du jeune malvoyant. Je pose doucement ma main sur son épaule.

Hey, quelle bonne surprise, comment vas-tu?

Puis tout en continuant de marcher je me penche vers son oreille.

Il y a un type derrière moi qui vous suit depuis quelques minutes... Je...voulais que vous soyez au courant. Si vous voulez je peux vous emmener au café juste en face pour que vous soyez tranquille?





© Camaleón

Lowri Conway
Lowri Conway
LONDON PEOPLE
Messages : 145
Date d'inscription : 05/04/2020
Profession : Medium, tient une boutique ésotérique
Etat Civil : Célibataire
12th Avril 2020, 17:08
Revenir en haut Aller en bas
Léandre Tyler
Léandre entendit quelqu'un arrivait vers lui. Et s'il le manifesta pas, sa crainte monta d'un cran. Ce n'était pas le jour à se faire agresser. Clairement, c'était la dernière fois qu'il faisait une telle escapade. Une main se pose sur son épaule et Léandre se tendit immédiatement. Il se savait être une proie facile. L'aveugle était craintif, conscient que sa santé était trop mauvaise pour se remettre rapidement d'une agression. Léandre se laissa faire et rapidement les choses furent éclairci. En soit, la situation était simple. Son intuition avait vu juste. Le juge avait eut de la chance de tomber sur un bon samaritain.

Léandre eut un sourire, répondant calmement à son interlocutrice "Excellente surprise. Allons boire un thé, je t'invite.". Elle avait une belle voix. Quelle âge avait-elle ? Entre 25 et 35 ans peut-être. C'était difficile à dire. Léandre donna son bras à la demoiselle, l'invitant à le guider. Les personnes voyantes avaient souvent peur de le prendre par le bras, comme s'ils dépassaient une norme sociale ou qu'ils avaient peur de l'abimer. Mais il ne fallait pas hésiter. Léandre savait où il allait. Elle ne pourrait pas le mener en bateau. Le juge était toujours attentif, conscient que cette aide pouvait aussi se révéler être un piège.

Ils arrivèrent rapidement au café. Une fois entrée dans le commerce, Léandre demanda de nouveau "Mon invitation tient toujours si cela vous dit.". Bien plus détendu, Léandre se savait en terrain connu. Il connaissait bien le propriétaire. Les lieux étaient presque devenus une extention de son bureau. Le serveur s'approcha et expliqua "M.Tyler, votre table habituelle est libre.". Léandre le remercia, et se dirigea vers la table, invitant son invitée à le suivre. Il enleva sa veste et posa sa canne puis s'installa. Le juge savait qu'ils pouvaient voir la rue d'ici. Les personnes qu'il avait amené ici lui avait déjà expliqué.

Léandre aimait bien l'endroit. L'odeur était caractéristique. On pouvait y sentir les odeurs de thés de qualité, mais aussi certaines notes fruitées de pommes et plus grasse de pâtisseries. Les bruits de la rue étaient étouffés, laissant plutôt place à des discussions, aux verres qui se choquent ainsi qu'à l'air sifflant des l'eau bouillante. C'était un autre monde, bien éloigné de celui du tribunal. Les prix n'étaient pas donnés, mais ce n'était pas un problème pour le juge. D'origine modeste, son métier lui assurait aujourd'hui des revenus confortables. Léandre expliqua "Prenez ce que vous souhaitez." Puis il demanda "Bien, pouvez-vous me décrire l'individu qui me suivait. Est-il encore là ? D'ailleurs, ne le regardez pas. S'il pense qu'il n'a pas encore était remarqué, c'est encore mieux.". Léandre avait bien l'intention de faire interpeller cet individu.
Léandre Tyler
Léandre Tyler
OBJECTION!
Messages : 66
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Londres
Profession : Juge
Etat Civil : célibataire
12th Avril 2020, 18:28
Revenir en haut Aller en bas
Lowri Conway








Pause goûter  
Léandre & Lowri


Le côté négatif de mon don, c'est qu'il me pousse à faire des choses que je n'ai pas forcément envie de faire et à aborder des gens que je ne connais pas, avec encore et toujours le risque de me faire incendier, insulter, envoyer bouler, menacer d'appeler les flics, et parfois clairement retardée dans mon emploi du temps parce que mes lettres ou mes ''impressions" m'ont envoyée en mission dans un truc rocambolesque. J'ai dû m'habituer à l'idée de m'immiscer, pour quelques minutes, quelques heures ou quelques jours dans la vie d'inconnus, parfois pour leur dire d'emmener un parapluie, parfois pour changer leur vie à jamais sans que j'aie aucun contrôle dessus... je suis qu'un outil, un porte parole, je ne décide de rien... Et ce qui me met d'autant plus mal à l'aise, c'est l'idée d'aborder ce jeune homme visiblement aveugle alors qu'il a l'air de se promener tranquillement, sans savoir comment m'annoncer ou faire en sorte de ne pas l'effrayer. Je n'ose même pas m'imaginer à sa place, avoir une voix anonyme débarquant de nulle part qui vient brusquement le prévenir d'un grave danger alors que je ne suis clairement pas en position de me défendre. Surtout que je ne suis pas Daredevil... J'hésite mais je me fais rappeler à l'ordre via l'affiche et je me lance.

Et pendant quelques secondes, j'ai vraiment peur qu'il se débatte, qu'il hurle au milieu de la foule que je suis en train de l'agresser, et que je passe pour une harceleuse ou une malade mentale. Heureusement il accueille la nouvelle plutôt bien et rentre dans mon jeu, comme si de rien n'était, me faisait soupirer de soulagement. Si ça commence comme ça, les choses vont être beaucoup plus simples pour la suite... vu que l'aspect ''convaincre et amadouer" est passée. Et pour me rendre les choses encore plus faciles, il écarte son bras et je glisse doucement le mien dessous pour prendre les rênes de notre folle escapade.

Avec plaisir! Ca fait tellement longtemps! Il faut rattraper le temps perdu!

Oui j'ai parlé fort, mais c'est avant tout pour faire comprendre à l'autre type que son manège a été percé à jour et qu'il devrait mieux se tirer de là vite fait, ou tout du moins être plus discret. Ce n'est pas parce que sa cible ne pouvait plus voir que les gens autour de lui non plus et ne pas remarquer son manège. Je souris quand j'entends sa proposition.

C'est gentil mais je n'ai pas inventé toute cette histoire pour extorquer un thé et une part de tarte à un jeune homme suivi à son insu!

Je pousse la porte et par chance le serveur vient nous voir et semble reconnaître mon protégé du moment, l'appelant par son nom et annonçant même qu'il a une table habituelle. Par chance on est tombés dans un lieu qu'il a l'habitude de fréquenter. Ou alors c'est parce que le jeune homme a l'habitude de venir qu'il était facile de le suivre? Je ne sais pas. Je le guide doucement jusqu'à sa chaise, m'installe face à lui et jette un petit coup d'oeil autour de nous.

Vraiment? On fait 50/50, c'est pas un problème. Je comptais prendre une petite pause de toute façon quand j'ai remarqué... enfin que vous étiez suivi. Ne vous sentez franchement pas obligé... Oh et je m'appelle Lowri au fait, Lowri Conway...

Avant de commencer à m'intéresser à ce qui se trouve sur le menu, je regarde si le type ne nous a pas suivis mais non... Il nous attend peut-être dehors... Je jette de petits regards à travers les vitrines mais rien... sauf que de là où je suis je ne vois pas tout. Je me penche légèrement vers lui pour que notre discussion ne soit pas entendue, malgré le brouhaha autour de nous.

Je... ça ne me regarde pas mais... est-ce que vous savez pourquoi ce type était en train de vous suivre? C'est assez bizarre... Enfin encore une fois, désolée de m'être permise de... me mêler de tout ça mais... j'aurais aimé qu'on me prévienne si ça m'était arrivé... et non... j'avoue que je n'ai pas eu le temps de le prendre en photo... mais je peux essayer de me rapprocher discrètement si ça peut vous aider... Je... Désolée j'ai pas trop l'habitude de m'improviser en sauveteuse comme ça...

J'ai un léger sourire alors que je regarde encore une fois autour de moi pour voir si le type n'est pas rentré.





© Camaleón

Lowri Conway
Lowri Conway
LONDON PEOPLE
Messages : 145
Date d'inscription : 05/04/2020
Profession : Medium, tient une boutique ésotérique
Etat Civil : Célibataire
13th Avril 2020, 19:05
Revenir en haut Aller en bas
Léandre Tyler
Les pupilles brunes de Léandre s'étaient naturellement fixé sur son interlocutrice. Il l'écoutait, essayant de se faire une idée du personnage. Elle avait une belle voix et semblait vraiment sincère dans son aide. Le genre de bon samaritain qui se sent obligé d'agir mais qui est aussi mal à l'aise. Un genre d'espèce rare, en voie de disparition dans cette époque difficile. Mais c'était ce genre de petite action qui pouvait faire bouger les choses dans le bon sens. Léandre répondit "Je ne me sens pas obligé, cela me fait plaisir de vous inviter Lowri.". Tout en disant ça, le juge sondait sa propre mémoire. Mais dans le cadre de son travail Léandre avait rencontré beaucoup de monde, ce n'était pas le cas de la demoiselle. Ce n'était pas un prénom courant, pas comme les Marie, Kate ou autre prénoms banals. "Je venais aussi pour prendre une pause. Vous voyez, ça tombe bien quelque part.". Le juge était concentré sur la situation, ayant laissé de côté ses affaires en cours. Son esprit était entièrement concentré sur son interlocutrice. Il se présenta "Je m'appelle Léandre Tyler.". Ce dernier était calme et n'éprouvait plus d'inquiétude. Il se savait en sécurité.

Mais cela n'avait pas l'air d'être le cas de Lowri. Elle s'était approchée, parlant à voix basse. "Vous avez bien fait Mademoiselle. Ne vous excusez pas.". Il eut un sourire. "Nous sommes en sécurité ici. Même si cet individu entrait et voulait s'en prendre à quelqu'un, il ne pourrait pas.". Léandre avait appris à s'entourer des bonnes personnes pour combler son handicape. Son état de santé ne lui permettait pas de prendre des risques, une agression n'était pas envisageable. "Vous n'avez pas l'habitude mais vous avez exactement fait ce qu'il fallait." Il ajouta avec une pointe d'humour "Première mission réussie !".

Léandre expliqua "Il faudrait échanger avec ce monsieur pour comprendre ses motivations... Mais je pense que c'est lié à mon métier. J'ai tendance à beaucoup contrarier les gens." C'était peu dire. Le magistrat se faisait naturellement des ennemis. Certains avaient essayés lui proposer de l'argent par faire pencher les choses en leur faveur. Mais la Justice ne fonctionnait pas comme ça. Bien que cela l'amusait de faire durer le suspens, Léandre déclara "Je suis juge.". Puis il compléta "Je sais que je parais jeune, ça a tendance à surprendre.". Certains rêvaient de paraître dix ans de moins, mais ce n'était pas le cas de Léandre. Son physique ne l'aidait clairement pas à imposer le respect. Il avait réfléchit à faire de la musculation pour gagner en épaisseur, mais c'était éprouvant pour lui, sa santé ne l'autorisant à faire au tant de sport.

Léandre redemanda "Pouvez-vous décrire l'individu qui me suivait ?". Il s'arrêta, maquant un temps pour montrer l'importance de sa demande. "Je vais demander à une patrouille de police de venir afin qu'ils puissent l'interpeller.". En tant que Juge, Léandre était dépositaire de l'autorité public. En ce sens, l'Etat se devait de le protéger afin que le magistrat puisse travailler dans de bonnes conditions. Léandre s'exprimait calmement, sans aucune inquiétude, il annonçait des faits.
Léandre Tyler
Léandre Tyler
OBJECTION!
Messages : 66
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Londres
Profession : Juge
Etat Civil : célibataire
17th Avril 2020, 21:07
Revenir en haut Aller en bas
Lowri Conway








Pause goûter  
Léandre & Lowri


C'est étrange d'être visiblement mal voyant et d'avoir un regard aussi perçant ... et alors que je discute avec lui, j'ai un léger frisson en sentant ses yeux sur moi alors que visiblement, il ne me voit pas, ou très mal... C'est peut-être une question d'intensité ou d'attitude... Il est jeune cependant... Je lui donnerais quoi... vingt-deux? Vingt-trois ans? Moins de vingt-cinq c'est sûr... Mais ce qui m'étonne surtout c'est de voir son calme. Il vient de se faire aborder dans la rue par une nana qu'il ne connait ni d'Eve ni d'Adam, qui lui annonce, sorti de nulle part qu'il est suivi, et il a l'air d'accueillir ça avec un flegme encore plus anglais qu'anglais... alors de deux choses l'une, soit il ne comprend pas la gravité de la situation, soit il est habitué... Enfin... l'endroit est un petit salon de thé agréable, avec un peu de monde mais pas trop... La déco est chaleureuse, des livres, des plantes vertes, des couleurs douces et une carte limitée mais intéressante... On s'installe à la fameuse table personnelle et j'ai un léger rire quand il dit mon prénom, répétant qu'il m'invitera quand même.

Ca vous arrive souvent on dirait, pour être aussi détaché... Et enchantée Léandre... C'est prénom rare... c'est français?

En général Lowri n'est pas un prénom qui court les rues, pas comme Mary, James, Emma ou John... et c'est rare de croiser un prénom encore moins habituel que le mien... Enfin malgré cette ambiance super détendue, je ne peux pas m'empêcher de penser à ce qui est en train de se passer, au fait que ce jeune homme était suivi et que ça ne présageait rien de bon... Je hoche la tête lorsqu'il me dit que maintenant il ne risquerait rien ici, au milieu du café à moitié rempli, avant de me rappeler qu'il ne peut pas voir mes mouvements, me traitant mentalement d'idiote.

Je... oui c'est vrai... Après je pense que s'il avait voulu vous faire du mal il l'aurait déjà fait... Ici il voulait surtout vous coller au train... et pas discrètement en plus... Il s'est sûrement dit que comme vous ne pouviez pas le voir, il n'avait pas besoin de faire attention... Sauf que les autres autour de lui ont des yeux...

J'ai un léger soupir, tentant de jeter un oeil plus ou moins discrètement pour voir si le type est toujours dehors ou s'il a passé son chemin, avant de rire en entendant que j'ai réussi ma première mission.

Enfin avant de pouvoir dire que j'ai réussi ma mission il aurait fallu que j'en aie une... sauf que c'est pas le cas... Je suis contente en tout cas que vous ne l'ayez pas mal pris... de me voir débouler comme ça... Vous auriez eu tous les droits de me traiter de folle, à juste titre!

Il reparle de ce type et je me penche à nouveau, manquant de tomber de ma chaise et laissant échapper un juron et retourne m'asseoir un peu plus correctement face à lui.

Je n'arrive pas à voir s'il est toujours là. Peut-être qu'il attend dehors... Après... je ne pense pas que les flics soient d'une grande aide... C'est simplement ma parole et... ben... je ne pense pas qu'ils vont se déranger pour juste mon impression. Je n'ai pas pu demander à d'autres gens dans la rue s'ils trouvaient aussi que... Enfin que vous étiez suivi et/ou que ce type agissait bizarrement... Ca sera surtout un coup d'épée dans l'eau. Attention je ne dis pas que vous ne risquez rien, juste que... ce n'est pas les flics qui vont vous donner un coup de main là-dessus... Ils sont déjà bien occupés...

J'avoue que je n'ai pas un trop bon souvenir des flics... après je ne suis pas objective, je n'ai jamais eu besoin d'eux pour quelque chose de grave, mais en entendant certaines amies et autres, ils cherchent souvent des excuses pour ne pas bouger leur cul, et ont un trop grand amour de la procédure et des règles au lieu de s'occuper vraiment des gens. Mes yeux s'agrandissent de surprise alors qu'il m'annonce son métier, et si sur le coup les choses semblent plus clair, mon premier sentiment est l'étonnement. La vache, il est si jeune! Ou tout du moins il fait si jeune. Et comme s'il lisait dans mes pensées, ou plutôt qu'il est très habitué à ce genre de réflexions il dit ce que je pense et j'éclate de rire.

J'osais pas le dire mais faut croire que j'ai pensé un peu trop fort! Mais c'est clair qu'en étant juge vous êtes en première ligne pour vous attirer des problèmes, si on peut dire ça comme ça ... surtout si vous devez arrêter des sales types ou des mafieux... J'imagine qu'il y en a beaucoup qui n'aiment pas que vous mettiez leur nez dans leurs affaires...

A ce moment le serveur arrive avec les cartes et j'hésite en ouvrant la mienne.

Est-ce que vous savez ce que vous voulez prendre? Vous voulez que je lise pour vous? Je vais prendre une tarte à la myrtille et un earl grey à l'orange merci...

Une fois nos commandes passées je jette de nouveau un regard à l'extérieur.

Si vous voulez, après notre petite pause, je peux vous ramener au palais de justice pour être sûrs qu'il ne vous suivra pas ou qu'il ne vous arrive rien... Ou si vous n'avez pas peur d'une balade en moto, je peux vous ramener chez vous... Y'a pas meilleur moyen de semer quelqu'un dans le trafic que d'être en deux roues!




© Camaleón

Lowri Conway
Lowri Conway
LONDON PEOPLE
Messages : 145
Date d'inscription : 05/04/2020
Profession : Medium, tient une boutique ésotérique
Etat Civil : Célibataire
19th Avril 2020, 17:33
Revenir en haut Aller en bas
Léandre Tyler
Léandre était calme, quittant peu à peu sa posture professionnelle pour être plus détendu. Une pause lui était nécessaire, et il était venu pour ça. Il répondit à la première question de son interlocutrice "Oui, enfin c'est un prénom à l'origine grec qui a été adapté à la langue française... Mes parents aimaient ce pays." Il commenta ensuite "Mon métier a fait que j'ai appris à rester calme en toute circonstance." En tant que juge, Léandre avait appris à réprimer ses émotions et à se maitriser. Son handicape faisait qu'il ne pouvait pas non plus éclater de colère comme le faisait certains collègues. Léandre ne pouvait pas jouer sur se terrain, se laissant entièrement guider par son intélect. Il était réfléchis et posé. Chez lui, c'était la logique qui primait sur les sentiments.

Le poursuivant n'était donc pas quelqu'un de très malin. Au moins, ce n'était pas une famille mafieuse. C'était déjà ça. Avec un peu de chance l'individu avait pu être filmé par les caméras entourant le tribunal. Cela permettrait d'avoir une identité et une arrestation rapide. Le potentiel de nuisance n'était pas dépendant de l'inteligence de la personne... Il ne fallait donc pas négliger cet individu. Lowri n'avait vraiment pas envie de décrire la personne, ni de témoigner. Le juge lui avait posé deux fois la question de manière directe, il n'aurait pas plus d'information.

Léandre eut un sourire, répondant de façon bienveillante "Mais vous n'êtes pas folle. Vous avez juste vu une situation et vous avez agis. " Il commenta "Ne vous dévalorisez pas.". Des fous, Léandre en voyait dans le cadre de son boulot. Il y avait des personnes qui étaient jugés cliniquement comme malade. Cela n'avait rien à voir. L'aveugle avait une certaine empathie pour ce public, cela pouvait simplement être forme de handicape qui pouvait faire peur aux valides. Quand à Lowri, cette réaction témoignait-elle d'un manque de confiance en elle-même ? La suite de la discussion ne fit que conforter le juge.

Léandre répondit "Oh, je n'arrête personne. C'est la police qui fait l'enquête et qui monte les dossier. Je suis juge à la cour pénal. Mon rôle est de prendre des décisions, de condamner lorsque c'est nécessaire. Et il est vrai que les prévenus ont tendance à croire que c'est personnel. Mais ce n'est pas le cas." Le juge n'était pas une personne que l'on pouvait acheter. Léandre ne cédait pas ni aux pots de vin, ni aux menaces. Il faisait ce qui était nécessaire, si bien qu'il était devenu une épine dans le pied de plusieurs organisations. Mais le juge était une mauvaise herbe, on ne pouvait pas se débarasser de lui facilement. Il commenta "Il semble que cela soit terminé ce genre de promenade. Mais c'est aussi le signe que je dois bien faire mon travail.". Un suiveur, des menaces de mort étaient-elles le signe qu'il était devenu trop dérangeant ? Si c'était le cas, alors c'était bon signe. Léandre avait l'intention de bouter hors de la ville l'ensemble des malfrats peuplant Londres.

Le brun entendit le serveur arrivé. Ce dernier donna une carte à Lowri. Léandre répondit poliment à la proposition de son interlocutrice "Merci pour la proposition, mais je connais la carte.". L'avantage d'être un client régulier, mais surtout d'avoir une bonne mémoire. Léandre continua "Un earlgrey et une part d'applepie pour moi s'il vous plait.". Son visage était dirigé vers le serveur, là où le juge avait pu le localiser. Léandre ne voyait pas, mais il n'ignorait personne. Du moins, il essayait.

Léandre répondit aux dernières propositions de la jeune femme "Vous êtes serviable, mais je vais demander à quelqu'un du tribunal de venir me chercher.". Lowri était charmante, mais il n'avait pas envie de la mettre plus en difficulté. Surtout qu'il y avait le risque que le suiveur passer à l'action. Mais l'idée de faire jacasser les commères du tribunal le faisait sourire intérieurement.

Le juge demanda "Et vous Lowri, que faites-vous dans la vie ?". Léandre demanda "Est-ce que l'on peut se tutoyer ?". Il avait envie de sortir du cadre professionnel, d'être plus spontanné... De prendre une vraie pause. Le juge travaillait beaucoup et il avait besoin de moment plus tranquille.
Léandre Tyler
Léandre Tyler
OBJECTION!
Messages : 66
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Londres
Profession : Juge
Etat Civil : célibataire
4th Mai 2020, 00:28
Revenir en haut Aller en bas
Lowri Conway








Pause goûter  
Léandre & Lowri


Nouvelle journée, nouvelle aventure pour Super Medium - comme superman, avec des collants mais le slip en dessous, et clairement beaucoup de pouvoirs en moins- sauf que cette fois ma mission donnée par les puissances supérieures est d'aider un jeune juge aveugle suivi par un type pour d'obscures raisons... Mais là où parfois je me fais engueuler, traiter de folle ou de sorcière, celle-là prend un terrain plutôt agréable en une invitation à prendre le thé en sa compagnie. J'ai déjà eu des... "victimes"? Non j'aime pas ce terme. Disons des "missions" beaucoup moins agréables ou coopérantes et dans des endroits plus glauques qu'un café accueillant par une après-midi un peu grisatre. On prend place, et visiblement il connaît les lieux comme sa poche, au point d'avoir une table attitrée et de connaître la carte par coeur. Je choisis à mon tour et papote tranquillement avec cette nouvelle connaissance. On échange un peu sur nos prénoms, puis sur ce type que j'ai perdu de vue et qui me rend nerveuse. Qui sait s'il est encore là, et ce qu'il veut de Léandre... D'ailleurs je n'en reviens toujours pas qu'il soit juge... et je ne suis clairement pas la seule vu sa remarque... Alors soit il a sauté pas mal de classes et il a commencé jeune, soit il fait très jeune et il est plus âgé en réalité. J'avoue que ça peut avoir ses avantages, plus jeune quand je me pointais sans maquillage et avec un tshirt un peu pop, on me donnait bien cinq ou six ans de moins... maisc'est sûr que dans un monde comme ça il doit voir pas mal de trucs, tout comme Zac, même si par chance lui n'est pas aux premières loges... Je frissonne, n'osant pas m'imaginer par tout ce par quoi il doit passer chaque jour...

Et vous êtes...sur une affaire sensible, ou quelque chose du genre pour qu'on envoie quelqu'un vous espionner? Ca vous est déjà arrivé avant?

Il m'explique un peu plus en quoi consiste son job et je hoche la tête, perplexe. Ca doit être intéressant mais c'est vraiment pas le genre de métier qui me plairait. Je ne supporterai pas de cotoyer en permanence le pire de l'esprit humain... Vraiment pas. J'entends l'esprit des morts, mais pour le reste je suis bien trop fragile... et mon moral fonderait comme neige au soleil...

J'admire les gens comme vous et les flics... même si vous êtes armés des meilleures intentions... vous voyez sans cesse des trucs horribles et violents... On n'envoie pas les gens devant le juge pour les féliciter hein... Mais ce type... vous avez peur qu'il vous fasse quelque chose? Je veux dire, c'est pour vous espionner où vous craignez qu'on veuille vous faire pire? J'aurais dû prendre une photo de ce mec mais j'étais trop occupé à pas vous perdre de vue, et à essayer de vous parler... Je suis désolée...

Je lui propose ensuite de le ramener chez lui, car avec son handicap il fait une proie bien trop facile, mais il repousse gentiment ma proposition, me disant qu'il va trouver une solution. Je hoche la tête.

Très bien, comme vous voulez!

Je souris en coin lorsqu'il me demande ce que je fais. C'est pas le genre de profession qu'on entend souvent, surtout dans son milieu à lui j'imagine!

Eh bien je tiens une petite boutique d'objets ésotériques... le truc un peu cliché comme dans les films : des bougies, de l'encens, des cristaux, des tisanes et autres... Je peins aussi des toiles que je vends, quand j'y arrive! Et oui on peut se tutoyer, avec plaisir!

Sa compagnie est agréable et le moment est sympa au final! La serveuse nous ramène nos commandes et je préviens Léandre qu'elle arrive pour qu'il ne s'effraye pas, me reculant un peu et observe la part de tarte avec envie. Je verse un peu de lait dans mon thé et porte la tasse à mes lèvres.

Bon appétit!

Sauf qu'au moment d'en boire une gorgée je tourne la tête et je vois le type qui est rentré et s'est installé à une table à l'autre bout du café, faisant mine de lire un journal après s'être installé. Je me penche vers Léandre.

L'homme en question... Il vient de rentrer... Il est assis à une table à l'autre bout... Tu... veux qu'on fasse quoi?





© Camaleón

Lowri Conway
Lowri Conway
LONDON PEOPLE
Messages : 145
Date d'inscription : 05/04/2020
Profession : Medium, tient une boutique ésotérique
Etat Civil : Célibataire
7th Mai 2020, 16:31
Revenir en haut Aller en bas
Léandre Tyler
Léandre était attentif à son interlocutrice. Il aurait voulu la voir, savoir quelle était la couleur de ses yeux, de ses cheveux, voir la forme de son visage. Lorsqu'il était au bureau, sa greffière lui faisait régulièrement des descriptions de personnes passants dans le bureau. Le juge n'avait pas toujours était aveugle et certaines choses lui manquaient encore par moment. Il répondit "Les affaires sont toujours sensibles.". La réflexions de Lowri le fit sourire. "Non, c'est la première fois.". Léandre n'avait jamais eu de problème auparavant. Mais il fallait bien que ça commence à un moment donné. C'était le signe qu'il prenait du pouvoir, qu'il arrivait peu à peu à faire sa place. Léandre avait ses idéaux, mais il était bouffé par la soif du pouvoir. Il se construisait son réseau, assurant ses arrières et avançant petit à petit.

Lowri était un vrai moulin à paroles. C'était amusant de l'entendre parler. Elle ne s'arrêtait pas, posant de multiples questions. Le juge dédramatisa la conversation "J'en vois peu... mais j'en entends beaucoup.". Léandre avait appris à rire de son handicap. C'était nécessaire.

Léandre laissait la tension retomber. Il était moins tendu, réalisant un réel effort pour laisser ses muscles se détendre. Il écoutait la jeune femme. Elle avait donc une boutique ésotérique. C'était amusant. Le monde était de plus en plus rationnel et pourtant ces boutiques continuaient d'exister. Léandre était quelqu'un qui prenait ses décisions selon des faits, se basant sur des expertises et des témoignages. Mais il n'était pas spécialement réticent à l'univers du surnaturel. Il pensait que certaines choses n'avaient pas pu être expliqués scientifiquement, mais que cela finirait par arriver un jour. Après tout, la vision aveugle avait longtemps été vu comme un acte de sorcellerie.

Alors que le juge allait poser une question, il sentit que Lowri était inquiète. L’individu les avait donc suivi. Léandre était toujours calme, il répondit du tac au tac « Ne le regarde pas et fais comme si tu ne l’avais pas vu. ». Le brun était de nouveau tendu. Clairement, ils étaient face à un individu tenace et idiot. C’était le niveau de bêtise qui l’inquiétait. Certaines personnes en devenaient imprévisibles. Ce n’était pas sans danger. Pour le moment, il valait mieux rester tranquille. La situation était stable, il valait mieux éviter qu’elle ne se dégrade. Léandre demanda « Tu as un téléphone portable ? ». Puis attendant sa réponse positive, le juge expliqua « Je vais te donner un numéro afin que tu envoies un sms. ». Puis le juge le dicta sans hésiter. « Il s’agit du numéro de Oksana Romanova, une inspectrice à la S07. ». Ils s’étaient vus juste avant que Léandre ne prenne l’initiative de sortir. Elle ne devait pas être loin. Le juge dicta « Madame Romanova. Merci de vous rendre rapidement au café Bapz afin d’interpeller un individu menaçant. L’enjeu étant d’éviter que la situation ne dégénère. Cordialement. Léandre Tyler. ». Il était un soutient des forces de l’ordre et leur avait souvent envoyé l’ascenseur. C’était à leur tour d’agir. Léandre était toujours calme. Il termina par conclure « Bien, maintenant que c’est chose faîte. Il nous ne reste plus qu’à attendre. ». Le juge étant aveugle, il espérait juste que la situation n’allait pas éclater tout de suite. Léandre ne serait pas capacité de se défendre… Et sa santé faisait qu’il était fragile. Quelques coups bien placés et il pouvait se retrouver aux urgences.
Léandre Tyler
Léandre Tyler
OBJECTION!
Messages : 66
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Londres
Profession : Juge
Etat Civil : célibataire
8th Mai 2020, 16:51
Revenir en haut Aller en bas
Lowri Conway








Pause goûter  
Léandre & Lowri


Je me demande ce que ça peut donner pour les gens autour de nous qui nous voient : un thé entre amis? Un rencard? S'ils s'imaginaient vraiment ce qui se cache derrière cette tasse de thé et cette part de tarte, beaucoup me prendraient pour une folle à cause de mes visions, et lui tout autant pour un fou à m'avoir cru et accepter ce délire d'halluciné, comme je l'entends souvent. Je hausse une épaule quand on parle un peu de son job, des affaires qu'il doit traiter et je hoche la tête sans m'en rendre compte quand il me dit que c'est la première fois qu'il se fait suivre. Dans un sens, c'est l'inverse qui m'aurait paru un poil surréaliste, qu'il soit mêlé à tant d'affaires qu'être suivi comme ça soit devenu la routine et qu'il en soit devenu blasé. Honnêtement je crois que je ne m'habituerai pas à vivre constamment la tête par dessus mon épaule à vérifier que je ne suis pas suivie et autres. Beaucoup trop d'angoisse pour moi... j'ai besoin de marcher l'esprit libre, d'aller d'un point à un autre sans me demander si je vais me prendre une balle entre les deux yeux ou un revolver sur la tempe... enfin je sais que je suis déjà assez ridicule en temps normal, àsourire bêtement quand je vois un arc en ciel ou un beau nuage, à renifler les fleurs qui dépassent de la clôture d'un jardin et faire des gratouilles aux chiens qui passent que je serais à la fois honteuse et tellement ridicule que mon suiveur se trahira à force de se marrer. En gros tout un programme.

J'ai un léger rire quand il me dit qu'il entend beaucoup.

Ah oui? Dans quel sens? C'est vrai ce qu'on dit à propos des gens qui ont perdu un sens, que les autres compensent? C'est vrai? Enfin je... tu as peut-être pas envie de parler de ça, j'aurais dû demander. Je suis désolée.

Nos commandes arrivent et je remercie la serveuse, la suivant du regard alors qu'elle s'éloigne. Sauf qu'au moment où j'accompagne son déplacement sans vraiment faire attention, je remarque que le type qui le suivait tout à l'heure s'est glissé à l'intérieur et s'est installé à une table à l'autre bout du café, et je sens mon coeur rater un battement, mettant une seconde avant de réaliser et je me penche lentement vers Léandre qui lui boit son thé l'air de rien. J'ose même pas imaginer tout ce qui pourrait lui arriver vu qu'il ne voit rien, et qu'il ne verrait justement pas le danger arriver... même si l'assassin était en face de lui. Comme là et juste un peu plus tôt. Je le lui raconte en murmurant, mes mains commençant à trembler alors que j'envisage déjà mille scénario catastrophe. Et là où il m'étonne c'est son calme. Il me répond sur le même ton que si je lui avais dit qu'il pleuvait ou qu'il n'y avait plus de scones beurrés. A sa place j'aurais déjà pris mes cliques et mes claques et j'aurais demandé à quelqu'un de venir me chercher, ou quelque chose du genre! Quand il me demande si j'ai un téléphone je hoche la tête avant de me rappeler, comme une idiote, qu'il ne peut pas me voir et j'attrape le mien dans ma poche.

Oui oui, je l'ai...

Je me retiens de hocher la tête quand je l'entends m'expliquer la suite des événements avec le calme de quelqu'un qui semble avoir déjà fait ça plein de fois.

Euh... oui d'accord.

Je commence à pianoter, un peu rassurée à l'idée qu'il appelle une flic et respecte sagement le texte qu'il me dicte, souriant à moitié en voyant qu'il se donne le temps de parler comme un livre et de finir par un "cordialement" encore plus anglais qu'anglais... J'appuie sur "envoyer" et repose le portable et relève le nez vers lui, sans oser vérifier que le type est toujours là.

C'est bon je l'ai envoyé. Et cette personne... Oksana, on peut lui faire confiance pour venir? Tu es sûr qu'elle va venir t'aider? Et éventuellement te tirer de là? J'imagine qu'en attendant on va faire comme si de rien n'était... mais si besoin on sort par l'arrière et je te fais monter sur ma moto. Il ne pourra pas nous suivre!

Je me force à boire une gorgée de thé, sentant à peine le goût, et pioche un bout de tarte du bout de la cuillère, guettant l'écran du téléphone pour voir si j'ai une réponse.





© Camaleón

Lowri Conway
Lowri Conway
LONDON PEOPLE
Messages : 145
Date d'inscription : 05/04/2020
Profession : Medium, tient une boutique ésotérique
Etat Civil : Célibataire
11th Mai 2020, 18:10
Revenir en haut Aller en bas
Invité
désastre dans un café
Léandre & Lowri

« Être policier, il faut savoir être comme Jarod, être un caméléon. »
Arrivant au poste avec Cuifen, Oksana avait arrêté un meurtrier, après une enquête assez courte, pour une fois. Généralement, il était facile d’enquêter face à des criminels de bas étage. C’est-à-dire, ceux n’ayant jamais été impliqué dans des crimes ou bien encore, une personne n’était pas douée pour masquer ses crimes. L’affaire a été rapidement plié par les deux inspectrices de la S07 et difficiles de leur mentir ou de jouer sur le fait que l’une d’elles ment. En effet, la russe et la Chinoise se connaissent depuis bien trop longtemps pour qu’on leur retourne le cerveau. Avec leur complicité, l’une envers l’autre, elles savaient partager les informations et travailler en équipe. Les équipières avaient enfermé le tueur dans sa cellule qui lui était dédiée avant de retourner à leur bureau. Oksana allait faire le rapport de l’enquête, aujourd’hui, c’était à son tour de l’écrire. Frank Task, marié depuis vingt ans avec Jessica Task, ils avaient trois enfants, deux garçons : John et Éliott ainsi qu’une fille, Léa. Le couple se disputait régulièrement depuis plusieurs mois. La raison : leur fille aînée a déclaré que son père l’avait violé alors qu’elle n’avait que neuf ans. Heure d’aujourd’hui, à l’âge de vingt-cinq ans, elle a eu le courage de la dénoncer, en premier lieu, à sa mère et ensuite à ses frères lors d’un repas de famille. Selon la victime, il a essayé de recommencer, il y a une semaine alors qu’elle attend un bébé avec sa petite amie. Le père aurait été pris de colère après cette vérité et aurait tenté d’assassiner sa fille devant tout le monde. L’unique victime de sa furie, sa femme, Jessica, poignarder de plusieurs coups de couteau dans l’estomac avant que ses fils interviennent, mais c’était trop tard. Il aurait pris la fuite et se serait réfugié dans un quartier pauvre, se faisant passer pour un sans-abri. Quel monde de fous.

Oksana et Cuifen ont pu réussir à le retrouver grâce à l’aide de SDF n’appréciant pas les crises de colère de l’homme. Un sentiment de culpabilité pour son acte envers sa fille et contre sa femme ou bien, le fait que sa fille, Léa a décidé d’être forte pour ne plus vivre dans la peur. En tout cas, il n’avait pas trop résistant dans son arrestation. Franchement, Oksana se disant qu’elle vivait bien dans un monde violent et stupide avec certains comportements de ce genre. La blonde était tout de même inquiète par rapport à l’avenir de sa fille. Espérant qu’elle aura tout de même un avenir où elle s’épanouira dans son bonheur. Cuifen était sortie à l’extérieur du bureau, la famille Task était présente pour avoir des nouvelles. Sa partenaire semble éclaircir la situation en les emmenant dans une salle à part. C’était mieux ainsi que de tout exposé aux yeux de tous, cette affaire ne les regardait pas vue qu’elle était pliée. Finissant son rapport sur son ordinateur, elle ouvre un carton, là-dedans, il y a des indices et rapports par rapport à l’explosion à l’université par un type de l’IRA. Rosario avait pu réaliser quelques exploits. En y pensant, le nom de Noa de Santis y revenait, étrange qu’une telle femme se soit déplacée dans un tel lieu. Il y avait quelques noms de ressorti, quelques objets et autres provenant de la scène de crime. En tout cas, elle allait devoir continuer l’enquête avec d’autres membres de son département. Cuifen revient, seule, et s’installe à son bureau en ouvrant son tiroir et prenant un paquet de M&M pour se détendre. « Tu sais que tu vas prendre du poids à force de manger ses cochonneries, Cui. » Dit Oksana avant que sa partenaire ricane. « Et ? On dit que je suis trop maigre et une femme avec un peu de forme, c’est plaisant. Tu devrais le savoir, Oksa. » Dit-elle avec un clin d’œil, faisant légèrement sourire la blonde. « Oui, en effet. Cela dit, fais partager, gourmande. » Finit-elle avec le sourire et recevant la moitié du paquet.

Soudain, le téléphone portable de la Romanova se met à sonner. Un message de la part de Léandre, le lisant, il semblerait que le juge ait besoin d’aide. Se levant assez vite de son bureau, elle regarde sa partenaire. « La journée n’est pas terminée, Cuifen. On a besoin de notre aide. » Dit-elle à sa coéquipière. « Que se passe-t-il ? » Demande la brune, en suivant la blonde. « Le juge Léandre Tyler semble suivi par un type louche et il faut qu’on le retrouve au café Bapz. » Informe-t-elle sa camarade. « Le juge aveugle ? Il a fait comment pour t’envoyer un SMS ? » Question un peu conne, mais c’était surtout avec humour qu’elle disait cela. « Amusant, apparemment, il ne doit pas être tout seul vu que ce n’est pas avec son portable qu’il me l’a envoyé. Apparemment, la personne avec lui est incapable de se défendre aussi. Dépêchons-nous. » Finit-elle en accélérant le pas jusqu’au parking du commissariat. Pour ce genre d’individu, le seul moyen de les choper sans qu’ils se barrent, c’est de venir en tenue de civil et un véhicule banalisé, par chance, elles peuvent totalement le faire. Du coup, impossible de savoir qu’elles soient flics. Ensuite, il ne faut pas se comporter comme des policiers sinon elles seront cramées. Oksana et Cuifen aiment ne jouer qu’elles sont en couple dans ces moments-là et faire semblant de croiser des amis, ceux victime de ce harcèlement. En voiture, les inspectrices se déplacent en direction du dit lieux. Inutile de préciser le plan à la Stark, un plan mis en place depuis longtemps. Se garant à une place de parking, elles sortent de la voiture, discutant normalement, échangeant même un baiser avant de se tenir la main. De toute façon, elles sont célibataires donc ça ne risque de blesser personne leur façon d’agir pour choper un suspect dangereux.

Entrant dans le café, comme un couple, Oksana fait comme si elle cherchait une place pour s’asseoir avec Cuifen. Au loin, elle aperçoit Léandre avec une belle blonde, même aveugle, il sait s’entourer de belles personnes. S’avançant vers eux en discutant avec sa partenaire, usant d’une discussion une envie de manger. Face à Léandre et son amie, Oksana fait mine de le reconnaître. « Oh mais c’est Léandre ! Ça fait longtemps, mon ami ! C’est Oksana et Cuifen, ton couple homo préféré comme tu as l’habitude de dire. Je ne pensais pas te voir ici, en si belle compagnie, chanceux. » Finit-elle en ricanant. Elle essaye de ne pas trop se faire cramer. Cuifen prend à son tour la parole. « En effet, un sacré hasard, ça ne vous dérange pas si on vous rejoint pour papoter entre amis ? » Dit-elle en les regardant dans les yeux, leur faisant comprendre que ça sera mieux pour eux de jouer le jeu. « Oh ça sera super ça ! Et dire qu’on devait parler de choses importantes avec des amis, on pourra donc vous mettre au courant d’une bonne nouvelle en buvant un bon café à vos côtés. » Finit Oksana à son tour, attendant tout simplement une réponse de leur part. Demander qui est le fauteur de troubles dans leur vie et le choper directement, sans prendre le temps d’obtenir quelques informations, ça risque d’être compliqué. En effet, s’il a une arme à feu, il risque de prendre des civils en otages ou d’ouvrir le feu sur quelqu’un dans la panique.
(c) DΛNDELION
Invité
avatar
Invité
12th Mai 2020, 16:42
Revenir en haut Aller en bas
Léandre Tyler
Léandre sentait bien que son interlocutrice était tendue. Ce qu'elle proposait était totalement surréaliste. Il n'y avait que deux possibilités pour la suite, soit l'homme se faisait interpellé, soit il leur tirait dessus. Et dans le deuxième option, ils pourraient bien essayer de fuir, mais cela serait trop tard. Le juge était calme, bien qu'il soit réellement inquiet. Léandre avait peur des violences physiques. Il se savait fragile et sans ses yeux il était une proie facile. Sa mauvaise santé faisait que même quelques coups pouvaient le mettre durablement en difficulté. Dans tout les cas, le juge et Lowri avaient fait tout ce qu'ils pouvaient pour le moment. Il fallait désormais attendre. Léandre répondit calmement "Oui, je suis certain qu'elle va venir. Nous n'allons pas rester seuls très longtemps.". Le juge n'avait pas du doute.

Léandre buvait son thé, profitant de chaleur dégagée par la boisson. Le juge se fit la réflexion qu'il devait faire plus attention à lui-même. IL avait une santé fragile et il ne prenait pas assez soin de lui. Il était 16h passé et pourtant Léandre s'alimenter correctement pour la première fois de la journée. Ce n'était pas raisonnable. Il pensa brièvement à la charge de travail qui l'attendait. Le juge se devait de prendre une véritable pause pour réussir à terminer tout ce qu'il devait faire aujourd'hui. Léandre n'avait pas assez de temps. Mais c'était le cas de tous dans les rouages de la justice.

Afin de ne pas attendre dans le silence, le juge répondit à une des questions précédentes "Pour la question que tu posais tout à l'heure, c'est en partie vraie. Mon ouïe s'est considérablement développé. Mais il y a des choses que l'on ne peut jamais retrouver.". Léandre avait dû faire son deuil de cette vie sans le handicape. Il avait complétement dû abandonné certaine chose, comme pour tout ce qui était jeux vidéos. Le juge n'était pas spécialement gêné de parler de son handicape, après tout c'était comme ça qu'on le définissait "Le juge aveugle". Léandre était remarquable et remarqué. Il préférait que cela soit pour la qualité de son travail plutôt que ses caractéristiques physiques, mais c'était déjà ça. Il expliqua "ça ne me dérange pas d'en parler. Il ne faut pas être désolé.". Lowri avait vraiment l'air très sympathique. Une personne avenante, agréable et serviable.

Léandre eut un sourire en entendant les deux inspectrices arriver. Cela allait être une belle table. Leur petit manège l'amusait. Il les salua "Mesdemoiselles." Puis il répondit "C'est vrai que j'ai beaucoup de chance en ce moment.". Le magistrat aurait pu continuer, mais il ne voulait pas mettre en difficulté Lowri. Elle qui se retrouvait déjà dans une situation compliquée et stressante... En particulier avec deux flics et un juge. Il invita les deux inspectrices "Allez-y, installez-vous. Il doit bien avoir des chaises disponibles.". Léandre ne pouvait pas voir si c'était le cas. Mais elles étaient débrouillarde, elles allaient forcément y arriver. L'aveugle vérifia avec sa main qu'il n'y avait rien, puis déplaça sa propre chaise pour leur laisser un peu de place.

Une fois qu'elle fut installée, Léandre expliqua "Je vous présente Lowri Conway. Lowri, voici Oksana Romanova et Cuifen Stark." Il rassura les deux inspectrices "En parlant à voix basse, l'individu suspect ne peut pas nous entendre... Il m'a suivi et ne me veut clairement pas du bien.". Posant ses prunelles brunes sur Lowri "Est-ce que tu peux expliquer où il se trouve ?". C'était difficile pour le juge d'en dire plus. Il avait une localisation approximative, mais il ne pouvait pas être assez précis.
Léandre Tyler
Léandre Tyler
OBJECTION!
Messages : 66
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Londres
Profession : Juge
Etat Civil : célibataire
15th Mai 2020, 01:01
Revenir en haut Aller en bas
Lowri Conway







Pause goûter  
Léandre & Lowri


Il y a clairement une différence entre balancer une bombe du type révélation du monde des esprits, et être le spectateur des conséquences, un peu comme manger du pop corn pendant que le monde s'écroule pour une ou plusieurs personnes, compatissant pour ce qui se passe mais sans être concernée et sans risquer d'être affectée, et se retrouver au beau milieu d'emmerdes que les esprits ont provoqué en me demandant d'intervenir. Et autant le premier est clairement mon fond de commerce, mes ''séances" me permettant d'arrondir mes fins de mois au risque d'annoncer des choses pas toujours très réjouissantes ou parfois de briser des familles - comme la fois où j'ai révélé que la grand mère avait été empoisonnée pour toucher l'héritage, c'est la vieille dame qui me l'avait soufflé via les lettres, alors que tout le monde pensait qu'elle s'était éteinte dans son sommeil, sans que personne ne se doute de quoi que ce soit - et quand il s'est avéré que c'était le fils aîné je me suis vite retrouvée au beau milieu d'une belle tempête de merde, même si j'étais contente d'avoir rétabli la vérité - autant là... c'est beaucoup moins courant. Et plus dangereux. Je ne sais pas quelles sont les intentions de ce type, mais une chose est sure, sa ténacité est inversement proportionnelle à sa discrétion... Et là où d'habitude je file discrètement, parfois avec une enveloppe contenant quelques billets, là je me retrouve coincée avec cette nouvelle rencontre, Léandre, que je ne peux pas laisser là, avec un type qui risque de le buter dès que j'aurai passé la porte, sans moyen de se défendre...

Heureusement, il me demande de contacter une flic, ce qui me rassure un peu, et une fois le texto envoyé et mon portable reposé devant moi, avec le son mis à fond pour entendre si je reçois une quelconque réponse, je me force à avoir l'air normale en buvant une gorgée de thé qui paraît très fade sur le coup. C'est clair que d'être proche d'un éventuel homme de main de la mafia, possiblement un tueur à gages à la délicatesse d'une brique, n'aidait pas à se détendre le palais... Clairement pas. Et en attendant, je crois que tant qu'on reste ici, dans ce café à moitié plein et qui commence à se remplir, on est tranquilles. Y'a que dans les films où ils se mettent à se canarder dans des endroits bondés de monde... en vrai je crois qu'ils préfèrent faire passer les meurtres pour des accidents, sinon on entendrait beaucoup plus souvent parler de tueries de masse. Surtout qu'on n'est pas aux US. Je me force pour faire descendre mon thé et joue avec ma tarte, l'appétit un peu coupé. Bon sang ça risque d'être long jusqu'à ce qu'elle arrive. Et surtout, est-ce qu'elle va pouvoir faire quelque chose? Perdue dans mes pensées, le regard fixé sur le morceau de tarte que j'ai détaché de la part sans le porter à ma bouche, je ne réalise qu'une ou deux secondes plus tard que Léandre s'est remis à me parler et je sursaute légèrement.

Oh... ouais... J'imagine... Ca doit rendre les choses tellement plus compliquées que d'être privé d'un sens aussi important que celui-là... et tant mieux si... ça ne te dérange pas. Je ne voulais pas te blesser si c'était encore un sujet sensible...

C'est vrai qu'à choisir, je préférerais encore perdre le goût ou le toucher... qui sont importants, mais sans quoi tu peux quand même vivre une vie à peu près normale, en courant beaucoup moins de dangers. J'avoue que manger des trucs super sains mais absolument dégueu sans tirer la tronche, ou être capable de mettre des pulls qui grattent sans s'en faire doit avoir ses avantages... Enfin bon. Je me force à arrêter de maltraiter ce petit bout de tarte et à l'avaler, me détendant un peu et appréciant le gâteau finalement. Et là, alors que je ne l'attendais pas si tôt, j'entends une voix sonore appeler Léandre derrière moi et je me retourne pour voir arriver non pas une, mais deux nanas qui s'approchant de notre table. Ok là je me sens clairement mieux, on est carrément trois pour l'aider, et le noeud dans mon ventre se défait enfin. Un sourire soulagé s'affiche sur mes lèvres alors que je me tourne pour les saluer. Elles sont toutes les deux jeunes et magnifiques, bien loin des clichés habituels sur les flics de la cinquantaine qui tirent la gueule. Décidément entre Zac et elles deux, je suis en train de me faire une toute autre image de la police britannique, qui me déplaît pas.

Salut les filles! Et je suis vraiment, vraiment ravie de vous voir! Vous avez raison installez vous! Eh j'ai pris la tarte aux myrtilles elle est divine!

Je donne l'image d'une vraie complicité, genre meilleurs amis pour la vie alors qu'il y a encore une demi heure je ne connaissais aucun des trois, mais bizarrement, le moment est beaucoup moins étrange que ce à quoi je pensais... Elles s'installent et je les regarde en souriant, attenant qu'elles soient proches de moi pour pouvoir leur chuchoter de plus amples informations.

Je... En fait je marchais dans la rue, je sortais de la poste et j'ai remarqué qu'un type suivait Léandre. Je me suis dit que c'était important de le lui dire alors je suis venu lui parler et il m'a proposé de rentrer ici pour le semer. Sauf qu'après dix minutes à attendre dehors, il s'est pointé et j'ai peur qu'il tente quelque chose si Léandre met un pied dehors. C'est le type près du pilier, avec une veste bleue et des lunettes de soleil accrochées au col de son polo. Vous voyez de qui je parle?

Je soupire de soulagement, et hoche la tête en l'entendant me dire que pendant qu'elle s'occupera du type, on devait en profiter pour filer. Je me penche vers Léandre et murmure.

Viens... je te sors de là par la porte de derrière et je te ramène au palais de Justice ou je te ramène chez toi.


Je jette un oeil à la fliquette qui se place bien entre le stalker et nous, pour nous cacher à sa vue et j'attrape mes affaires, avant de poser ma main sur le bras de Léandre.

Viens, on se tire de là!




© Camaleón

Lowri Conway
Lowri Conway
LONDON PEOPLE
Messages : 145
Date d'inscription : 05/04/2020
Profession : Medium, tient une boutique ésotérique
Etat Civil : Célibataire
19th Mai 2020, 18:28
Revenir en haut Aller en bas
Léandre Tyler
Léandre n'était pas angoissé. Il ne l'était pas réellement. Il était inquiet, mais maitrisé ce sentiment afin de ne pas le laisser paraître. S'il l'homme qui le suivait aurait voulu le tuer, il aurait déjà été assassiné. Le juge avait fait tout ce qu'il y avait à faire. Les dès étaient jetés. Ce n'était plus la peine de s'angoisser.

Les deux flics étaient arrivées rapidement. Une fois les informations transmises, les deux inspectrices se mirent en mouvement pour intervenir. Léandre était particulièrement attentif, incapable de voir mais souhaitant tout de même suivre les événements. Le juge n'était pas parti pour se déplacer, mais si c'était la flic qui le demandait, alors Léandre allait suivre les ordres. Dans le cas d'une action, c'était les flics qui prenaient le lead. Ils avaient chacun leur spécialité. En soit, le juge se rendait compte qu'il avait peut-être mal évalué la situation. Ce qui l'inquiétait. Il était peut-être bien en plus danger qu'il ne le pensait réellement. Il allait devoir se méfier, sinon les choses aller finir par mal se passer. Léandre pensait maitriser la situation, mais peut-être ce n'était pas le cas.

Docile, Léandre suivit les ordres des voyants. Il se leva, sans précipitation. Le juge avait sa canne blanche, mais cela restait compliqué pour lui de ne pas se prendre les pieds avec quelque chose se trouvant au sol. Léandre se laissa entrainer par Lowri, la suivant. Là, il commençait à être perdu. En passant par la porte de derrière, il n'était plus du tout dans des chemins connus. Il expliqua "Il est nécessaire que je retourne au tribunal. J'ai encore du travail.". Le juge était juste sorti pour une pause rapide, et non pour se retrouver dans une telle situation. Léandre savait bien qu'il était dans une rue, un environnement qu'il ne connaissait pas. Les rues de Londres n'étaient pas adaptés pour des personnes mal ou non voyantes. Totalement dépendant de Lowri, Léandre reprit la parole "Je te laisse me guider.". Il n'avait pas besoin de préciser qu'il était perdu, cela devait déjà suffisamment se voir.

Le juge commenta "Au moins, la situation est réglée. Cet individu va être interpellé et le problème va être éclaircie.". Il eut un sourire "Merci d'être intervenu.". Au vu de la réaction des flics, la situation avait été plus gave qu'il ne l'avait pensé. Léandre resta tout de même en alerte "Si tu peux garder un œil sur les alentours, peut-être que cet homme n'était pas seul.". Le juge n'aurait jamais dû se retrouver dans cette situation. Il donnait des responsabilités à Lowri alors qu'elle n'aurait pas dû en avoir.
Léandre Tyler
Léandre Tyler
OBJECTION!
Messages : 66
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Londres
Profession : Juge
Etat Civil : célibataire
2nd Juillet 2020, 15:51
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: