AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
-29%
Le deal à ne pas rater :
Climatiseur mobile et réversible Argo Milo Plus – 13000 BTU/H
389 € 549 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Tasse de café | ft Lowri
Siobhan Oswell
And if I diagnosed the pain in
my life
Trying to find a way to revive (Fuck)
Il y avait de quoi se laisser surprendre par le petit déluge qui s'abattit sur la ville. Baignant les rues par une odeur charismatique de pluie s'écrasant sur le bitume, d'un ciel sombre grondant son mécontentement et d'une population se bousculant les uns aux autres, s'abritant rapidement sous un parapluie ou se ruant sous la toiture d'un magasin. Tandis qu'une majorité affichaient un visage morne, désespéré et que les marchands s'empressaient de protéger leur bien du mieux possible, tu restes sagement assise dans le fauteuil, observant les scènes qui se déroulent à l'extérieur. Une tasse de thé entre les doigts. Un spectacle parfois affligeant, quoi que divertissant.

La serveuse déposa le brownie commandé sur la table entre temps. Un sourire en guise de remerciement, elle repartit vaquer à ses maigres occupations. Il n'y avait pas grand monde dans les environs et à vrai dire ce n'était pas plus mal. Le petit café était calme, comme à son habitude, mais avec cette météo il était facile de compter le nombre exact de client à l'intérieur. Ici, tu ne venais pas pour la concurrence. Il était bien différence du petit salon de thé que tu pouvais tenir dans le centre de Londres, il avait ses propres qualités et défaut. Mais, il était surtout suffisamment loin des lieux habituellement fréquentés pour que ce soit un réel plaisir de s'y perdre. Quand tu passais la porte de l'établissement, tu prenais toujours la même table, près de la même fenêtre et appréciait la même commande. Une routine, certes, néanmoins elle en restait plaisante. Puis, tu prenais ton livre de cours, ton cahier de dessin, ton iPad et laissait faire l'inspiration, parce qu'il faisait partie de ces lieux plaisants à se sentir pleinement concentré. Au moins quelques heures passaient ici permettait de faire un semblant de vide dans ta vie. Ou, ne serait-ce que dans ta caboche trop pleine. Il n'y avait pas besoin de parler à autrui, le simple coup de crayons parler de lui-même.
Aujourd'hui encore, il exprimait à merveille le sentiment enfouis.

Ton regard se pose direction le téléphone quand il s'alluma, le nom de “Daryl” s'afficha subitement, suivi de quelques lignes qui s'envolèrent au bout de quelques secondes écoulées. Après une vague hésitation, ouvrir le message n'était pas une bonne idée. Un pavé de haine expédiée. Non pas à ton encontre, mais il restait barbant à lire, barbant à comprendre et barbant à accepter. Il n'avait que la fin qui garda un minimum ton attention « Bref, tout ça pour savoir si tu es dispo ce soir ? J'ai besoin d'aide pour ma diserte. Stpppp. » Les doigts tapotent sur le coin du téléphone en réfléchissant. Voir Daryl, était-ce vraiment une bonne idée ? Il est adorable à souhait, c'est un fait qu'il est impossible de nier, il est de ceux qui suivent le mouvement de foule, mais ne participe pas à la casse. Marrant, mais loin d'être débile, un bon compagnon pour les sorties de beuveries. Celui qui ne prend jamais le verre de trop. Tu le connais un peu, mais sans plus. Sans jamais désirer t'incruster dans sa vie personnelle, sans trop en demander sur ses affaires extra-scolaires, tu te contentes du minimum. Daryl, c'est le voisin de table. C'est le gars avec qui il est facile de perdre deux heures de son temps. Il dit oui. Pour toi – et tu le sais depuis les nombreuses heures passés ensemble – il ne sait pas prononcer ces trois lettres négatives. Et t'en profites, souvent. Beaucoup trop. Le laissant espérer autre chose. Ce que tu ne sais rendre au même titre. Et il reste tout de même auprès de toi. Peut-être qu'il est débile en fin de compte.

Tu pourrais accepter, mais ce ne serait guère une bonne idée. Tu avais déjà promis à Avalon d'être présente ce soir. Et avec Avalon on ne change pas de plan aussi facilement.

Ce détail fait grincer tes dents. Ça ravive une douleur. Le bleu sur ta peau est aussi fortement présent que le souvenir. Mais ça, c'est de ta faute, tu ne peux t'en prendre qu'à toi. Tu l'avais mis en colère, il fallait désormais assumer.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Siobhan Oswell
Siobhan Oswell
LONDON PEOPLE
Messages : 108
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Entre ici et ailleurs
Profession : Etudiante en art visuel. Passionnée par le dessin et la photographie. Travail quelques heures par semaines dans un petit salon de Thé pour un peu de revenus supplémentaire
13th Avril 2020, 18:01
Revenir en haut Aller en bas
Lowri Conway
Thin Lizzy - Boys Are Back In Town <3[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]Siobhan & Lowri
xxx
Tasse de caféJe plains les gens qui sont constamment en train de se demander ce qu'on pense d'eux, et si les gens autour d'eux sont en train de les juger. Sincèrement. Je n'imagine même pas à quel point ça doit être fatiguant de constamment regarder par dessus son épaule où se regarder soi-même, vérifier que tout va bien, que rien ne dépasse, qu'on est bien coiffé, que le pantalon va avec les chaussures, qu'on ne fasse rien qui sorte du cadre, rien qui fasse se tourner les gens, les faire rire ou murmurer entre eux en vous désignant du menton. Pourquoi d'ailleurs? Pourquoi est-ce que ça compte tellement pour eux? Pourquoi est-ce que ce que des inconnus qu'on ne reverra jamais pensent de nous l'espace d'une seconde fait-il en sorte qu'on y passe autant de temps et d'angoisses ou au moins de questionnements? Est-ce que de retour à la maison ils s'asseyent sur le canapé et se disent "Ah c'est bien, je n'ai rien fait qui me démarque du lot, je me suis bien noyé dans la masse!" en se frottant les mains? Est-ce qu'ils se couchent en ayant la conscience tranquille de ne pas s'être faits remarquer? Peut-être... Je suis passée par là, moi aussi, la peur d'être rejetée parce que différente, surtout à cause de mon don, cette angoisse d'être vue comme une sorcière, ou simplement de ne pas donner prétexte à ce qu'on puisse se moquer de moi, me critiquer ou autres. Pendant des années j'ai agi pour être un mur lisse sans aucune aspérité, faisant ce qu'on attendait de moi, étant sage mais pas trop, me comportant comme toutes les ados "trop normales" pour au final me rendre compte que c'était plus un mal qu'un bien. Pourquoi? Parce qu'en étant trop préoccupée à être celle que je "devais" j'avais oublié d'être celle que j'étais... Et une deuxième vie a débuté quand j'ai commencé à n'en avoir rien à faire. Totalement. Je m'en fiche de chantonner dans la rue, de faire les courses en pyjama, de me déhancher sur du rock pendant que je fais le ménage ou l'aspirateur, de me faire des scones à minuit et de prendre un petit déjeuner en guise de dîner. Est-ce que j'en fiche. Totalement. Est-ce que ça rend plus heureuse de vivre comme ça? Evidemment.

C'est pour ça que je chante par-dessus du Thin Lizzy en pyjama alors que je fais les poussières, prenant de temps à autres mon spray de produit comme micro en sautillant sur place. Si on me voit? Je m'en fous. Au moins on se dira que je m'amuse et que je suis heureuse. La vie est trop courte pour être triste ou pour s'empêcher les petits bonheurs simples de la vie... Poussières terminées je jette le chiffon sale dans le panier à linge, me prends pour Freddie Mercury en ramenant le linge sale à la machine, Wembley est à mes pieds et je suis la reine du monde. Je fourre tout dedans, referme le hublot d'un coup de fesse et lance le programme avant de remplir mon arrosoir et m'approcher de la fenêtre. Mon lot de plantes m'attend tranquillement et je les inspecte tout en leur filant à boire. Mon petit coin de sorcière dont l'idée me vient de ma grand mère... Sur son île, chaque plante de son jardin ou presque est lié à quelqu'un de son entourage, symboliquement. Et chaque jour elle en fait le tour, examinant toutes ses recrues... Si l'une d'entre elles est mal en point, c'est que la personne à qui elle l'a associée ne va pas bien, et elle va prendre des nouvelles. Ce qui explique les fois où elle m'a appelée exactement à un moment où je n'étais pas bien... Alors j'ai fait pareil, et faute d'un jardin, je les ai disséminées un peu partout chez moi en fonction de leur race et de leurs préférences... Et en faisant mon tour à moi, je vois que celle de Sio a des taches sombres sur les feuilles... Et elles ne sont pas dues à l'humidité. Je fronce les sourcils et pose l'arrosoir pour attraper mes lettres.

Est-ce qu'elle a besoin de moi?
U-O-I.


Le message est clair. J'attrape mon téléphone et lui envoie un texto.

"Hey ma belle! Je viens de finir mon ménage, j'ai envie de sortir un peu, ça te dirait qu'on se voie?"

Je garde le portable en poche alors que je termine mon arrosage, et quelques minutes après je souris, un peu rassurée, en voyant sa réponse. Très bien. Moins de dix minutes plus tard j'ai pris ma douche et je me suis habillée, j'ai enfourné ma moto et vingt minutes plus tard je me gare devant le café dont elle m'a donné l'adresse. Il s'est enfin arrêté de pleuvoir et j'ôte mon casque avant de pousser la porte de cet endroit où je vais pour la première fois. Je regarde autour de moi. Ca a l'air sympa ici... Je fais quelques pas et remarque la rouquine face à une table bien encombrée et je me faufile jusqu'à elle, mon casque sur le bras. Je viens ensuite lui faire la bise puis me laisse retomber en face d'elle, ôtant mon blouson et mon sac.

Salut toi! Ca me fait plaisir qu'on se voie! Comment tu vas toi? Dis-moi tout !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Lowri Conway
Lowri Conway
LONDON PEOPLE
Messages : 146
Date d'inscription : 05/04/2020
Profession : Medium, tient une boutique ésotérique
Etat Civil : Célibataire
15th Avril 2020, 11:11
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Oswell
And if I diagnosed the pain in
my life
Trying to find a way to revive (Fuck)
L'avantage des jours pluvieux, c'est qu'ils inspirent bien plus que les beaux jours. Mélancolie du moment, ou simple appréciation de l'eau s'écrasant sur le sol goudronné, il n'en reste pas moins que ce petit détail joue fortement sur le coup de crayons.
Après avoir répondu négativement à ce pauvre Daryl et sa proposition passée à la trappe, la concentration fut reportée sur le calepin. Les doigts s'activant de part d'autres sur la largeur de la feuille. Tes oreilles écoutèrent a peine le bourdonnement que fit le petit amas de client traversant la porte. Comme si soudainement cet endroit devenait la zone de replis idéal pour garder les vêtements bien au sec. Un peu de travail pour cette serveuse qui semblait compter les heures à rallongent. Il n'y avait aucune réelle idée sur le projet en cours entre tes doigts. La feuille ne fit que noter les idées qui passèrent sans un but précis. Et le noir semblait visiblement à l'honneur sur ce dessin.

Une fois encore ton téléphone se fit entendre et cette fois il fit fronder tes sourcils pour le dérangement. Daryl et son petit acquiescement suivi de trois petits points de déception, attendant probablement que cela force ton humeur a changer d'avis. Tant pis, son cœur allait s'en remettre. Il ne pouvait être le centre de toute ton attention. En revanche, il eut un arrêt sur le message qui suivi. Mais le sentiment fut opposé. L'hésitation moindre. Après un soupire tu acceptas sa demande, donnant l'adresse actuelle de ta position.

Avec Lowri c'était différent. Étrangement plus simple. La connaître ne remontait guère loin, mais l'appréciait avait été assez facile. Elle avait toujours les bons mots avec toi, de bons conseils, quand bien même tu ne les appliquais pas tous à la lettre. Dans cette ville où il était facile de se sentir exclure, avec elle au moins il y avait de quoi paraître normal. Elle ne voyait pas comme une tâche, elle ne te lançait pas ce regard foudroyant qu'avait la majorité des Aanglais. Être différent restait une plaie. Il y avait de quoi être ouverte un tant soit peu à la discussion avec elle. Lowri devenait certainement ce qui s'approchait le plus d'une amie. Les confidences allaient bon train. Même s'il restait des parts d'ombres gardées précieusement, parce qu'il n'était pas si simple de les laisser s'évader.

Mobile verrouillé, il ne reste qu’à attendre.
Le temps de son arrivée n’est pas bien long. Sa présence rapidement à tes côtés finis par te faire arrêter tes vagues gribouillis. Saluant la demoiselle de gaieté. Débarrassant un peu la table sur laquelle tu avais étalés tout ton attirail.

« Plaisir partagé. Ça fait un petit bout de temps. »

Était-ce si long que ça ? Quelques jours, quelques semaines tout au plus, depuis la dernière fois que vos visages avaient été aussi proche.

« La routine d’une étudiante ! Comme tu peux le voir j’essaie de bosser, mais le résultat n’est pas concluant. Tu souris légèrement. Et toi, qu’est-ce que tu racontes ? Comment ça se passe à la boutique en ce moment ? Oh, tu veux boire quelque chose, je t’invite. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Siobhan Oswell
Siobhan Oswell
LONDON PEOPLE
Messages : 108
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Entre ici et ailleurs
Profession : Etudiante en art visuel. Passionnée par le dessin et la photographie. Travail quelques heures par semaines dans un petit salon de Thé pour un peu de revenus supplémentaire
21st Avril 2020, 16:55
Revenir en haut Aller en bas
Lowri Conway
Thin Lizzy - Boys Are Back In Town <3[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]Siobhan & Lowri
xxx
Tasse de caféL'avantage de la moto à Londres, c'est qu'elle permet de se faufiler rapidement dans le trafic, et d'arriver bien plus vite à destination. Et puis aller vite, et zig zaguer entre les bagnoles a un côté beaucoup plus amusant que d'être le cul dans sa boite en fer à se curer le nez au feu rouge. Est-ce que c'est plus dangereux? Oui. Mais plus fun. Et puis je pourrais mourir écrasée par un bus en sortant de ma voiture donc autant faire des choses qui m'amusent et qui me font plaisir. Là, savoir que je pourrais aller le plus vite possible retrouver Siobhan me rassure un peu, car depuis que j'ai vu la plante que je lui ai attribuée porte des taches sur les feuilles, j'ai une mauvaise impression... pas un danger de mort mais quelque chose qui ne va pas, qui me taraude et qui ne s'en ira pas tant que je n'aurai pas tiré la situation au clair. Depuis que j'ai rencontré Siobhan, il y a un peu plus d'un an, j'ai tout de suite senti qu'il fallait que je la protège et que je veille sur elle, au moins un peu. J'avais senti une fragilité, et des blessures intérieures qui n'étaient toujours pas cicatrisées et qui mettraient du temps avant de l'être, si elles le sont un jour. Par respect pour sa vie privée je n'ai pas enquêté sur elle, dans le sens où je n'ai pas attrapé mes lettres pour leur poser des questions sur elle. J'ai simplement demandé si elle avait eu un passé compliqué et si elle était vulnérable, les deux fois j'ai eu oui comme réponse, tout comme quand j'ai demandé si je devais veiller sur elle. Elle est comme une fleur qui risquerait d'être arrachée au moindre coup de vent...

Bien sûr, c'est loin d'être une corvée, et j'apprécie le temps que je passe avec elle. Elle est drôle, gentille et créative, et c'est un plaisir de la voir. Juste que je suis un peu plus attentive pour elle que pour d'autres gens de mon entourage, qui ont sans doute moins de soucis qu'elle, ou qui ont moins besoin d'une épaule sur laquelle se reposer et je suis contente d'avoir l'impression qu'elle sait qu'elle peut compter sur moi.

J'arrive rapidement au café, me trouvant un chemin parmi le trafic encombré après cette averse. Il faut croire que pour un pays où il pleut autant, ils sont toujours autant perturbés par trois gouttes d'eau... Enfin, je sais que je ne l'ai pas faite trop attendre et que je vais pouvoir en savoir un peu plus... Garant ma moto, je rentre dans le café et la retrouve rapidement, venant m'asseoir à sa table. Je souris alors, commençant déjà mon inspection discrète en promenant mon regard sur son nuage de taches de rousseur. Elle a l'air d'aller bien, même si je vois toujours dans ses yeux une sorte de tristesse, comme un voile de nuages dans un ciel d'été, un voile qui j'espère, un jour se dissipera.

Ouais? Les cours se passent bien?

Je désigne ses affaires éparpillées sur la table devant nous d'un petit geste du menton.

Tu bosses sur quoi? Si jamais je peux essayer de t'aider? Enfin ça dépend quoi bien sûr, je suis loin d'être douée dans tout...

Puis je hausse une épaule quand elle parle de moi et la boutique. A quoi ça servirait de lui dire que je suis obligée de bosser pour la mafia italienne en échange de voir mon magasin entier, pas brûlé ou saccagé...

Rien de spécial, la petite routine... Il va falloir que je fasse bientôt un inventaire et je pleure d'avance. C'est le pire truc... compter les bougies et les bâtons d'encens... Mais faut y passer au moins deux fois par an...

J'attrape la carte pour jeter un oeil et souris à la serveuse qui est venue prendre notre commande. Je prends un Earl Grey à l'orange et une tarte à la myrtille. Sans vraiment faire attention, je remarque sur la manche de Sio glisse alors qu'elle lève le bras pour rendre sa carte à elle à la jeune femme et je remarque une tache sombre sur sa peau blanche comme du lait. Je hausse un sourcil. On y est... enfin ça y ressemble... J'essaie d'être détachée alors que je demande l'air de rien.

Oh wow beau bleu, tu t'es cognée où? T'es tombée?

Et maintenant que j'ai lancé l'hameçon, à voir si elle va mordre.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Lowri Conway
Lowri Conway
LONDON PEOPLE
Messages : 146
Date d'inscription : 05/04/2020
Profession : Medium, tient une boutique ésotérique
Etat Civil : Célibataire
25th Avril 2020, 19:40
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Oswell
And if I diagnosed the pain in
my life
Trying to find a way to revive (Fuck)
Visage maigrement illuminée. La voisine s'installe tranquillement tandis que tu suis du regard chacun de ses mouvements. Il y a quelque chose quand les yeux se posent sur son faciès. De l'envie qui circule dans les veines. Une joie qui est partagée. Elle te rappel une époque où les choses étaient plus simples. Ou chaque seconde devenait une bouffée d'air frais. Quelques années en arrière qui paraissent désormais lointaine. T'es un peu curieuse de ce qui se passe de son côté. Préférant plutôt parler d'elle que débiter sur ta propre vie. Il n'y a rien de vraiment d'intéressant à raconter. La vie d'une étudiante n'a rien de très palpitant. Dans ton cas en particulier ce n'est qu'une succession de routine. Quant au reste ce n'est que ton échappatoire.

« Mmh, j'essaie de réviser ce cours sur les arts de l'Antiquité. Tout en tentant de dessiner quelque chose. Ce n'est pas encore ça, mais je ne désespère pas trop. »

Ton attention n'est pas assez focalisée sur ce que tu dois faire pour réellement avancer. Une trop grande partie de ton esprit est encore ailleurs. Et ton dessin est bien trop sombre. En posant enfin les yeux dessus, tu vois a quel point il était prêt à être vide. Triste. Tout comme le sentiment que tu nies à la perfection. Tu l'ignores encore, referme le cahier et le pose au loin. C'est plus simple de l'éviter. Comme le reste.
L'attention reportée sur ton amie, la laissant choisir ce qu'elle désire. Pour ta part tu n'as pas plus faim qu'à ton arrivée. Ton brownie à peine mangée attendant encore sur la petite assiette. Tu ne le finiras probablement pas, tu l'emporteras peut-être. L'appétit n'est pas spécialement au rendez-vous ces derniers temps. Llewyn a déjà fait la remarque à plusieurs reprises ; tu ne manges pas assez. Mais rien ne fait vraiment envie. Tu te contentes de reprendre simplement un peu de thé quand la serveuse passe à côté.

Les mots de Lowri qui résonnent brusquement, donne une alerte à ton cerveau. Un coup d'œil sur le bras et t'observe ce bleu qui parait plus imposant que ce matin. Marqué, ça mettra du temps à disparaître. Quelques précautions supplémentaires pour ne pas être exposé. La manche glisse doucement par-dessus, ramenant le bras contre ton corps comme une protection. Il y aurait de multiple façon d'expliquer la raison, les événements et pourquoi en être arrivé-là. Il y aurait tant de mots qui pourraient raconter toutes ses traces. Tous les tracas. Mais tu t'es déjà fait une raison que cela n'en valait pas la peine. Que ce n'était pas nécessaire. À quoi bon ?

« Rien de bien méchant. C'est... un petit accident de vélo. »

Ce vélo couleur rose. Au guidon abimé. Aux roues désormais dégonflées. Ce vieux vélo sagement resté à Belfast. Des années que personne ne l'a fait sortir du placard. Il est pourtant la cause de cette blessure. Tu n'as pas franchement trouvé mieux. Une éternité que tu n'es pas monté sur une scelle, goûtant au vent qui se frotte à toi, des rires qui s'entendent et de cette sensation de voler. Ça te manque parfois.

Tu as menti. Pour ton bien. Pour la simplicité. Pour ne pas avoir à affronter.

« J'étais tellement bien, que j'ai même pas fait attention à la pierre sur le chemin. Il me reste encore de belles égratignures sur la jambe. »

Tu rigoles un peu comme si ce n'était rien. Tu forces, tu joues sur les mots. Mais tu veux t'échapper à ça. T'enchaîne rapidement, tu ne veux pas laisser le temps des détails.

« Pour ton inventaire, si tu as besoin de bras supplémentaire, je peux te donner un coup de main. Mes honoraires sont gratuits en ce moment. C'est une offre à ne pas louper ! »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Siobhan Oswell
Siobhan Oswell
LONDON PEOPLE
Messages : 108
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Entre ici et ailleurs
Profession : Etudiante en art visuel. Passionnée par le dessin et la photographie. Travail quelques heures par semaines dans un petit salon de Thé pour un peu de revenus supplémentaire
4th Mai 2020, 16:35
Revenir en haut Aller en bas
Lowri Conway

Thin Lizzy - Boys Are Back In Town <3[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]Siobhan & Lowri
xxx
Tasse de caféSio...petite fleur des champs qui semble si fragile mais qui est aussi tellement forte. Pétale ballotté par les vents mais qui pourtant est toujours là et résiste malgré tout... Et j'aimerais la faire parler, j'aimerais qu'elle m'en dise plus sur elle, sur ce qu'elle a vécu, sauf que je ne peux pas. J'aimerais pouvoir m'asseoir avec elle sur un canapé, lui tendre une tasse de thé et lui dire qu'elle peut tout me raconter, que je ne la jugerai pas et qu'au contraire, un fardeau est toujours moins lourd quand on est deux à le porter, mais je ne peux pas. Je ne peux pas car je sais qu'au moment où je le ferai elle va prendre peur et se braquer, s'envoler au loin comme un oiseau farouche. Il lui faut du temps, je pense, pour accepter et se détendre, pour s'apaiser et faire confiance, tout simplement. Qu'est-ce qu'elle a vécu, qu'est-ce qui s'est passé pour être comme ça? Je n'en sais rien, sûrement des choses dures, car le poids sur ses épaules est bien trop lourd pour quelqu'un d'aussi jeune et il y a des nuages dans ses yeux bleus, qui font qu'elle ne rayonne jamais totalement, jamais pleinement. Je m'installe face à elle, si jolie, sincèrement contente de me voir et pourtant préoccupée par quelque chose. Mais quoi? Elle sait pour mes lettres mais je ne vais pas les dégainer comme ça devant elle... même si je suis curieuse. Ne pas utiliser mon don pour de mauvaises choses...

Je me laisse retomber sur la chaise et lance la discussion sur ses études, souriant alors qu'elle me parle de l'Antiquité. Punaise ça remonte à loin maintenant. J'ai un léger rire alors que je secoue la tête.

Ok, et il faut que tu révises quelque chose? Je me rappelle surtout qu'il y avait beaucoup de mecs à poil, qu'ils avaient de petites bites et qu'un jour un pape un peu frileux des fesses s'est mis en tête de cacher tous ces pénis et qui avait demandé à ce qu'on les recouvre d'une feuille d'arbre en plâtre. Du coup ça a été la merde. Voilà. D'autres questions?

Je souris tout en jetant un coup d'oeil à ses esquisses et le désigne légèrement du doigts.

Arrête c'est super beau! Vraiment!D'ailleurs si tu veux vendre des dessins ou des croquis à la boutique n'hésite pas!

On parle ensuite de mon quotidien à moi, assez banal, de mon inventaire à venir qui me remplit de joie, mine de rien, et je tourne la tête quand la serveuse arrive avant d'attraper les cartes. Il nous faut peu de temps pour nous décider, et quand elle rend la carte à la serveuse je remarque un bleu sur son bras, aussi visible que le nez au milieu de la figure. Sans pouvoir me l'expliquer, je sens cette tension, mon ventre qui se noue, signe que c'est le noeud du problème, ou en tout cas que quelque chose ne va pas. Je lui désigne l'hématome en riant, faussement admirative, et en sentant à nouveau mon ventre se nouer à sa réponse je sens qu'elle me ment. Maintenant reste à savoir pourquoi. Est-ce que ce bleu est un simple bleu et elle a honte de la façon dont elle l'a eu? Comme... je sais pas, trébucher sur le vomi du chat, le genre de révélations qu'on garde pour soi et qu'on emmènera avec nous dans la tombe? Ou alors est-ce qu'il y a autre chose? Est-ce que sous ses vêtements, ses manches longues et son pantalon se cachent d'autres bleus, d'autres traces qui ne seraient pas dues à la maladresse? Et si c'était le cas, qui aurait pu lui faire ça? Surtout que son hésitation dans sa phrase enfonce le clou. Elle me ment, je le sais...

Ah ouais? C'est risqué de faire du vélo en plein centre ville! Entre les livreurs, les taxis et les scooters, tout le monde roule comme des tarés. Prends toi une petite Vespa au moins... c'est moins risqué, avec un casque et tout!

Sa fausse insouciance, son rire sonnent un peu faux, comme son regard fuyant. Et pour noyer le poisson elle revient sur mon histoire d'inventaire ce qui me fait hocher la tête.

Avec plaisir! On peut faire ça et ensuite on se commande des pizzas ou du japonais et on se regarde un film ou une série bien niaise, t'en dis quoi?

La garder plus près, continuer à ce qu'elle ait confiance en moi, c'est crucial. Je jette un petit coup d'oeil autour de nous avant de me pencher un peu plus et tenter une autre approche.

Et sinon... Tu vois quelqu'un en ce moment?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Lowri Conway
Lowri Conway
LONDON PEOPLE
Messages : 146
Date d'inscription : 05/04/2020
Profession : Medium, tient une boutique ésotérique
Etat Civil : Célibataire
7th Mai 2020, 09:34
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Oswell
And if I diagnosed the pain in
my life
Trying to find a way to revive (Fuck)
Bêtement tu mimes les muscles de tes bras comme si cela devenait un argument suffisant pour qu'elle accepte de te prendre en renfort sans avoir besoin d'imaginer une paye quelconque. Pour une copine tu peux bien rendre ce service de bons cœurs, plus encore si cela te permet d'échapper quelques heures à tes propres ennuis. Ça ne doit pas être compliqué de faire un inventaire et puis, en compensation d'un bon petit japonais en échange impossible de refuser.

« Ça me convient, je n'ai pas eu le temps de mater beaucoup de film dernièrement, j'espère que tu en as des bons en stock. »

Un petit remerciement s'échappe de tes lèvres quand la serveuse dépose vos commandes. Et tu l'entends cette question, elle vibre encore auprès de tes oreilles alors que le ton est en attente. Cette question avait tellement de sens qu'il aurait été facile d'en jouer. Voir quelqu'un. Ce dit « quelqu'un » aurait pu être n'importe qui, le voisin, le dentiste, le caissier du coin, tout aurait pu devenir une réponse acceptable. Mais au fond tu sais pertinemment où elle veut en venir, sur quel terrain elle désire s'aventurer avec toi. Tu as le regard perdu dans la théière, le bout des doigts qui remuent légèrement l'infusion en attendant qu'elle soit prête. Tu voudrais l'éviter, mais ce serait nier l'évidence.

« Plus ou moins, que tu lâches en douceur en essayant d'évaluer jusqu'où peut mener cette conversation. Il y a un gars avec qui je sors en quelque sorte depuis quelques temps. Tu esquisses un sourire. C'est assez particulier, c'est officiel sans vraiment l'être, du coup j'évite de trop en parler, si ça ne fonctionne pas, je ne voudrais pas l'avoir crié sur tous les toits pour rien, tu vois. »

Votre relation est compliquée et en même temps unique. Elle a ce petit quelque chose qui la rend si spéciale, qui la rend différente de ton premier amour. Mais aussi parce qu'il n'est pas Isaac. Pour lui, tu es prête à faire certaines choses inimaginables auparavant. Mais malgré ses quelques mots tu te dérobes une fois encore, tu ne veux pas la laisser s'aventurer plus que ça.

« Enfin, pour revenir sur un détail de tout à l'heure, outre le fait que je suis ravie de ne pas avoir connu tes petites bites du bahut et que je suis impressionnée que tu es survécut ! Je ne pense pas vendre mes dessins. Ils ne sont pas assez bons pour être exposé. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Siobhan Oswell
Siobhan Oswell
LONDON PEOPLE
Messages : 108
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Entre ici et ailleurs
Profession : Etudiante en art visuel. Passionnée par le dessin et la photographie. Travail quelques heures par semaines dans un petit salon de Thé pour un peu de revenus supplémentaire
19th Mai 2020, 20:35
Revenir en haut Aller en bas
Lowri Conway
Thin Lizzy - Boys Are Back In Town <3[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]Siobhan & Lowri
xxx
Tasse de caféIl y a des moments chouettes dans le fait de tenir une boutique, comme chercher des articles et des produits sympa à proposer aux clients en espérant que ça marche, créer et réaliser mes bougies, mes mélanges de plantes ou des bijoux en pierres semi précieuses en fonction des besoins et des commandes des clients, croiser ses habitués et les voir revenir en disant qu'ils ont aimé ce qu'ils ont acheté, voir les commandes augmenter et les préparer en se disant que la personne qui va la recevoir va être contente d'ouvrir son paquet et qu'elle se fait plaisir... Et d'autres plus chiants, comme faire le ménage, mettre le nez dans la compta -même si je connais quelqu'un qui s'occupe de ça une matinée par semaine en échange de quelques produits de la boutique, principalement pour ne pas flipper en voyant constamment le montant de mes comptes baisser et augmenter en faisant le yoyo- gueuler avec les fournisseurs et surtout l'inventaire... Passer des heures à compter et recompter le nombre de bougies de telle sorte, le nombre de bouquins, de colliers de tel motif, le nombre de boules de lapis lazuli et de quartz fumé, les boites de thé et les attrape-rêves, je trouve ça d'un chiant absolu. J'ai l'impression de me retrouver comme ces pauvres chinois exploités dans les usines avec des tâches de merde et répétitives à faire, ou comme les légendes que me racontait ma grand mère pour se débarrasser d'une fae : il fallait lancer une poignée de sucre, de riz ou autres par terre, et la fae était obligée de s'arrêter pour compter et elle ne pouvait pas s'empêcher de le faire. Sauf que c'était le capitalisme qui m'obligeait à compter les chandelles et pas une malédiction... Même si les deux sont un peu liés non? Et j'avoue que la perspective de me faire aider par Sio est plus qu'agréable, me faisant rire quand elle me montre l'énorme musculature de ses bras si fins.

Parfait, ça me fait plaisir! Et oui j'ai de quoi faire t'inquiète! Après l'effort, le réconfort, on va passer une bonne soirée toutes les deux ça va être sympa! Et si tu veux dormir à la maison y'a pas de problème!

Mais ensuite on atteint rapidement le noeud du problème, à savoir les bleus que je vois sur son bras. L'alerte donnée par la plante à son nom. A la seconde où elle tente de m'expliquer d'où ça vient, sortant son histoire de vélo rose resté en Irlande, je me force à sourire même si je sens qu'elle ment. Il y a quelque chose de blessé, quelque chose de fêlé derrière le masque de son sourire et je m'inquiète vraiment pour elle. Oui j'ai peur que quelqu'un lui ait fait du mal, quelqu'un ait décidé d'abuser d'elle ou de lever la main sur elle, et qu'elle n'ose pas le dire. Pire, qu'elle le cache. Alors j'essaie d'en savoir plus, tranquillement, délicatement, sans la brusquer. C'est un petit oiseau fragile que je ne veux pas voir s'envoler... Je fais semblant de changer de sujet en lui demandant si elle voit quelqu'un. Mine de rien ça me servira à en savoir plus... et je me note la liste des questions que je vais poser à mes lettres quand je rentrerai... Je force un sourire radieux sur mes lèvres alors qu'elle m'annonce qu'elle a effectivement quelqu'un, hochant la tête.

Oh mais c'est génial! Raconte! Promis je garde tout ça pour moi mais je suis quand même curieuse! Tu l'as connu où? Comment il s'appelle? Qu'est-ce qu'il fait dans la vie?

Je me retiens de lui demander s'il la traite bien, car si elle m'a menti sur le coup du vélo, c'est sûr qu'elle va me mentir pour ça aussi... alors autant lui faire croire que je suis 100% pour cette relation. Après tout ce n'est peut-être pas lui qui lève la main sur elle. Je sens juste qu'elle est distante et rêveuse, renfermée mais sans être froide ou méchante. Juste... insaisissable. Je ris de nouveau, plus sincèrement, alors qu'on revient sur mes cours et mon très rapide exposé sur les penis des statues antiques en 30 secondes chrono.

T'en fais pas, j'ai eu des cours bien pires... les techniques de céramique à Babylone ou d'autres trucs pas toujours passionnants... Mais j'ai bien aimé tout ça! Et franchement ça coûte rien d'essayer! C'est moi qui tiens la boutique non? Donc c'est moi qui suis la plus à même de décider si je veux voir tes tableaux chez moi, prêts à être vendus. Et c'est fou mais oui, j'ai envie que tu tentes le coup! Et ça te fera un peu d'argent! Je peux même passer le mot que tu fais aussi des dessins sur commande. T'en dis quoi?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Lowri Conway
Lowri Conway
LONDON PEOPLE
Messages : 146
Date d'inscription : 05/04/2020
Profession : Medium, tient une boutique ésotérique
Etat Civil : Célibataire
24th Mai 2020, 14:57
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Oswell
And if I diagnosed the pain in
my life
Trying to find a way to revive (Fuck)
Le dessin, ces traits qui se griffonnent sur un bout de papier, un exutoire depuis tant d'année, une passion qui a fini par grandir avec le temps. En premier lieu pour toi, avant que ce ne soit pour les autres. Tu voudrais en faire quelque chose, tu veux apprendre a le maitrise à la perfection, pourtant tu te sens toujours aussi incapable de les montrer. De les exposer librement. L'ancre qui se pose à chaque mouvement de doigt est une partie de toi. Ce sont tes secrets souvent les plus sombres qui en ressortent. Et ce n'est pas encore aujourd'hui que tu tiens à les dévoiler. Néanmoins, comment pourrais-tu évoluer si tu n'en fais rien, si tu n'acceptes pas de voir le monde poser les yeux sur ses œuvres comme les appelleraient certains. Tu pourras toujours nier l'évidence, feindre que l'inspiration vient d'ailleurs. Ce n'est pas un mensonge. Elle est partout autour de toi ; ce couple qui partage un café sans même se parler, cette serveuse qui retourne à son ennui, le temps qui semble incertain, ou encore les yeux de ton amie qui recherche et ne cesse de vouloir te comprendre.

Tu soupires, c'est une bataille perdue d'avance

« C'est... Ok.. Admettons, j'ai compris que tu ne lâcheras pas l'affaire, donc disons qu'on a qu'à faire un essai d'un mois ? Quelques dessins, deux ou trois croquis et si ça marche... j'envisagerai l'idée de te laisser quelque tableau. C'est un marché plus ou moins convenable. »

C'est à peu près tout ce que tu peux donner pour l'heure. C'est ce qui se semble le plus juste pour un premier pas. Ce sera peut-être une idée fluctuante, quelques billets supplémentaires qui te permettront de quitter ta cage familiale. Ou bien cela deviendra un simple échec. Quelque chose qu'il sera possible de mettre sur le banc des abandons. Mais au moins, tu ne connaîtras pas le regret, le mot « et si » ne sera pas prononcé. Tu auras ton propre avis sur la question. Ça te fait peur avant même de commencer. Imaginant déjà le pire alors que rien près. Difficile de laisser cette idée aboutir pleinement dans ton esprit.

Maintenant que c'est accepté, maintenant que ce détail est plus ou moins réglé, tu recommences à cogiter. Tournant la cuillère dans le vide dans un thé qui se refroidit lentement. Grignotant à peine le reste de ton petit gâteau. Tu rouvres finalement la bouche et répond enfin :

« Il s'appelle Avalon. Il travaille dans les affaires, que tu dis sans vouloir entrer dans les détails. Disons que c'était en quelque sorte un... amant pendant quelques mois et ça a légèrement dérivé. »

Un amant est bien plus. Des affaires sans préciser lesquels. Tant de mystère pour être quelqu'un sans pouvoir s'afficher ouvertement. Parce que ce n'est jamais le bon moment, parce que ce n'est pas encore saint. Ces moments en publique sont assez rares, mais tu ne t'en plaint pas pour autant. C'est l'un des prix à payer pour côtoyer son monde de très près. Tu prenais déjà des risques quand il passait sur ton lieu de travail, quand il collait ton corps contre le mur du vestiaire. Votre relation à toujours était particulière.

« On a un petit écart d'âge. Je n'en ai pas honte, mais je sais que ça en rebute certain, que ça en effraie d'autre aussi. Ce n'est pas le genre de choses que je peux me permettre de dire à la légère, ni de laisser ça revenir aux oreilles de ma fratrie. Pas tant que cela n'aboutira pas à une relation stable. »

Elle ne le sera peut-être jamais, tu te contenteras sûrement de ce qui se passe actuellement. Probablement mieux ainsi. Mais quand cela arrivera aux oreilles de Llewyn, celle de Tad, la donne changera. Neuf ans de différences. Si tu le dis, ta frangine pourrait frôler un cancer. Tout comme elle le tuera de ses mains si elle savait tout. Tout ce qui a été fait, tout ce qui est encore à faire...

« On parle de moi, mais toi. Est-ce qu'il y a quelqu'un qui t'attire. Quelqu'un qui se faufile discrètement entre tes draps ? J'ai bien compris que tu n'étais pas si innocente que ça. Qu'as-tu fait dernièrement ? »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Siobhan Oswell
Siobhan Oswell
LONDON PEOPLE
Messages : 108
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Entre ici et ailleurs
Profession : Etudiante en art visuel. Passionnée par le dessin et la photographie. Travail quelques heures par semaines dans un petit salon de Thé pour un peu de revenus supplémentaire
6th Juin 2020, 13:01
Revenir en haut Aller en bas
Lowri Conway
Thin Lizzy - Boys Are Back In Town <3[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]Siobhan & Lowri
xxx
Tasse de caféOn parle de son art et du fait de percer dans ce milieu. Je sais que c'est très, très difficile d'arriver à se faire un nom, ressortir du lot, surtout qu'il y a foule de prétendants, et peu d'élus, bien évidemment... Par chance je ne me suis jamais prétendue artiste de renom, je peins majoritairement sous influence, et je sais très bien que je n'ai pas la technique ni le talent de beaucoup. C'est juste quelque chose que j'aime faire et qui parfois me fait gagner un peu d'argent, comme les bougies et autres trucs que je fais. Mais pour elle, si elle veut percer, ce que je lui souhaite, il faut se montrer, se vendre, et il faut surtout de la chance... Je bois une gorgée de thé et penche un peu la tête.

Est-ce que tu as essayé les réseaux sociaux? Comme Insta ou Tumblr? Les gens aiment beaucoup voir le travail des artistes et pas seulement les dessins finis! J'aime bien suivre des esquisses, des vidéos où on les voit en train de bosser... Et puis tu peux aussi poster des trucs de ta vie de tous les jours histoire de créer une petite communauté. Le bouche à oreilles c'est super important... Y'a tellement de gens talentueux sur le net je comprends que c'est dur d'arriver à se faire une place... Mais tu vas y arriver, j'y crois! Et si te prêter mes murs peut t'aider, alors c'est avec plaisir! Et vendu pour commencer petit si tu veux, et aller sur un tableau plus tard. Je veux pas que tu te sentes coincée ou obligée, mais ça me fait plaisir de pouvoir te laisser cette opportunité. Mais le jour où tu auras ton expo à la Tate Modern, je veux une dédicace ok?

Je la pousse doucement du coude, avant que la discussion ne tourne sur son nouveau "petit copain". Bien sûr je ne le connais pas, je ne l'ai jamais vu, mais le fait que je ressente ce pressentiment, cet instinct envers Siobhan comme quoi tout n'allait pas bien pour elle me font penser que ce type est mêlé à l'histoire. Je peux me tromper, j'espère me tromper même, mais tant que je ne l'aurais pas rencontré je ne serai pas totalement rassurée à son sujet. J'essaie d'en apprendre un peu plus sur le fameux heureux élu pendant que j'attaque mon gâteau. Sois proche de tes amis mais de tes ennemis plus près encore, comme on dit!

Avalon? C'est rare comme nom. Tout droit sorti des légendes arthuriennes... Et dans les affaires tu dis? Je suis curieuse de savoir comment tu es arrivée à te dégoter un type de la City! C'est pas vraiment notre univers!

Elle parle ensuite de sa petite différence d'âge avec son mec, ce qui me fait sourire un peu tristement en repensant à Luke. C'était sympa d'être avec lui, même si ça n'a rien donné... On était extrêmement différents et en même temps j'aimais cette parenthèse un peu raffinée qu'il amenait dans ma vie : les expos, les bons restaurants, les séances de ciné où on regardait des films indépendants et son côté gentleman qui me plaisait énormément... La galanterie se perd et j'ai connu peu de types qui avaient ses manières délicates et raffinées. Enfin, ce qui est passé est passé... Je sors de ma rêverie pour reprendre la parole.

Il y a six, sept ans je suis sortie avec un type qui avait presque le double de mon âge... J'avais quoi, vingt trois ans et lui quarante... Et c'était très chouette. Il avait ce côté posé et réfléchi, des bonnes manières et de l'expérience au lit!

J'éclate de rire avant de prendre une gorgée de thé et reposer la tasse.

T'en fais pas je dirai rien. De toute façon je crois que j'ai jamais croisé ta fratrie et je vais pas cancaner ça à la boutique. C'est important d'avoir un jardin secret...

Je reprends une gorgée de thé et manque de m'étouffer de rire quand je l'entends me demander si j'ai quelqu'un dans mon lit. Je m'attendais clairement pas à ça.

Eh non... Enfin, j'ai rencontré un type, un flic canon, le genre bad boy au grand coeur et un peu rock'n'roll mais il est marié, a un enfant et a des jumeaux en route donc, non... rien en vue... J'ai pas trop croisé de nouvelles têtes récemment je dois te l'avouer... Même pas de plan cul c'est dire...

Je termine mon gateau et repose ma cuillère.

Et ton Avalon alors, c'est un bon coup?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Lowri Conway
Lowri Conway
LONDON PEOPLE
Messages : 146
Date d'inscription : 05/04/2020
Profession : Medium, tient une boutique ésotérique
Etat Civil : Célibataire
17th Juin 2020, 18:49
Revenir en haut Aller en bas
Siobhan Oswell
And if I diagnosed the pain in
my life
Trying to find a way to revive (Fuck)
Toi aussi tu voudrais en savoir un peu plus sur sa vie. Connaître sans forcément entrer dans les détails les amants qui ont pu être intéressant, les aléas, les bons et les choix. Un divertissement. Une conversation ouverte entre deux qui peuvent se parler de tout et de rien. Ce n'est pas vraiment le genre de choses que tu peux faire avec tout le monde. Impossible d'imaginer cela avec Wyn. Sans prendre en compte qu'il s'agisse de ta frangine, vous n'avez jamais été suffisamment sur la même longueur pour avoir ce genre de rapport. Tu passes littéralement l'idée même d'inclure Daryl dans ce type. Loin de toi l'envie de lui fournir des idées tordues. Et quant à Laura, au fond vous n'êtes pas vraiment aussi proche que ça. Alors, avec Lowri tu veux croire que c'est différent, plus facile. Et que ce n'est pas sans cesse une excuse pour parler des problèmes premiers. Tu veux y croire parce que c'est peut-être l'une des rares qui semblent vouloir avoir confiance en toi.

Elle te fait sourire facilement avec ses histoires. Tu la vois bien avoir ton âge, être une amoureuse transie d'un homme qui pourrait potentiellement être son père. Il n'y a plus aucune limite quand on entre dans la vingtaine.

« Tu sais au pire, si ça ne fonctionne pas avec monsieur le flic bad-boy et sa femme, c'est une occasion à ne pas laisser s'échapper. On ne sait jamais, ça pourrait être peut-être mieux marcher qu'avec sa première épouse. »

Tu réponds comme une petite diablesse qui se pose sur son épaule, murmurant un choix à faire. C'est une idée comme une autre. Evidemment, tu ne la pousses pas être la cause d'une éventuelle séparation, mais qui sait, si cette rupture devait survenir de manière totalement naturelle. Il serait dommage de la laisser passer.

« Et ton Avalon alors, c'est un bon coup ?
- Ouais, à ce niveau-là, je ne suis certainement pas le genre à me plaindre. »

Un petit rire qui s'échappe et tes pommettes semblent virer doucement au rose pourpre. C'est probablement l'un des points qui fait partie de ce que tu aimes chez lui. Cette possibilité de t'envoyer au septième ciel avec facilité, parce qu'il te connait, parce qu'il a compris comment fonctionne les rouages de ton corps. Il sait en jouer et manie le tout à la perfection. Tu ne peux absolument pas te plaindre. Ça n'a jamais autant été un plaisir qu'avec lui. C'est comme ça que vous vous êtes rencontré, sur un plan charnel qui a toute suite fusionnée. Et c'est peut-être pour ça que la majeure partie du temps tout passe merveilleusement bien.

« Avalon n'est pas aussi vieux que ton ancien béguin, mais il est dans la trentaine, je sais que ce n'est pas spécialement énorme, mais ce serait suffisant pour que ma sœur face un infarctus ! L'avantage c'est qu'il arrive à me voir plus qu'une jeune fille qui a atteint sa majorité. Suffisamment adulte pour essayer. »

C'est un avantage. C'est ce que tu as envie de croire. Il ne te voit pas comme la fille qui a atteint l'âge légal du monde. Et il faut dire que ce n'est pas comme si tu avais vraiment la possibilité de te comporter comme une gamine. Il te fait sentir plus femme que le reste. Ce qui arrive quelquefois à être à tes risques périls.

« Il... il est un peu dur parfois. Il n'a pas vraiment eu une vie facile. Et j'ai l'impression qu'il rejette la faute sur moi quand ça ne va pas, parce qu'il ne peut pas s'en prendre directement au fautif. Je sais que ce n'est pas spécialement une bonne chose... Mais j'aimerais qu'il arrive à comprendre que je suis là, avec lui et non pas à le mettre plus bas que terre. »

Ta main se place sur ta petite blessure. Tu l'as frotte instinctivement. Doucement tu fais descendre tes barrières de sécurités, parce que tu ne peux pas éviter indéfiniment quelque chose qui finira par être posé sur la table. Il a ses démons comme toi tu as les tiens. Ni lui, ni toi, aucun de vous deux ne sait vraiment comment y faire face. Vous vous laissez emporter par les émotions avec des réactions plus stupides les unes des autres, parce que c'est plus simple que de réfléchir sur le moment. Mais le résultat n'est pas bien concluant.

Tu ne peux pas dire ouvertement qu'il t'a fait mal sur un excès de colère. Ce n'est pas l'image que tu veux renvoyer. Ce n'est pas comme ça que tu souhaites qu'il soit vu, comme s'il était un monstre alors qu'il en est tout le contraire. Tu aimerais que le monde puisse le voir avec tes yeux, qu'ils comprennent. Mais c'est impossible, il n'y pas de mots pour réellement expliquer ça.

« Ce n'est pas tout beau, tout rose, tous les jours. Mais j'ai vraiment envie de croire que cela peut marcher, même si on vient de deux mondes différents. Je me fais peut-être des illusions pour rien. Je ne sais pas trop. Il y a des fois où je me sens complètement dépasser et je ne sais pas comment devrait réagir une petite-amie. J'en attends trop peut-être ? Je mets la pression. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[/quote]
Siobhan Oswell
Siobhan Oswell
LONDON PEOPLE
Messages : 108
Date d'inscription : 05/04/2020
Localisation : Entre ici et ailleurs
Profession : Etudiante en art visuel. Passionnée par le dessin et la photographie. Travail quelques heures par semaines dans un petit salon de Thé pour un peu de revenus supplémentaire
30th Juin 2020, 19:34
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: