AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
NIKE Chaussures de running REVOLUTION 5 – Homme – Noir et Gris
34.99 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Clash between two worlds ft. Lowrie
Tyrgan Campbell
Il ne pouvait pas en vouloir à Wilbur. Son chauffeur avait toujours été d’un professionnalisme exemplaire; il méritait bien quelques jours de congé pour aider sa fille, nouvellement devenue mère, et rencontrer son tout premier petit-fils. Tyrgan lui remit d’ailleurs ses félicitations, question de protocole, non pas sans être sincère. Wilbur ferait un excellent papi.

Vous êtes certain que vous vous débrouillerez, monsieur?

Mais si, ne vous inquiétez pas pour moi, dit-il, balayant ses craintes d’un geste de la main. Vous êtes déjà bien aimable de m’avoir reconduit de l’aéroport jusqu’au Parlement. Allez rejoindre votre famille.

Wilbur remercia le duc, et lui remit les clés de la voiture. Tyrgan fourra les clés dans la poche de son veston beige clair, et suivi Wilbur du regard, jusqu’à ce que la bouche du métro au coin de la rue avale sa silhouette. Tyrgan tourna alors la tête vers la voiture avec une expression de dégoût, et tourna les talons pour entrer au Parlement. Non, il ne pouvait pas en vouloir à Wilbur, mais l’idée de devoir conduire dans Londres l’horripilait. Tellement de monde, tellement de gens désagréables sur la route.

Sans doute aurait-il pu prendre un taxi, mais il avait son orgueil. Il pouvait bien survivre quelques jours sans chauffeur! Il n’était pas comme l’un de ces empotés de la Chambre des Lords qui se plaignait de tout, mais n’avaient pas levé le petit doigt depuis 1970.

Tyrgan n’était pas le seul à penser cela cependant. Les tensions étaient toujours plus vives entre les lords, à l’image du pays, et chaque séance devenait de plus en plus éprouvante, et ils tournaient en rond. Le point positif était que Tyrgan pouvait boucler quelques ventes de son whisky fait-maison parmis les lords, entre deux séances.

Lorsque la dernière séance fut enfin levée, la journée avait été si mouvementée que Tyrgan avait presque oublié qu’il devrait être son propre chauffeur. Retournant à sa voiture, il claqua la porte une fois assis derrière le volant. Le tableau de bord était… beaucoup trop compliqué. Saleté de voiture de luxe, se dit-il en serrant les dents. Il avait l’impression d’être dans la batmobile! Tyrgan secoua la tête et entra les coordonnées GPS dans l’écran incrusté dans le tableau de bord. En autant qu’il s’en tenait aux cadrans et à la route, ça irait.

Reculant légèrement pour sortir du parking en parallèle, Tyrgan tourna le volant, et avança. Avant même d'avoir pu complètement sortir de sa place de parking, Tyrgan aperçu, trop tard, une ombre dans le coin de son oeil. Au moment où il écrasa le frein, il entendit l’impact contre sa voiture.

En réalisant ce qui venait de se passer, Tyrgan frappa son volant en poussant un juron. Il sauta hors de sa voiture, qui avait désormais un joli renfoncement sur le côté. Quant à la moto, elle n’était pas vraiment en meilleure forme… mais en apercevant la conductrice, Tyrgan retenu son souffle et s’imagina le pire.

Je suis désolé madame, je ne vous ai pas vu arriver, je croyais que la voie était libre! Vous allez bien?

Autant être le plus conciliant possible et lui donner tout ce qu’elle voulait. La dernière chose qu’il avait besoin était un scandale, une poursuite, que les journaux se mettent à raconter que le duc d’Argyll avait failli écraser une londonienne.
Clash between two worlds ft. Lowri
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Tyrgan Campbell
Tyrgan Campbell
LONDON PEOPLE
Messages : 38
Date d'inscription : 05/05/2020
Localisation : Probablement à Londres ou dans son château en Écosse
Profession : Duc d'Argyll, membre de la Chambre des Lords, chef du clan Campbell, avec un petit business de whisky à côté
Etat Civil : Célibataire
11th Mai 2020, 17:49
Revenir en haut Aller en bas
Lowri Conway
Clash between two worlds
Tyrgan & Lowri

Je me rappelle la première fois que j'ai eu envie d'aller sur une moto : j'étais encore toute ado et pendant les samedis soirs d'ennui, perdue sur l'île de Coll chez ma grand mère, je regardais les séries diffusées et c'est là que j'avais découvert Dark Angel. Bon dans les grandes lignes rien d'extraordinaire, une fille qui ne connaissait pas son passé et qui était génétiquement modifiée bla bla bla. De l'histoire, je ne me rappelle pas grand chose au final, mais ce qui m'a marquée c'est surtout que l'héroïne se baladait en moto. Pour la première fois je voyais une jeune femme être motarde et c'était comme si en la voyant je réalisais que moi aussi j'y avais droit. Que moi aussi je pouvais être comme elle à filer sur les routes et à ne pas devoir rester sagement assise dans une voiture pendant que des mecs s'éclataient. Alors oui je voyais souvent des motards en été sur l'île, des touristes qui faisaient un road trip dans toute l'archipel avec leur paquetage dans les sacoches, juchés sur de lourdes Harley avec madame à l'arrière, et je trouvais ça chouette mais me dire que je pouvais en avoir une à moi et la conduire... D'abord ça a été un rêve de gosse, et petit à petit, à force de bosser et d'économiser ça s'est changé en objectif. Et a vingt ans, mon permis moto en poche, je me revois encore sonner à la porte du type qui vendait sa Triumph presque neuve qu'il n'utilisait jamais, achat compulsif lié à sa crise de la quarantaine. Le prix était correct, la moto impeccable, et après avoir signé les papiers et lui avoir tendu le chèque de mes maigres économies, je me rappelle avoir enfourché mon destrier, avoir donné des gaz, et avoir commencé à rouler, poussant un cri de triomphe étouffé par mon casque, et souriant comme une idiote tout au long du trajet. D'ailleurs heureusement que mon casque avait une visière sinon j'aurais été bonne pour y décoller les moucherons.

Et depuis elle m'accompagne toujours, tournant encore comme une horloge depuis dix ans, m'aidant à me déplacer dans l'enfer du centre ville mais aussi voir ma grand mère perdue dans ses hauteurs. Elle est mon outil vers la liberté, avec cette impression que rien ne me retient, que rien ne m'enferme, et que je vole presque, comme un oiseau, surtout quand je roule au milieu de nulle part. En ville je suis souvent frustrée de ne pas pouvoir la pousser un peu plus mais je gagne clairement du temps par rapport à ces énormes 4x4 qui font fureur et qui mettent des heures à trouver une place de parking là où il me faut juste un bout de trottoir. Ou comme ces berlines de luxe, comme celle que je vois au loin, qui pullulent aussi, à croire que Londres est peuplée de riches ou de gens qui prennent le métro...

Et alors que je la vois se rapprocher de la sortie du parking je me dis que cette bagnole là doit bien coûter tout ce que j'ai dans mon appart plus ce que j'ai dans la boutique... Peut-être même les murs. J'avoue que je serais curieuse de tester une de ces voitures un jour, voir si c'est aussi luxueux et confortable que ce que je m'imagine... Je continue d'avancer, et donne du gaz pour espérer passer avant le feu rouge sauf qu'au moment où j'accélère je sens brusquement un choc qui me propulse en avant. Et avant que je réalise ce qui se passe, je me sens voler, flotter, pendant un quart de seconde, avant de retomber lourdement sur le sol et rouler plusieurs fois sur moi-même. La vache, le monde tourne, avant de finalement s'arrêter et il me faut quelques secondes pour réaliser ce qui se passe. Et me rendre compte aussi que j'ai mal. Très mal au coude, et à la poitrine.

Je rouvre les yeux et me rends compte que je suis sur le ventre. Je grimace en prenant une profonde respiration avant de me hisser à quatre pattes, puis à genoux, avant d'enfin lever la visière de mon casque, totalement rayée. J'ai eu un accident. C'est ça. J'ai eu un accident, et quelqu'un m'a foncé dedans. Putain je... Je commence enfin à regarder autour de moi et vois une silhouette, un type près de moi. A genoux. On dirait que... Ouais, c'est lui qui a l'air d'être le coupable, vu qu'il s'excuse. Enfin je crois, là j'ai surtout les tympans qui sifflent, avant que tout s'éclaire petit à petit. Je tourne enfin la tête vers lui, remarquant la voiture arrêtée juste à côté, avec le côté défoncé. La berline de luxe que j'ai repérée. Mais alors il m'a grillé la priorité! Et là, alors que j'ai encore du mal à parler je commence à l'engueuler d'une voix pâteuse.

Mais vous êtes complètement con! J'avais la priorité je...

Je grimace, posant la main sur ma poitrine, avant de batailler pour ôter mon casque, respirant un peu mieux.

Franchement si vous aviez roulé plus vite et moi aussi vous auriez pu me tuer putain! Et ma moto, dans quel état elle est?

Je commence à vouloir aller à quatre pattes vers mon fidèle destrier pour voir l'étendue des dégâts.

Lowri Conway
Lowri Conway
LONDON PEOPLE
Messages : 131
Date d'inscription : 05/04/2020
Profession : Medium, tient une boutique ésotérique
Etat Civil : Célibataire
12th Mai 2020, 19:21
Revenir en haut Aller en bas
Tyrgan Campbell
Oui, bon... il méritait sans doute les insultes qu’elle lui lançait. Surtout avec les dégâts que la moto avait subis. En voyant la motarde essayer d’avancer vers sa monture, Tyrgan lança, sur un ton d’avertissement :

Arrêtez de bouger! Vous êtes peut-être blessée et ça risque d’empirer votre cas. Je… j’appelle les secours.

Putain, se dit-il en sortant son téléphone de sa poche, il ne manquerait plus qu’elle soit sérieusement blessée! Cette journée n’avait-elle pas déjà été assez merdique? Tyrgan expliqua à la dame à l’autre bout du fil ce qui s’était passé. Celle-ci fit envoyer les renforts, soit la police, et une ambulance, au cas où. Tant pis pour la discrétion. Même si cette histoire ne se terminait pas en procès ou en poursuite, tout ça c’était passé tout près du Parlement, juste sous les nez des autres Lords. Ceux-ci contournaient la voiture de Tyrgan, lui jetant des regards circonspects.

Génial. Ça allait jaser, au cours des prochaines soirées.

Tyrgan remit son téléphone dans sa poche. Il s’approcha alors à nouveau près de la femme, qui était visiblement mal en point. Cependant, elle semblait plus préoccupée par moto que par son propre sort. Tyrgan poussa un soupir.

Ils arrivent bientôt… Écoutez, je suis sincèrement désolé. Je n’ai jamais conduit ailleurs qu’en Écosse et - Enfin peu importe. Je vous dédommagerai.

Il n’allait quand même pas expliquer qu’il employait un chauffeur pour le conduire partout où il allait lorsqu’il devait se rendre à Londres. Même si c’était quelque chose de tout à fait normal parmis les Lords, Tyrgan n’était pas déconnecté au point de ne pas savoir que la plupart des gens n’avaient pas «cette chance».

Je suis sûr qu’elle pourra être réparer. Que vous ayez des assurances ou pas, j’assumerai tous les frais qu’il y aura. Sinon… je vous donnerai assez d’argent pour que vous achetiez une nouvelle moto, plus neuve. Je vous donne ma parole.

Il fallait avouer, après tout, que cette moto avait déjà un certain âge. Ça faisait sans doute un peu moins mal au coeur que si ça avait été le tout dernier modèle de Triumph.
Clash between two worlds ft. Lowri
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Tyrgan Campbell
Tyrgan Campbell
LONDON PEOPLE
Messages : 38
Date d'inscription : 05/05/2020
Localisation : Probablement à Londres ou dans son château en Écosse
Profession : Duc d'Argyll, membre de la Chambre des Lords, chef du clan Campbell, avec un petit business de whisky à côté
Etat Civil : Célibataire
13th Mai 2020, 03:17
Revenir en haut Aller en bas
Lowri Conway
Clash between two worlds
Tyrgan & Lowri

C'est marrant à quel point une seconde, dans certaines circonstances, peut effectivement durer une seconde, un instant, un battement de coeur... et dans d'autres circonstances, une seconde peut avoir l'air de durer une éternité. Comme là. D'abord il n'y avait rien de précis, je roulais, tranquillement, et puis un choc, sourd, violent, qui a fait trembler ma moto puis moi, comme un tremblement de terre dont l'onde de choc s'est dispersée depuis mes pieds jusqu'au sommet de mon crâne, mes mains lâchant les gaz, mes DrMarteens se détachant des étriers et puis rien. Le flottement dans le vide avec cent questions en tête qui se bousculaient à une vitesse folle. Qu'est-ce qui était en train de se passer? mais est-ce que je suis vraiment en train de voler, là? Pourquoi est-ce que je ne suis pas sur ma selle? allant vers des notions de plus en plus dramatiques, comme : est-ce que je vais mourir, et est-ce que ma moto va aller bien? Et un nouveau choc, de moi sur le sol cette fois, les quelques secondes où mon regard n'arrive pas à attraper un point fixe parce que tout tourne, où je me sens secouée dans tous les sens, comme une toupie, où mes hanches, mes coudes où mes fesses heurtent l'asphalte à tour de rôle dans une succession tout sauf agréable. Et puis rien. L'immobilité. Pourtant c'est pas tout... parce que même si je ne bouge plus, mes sens, eux, se réveillent et je me mets à grimacer en sentant la douleur exploser, tambourinant partout tout d'abord, alors que mes tympans sifflent et que je n'entends rien à part mes propres battements de coeur, comme si j'avais la tête sous l'eau.

Et une fois que je me remets à quatre pattes puis ôte la visière, avant d'enlever complètement mon casque en grimaçant, je remets un peu mieux les pièces du puzzle en place et comprends ce qui s'est passé. Oui j'ai eu un accident, et c'est la berline de tout à l'heure, celle dont je me disais moi-même que c'était un de ces veaux absolument pas faits pour rouler en centre ville. Et je comprends vite que le conducteur de cette voiture est là, près de moi. Comme si après la piscine on arrive à enlever l'eau qui nous bouchait les tympans, je commence à entendre un peu mieux ce qu'il dit, tout en pestant sans me retenir. Merde, c'est lui le fautif non? Alors il peut bien supporter que je l'insulte de tous les noms.

Déjà vous me donnez pas d'ordre d'accord? Et ouais... je crois que... que je pourrais pas... rentrer dans cet état là...

Mine de rien, assise sur le trottoir, je baisse les yeux, observant mon jean déchiré au niveau des genoux et mon blouson en cuir éraflé mais heureusement que je l'avais, tout comme mes gants... et je remercie ma mère et ma grand mère qui m'ont fait leur promettre de toujours monter sur mon destrier en étant bien équipée... J'ai encore du mal à respirer et je n'arrive pas à déplier mon coude, que je garde replié contre moi, essayant de me rapprocher de ma moto pour voir l'étendue des dégats, m'arrêtant quand je me rends compte que je n'arrive pas à ramper jusqu'à elle à cause de mon bras. J'en ai les larmes aux yeux alors que je sens que je tremble comme une feuille, peinant à lui jeter un regard. Même si je suis surprise de voir que le conducteur est jeune, pour conduire une voiture de ce type. Je me serais attendue à un vieil aristo coincé qui revient de son gentlemen's club. Et quand il parle d'Ecosse, je ne peux m'empêcher de grogner.

Ouais ben figurez-vous que je viens aussi d'Ecosse et que de une, les gens conduisent pas plus mal là bas, et deux, que le code de la route et le foutu même ici aussi!

Précautionneusement j'essaie à nouveau de palper mon coude avec ma main valide et grimace quand un nouvel éclair de douleur explose dans tout mon bras, me faisant serrer les dents. Je sens une larme, puis une autre rouler sur mes joues, mélange de panique, de douleur et du rush d'adrénaline qui galope dans mes veines. Et je relève les yeux vers lui quand il parle d'argent, qu'il va payer et qu'il va même me racheter une nouvelle moto. Et petit à petit je me sens trembler de plus en plus fort.

J'espère bien que vous paierez les réparations, c'est vous qui m'avez coupé la route! Et tout s'achète pas, cette moto elle... elle a une valeur sentimentale... Et je veux pas la balancer à... la décharge... elle...a une... grande valeur...

Et sans que je contrôle ce qui se passe, j'ai juste le temps de me pencher en avant pour vomir, me rendant compte trop tard que je n'ai pas vraiment pu viser et que j'en ai mis sur ses chaussures.

Je... Désolée...


Et je me laisse retomber en arrière alors que j'entends de loin les sirènes se rapprocher.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Lowri Conway
Lowri Conway
LONDON PEOPLE
Messages : 131
Date d'inscription : 05/04/2020
Profession : Medium, tient une boutique ésotérique
Etat Civil : Célibataire
18th Mai 2020, 16:58
Revenir en haut Aller en bas
Tyrgan Campbell
Bizarrement, Tyrgan se sentit encore plus coupable en sachant que la conductrice venait également d’Écosse. Ce n’est pas qu’il aurait été insensible si ça n’avait pas été le cas, mais c’était un peu plus tourner le fer dans la plaie que d’avoir blessé une compatriote. Lui qui se vantait de vouloir le bien de tous les Écossais, il avait une piètre façon de le démontrer… Pour l’instant, tout ce qu’il pouvait lui offrir était de payer se qui devrait être payé.

Sauf pour ce qui était de la valeur sentimentale… sur laquelle Tyrgan était septique.

Un bijou, un vêtement ou une toile peut avoir une valeur sentimentale… mais une moto? Ça ne se transmet pas de mère en fille, c’est-

Le duc fut interrompu par le vomissement qui aspergea ses chaussures en cuir. Tyrgan fit un bond en arrière, avant de pousser un cri dégouté. Il retira ses chaussures aussi rapidement qu’il le put, se sauvant de l’odeur dont seraient très certainement imprégnées ses chaussures, même en les amenant chez le nettoyeur. Le cuir d’une aussi haute qualité était sensible à toute perturbation, et ceci était l’équivalent d’un traumatisme.



À ce moment-là, debout, en bas de soie sur l’asphalte, Tyrgan perdit ses couleurs en réalisant qu’il n’y avait peut-être pas que le cuir de ses chaussures qui venait de subir un traumatisme.

Aussitôt que les ambulanciers arrivèrent sur les lieux, Tyrgan, paniqué, se mit à leur expliquer ce qui s’était passé. Tant pis pour la noblesse et les bonnes manières.

J’ai essayé de lui dire de ne pas bouger mais elle refusait de m’écouter! Elle n’a pas arrêté de tripoter son coude et elle a vomi sur mes chaussures, lança-t-il, avant de voir l’un des ambulanciers le regarder d’un air hilare. Mais! Ça n’a rien de drôle putain! Elle a peut-être le crâne fendu en deux!

Tandis que deux des ambulanciers s’occupaient sa compatriote écossaise, Tyrgan continua de parler au troisième. Il exigea que l’accidentée soit placée dans une chambre privée. Le gouvernement avait peut-être un système de santé publique, il n’empêchait pas d’avoir certains privilèges, pour les personnes qui avaient les moyens. Non seulement ce genre de chambre était plus confortable, mais les médecins et infirmières avaient généralement tendance à être un peu plus méticuleux. Triste, mais vrai.

Une fois à l’hôpital, Tyrgan ne put qu’espérer que les médecins feraient leur boulot. Rongé de culpabilité, il faisait les cent pas dans le couloir de l’hôpital, avec pour seules chaussures des pantoufles en papier données par une infirmière. Ce fut ainsi qu’il rencontra les policiers. Ceux-ci l’écoutèrent répéter la même histoire aux ambulanciers, l’air méprisant. Sans doute avait-il l’air d’un jeune noble écervelé qui n’a aucun respect pour le Code de la route et la vie des autres. Même se n’était pas le cas, Tyrgan ne pouvait pas vraiment leur reprocher de penser le contraire. À voir ce que leur dirait la conductrice...

Clash between two worlds ft. Lowri
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Tyrgan Campbell
Tyrgan Campbell
LONDON PEOPLE
Messages : 38
Date d'inscription : 05/05/2020
Localisation : Probablement à Londres ou dans son château en Écosse
Profession : Duc d'Argyll, membre de la Chambre des Lords, chef du clan Campbell, avec un petit business de whisky à côté
Etat Civil : Célibataire
21st Mai 2020, 17:55
Revenir en haut Aller en bas
Lowri Conway
Clash between two worlds
Tyrgan & Lowri

Je tiens à peine assise, la douleur irradie tout le haut de mon corps en partant du coude, j'ai l'impression d'avoir la tête comme une pastèque et qu'une tribu de papous sous ecstasy est en train de jouer furieusement du tambour dans mon crâne, quand je crois entendre à travers le brouillard sonore ambiant une réponse de sa part. De lui, le type qui m'a percutée. Je fournis un effort surhumain pour ouvrir les yeux et lui lancer mon regard le plus noir alors que tout danse autour de moi.

Quoi? Mais on s'en fout de l'objet, c'est ce qu'il représente pour la personne qui compte faighean! Pour certains une clé à molette peut avoir plus de... de valeur que la Joconde!

Mais ma colère redescend aussi vite que monte une gerbe de vomi qui vient éclabousser le trottoir ainsi que ses chaussures. Et si j'avais pas été aussi mal je crois que j'aurais jubilé mais non... J'ai juste la force de m'excuser avant de retomber en arrière, la tête sur le trottoir, mon coude serré contre mon torse, pulsant toujours une douleur sourde. Pendant les quelques minutes qui suivent j'avoue que je ne sais pas trop ce qui se passe... mais quand je rouvre les yeux je suis éblouie par des flashs braqués sur moi qui me font grimacer, et je sens que la douleur est déjà beaucoup moins intense. Le temps que ma vue s'habitue je comprends que je suis dans une ambulance. Et tout me revient en mémoire : l'accident, la grosse Jaguar, ma moto défoncée, ce jeune type qui conduit comme un pied et qui m'a fait la leçon... Je veux me redresser mais un infirmier sympa me force à rester allongée, avant de m'expliquer ce qui s'est passé : ils m'ont ramassée inconsciente sur le bord de la route, que j'ai probablement le bras ou le coude fracturé mais que grâce à mon équipement je n'avais que des égratignures mais qu'il faudrait une radio pour être sûrs. Et il ajoute en riant.

Une chose est sûre, soit votre "chauffard" est très inquiet ou il se sent très coupable, il a insisté pour que vous soyez dans une chambre individuelle et tout le bataclan... A moins qu'il ait peur que vous lui colliez un procès...

J'essaie de rire avant de me crisper de douleur, grimaçant un peu et le type secoue la tête.

Doucement championne... A ce que j'ai compris les flics viendraient prendre votre déposition et la sienne à l'hôpital... En attendant détendez-vous, on arrive bientôt. On vous a mis de la morphine pour la douleur en attendant.

A partir de là j'abandonne la lutte, je les laisse me sortir de l'ambulance une fois qu'on arrive, emmenée comme une poupée de chiffon. On me pose sur un brancard et je flotte dans un état presque nuageux, observant le monde autour de moi comme dans du coton. J'entends juste l'infirmier qui avant de me laisser sur le brancard me glisse un petit "Au fait, joli tir sur ses chaussures..."

Sauf que là où j'ai tiré la gueule c'est quand ils ont du découper la manche de mon blouson de cuir préféré, car c'est juste impossible que je déplie le coude pour l'instant. On m'emmène en chaise roulante faire une radio avant que le diagnostic tombe. Bras cassé mais rien d'autre, heureusement. Ensuite un gentil médecin qui ressemble à mon père vient me voir et m'explique qu'on va devoir me faire un plâtre que je vais devoir garder trois semaines, les soins à faire et autres. Un peu plus lucide je l'écoute et le laisse faire, et finalement on me sort de la salle de soins quand je tombe nez à nez avec le fameux duc. Il n'a vraiment pas l'air serein et quand je croise son regard je soulève légèrement mon plâtre en écharpe.

Ca va vous m'avez pas tuée, il en faut plus. Par contre vous me devez un blouson en cuir et les réparations de ma moto. D'ailleurs qu'est-ce que vous en avez fait? Vous avez pas intérêt à les avoir laissé l'emmener à la casse!

Je tourne la tête quand une infirmière me demande si je dois prévenir quelqu'un et je regarde autour de moi.

Mon sac à dos. Est-ce que quelqu'un a pris mon sac à dos? J'ai mon portefeuille dedans, et tous mes papiers, et mon portable. Il faut... que je trouve quelqu'un pour me ramener...



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Lowri Conway
Lowri Conway
LONDON PEOPLE
Messages : 131
Date d'inscription : 05/04/2020
Profession : Medium, tient une boutique ésotérique
Etat Civil : Célibataire
26th Mai 2020, 19:18
Revenir en haut Aller en bas
Tyrgan Campbell
Elle l’avait traité de faighean…

Vulgaire, certes, mais Tyrgan était plus étonné que vexé. Si peu de gens savent parler le gaélique écossais, même en Écosse. Forcément, la conductrice devait être originaire d’une région assez reculée de l’Écosse, là où il y a le plus de locuteurs. Dans les Orcades peut-être, ou même les Hébrides. Sans doute était-ce superficiel de sa part que d’assumer que cette femme devait venir d’un milieu rural pour connaître le gaélique, puisque ce n’était pas le cas de tous les locuteurs. Elle aurait très bien pu l’apprendre d’un professeur, mais Tyrgan ne se souvenait pas que le professeur particulier que son père avait engagé pour lui apprendre le gaélique lui ait enseigné ce mot… Ça, il l’avait appris lui-même.

Toujours assit dans le couloir, les pieds toujours dans les pantoufles en papier fournies par l’hôpital, le duc fut tiré de sa torpeur lorsque la motocycliste apparue enfin. Il se leva d’un bond, et regarda la femme d’un air incrédule.

Ils vous laissent déjà sortir?...

Tyrgan s’était préparé au pire scénario possible; traumatisme crânien, paralysie, coma… Et elle n’avait qu’un bras cassé! Le duc ne put s’empêcher de pousser un soupir de soulagement. C’était presque rien! Enfin, c’était sans compter la moto et le blouson de cuir, ce qui inquiétait visiblement plus cette femme que sa propre santé.

À la casse? Bien sûr que non! Elle est chez le réparateur, avec ma voiture. Ils ont besoin de votre autorisation pour faire quoi que ce soit avec votre moto… Mais ne soyez pas trop optimiste sur son sort.

Même si la moto était une perte totale, ça aurait été cruel de sa part de l’envoyer directement à la casse. Il ne voyait pas en quoi une moto pouvait avoir une valeur sentimentale, mais puisque ça semblait en avoir pour elle, soit. Lorsqu’une infirmière lui demanda si elle devait contacter quelqu’un, la conductrice demanda où se trouvait son sac à dos. Selon l’infirmière, ce dernier se trouvait à la réception de l’étage, au bout du couloir. Bien que la conductrice semblait être pressée de sortir d’ici, Tyrgan l'apostropha avant qu’elle ne parte.

Attendez! Je n’ai pas mon chéquier avec moi, mais je peux vous donner l’argent demain. Vous n’avez qu’à dire où, commença-t-il, avant de continuer en gaélique, et combien. Je veux bien négocier si vous ne croyez pas que ce sera suffisant, mais disons 35 000£? Pour la moto et le blouson évidemment.

C’était bien pratique le gaélique, pour éviter que n’importe qui n’entende ce genre de discussion, et surtout, le genre de montant. Même si pour le duc, cette somme n’affecterait qu’à peine son budget, il s’agissait tout de même pour certains d’une année de salaire. Bref, il laissait à la femme le lendemain pour y réfléchir, elle n’avait pas à accepter tout de suite. Après avoir pris l’adresse de rendez-vous en note, Tyrgan la laissa, et retourna chez lui en taxi, après avoir remis ses chaussures de cuir avec un certain dégoût.

Le lendemain, après avoir essuyé quelques commentaires désagréables de ses collègues de la Chambre de Lords ayant vu l’accident, Tyrgan se rendit à l’adresse que lui avait donnée sa compatriote écossaise. En arrivant devant la façade, Tyrgan eut un moment d’hésitation en observant ce qui se trouvait dans la vitrine. Des sortes de bibelots à l’allure étrange. Quel genre de boutique c’était?... Poussant alors la porte pour entrer, il constata que ce n’était pas du tout une boutique ordinaire. Les yeux ronds, Tyrgan balaya du regard la panoplie de babioles au caractère ésotérique. Il y avait même des plantes! Approchant du comptoir où se trouvait la propriétaire de la boutique, Tyrgan siffla, impressionné.

Il ne vous manque que le chat noir et le chaudron! lança-t-il, spontanément, le sourire aux lèvres, avant de regretter presque immédiatement ses paroles. Euhm… désolé, c’était idiot. Vous allez mieux?


Clash between two worlds ft. Lowri
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Tyrgan Campbell
Tyrgan Campbell
LONDON PEOPLE
Messages : 38
Date d'inscription : 05/05/2020
Localisation : Probablement à Londres ou dans son château en Écosse
Profession : Duc d'Argyll, membre de la Chambre des Lords, chef du clan Campbell, avec un petit business de whisky à côté
Etat Civil : Célibataire
29th Mai 2020, 18:33
Revenir en haut Aller en bas
Lowri Conway
Clash between two worlds
Tyrgan & Lowri

Ils m'énervent ces riches qui ont l'impression que tout leur appartient, et qui semblent tomber des nues quand pour une fois les choses n'allaient pas dans leur sens ou ne se déroulaient pas comme ils voulaient. Il semblerait que notre mon monsieur découvrait qu'il avait fait une bêtise, une grosse, et s'étonnait de se faire incendier. Heureusement il a eu la décence de ne pas placer un mot plus haut que l'autre ou de me reprocher quoi que ce soit. J'apprécie les gens qui assument quand ils font une connerie plutôt que de mentir, tenter de se donner le bon rôle ou pire, montrer les dents. Et la perspective qu'il se propose directement de me racheter une nouvelle moto, même si je trouve ça un peu indécent, est rassurante - mais je ne me fais pas d'illusions, je sais bien que c'est plus pour faire taire sa conscience et éviter un éventuel procès que parce qu'il se sentirait coupable de m'avoir mis dans la merde. Enfin... On finit de me soigner, et encore un peu groggy on me sort de la salle de soins et je tombe sur lui, aussi peu à l'aise dans cet endroit qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine. D'ailleurs, après l'avoir rapidement rassuré je me retiens de rire quand mon regard descend sur ses pieds et que je vois les chaussons stériles. Tu parles d'un héros de pacotille...
Je hausse ensuite les épaules à sa questionet désigne la salle que je viens de quitter d'un mouvement du menton et secoue l'ordonnance que je tiens de ma main valide.

Oui, grâce à mon casque et mon équipement c'est bon, j'ai rien à part le bras cassé. Du coup il faut juste que quelqu'un me ramène chez moi... Mais pour ça il faut que je puisse contacter des gens... et il me faut mon téléphone...

Après avoir posé la question à la personne qui m'a soigné, je m'inquiète logiquement de mon bolide et soupire de soulagement en l'entendant. Ok il remonte dans mon estime. Mais juste un peu. Et savoir que je vais pouvoir la faire réparer (et en profiter pour faire réparer les trucs qui merdaient un peu mais pour lesquels j'avais pas les sous... on va dire que c'est pour le préjudice moral. C'est toujours mieux qu'un procès!).

Si c'est possible j'aimerais la faire réparer... mais sinon oui, je vais pas dire non à une moto neuve...

On me répond pour mon sac et j'apprends qu'il est à l'accueil. Point positif, on ne me l'a pas piqué. Point négatif, il faut que j'y aille et je ne sais pas où c'est. Alors que j'essaie de me faire avancer à une main, ce qui me fait tourner très logiquement ,et très bêtement en rond je lève les yeux vers le chauffard, avant de sursauter un peu quand je l'entends parler gaélique. Un peu comme si ça n'avait pas sa place ici, vu que d'habitude je ne le parle que sur l'île chez ma grand mère... Et je fais un effort surhumain pour garder un visage neutre quand il m'annonce le montant qu'il est prêt à verser pour la moto. Presque deux ans de salaire. La vache. Il est vraiment, vraiment très riche! Je déglutis, imaginant déjà combien cette somme pourrait me tirer d'affaire et lance d'un ton neutre.

Je pense que ça pourrait aller, mais je vous confirmerai ça après être allée chez mon garagiste et m'être racheté un nouveau blouson de moto comme un nouveau casque. Les deux sont morts. Et que j'aurai aussi la facture de l'hôpital plus la pharmacie... Attendez... vous savez quoi pilotez-moi jusqu'à l'accueil et je vous donnerai une carte, elles sont dans mon portefeuille!

Il obéit sagement et je récupère mon sac heureusement sans dommage, lui donnant une carte avant de joindre mes parents. Mon père débarque bientôt, tout affolé et me reconduit chez moi, même s'il insistait lourdement pour que je dorme chez eux. Pas possible, j'ai passé l'âge, même pour une nuit.

Le lendemain alors que j'essaie de me débrouiller du mieux que je peux avec mon plâtre - c'est chiant une main en moins en fait- j'entends le carillon de la porte s'ouvrir et je souris en voyant mon chauffard dont je ne connais même pas le nom. Au moins il a tenu parole. Mais à sa tête... on dirait presque qu'il est tombé dans un bar à strip tease alors qu'il s'attendait à trouver une boulangerie. Je m'approche en souriant.

Bonjour! Ravie de vous voir... j'aime les gens qui respectent parole! Au fait je m'appelle Lowri... vous voulez du thé?

Je désigne la petite table où trône le samovar que je remplis chaque matin d'une infusion différente.

Au fait je ne connais même pas votre nom... Ou alors si vous me l'avez dit, je l'ai oublié...désolée...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[/quote]
Lowri Conway
Lowri Conway
LONDON PEOPLE
Messages : 131
Date d'inscription : 05/04/2020
Profession : Medium, tient une boutique ésotérique
Etat Civil : Célibataire
3rd Juin 2020, 20:11
Revenir en haut Aller en bas
Tyrgan Campbell
Elle était ravie de le revoir? Vraiment? Tyrgan ne put s’empêcher d’être sceptique, malgré le sourire qu’elle affichait. Il lui avait tout de même foncé dessus avec sa voiture, sans parler que l’un de ses bras était coincé dans un plâtre, et que sa moto était en mauvais état par sa faute. On ne pardonne pas tout ça si vite à quelqu’un… À moins d’avoir du fric en retour. Peut-être était-ce la perspective de recevoir un généreux chèque qui la rendait d’aussi bonne humeur. Probable. Ça ne serait pas la première fois que quelqu’un devenait soudainement amical en apprenant qu’il avait de l’argent. C’était prévisible, mais toujours décevant. Il y avait une mince chance que Lowri, puisque c’était son nom, soit réellement ravie de le voir, mais elle serait l’exception à la règle. Tyrgan se contenta donc de retourner son sourire.

Je respecte toujours parole, dit-il simplement. Je veux bien du thé, volontiers.

Avec toutes les herbes qu’il y avait derrière le comptoir, elle avait l'embarras du choix quant au thé qu’elle servait. Elle lui demanda ensuite son nom. Après un bref instant d’hésitation, il tendit sa main et répondit :

Tyrgan Campbell, enchanté. Je crois qu’hier manquaient de bons moments pour me présenter. Entre le fait que je croyais vous avoir explosé le crâne et tout le reste, j’avoue que j’ai oublié de le faire, dit-il en haussant les épaules, sourire en coin. Pardonnez-moi.

Oui, tout ça n’était pas très protocolaire comme présentation. Normalement, il aurait dû ajouter « Duc d’Argyll et chef du clan Campbell », mais franchement, il se sentait déjà bien assez comme un poisson hors de son bocal sans ajouter ce genre de formalité. Ce n’est pas qu’il avait honte, mais il détestait avoir l’air pompeux.

Tyrgan accepta la tasse de thé, avant de continuer à observer la boutique du regard, quand celui-ci se posa finalement sur une petite carte, imprimée d’un symbole qu’il reconnut, et qui le fit sourire.

Han. Intéressant. Ça ressemble au symbole de notre sorcière de clan. Apparemment, chacun des clans écossais importants avait sa sorcière, ou sa banshee. Si je me souviens bien, elle communiquait avec les morts, les anciens chefs, pour donner conseil aux chefs en place. J’imagine que celle des Campbell devait être efficace, étant donné les succès de mes ancêtres. Efficace ou perspicace…

Tyrgan ne connaissait des sorcières que ce que les livres d’histoires et les archives de sa famille lui avaient appris, pour lesquels la sorcellerie était aussi vraie que le père noël. Raison de plus pour le duc d’être sincèrement intrigué par ce que vendait Lowri dans sa boutique. Tyrgan se redressa alors pour la regarder à nouveau.

Qu’est-ce qui vous intéresse dans tout cela? demanda-t-il en désignant l’intégralité de la boutique. L’ésotérisme et la sorcellerie?

Clash between two worlds ft. Lowri
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Tyrgan Campbell
Tyrgan Campbell
LONDON PEOPLE
Messages : 38
Date d'inscription : 05/05/2020
Localisation : Probablement à Londres ou dans son château en Écosse
Profession : Duc d'Argyll, membre de la Chambre des Lords, chef du clan Campbell, avec un petit business de whisky à côté
Etat Civil : Célibataire
4th Juin 2020, 19:02
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: